skip to primary navigationskip to content

Volume 2 (1646-1666)

Recueil

de

Chansons,

Vaudevilles, Sonnets,

Epigrammes, Epitaphes

Et autres vers

Satiriques & Historiques

avec des remarques curieuses

depuis 1646 jusqu’en 1666

 

Vol II.

 

 

 

Chanson                                                    1646                                          [1]

 

Sur l’Air: Sarrazin, Tircis la pluspart de Amans sont des allemands

Faite au siege de Portolongone et de Piombin attaqués par les Marêchaux du Pleffis et de la Meilleraye et pris en 1646

 

Barbe si tu t’en vas encour,                                             Officier general de France

Souviens toy un jour,

Que Manican

A pris sa route droit au Vatican,

Il veut aller en carosse Pamphile                                                  Carosse du Pape nommé Pamphile

Dans cette ville,

Et pour chevaux

Se veut servir de douze cardinaux.

 

 

Reprise du même air, contre les Officiers Espagnols de la Garnison de Portolongone.

 

Les Officiers de Portolongon

Perdent leur renom,

De n’avoir fait,

Ce que les armes peuvent tant d’effet

Ils ont laissé aborder leurs murailles

Sont des canailles                                                                                                      [2]

Meritent tous,

Que dans l’Espagne on abrege leurs jours.

 

Les Alleluya                                            1648                                                            [3]

Sur les Barricades 26 Aoust 1648

 

Ce fut un étrange rumeur,

Lorsque Paris tout en fureur

S’emeut et se barricada, alleluya,

Alleluya, alleluya, alleluya.

 

Sur les deux heures aprés dîné,

Dans la rüe Saint Honoré

Toutes les vitres on cassa, alleluya.

 

Le Marêchal de l’Hospital,

Fut sur le Pont neuf a cheval,

Afin de mettre le hola, alleluïa.

 

Un tas de coquins en esmoy,

Lui fit crier vive le Roy

Tant de fois qu’il s’en enruma, alleluïa.

 

Aussitôt le grand Maire y vint,                     M. le duc de la Meilleraye lors Grand Maitre d’Artillerie.

Suivi de braves, plus de vint,

Montez chacun sur un dada, alleluïa.

 

Mais pour faire trop l’arrogant,

Et n’estre pas si complaisant,                                                         [4]

Bien lui prit qu’il s’en retourna, alleluya.

 

Le Coadjuteur de Paris,                                                      Jean Francois Paul de Gondi, depuis Cardinal de Retz.

Disoit humblement, mes amis,

La Reyne a dit qu’il reviendra, alleluia.

 

Le Chancelier eut si grand peur,

Que pour echaper ce malheur,

Plus d’une chandelle il voua, alleluia.

 

On vit passer le Parlement,

Qui s’en alloit si bellement,

Au Louvre faire o benigna, alleluia

 

Mais le peuple qui l’attendoit,

Proche de la Croix du Tiroir,

Le pressa tant qu’il retourna, alleluia.

 

Ils dirent a sa Majesté,

Que Paris etoit revolté,

Lors la Reine s’humilia, alleluia.

 

On vit Monsieur le Cardinal,

De rage que tout alloit mal,

Ronger les glands de son raba, alleluia.                                                     [5]

 

On entendit toute la nuit,

Par la ville une etrange bruit,

De courtauts disants qui va là, alleluïa.

 

Chastillon se treuva surpris,

Lorqu’en arrivant à Paris,

Un corps de garde l’arresta, alleluia.

 

Il leur dit Chapeau bas, ainsy,

Vive le Roy, Broussele aussy,

Et tel autre qu’il vous plaira, alleluïa.

 

Quand Broussele fut de retour,

Pour lui temoigner son amour,

La populace s’ecria, alleluia.

 

Chacun veut a voir son portrait,

Pour mettre dans le Cabinet,

Parmy les raretez qu’il a, alleluia.

 

Si les Bourgeois eussent voulu,

Le Cardinal etoit perdu/ pendu,

Mais son bonnet on respecta, alleluia.

 

Le moindre petit artisan,                                                                    [6]

Parlant de ce soulevement,

Dit qu’il fit mirabilia, alleluia.

 

Or prions tous notre seigneur,

Pour cet illustre Senateur,

Dont a jamais on parlera, alleluia.

 

Chanson nouvelle                                                [1648]                                       [7]

Sur l’Air: Thoinon la belle Jardiniere, a la louange de M. de Broussel Conseiller du Roy  en sa cour de Parlement.

imprimée en une feuille volante

 

Ne faut pas passer sous silence,

Les fait de Monsieur de Broussel,

Car par sa grande vigilence,

Et par son soing continuel,

Rendra la France florissante

Qui ne sera plus languissante.

 

Fançois il nous faut crier vive,

Louis notre Roy tres chrestien,

Aussi que tout bonheur arrive,

A de Broussel homme de bien,

La France lui est redevable

Par son Conseil tres admirable.

 

Heureux le jour de la naissance,

A de Broussel homme estimé,

Dans Paris et partout la France

Il est de tout chacun aimé

A ce vertueux personnage

Tout Paris a rendu hommage.

 

Cette belle langue Seconde                                                              [8]

Et son parler du tout divin,

N’avoit il pas ravy le monde!

Comme fit autrefois Servin,

De Broussele en a fait de meme,

Ce qui fait que tout chacun l’aime.

 

Faut voir dans notre memoire,

Desormais Monsieur de Broussel,

Car il nous aime, il le faut croire

D’un amour qui est paternel,

Qui fait que partout on l’admire,

Et que tout bien on lui desire.

 

Prions Dieu benir des années,

Et qui les vueille prolonger,

Et que la pais nous soit donnée,

Afin de nos maux soulager,

Et nous oster de l’indigence,

Et nous renvoyer l’abondance.

 

La France sera rejoüie,

Aussi ses pauvres habitans

Qui pourront mieux gagner leur vie,

Et desormais vivre contants.

 

Nous faut donc reorendre esperance,                                       [9]

De bientost sortir de souffrance.

 

Mais quel bonheur pour sa lignée,

Que ses parents furent joyeux,

Quand liberté lui fut donnée,

Et qui le revirent auprés d’eux,

Grande joye en eut la populace,

Qui à Dieu en a rendu grace.

 

 

Chanson                                                    1648                                          [11]

Sur l’Air: Alleluya. le salut des Partisans souhaits des bons François.

Sur la conference de St Germain en Laye qui fut suivi de l’Edit du 28 octobre 1648. favorable au peuple par la supression de plusieurs Droits.

 

Chantons tout haut Gaudeamus,

Le Parlement a le dessus,

Et nous remet en nos Etats. Alleluïa.

 

Nous jouissons par la bonté

De cette ancienne liberté,

Plus d’imposts l’on ne souffrira, Alleluia.

 

Tous les malrotiers sont carnus/ à cû,

Ces malheureux n’en peuvent/ pouvant plus,

Retournent en leurs premiers Etats, Alleluia.

 

Charles Picard* tout le premier,

Reprend l’Etat de Cordonnier,

Que jadis son pere exerça. Alleluya.

 

Tabouret veut aussi rentrer,                                          Pere de la Comtesse de Chemeraut.

 

*Tresorier des parties casuelles et de l’Extraordinaire qui avoit achepté le Marquisas de Dampierre.

 

Dedans l’honnorable mestier,                                                                          [12]

De Frippier, tant il s’y aima, Alleluya.  

 

Doublet* malgré tous les supots,

Reprend aujourd’huy les Sabots,

Que dans Paris il aporta. Alleluya.

 

Pour le Fevre chacun soutien,

Que puisqu’il est venu de rien,

En l’air ses jours il finira, Alleluya.

 

Mesme l’on void que Guenegaud                                Petit fils d’un Indendant du Cardinal de Joyeuse

Qui vivoit jadis à gaugaud,

A grand peine il s’en sauvera; Alleluia.

 

Quouqu’on ait veu Monsieur l’Archer,                     Oncle de Colbert

Avec grand train toujours marcher,

Au village on le trouvera, Alleluia.

 

Bonneau loin d’aller a Tours,     Fils d’un Maréchal de Tours pere de Trassy Capitaine aux Gardes etc.

Il le faut renvoyer a Tours,

Où les étoffes étalera. Alleluya.**

 

 

Sans rechercher l’éxtraction,

De Catelan, ny sa maison,                                                Pere du Capitaine des Chasses et des Thuilleries.

 

*Auteur des Doublets de chez M. le Duc d’Orleans , des Doublets de Crouy et de Persan.

 

**/ Bonneau sans aller à la Cour,

S’en retournera droit à Tours,

Où les étoffes etc.

 

 

D’abord on croit qu’on le pendra. Alleluia.                            [13]

 

Et pour le regard d’Emery,                                                Contrôleur général de ce temps, et sur-intendant

Chacun soutient dedans Paris,                                                       des finances; créature du Cardinal

Que le diable l’emportera. Alleluïa.

 

Or sus il nous faut rejouir,

Et ne plus jamais se servir,

De ces Diables incarnez là. Alleluïa.

 

 

 

Chanson                                                    1648                                          [15]

Sur l’Air: laissez paitre vos bestes

 

Quoique ne soyez bestes,

Pauvres Laboureurs et Marchands,

L’on veut vous faire paître

L’herbe parmy les champs,

 

Le Cardinal, cet animal,

Qui est cause de nôtre mal,

Et son mulet, et son cheval,

Il monte sur un Asne

Comme un Legat de savetier,

Cependant cet infame

Fait en cherir nos Bleds.

Quoique ne soyez bestes etc.

 

Il a ravy tous nos Louys

Pour envoyer en son pais,

Car les Jules en sont banis,

Mais s’il ne les raporte

Il se verra bientost puny,

Le grand Diable l’emporte,

S’il ne les va querir.

                  Quoique ne soyez bestes etc.

 

Et ce pourceau de Chancelier,                                                         [16]

Qui de nos bouës a tant mangé

Qu’en puisse il etre crevé.

Dedans l’hostel de Luynes

S’il ne s’y fut bientost sauvé

L’on l’eut mis dans la seine

Pour l’aprendre a nager.

                  Quoique ne soyez bestes etc.

 

La Meilleraye s’en est meslé,

Qui a eté bien étrillé,

Et par les Mariniers gaulé,

Les grands Crocs de la Greve,

L’ont fait promptement retirer,

Et eut des coups de Pierre

Par dessus le marché.

                  Quoique ne soyez bestes etc.

 

Particelle, ce gros dragon,

Il eut été pendu dans Lion,

Ce qui lui fit changer son nom

S’enfuyant de la ville,

Pour se sauver en Avignon.

Les Juifs le retirerent

Comme leur Compagnon.

                  Quoique etc.

 

Où êtoient ces Monopoleurs                                                            [17]

Tous ces partisans et voleurs,

Et de la France les mineurs,

Alors des Barricades,

Si l’on les eut pû attraper

Notre brave brigade,

Les eut fair ecorcher.

                  Quoique ne soyes etc.

 

Mais nos seigneurs de Parlement

Donneront bientost jugement,

Contre ces Traitres Insolents,

Pour mettre à la potence,

Et puis de la à Montfaucon

Cette maudire engeance,

Helas qu’en dira-t-on.

                  Quoique ne soyez etc.

 

Grand Parlement à cette fois

A ces voleurs faites les loix,

Que le bontems fassiez revoir

Parmy toute la France,

Comme autrefois il a éte.

                  Quoique nous soyons etc.

 

Et vous Bourgeois, prudents soldats

Qui vous disposez aux combats                                                                        [18]

Pour un sujet si juste helas?

Qu’un Paris dans la France,

Ne respire que pour son Roy,

Pour être en asseurance

Et vivre soubs sa Loy.

                  Quoique ne soyez bestes,

                  Pauvres labourerurs et marchans

                  L’on veut vous faire paitre

                  L’herbe parmy les champs.

 

Chanson                                                    1648                                          [19]

 

Sur l’Air: há que j’aime ma bergere

Sur l’amitié que la Reine porte à Mazarin.

 

Bien que le peuple se vante

De quelqu’autre remuement,

Ce beau couple toujours chante,

En dépit du Parlement,

Ha! que mon Pape est divin,

Ha! que ma Reine est divine,

Ha! que j’aime Mazarin,

Ha! que j’aime Mazarin.

 

Chanson                                                    1648                                          [21]

Sur un air nouveau

Avertissement des Enfarinez à Mazarin de ce qu’il doit craindre

 

Grand Cardinal, que la fortune

Qui t’eleve en un si haut rang,

Ne te fasse oublier ton sang,

Et que tu est de la Commune.

                  Car l’on scait fort bien dans ces lieux,

                  Qu’elle peut être ta Famille,

                  Car l’on scait fort bien dans ces lieux

                  Quel est ton pere et tes Ayeulx.

 

Fais en sorte qu’il te souvienne,

Qu’un Italien comme toy

Dans la minorité d’un Roy,

Aprés avoir bien fait des siennes.

                  Fut enfin par revers du sort

                  Justement puny de la mort.

 

Quoique favory de la Reine

Autant que tu l’est aujourd’huy,

Enfin il a ête puny,                                                                                    [22]

Pour avoir fait tant de fredaines,

                  Prends garde que les mecontens

                  Ne t’en facent bientost de meme,

                  Prends garde que les mecontens

                  Ne t’en fasent bientost autant.

 

Chanson                                                    1648                                          [23]

Usez de votre puissance,

Sire, chassez l’Eminence,

Vous ferez un bien en France

Qui jamais ne s’oubliera.

                  Fa la la la.

 

Si Monsieur a du courage,

Il fera mettre en la cage,

Mazarin et son lignage,

Où bien il s’en defera.

                  Fa la la la.

 

Gaston mettez la Riviere

Dans la mer, ou dans la biere,

Et Mazarin en poussiere

La France vous benira.

                  Fa la la la.

 

La Reine dans sa Regence,

Fait beaucoup souffrir la France,

Pour proteger l’Eminence

Qui pourtant l’atrompera

                  Fa la la la.

 

C’est un sot que la Riviere,                                                                                  [24]

S’il ne fait passer carriere,

Sans remise et sans priere,

A Julle Mazarina.

                  Fa la la la.

 

A la Prise de Brousselle,

Le Siecle d’or renouvelle,

Mazarin en a dans l’aisle,

Par ce beau miracle lá.

                  Fa la la la.

 

Le Prince dont la sagesse,                                                Prince de Condé

Ravissoit en sa jeunesse,

Les Docteurs et la Noblesse,

Vit a present en Galba.

                  Fa la la la.

 

Les uns font le Democrite,

Les autres comme Heraclite,

Mazarin la Chatemite,

Dit qu’il les attrapera.

                  Fa la la la.

 

Quoique fasse l’Eminence

Avecque sa complaisance                                                                  [25]

Il ne dit pas ce qu’il pense

De tous les soupςons qu’il a.

                  Fa la la la.

 

Chanson                                                    1648                                          [27]

Sur l’air du temps

 

Quelle pitié de voir en notre France,

Tant de voleurs, et de secrets filoux,

Qui sans licence

Comme des Loups,

Suscent le sang des peuples les plus doux,

                  Qu’en dites vous?

 

Ce grand Scelleur et Bourelier de France,

Fait un amas de testons et de souls,

Pour biensceance,

L’or le plus dous

Passe les monts conduit par des hiboux,

Qu’en dites vous?

 

Ce gros pourceau qu’on nomme Particelle

A tant donné d’argent pour quelques coups

A sa donzelle,

Qu’il nous fait tous

Mourir de faim et manger par les pous,

                  Qu’en dites vous?

 

Ce bon Boucher instrument de maltote,

Ne passera jamais au rang des fous,                                          [28]

Sans cesse il ote,

Pistole et souls,

Si ces voleurs s’entendent ainsy tous

                  Qu’en dites vous?

 

Vous les voyez, il vous faut satisfaire,

Et aprouver ce que vous voulez tous,

Et pour deplaire

 A ces Cagoux,

Le Parlement prononcera pour nous.

                  Qu’en dites vous?

 

Chanson nouvelle                                                1648                                          [29]

Sur le sujet de la sortie et départ de la Reyne hors de Paris avec le Roy aprés les Baricades et sur son retour, le dernier octobre 1648.

 

Or sus Bourgeois ne soyez plus en peine,

Cessez vos pleurs vos cris,

Le Roy, Monsieur et la Reine Regente,

Reviennent à Paris.

Ha! qu’ils ont fait une belle beveue,

Elle est revenuë dame anne, elle est revenuë.

 

Bientost aprés ces grandes barricades,

La Reine et son Conseil,

Aux parisiens ont fait rodomontades,

S’en allant a Ruel,

Croyans par la leur donner la venuë,

Elle est revenuë dame Anne elle est revenuë.

 

Dans un dept de colere et de rage,

La Reyne a dit au Roy,

De s’en aller et de plier bagage,

Sans lui dire pourquoy

Et de partir dans une heure imprevuë,

Elle est revenuë dame Anne, elle est revenuë.

 

Laissant ici de Monsieur la personne,                                                         [30]

Avec bien peu de train,

Mais ayant peur que quelqu’un l’environne

L’envoye querir soudain

On l’enleva dedans une heure indeüe,

Ellle est revenu Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Dedans Ruel la cour est fort en peine,

Pour trouver logements,

Elle va disant a quoy bon les fredaines

De tous ces Parlements,

Quoi faudra-t’il coucher dedans la rüe,

Elle est revenue Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Ce Cardinal que la frayeur tourments

Le Soir et le matin,

Conseille au Roy, et a notre Regente,

D’aller a St. Germain,

Pour leur oster des Parisiens la veue

Elle est revenue Dame Anne, Elle est revenuë.

 

La Reine a dit en sortant de la ville

Je m’en ressouviendray;

Bourgeois scachez que je suis de Castille,

Que je m’en vangeray,

Ou bien j’auray la memoire perduë,                                           [31]

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Tous ces Conseils viennent de la boutique

De ce beau Chancelier,

C’est un esprit mechant et tyranique,

Qui cherche a nous ruiner,

Cet homme l’a merite qu’on le tuë,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Chacun fait icy offre de service

A la mere et au Fils,

L’un va disant, il faut que tout perisse

Parmy ce grand debris,

Madame il faut vous monstrer absoluë,

Elle est revenue Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Ce second Mars, ce foudre de la guerre

Le Prince de Condé,

Dit qu’il mettra tous les Bourgeois par terre,

S’il est bien secondé,

N’espargnant pas les femme a la morüe

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Ce Furibond, ce Monsieur le Grand Maître           Beaufort Grand Maitre de la navigation, ou la

A dit je n’y vay plus,                                                               Meilleraye Grand Maitre de l’artillerie.                 [32]

Je me suis fait dans Paris trop connoitre,

J’aprehende un refus,

Les basteliers en me voyant marguë,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Nôtre bon Roy est dans l’impatience

De revoir son Paris,

Il ne dit pas a tous ce qu’il en pense,

Meme à ses favoris,

Que ce Prince a beaucoup de retenuë,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Les Deputez de ces Cours souveraines

N’ont pas laissé d’aller,

De vers le Roy et avec des peines,

Afin de lui parler,

Luy remontrant que la France est émuë,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Plus de trois fois se sont mis en campagne,

De bonne affection,

Nul ne le suit, nul ne les accompagne,

Que leur intention

Qui n’a pour but que la verité nuë,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Anne ne veut aucunes plaintes entendre,                              [33]

Elle a tout en horreur,

Mais en cecy Monsieur lui fait comprendre,

Qu’il ne manque de coeur,

Disant tout haut, je n’ay pas la berlüe,

Elle est revenue Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Et tout d’un coup en prenant la parolle

Ne nous brouillons pas tant,

Abandonnons toute la Monopole,

Et ces chiens de traitans,

Qu’au diable soient ces maudits sangsuës,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Il faut donner a ces ames zelées,

De ce grand Parlement,

De quoy, de quoy detourner la nüée,

D’un double remüement,

Peu s’est fallu la France estre perdüe,

Elle est revenüe Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Donnons, donnons a la France relasche,

Faisons faire la paix,

A Mazarin qui a l’ame tres lâche,

Ce discours lui desplaist,

Car il veut voir la France descousuë,                                          [34]

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Que dirons-nous du Prevost de la ville,

Le President le Ferron,

Qui veut passer pour homme tres habille,

Et ce n’est qu’un fripon,

D’avoir êté faire le pied de grüe,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Les Echevins aprouvant la sottise

Si lasches, et si faquins,

Ils ont prié ce grand pilier d’Eglise,

De leur prester les mains,

Disans, Paris sa faute a reconnüe,

Elle est revenuë Dame Anne Elle est revenuë.

 

Ce cardinal etant tout ravy d’aise,

Assistans ces marauts,

Il dit au Roy parlant de la fadaise,

De ces pauvres badauts,

Sire, Pardon, pour moy j’y contribüe

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Allez au nom de l’Eminentissime,

Je vous pardonne à tous,                                                                    [35]

Allez, allez, asseurer vos intimes,

Et les sages et les fous,

Que dedans peu ils auront ma reveüe,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Lors, ils ont fait tres grande reverence,

A toutes les Majestez,

Remerciant le Roy, son Eminence,

De toutes leurs bontez

D’avoir surtout leurs graces obtenüe,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Enfin aprés l’orage et la tempeste,

Tout se calma soudain,

Le Roy, Monsieur, et la Reine s’apreste

De quitter Saint Germain

A revenir tout en cour s’esmotuë,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Au retour chacun d’une vitesse,

Court et sort de chez soy,

En tesmoignant qu’ils sont pleins d’allegresse,

Crient vive le Roy,

D’un ton si haut qu’ils font trembler la rüe,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.                   [36]

 

Le Cardinal n’a pas êté si traitre

De revenir seul et,

A mieux aimé accompagner son maitre,

Faisant le bon valet,

Il a si peur que d’ahan il ensüe,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

La Reine aprés revint avec ses gardes,

Et le Tambour batant,

Suisses, soldats tous raportant leurs hardes,

Paroissent bien contents,

Dieu soit loué si cela continüe,

Elle est revenuë Dame Anne, Elle est revenuë.

 

Ȏ jour heureux, et surtout remarquable,

Veille de tous les Saints,

Priez pour nous, et soyez impetrables,

Envers le saint des Saints,

Qu’a tous mes maux il donne bonne issuë,

Elle est revenuë Dame Anne Elle est revenuë.

 

 

Chanson                                                    1649                                          [37]

Sur le Blocus de Paria.

 

Croyez vous galans malheureux

Par des yeux languissans de respect et de voeux,

Temoigner l’ardeur de vos feux,

Pour ma farine,

Je suis aimé de ma belle voisine,

Et pour du Lard,

Son pucelage court grand hazard.

 

Philis qu’un amant est peu fin

Qui croit vous cajoler quand vous mourez de faim,

Et que vous n’avez pas du pain,

Chere maitresse,

Je vous aporte un gros pain de Gonesse,

Et pour l’avoir,

Il ne me faut Philis qu’un peu d’espoir.

 

Chassez ce coquet affamé,

Qui croit pour un sonnet ou pour un bout rimé

Se rendre digne d’etre aimé,

Dans la famine

Il faut des pois, du lard, de la Farine,

Pour tout avoir                                                                         [38]

Je ne demande qu’un peu d’espoir.

 

Adieu les bigeous du Palais,

Les Chansons, les Romains, les mots, et les poulets,

Adieu les Danses et les balets,

Pour etre aimable,

Il ne faut plus que tenir bonne table,

Un vray galant

Ne doit pas être sans pain chalant.

 

Philis vous resistez en vain

Je scay de bonne part que vous manquez de pain,

Il faut vous rendre par la fain,

Belle inhumaine

Ce que n’ont pû les Louis ny les peines

Du plus galant,

Sera la recompense d’un pain chalant.

 

Je ne suis pas homme de cour,

Je suis un bon Bourgeois gardant mon carrefour,

Aimant la simplesse et l’amour

De la Farine,

Quelques Louis, le coeur de ma voisine,

Sont les plaisirs,

Qui bornent ma fortune et mes desirs.

 

Chanson a boire                                                    1649                                          [39]

Sur le sujet des Troubles

 

Cher amy que ces bruits de guerre,

Sont eloignez de ceux du verre,

Je ne dors non plus qu’un lutin,

Quand j’entens sonner boute selle,

Je donne au Diable Mazarin,

Et je jure contre Brousselle.

 

Toute la nuit on est en armes,

On donne allarme sur allarme,

Les Trompettes et les Tambours,

Asseurent qu’il est veritable,

Que le Prince est dans les fauxbourgs,

Quand bien souvent il est à table.

 

Neantmoins l’ordre s’y observe,

Car les bataillons de Minerve,

Se forment au pais latin

Sitost que le premier coup sonne,

Les pedants le Mousquet en main

Se rangent devant la Sorbonne.

 

Icy personne ne revelle                                                                        [40]

 

Le Medecin grimpe sa mulle,

Enragé de s’incorporer,

S’il cherche la cavalerie,

Et qu’il ne la puisse trouver

Il se va coucher de furie.

 

Les Bourgeois quoique troupe grande,

N’ont personne qui leur commande,

Ils marchent toujours a beau bruit,

Chacun parle, chacun prend peine,

Chacun y fait beaucoup de fruit,

Car chacun y est capitaine.

 

Prenez donc garde Anne d’Autriche,

Que le Cardinal ne vous triche,

Menagez bien vos interrets,

Vous pouvez en cette maniere,

Et l’obliger et vos sujets

Si vous lui tournez le derriere.

 

Chanson                                                    1649                                                            [41]

Sur l’Air: Pourveu que ma bouteille fasse toujours glou, glou

 

Montbazon et Chevreuse,

Chevreuse et Montbazon,

Vous êtes deux coureuses,

Et vous avez raison,

Pourveu que me bouteille

Fasse toujours glou, glou,

Je chanterai merveille,

Et rirai comme un fou.

 

Chanson                                                    1649                                          [43]

Sur l’Air: De la courante de la Reine, ou Poulets et Dindons.

Blocus de Paris oendant le canaval de 1649

 

Que vous ne causez de tourment

Facheux Parlement

Que vos Arrêts,

Sont ennemis de tous nos interests,

Le Carnaval a perdu tous ses charmes,

Tout est en armes,

Et les amours,

Sont effacez par le bruit des Tambours.

 

La guerre va chasser l’amour,

Ainsy que la cour,

Et dans Paris,

La peur bannit et les jeux et les ris,

Adieu le bal, Adieu les promenades,

Les serenades,

Car les amours,

Sont effrayez par le bruit des Tambours.

 

Mars est un fort mauvais galant,

Il est insolent.

Et la beauté,                                                                               [44]

Perd tous ses traits auprés de sa fierté,

L’on ne peut pas accorder les trompettes,

Et les fleurettes,

Car les amours,

Sont effrayez par le bruit des tambours.

 

La guerre oste les revenus

A Dame venus,

Nos cheres soeurs,

N’ont a present ny argent, ny douceurs

Et l’on auroit pour un sac de Farine

La plus divine,

Car les amours

Qui sont enfans veulent manger toujours.

 

Que de plaisir fait le Blocus,

Aux pauvres cocus,

Car desormais,

Ils n’auront plus chez eux tant de plumets,

Ces cajoleurs, ces diseurs de fleurettes,

Ont fait retraite,

Et les amours

Ont deserté par le bruit des Tambours.

 

Malheureux Jules Mazarin                                                                 [45]

Tu meurs de chagrin,

Et dés demain,

Tu voudrois bien partir de St. Germain,

Que tu maudis l’heure que tu fis gille

De cette ville

T’ayant pris mal,

D’avoir quitté le Palais Cardinal.

 

L’on ne voit plus d’esprit sensé,

Tout est renversé,

Le Senateur

Tranche a present du grand gladiateur,

Les Echevins ont quitté la polica,

Pour la milice,

Et le Bourgeois,

Croit avoir droit de reformer les Loix.

 

Place Royalle où tant d’amans,

Contoient leurs tourmens,

Où leur destin,

Etoit souvent flatté par Constantin,

Tu n’entends plus au lieu de serenades,

Que mousquetades,

Et les amours,

Pour leur joüet n’ont plus que des Tambours.

 

Grand Mars vous otez a venus                                                         [46]

Tous ses Revenus,

Nos cheres soeurs,

N’ont maintenant ny argent, ny douceurs,

On seduiroit pour peu de farine,

La plus divine,

Car les amours

Qui sont enfans veulent manger toujours.

 

Epitaphe                                                                                                         [47]

De M. Boulanger President des Enquestes.

 

Icy gist un membre pourri,

De ce grand corps Parlementaire,

Lequel parlant pour d’Hemeri

Aima mieux mourir que se taire.

 

Stances                                                                                                                              [49]

Contre d’Hemery, chasse de la Sur-Intendance

 

Messieurs du hault Conseil, c’est fort bien disposé,

D’oster au grand Larron la bourse de la France,

Mais s’il n’est depouillé de toute sa Finance

Ne croyez pas Messieurs, l’avoir bien deposé.

 

Un Greffier de la Cour disoit en son bureau,

Qu’il falloit tout saisir jusqu’au moindre complice,

Et les ayant purgez en Chambre de Justice,

Les faire tous passer par la main du bourreau.

 

De moy quoi qu’il nous ait osté paix et repos,

Pour faire a ce coquin plus de misericorde,

J’apelle de l’Arrest qui conclud a la corde,

Et requiers seulement qu’on lui casse les os.

 

Huitain

Sur le Mesme

 

Jadis ce voleur Particelle,

Le plus grand espoir du gibet,

Fut jugé digne que ficelle,                                                                   [50]

Le serrast fort prés du colet;

Mais si pourtant la destinée

Veut qu’on le voye suspendu,

Comme elle souvent obstinée,

Je le tiens prest d’etre pendu.

 

Sur la mort du General Ber à la Bataille de Lens                                                     [51]

 

Les Flamands qui vantoient si hault leur advantage,

Ont receu prez de Lens un si funeste echec,

Que ces oyseaux craintifs renfermes dans leur cage,

Ne pourront plus chanter, puisqu’ils n’ont plus de bec.

 

Stances                                                                                                            [53]

Sur la fuite de Monsieur le Chancelier, au logis de Monsieur le Duc de Luynes lors des Barricades

 

Dans la révolte de Paris,

Il s’est passé d’etranges choses,

Dont je laisse juger Paris,

Juge fameux des grandes causes.

 

On a grand besoin de sa voix,

Il fault icy comme autrefois,

Accorder trois puissantes testes,

Minerve, Venus, et Junon.

 

Et Troye a moins souffer en dix ans de tempeste

Que Paris n’enverra dedans, ce dit on,

Mais parmy ce soulevement

Chose bien digne de nôtre aage.

 

Saint Augustin a veu Pelage,

Dans un etrange abaissement,

La pauvre grace suffisante,                           M. le Duc de Luynes suite les sentimens des Jansenistes,

Toute pasle, et toute tremblante             qui n’admettent que la grace efficace

 

Chez l’Efficace eut son recours,

Elle y fit amande honorable,

Pour expier l’erreur dont elle etoit coupable

De croire qu’on se peut sauver sans son secours.

 

Sonnet                                                                                                                                [55]

Sur le mauvais traitement fait au Parlement.

 

Quatre hommes maintenant sont en grande renommée,

Pour la Paulette avoir sur la cour imposée,

L’un est ce Cardinal dont la France est pillée,

L’autre est le Chancelier dont justice est bornée;

Le tiers ce vieil cafart dont la barde est collée,                                    Le 1er. President

Et le quart d’Hemery qui avoit la pensée,

De nous mettre au bissac, mais la bonne journée!

Il s’en est enfuy a la derobée.

Ainsy que maitre omer* jadis dans l’assemblée                                  *Talon avocat general

Dont la cour meschamment avoit eté choquée,

Il n’en reste que trois a prendre leur volée,

Le premier s’en ira dans Gomorre enfumée.

L’autre bientost n’aura plus la patte cirée,

Et le dernier mourant la France est delivrée.

 

Sonnet                                                                                                                                                  [57]

Sur le mauvais traitement fait au Parlement en bouts rimez.

 

Haga, ces Messieurs de la salle ………..carogne,

Il leur fault de l’argent, il en faut a …… lampon,

Au pourceau d’Hemery, he tarare…….pompon,

Si j’en doute un denier, que le Diable me….cogne.

Il faut qu’a leur plaisir mon escuelle je…….rongne,

Pour eux mon fils Pierrot sera fait en………..capon,

Il en aura menty le gros colin……………………..tampon

Deût il etre enterré sous quatre de……………rongne,

Si leurs Engins forn pif, j’en avons qui font…pouf.

S’ils nous font dire hé, je ferons dire………….houf,

Comme dit l’autre, enfin j’ons tenu le………..concile;

Sus donc compere Blaise, ils ont assez………..dormy,

S’il ne leur souvient plus des Vespres de……Sicile,

Chantons un memento de Saint…………………Barthelemy.

 

Triolet                                       1649                                          [59]

Sur l’Amour pauvre par la guerre. dania avril 1649.

 

L’amour dans la cour des grands Rois,

Ayant regné comme en son Trosne,

Aprés avoir donné des loix;

L’amour dans la cour des grands Roys,

Avec une ecuelle de bois,

Maintenant demande l’aumosne;

L’amour dans la cour des grands Roys,

Ayant regné comme en son trosne.

 

A la porte d’un boulanger,

Pour attraper quelque pitance,

Ce pauvre enfant se va ranger;

A la porte d’un boulanger,

Et pour a pitié l’engager,

Il saute pour le Roy de France,

A la porte d’un boulanger;

Pour attraper quelque pitance.

 

Il vend son Arc, et son Brandon,

Ce petit Dieu plein de malice,

Pour achepter corde et Bourdon;

Il vend son arc, et son Brandon,

 

Il veut s’en aller ce dit on,                                                                                    [60]

En pelerinage en Galice;

Il vend son arc, et son brandon

Ce petit Dieu plein de malice.

 

Ce pauvre petit margajat

Est reduit a cette misere,

Qu’il n’a plus escuelle ni plat;

Ce pauvre petit margajat,

Et poursuit pour être goujat

De celui qui baise sa mere;

Ce pauvre petit margajat,

Est reduit a cette misere.

 

Il ne peut avoir de secours,

Ni de cocus, ni de coquettes,

Ils n’ont pas de pain pour trois jours;

Il ne peult avoir de secours,

Son commerce n’a plus de cours,

On a deserté les Fleurettes;

Il ne peult avoir de secours,

Ni de coqus, ny de coquettes.

 

Ce petit est tout étonné,

Il se plaint, il se desespere,

Ses subjets l’ont abandonné;                                                          [61]

Ce petit est bien êtonné,

Tout le peuple s’est mutiné

Contre lui et contre sa mere;

Ce petit est tout êtonné

Il se plaint, il se desespere.

 

Mars ce sceleste garnement,

Qui pour vivre tiroit la laine.

Se chamarre de passement;

Mars ce sceleste garnement

Et par arrest du Parlement,

A de Louis la bourse pleine;

Mars ce sceleste garnement

Qui pour vivre tiroit la laine.

 

Chanson                                                    1649                                          [63]

Sur l’Air: Il a batu son petit frere.

Sur Monsieur le Prince de Condé.

 

Aprés avoir sauvé la France                                                              Par la prise de Rocroi.

Faut il Condé être en souffrance,

La Cour, le Clergé, le Marchand;

Tout le mieux que vous puissiés faire,

C’est que l’on dira le méchant,

Il a batu son petit frere.

 

Quand cette ville désolée,

Seroit par vos mains embrasée,

Qu’on y verroit couler le sang,

L’on dira aprés cette guerre,

Ma foy, Condé est bien méchant,

Il a batu son petit frere.

 

Vous ternissez toute la gloire,

Que vous ont acquis vos Victoires,

En mettant Paris au néant,

L’on verra dire à vôtre mere,

Ma foy mon fils est bien méchant

Il a batu son petit frere.

 

Prince quittez vôtre colere,                                                               [64]

Prendre Paris, c’est trop d’affaire,

Contre vous Conty le déffend,

Vous ferez dire à vôtre mere,

Ma foy Condé est bien mechant,

Il a batu son petit frere.

 

Prince, qu’elle seroit ta gloire,

De remporter une victoire

Sur le Bourgeois et le Marchant,

Et de faire dire à ta mere,

Helas que mon fils est méchant

Il a batu son petit frere.

 

Montmorency, cet homme illustre,

De qui la valeur prit son lustre,

Ne batoit Juge, ni Marchand,

Il conduisoit mieux sa colere,

Et passoit pour assés méchant,

Sans qu’il batit son petit frere.

 

Espargne un peu ces grands Ministres,

Qui d’un feillet de leurs Registres

Peuvent le renvoyer aux champs,

Ils scavent fort bien tes affaires,

Et font quelques fois les mechants                                                                                                    [65]

Sans qu’ils battent leurs petits freres.

 

Condé, vous n’etes pas trop sage

D’exposer votre grand courage

A cet Auguste Parlement,

Gardez d’irriter sa colere;

Et vous souvenez seulement,

Qu’il vous fit et vous peult défaire.

 

Chanson                                                                                                          [67]

Sur l’Air de la petite Royale

 

Monsieur le Prince asseurement

Est en grand’ colere,

De ne pouvoir faire

Niche au Parlement,

Mais si la Regence

N’a point de secours,

Adieu l’Eminence,

Adieu ses amours,

Avant qu’il foit huit jours.

 

Chanson                                                    1649                                          [69]

du Savoyard                                                                                                  imprimée

 

Je m’etonnois entre autre chose,

Comment vivoit la belle Rose

Depuis l’exil du Mazarin;

MAis je me suis tiré de peine

Ne gagnant plus rien sur la seine,

Elle trafique sur le Rhin.

 

Encor est-ce un bonheur pour elle,

Qu’a cinquante ans elle soit belle,

Cela lui fait passer chemin,

Car je tiens pour chose certaine

Ne gagnant plus rien sur la seine

Qu’elle trafique sur le Rhin.

 

Sans son travail et son menage,

Son mary qu’un O. Grec ombrage,

Seroit mort a faut de pain;

Mais dés la premiere sepmaine

Que rien ne luy vint de la seine

Elle trafiqua sur le Rhin.

 

Chanson Sur l’Air                                                   1649                                          [71]

 

Sur l’enlevement du Roy, fait par le Cardinal Mazarin le jour des Rois 1649.

 

Le jour des Rois la fraîche matinée,

Deux heures avant le jour,

Prit fantaisie a ces ames damnées

Qui gouvernent la Cour,

De s’en aller à Saint Germain en Laye

Elle s’en est rallée dame Anne,

Elle s’en est rallée.

 

Nôtre bon Roy, aussi Monsieur son frere,

Le Petit Duc d’Anjou,

Ne pouvoient pas comprendre ce mistere

N’ayant dormy leur saoul,

Ils n’avoient pas êté de l’assemblée,

Elle s’en est rallée etc.

 

On tint conseil dedans l’hostel de Cleves

Au logis de Lampon,

Qui dit, qu’il faut quAnne d’Autriche enleve

Ces deux petits poupons,

Et qu’on verra la ville desolée,

Elle s’en est rallée etc.                                                                                           [72]

 

Le Duc d’Orleans ensemble les deux freres,

De Condé et de Conty,

Et Mazarin l’auteur de nos miseres,

Tous quatre sont partis,

Sans craindre vent ny pluye, ny gelée,

Elle s’en est ralée etc.

 

De Saint Germain on depêcha de l’Isle,

Pour dire au Parlement

D’abandonner Paris la bonne ville,

Et d’aller promptement

A Montargis ville mal renommée,

Elle s’en est rallée etc.

Pour remontrer les desordres de France,

Et faire voir leur foy,

Le Parlement envoye en diligence

Messieurs les Gens du Roy,

Mais leurs raisons ne furent écoutées,

Elle s’en est rallée. Etc.

 

Condé croyoit et Mazarin l’infame

Que dans cinq ou six jours,

Paris sans eux seroit un corps sans ame,                                                  [73]

Sans espoir de secours,

Et qu’ils verroient notre ville affamée

Elle s’en est rallée etc.

 

Mais nous avons du bled, de la Farine,

De la chair, du Poisson,

Du lard, des pois et toute la cuisine

Comme en autre saison,

Et si j’avons des generaux d’armée,

Elle s’en est rallée etc.

 

Le Parlement pour garden nôtre ville,

Ensemble les Fauxbourgs,

Soldats sur pied mettra plus de vingt mille,

Avec Fifres et Tambours,

Et bien payant ils feront la levée

Elle s’en est rallée etc.

 

Ȏ prions tous la celeste puissance,

De nous vouloir garder,

Et d’envoyer Mazarin hors de France,

Demain sans plus tarder

Et ses suppots qui la France ont volée,

Elle s’en est ralée Dame Anne

Elle s’en est ralée.

 

Chanson                                                                                        [75]

Sur l’Air: Laissés paitre vos bêtes.

 

Laissons paitre ces bêtes,

A Saint Germain puisque elles y sont,

Laissons paitre ces bestes,

Et nous rejouissons.

Vous qui portez, le Cardinal,

Et qui nous voulez tant de mal,

Scachez que ce n’est qu’un cheval,

Un Ministre indocile,

Et qui nous manquera de foy,

Rendez le a la Sicile,

Et à nous notre Roy.

Laissons paître etc.

 

Pauvre Gaston êtes vous fou?

A Saint Germain que faites vous,

Si ce n’est pas de planter des choux,

Vous avez la Riviere

Qui vous empesche de venir,

Et l’Asne sans bastiere

Vous y fait retenir;

Laissons paitre etc.

 

Votre faquin de favory,                                                                         la Riviere

Avec son museau tout pourry,

Vous dit sans cesse, il faut perir,

Plutost que de se rendre;

Mais il a beau jurer mortbleu,

Paris le verra pendre,

Avec son cordon bleu.

Laisson paitre etc.

 

Le fils de ce pere inconnu,

Dit que c’est un point resolu

Qu’en peu de tems il verra nu,

Le peuple et la justice,

Mais quoiqu’on le vante si fort

Il n’oseroit en lice

Envisager Beaufort.

Laissons paitre etc.

 

Ce maitre tireur de Canon

Quouqu’il ait acquis quelque nom,

N’a jamais eté qu’un fripon,

Il fut êleu Grand Maitre                                                                        La Meilleraye

Par un maître rouge chapeau,

Le coquin fait la beste,

Pour conserver une veau.

Laisson paitre.

 

Ce grand voleur de Chancelier,                                                                         [77]

Ne mériteroit qu’un pilier,

A Montfaucon pour tout loyer,

Car la boüe & le plastre,

Estoient son plus beau revenu;

Il faut pour nous ébatre

Le voir un jour pendu.

Laisson paitre etc.

 

La Reine ne fait que pleurer,

Le Cardinal se desespere,

Le Prince est pire qu’enragé,

Gaston sifle à toute heure,

La Riviere dit tout à coup

Que la cour leur demeure,

Est l’Hospital des fous.

Laissons paitre etc.

 

Beaufort qu’on voit toujours vainqueur,

Aime Paris de tout son coeur,

Et dit qu’il veut perdre l’honneur

Si de son Eminence

Il ne scait si bien se vanger,

Qu’au bout d’une potence,

On le verra danser.

Laissons paitre ces bestes.

A saint Germain puisqu’elles y sont;                                          [78]

Laissons paitre ces bestes,

Et nous réjoüissons.

 

La nouvelle Courante, a la Reine               1649                        [79]

 

La Reine avec trop d’amour,

Souffre dans la Cour,

Cet étranger,

De qui a France enfin veut se vanger,

Et si le Prince embrasse sa deffence.

C’est par enfance,

Car on scait bien,

Que tout le monde haït cet Italien;

 

Il a trop fait voir sa rigeur,

Dans notre langueur,

Et ce voleur,

Ne respiroit que le commun malheur;

Mais si la Reine appuye sa malice,

C’est injustice,

Car l’on scait bien,

Que le pendart ne valut jamais rien.

 

En vain il cherche la faveur,

De ce grand vainqueur,

Il n’aura pas,

Tant de bonheur que dans d’autres combats,

Puisque le Ciel qui prend nôtre déffence,                                                 [80]

Enfin s’offence,

Et l’on sςait bien,

Qu’on ne doit plus voir cet Italien.

 

En vain Orleans est pour lui,

C’est un foible appuy,

Car qui ne scait,

Que ce grand Prince a toujours peu d’effets,

Quoique l’Abé soit toujours de sa Ligue,

En vain il brigue,

Car l’on scait bien,

Que s’il promet il change en moins de rien.

 

Ainsi que ce tison d’enfer,

Qui croit triompher,

N’espere pas,

En ces Guerriers qui lui prestent le bras,

L’un est enfant, l’autre n’est qu’un volage,

Pour tout potagem

Et tous les deux,

Avec la Reine ont peu de gens pour eux.

 

Chanson Sur l’Air               1649                                          [81]

 

Mazarin est bien empesché,

Il ne scait plus où se cacher,

Car chacun tache a le surprendre.

A Rome on le veut empaler,

Madrid a juré de le pendre,

Et Bruxelles, de le brusler.

 

Les Francois disent hautement,

Que quand même le Parlement,

Luy auroit accordé sa grace,

Jamais il ne s’echapera;

Et quoiqu’au contraire l’on face,

Par la mortbleu, il en mourra.

 

L’autre jour ils tinrent Conseil,

Quelques uns d’un avis pareil,

Le condamnerent a la potence;

D’autres dirent que c’etoit peu,

Et que pour le bien de la France,

Il devoit mourir par le feu.

 

Et que son corps êtant bruslé,

L’on feroit ses cendres voler,

Par tous les endroits de la France,                                               [82]

Afin que l’on sceut en tout lieu,

Qu’etant du fait de l’Eminence,

L’on devoit rendre graces à Dieu.

 

Le Saint pere dit, si la France

Le veut remettre en sa puissance,

Il sera pour lui sans pitié,

Et qu’il veut perdre sa Rotonde,

S’il ne le fait mettre en quartié,

Pour en donner a tout le monde.

 

Le Roy d’Espagne est en colere,

Qu’il soit cause de la misere,

Où il voit son pais reduit,

Il a juré par sa couronne,

Qu’il n’a point de pardon pour luy,

Si jamais la France lui donne.

 

Les anglois et les allemands,

Disent tous qu’ils seront contens

De s’accorder avec la France,

En leur livrant le Cardinal,

Et ne veulent pour recompense

Qu’avoir la cause de leur mal.

 

Chanson sur l’air                                 1649                                          [83]

Contre les Generaux de Paris.

 

Ce fut un Dimanche matin,

Qu’on fit une sortie,

Pour s’en aller chercher du pain,

Criant de grand furie,

Si le Sieur de Condé,

Par nous est attrapé,

Il y perdra la vie.

 

Le Prince de Conty parût

En teste de l’Armée,

Monsieur de Beaufort y courut,

Jurant la main levée,

Si dedans mon chemin,

Je treuve Mazarin,

Il mourra de l’Espée.

 

Les Bourgeois remplis de fureur,

Prirent la Bandouilliere,

Mais se sentans lasches de coeur,

Firent trois pas arriere,

En voyans Juvisy,

Ils dirent, l’ennemy                                                               [84]

Nous taille des croupieres.

 

Ce grand Marêchal Houdancourt,

Remply de vigilance,

Dit qu’il veut sortir a son tour,

Pour montrer sa vaillance,

Il reprendra Meudon,

Ou perdra son renom,

Et son experience.

 

Vitry, Noirmoustier et Brissac,

Tous remplis de dorures,

Et le Prince de Marsillac,

Avecque sa fourure,

Crient tous hautement

Vive le Parlement,

Repoussons leur injure.

 

Monsieur de Bouillon a promis

De mettre en Vauderoute

La Garnison de St. Denis,

Si l’on ne la tuë toute,

Il leur feroit du mal,

Monté sur son cheval,

S’il n’avoit pas la goutte.                                                                     [85]

 

Monseigneur le Coadjuteur

Asseure sur sa crosse,

Et Conty remply de fureur,

Jure par sainte bosse,

Que dedans Saint Germain,

Ils tueront Mazarin,

Où qu’ils seront des rosses.

 

Le Duc d’Elbeuf a entrepris

D’aller jusqu’a surenne,

Le Prince d’Harcourt son grand fils,

Prendre le Bourg la Reyne

L’Islebonne et de Rieux.

Armez jusques aux yeux,

Le Chateau de Vincenne.

 

Clanleu veut passer pour un fou,

Et veut bien qu’on le raille,

Si lui seul ne reprend Saint Clou,

Ce foudre de Bataille

A fait mille serments,

Qu’il entrera dedans,

Par dessus la muraille.

 

Triolets                                                      1649                                          [87]

 

Je ne veux rubans ny bijoux,

Belle Flore, laissez vous prendre,

Quoique je gaigne contre vous,

Je ne veux rubans ni bijoux;

L’honneur de vaincre m’est plus doux,

Que l’argent que j’en puis pretendre;

Je ne veux rubans, ni Bijous,

Belle Flore, laissez vous prendre.

 

Qu’a ce jeu je sois pris ou non,

Vous payerez la debte entiere,

Car vous ne pouvez tout de bon

Qu’a ce jeu je sois pris ou non,

Esperer ma discretion,

Sans m’en donner quelque matiere;

Qu’a ce Jeu je sois pris ou non,

Vous payerez la debte entiere.

 

Chanson                                                    1649                                          [89]

Sur l’Air                                                      Imprimée dans les pieces de 1649 a la fin des Trahisons descouvertes et le peuple vendu. Dediez a Monsieur le Duc de Beaufort

Pendons l’espee au crocq,

Nôtre guerre est finie,

Il faut faire l’escroq,

Quand la bourse est tarie,

Nous n’aurons plus d’argent,

De Monsieur Parlement.

 

Grand Prince de Conty,

Vous n’etes guere habile,

D’etre sitost sorty,

De la Maison de Ville,

Où vous mangiez l’argent

De Monsieur Parlement.

 

Que j’avois cet abord,

Quand Dame populace,

Crioit, vive Beaufort,

Avec sa blonde face,

Il n’a point pris d’argent,

De Monsieur Parlement.

 

Pendant ces differences,

Longueville fut sage,                                                            [90]

Sa femme et ses enfans,

Feignant mettre en ostage

Pour attraper de l’Argent,

De Monsieur Parlement.

 

Enfans du grand d’Elbeuf,

Je plains vôtre misere,

Faut retourner au beuf,

Ainsi que votre pere;

Vous n’aurez plus d’argent

De Monsieur Parlement.

 

Mareschal à tout pris,

Qui est, a qui peu donne,

Il a pillé Paris,

Comme il a fait Cardonne,

Il emporte l’Argent,

De Monsieur Parlement.

 

Et vous pauvres badaux,

Ne criez plus qui vive,

Allez voir les travaux

Du Bourg de Ville – Juifve,

Prenez vôtre argent,

Ce peu de batement.

 

Chanson sur l’Air                                                                     1651                                          [91]

Intituléé, La Mazarinade composée a 4 parties, imprimée a la fin de la mort

lorsque le Mazarin assiegeoit la ville de Bordeaux funeste du Cardinal Mazarin.

 

Amis ne parlons plus d’affaire,

Surtout dedans le cabaret,

Ce verre vaut mieux qu’un arrêt,

Et que la Lettre Circulaire,

Laissons là Mazarin et vivons sans soucy,

Au Diable soit le sot, s’il revient plus icy.

 

Qu’il bloque par mer, et par terre,

Les murailles des Bordelois,

Qu’il meine la Reyne, et nos Roys,

Dans les confins de l’Angleterre,

Laissons là Mazarin et vivons sans soucy

Au Diable soit le sot s’il revient plus icy.

 

Si l’Archevesque de Corinthe

Revestu de son habit gris,

A pris les armes pour Paris,

Qu’importe, vuidons cette pinte,

Beuvons a la santé de ce digne Prelat,                                                                          [82]

La France le verra dans le Cardinalat.

 

Que Beaufort en aimant la fronde,

Plus que le Titre d’Admiral,

Grand Ennemy du Cardinal,

Se fasse aimer de tout le monde,

Prenant le verre en main, beuvons a sa santé,

Les Princes par ses soins seront en liberté.

 

Sus beuvons à cette assemblée,

Qu’on nous dit etre un coup d’état,

Pour detrosner ce Potentat,

Par qui la France est accablée,

Laissons là Mazarin et vivons sans soucy

Au Diable soit le sot s’il revient plus icy.

 

Arrest de la Cour de Parlement, donné contre Jules Mazarin.                                        [93]

Sur le chant: Le Roy d’Hongrie et L’Empire etc.

 

Enfin tous les Parisiens,

Seront hors de souffrance,

Puisque tous les Italiens,

Sortiront hors de France,

Le Bonnet rouge est tout confus,

Ses Benefices sont perdus,

Ce Cardinal, ce Cardinal,

Ne nous fera plus tant de mal.

 

Il a tiré l’or et l’argent,

Par des notables sommes,

Pour se rendre riche et puissant,

Dans la ville de Rome,

Y faisant batir des Palais,

S’est enrichy pourtant jamais.

Ce Cardinal, etc.

 

Il a fait partir en tous lieux,

Le peuple de la France,

Comme un mechant pernicieux,

Les mettant en souffrance,                                             [94]

Ne le pouvant plus supporter,

Le Diable le puisse emporter,

Le Cardinal etc.

 

Il a contre Dieu et la Loy,

D’une mauvaise sorte

La nuict enlevé nôtre Roy,

Pour lui servir d’escorte,

Paris a voulu affamer,

Mais il lui faut se retirer,

Ce Cardinal etc.

 

Enfin Messieurs du Parlement,

Ont dressé sa sebtence,

Qu’il falloit dans huit jours de tems,

Qu’il sortit hors de France,

Ou qu’il seroit assassiné,

Ainsi comme il a merité

Le Cardinal etc.

 

Les Partisans sont hors d’espoir,

Et ont tous pris la fuite,

Le Cardinal au desespoir,

S’en ira a leur suitte,

Les Monopoleurs sont à cu,                                                                                [95]

Eussent ils tous le col rompu,

Le Cardinal etc.

 

Si dans Paris on le tenoit,

On lui feroit grand feste,

Chacun son corps dechireroit

Et les autres sa teste,

Le Marquis d’Ancre n’eut êté,

Jamais si bien que lui traité

Ce Cardinal etc.

 

Prions Dieu pour le Roy Louis,

Et les Princes de France,

Qu’ils le rameine dans Paris,

En grande rejouissance,

Et pour Messieurs du Parlement,

Qui ont dressé le Jugement,

Au Cardinal, au Cardinal,

Qui nous avoit fait tant de mal.

 

La menace du tres fidelle peuple de Paris, faites a Mazarin:                                          [97]

Sur le chant, Thoinon la belle Jardiniere etc.

 

Je crois que ta couleur est pasle,

Et que ton coeur est bien chagrin,

Car a present tout chacun parle

Contre toy Jules Mazarin,

Meschant, deloyal, et Perfide,

Faut que de la France tu vuide.

 

Retourne t’en en Italie,

Malheureux d’où tu est venu,

Car de mal ton ame est remplie,

Mais ton dessein est reconnu,

Si jamais dans Paris tu rentre,

On te fera comme au Marquis d’Ancre.

 

Tu pensois bien ruiner la France,

Afin de nous faire perir

Mais on te dresse ta Sentence,

Pour toy meme faire mourir:

Si jamais dans Paris tu rentre etc.

 

Tu etois bien tenté du Diable,

De nous fair tant endurer,                                                                  [98]

Mais faut que le malheur t’accable,

Croit que tu peux bien esperer,

Que si dedans Paris tu entre, etc.

La populace es su esmeüe,

Contre toy mauvais Cardinal,

Si on te voyoit dans les ruës,

On te feroit beaucoup de mal,

Si jamais, etc.

 

Tout chacun jure ta ruine,

Et le peuple Parisien,

Ensemble se fasche et mutine,

Contre toy pauvre Italien,

Si jamais, etc.

 

Il faut que tu retourne à Rome,

Peur que tu ne trouve ta fin,

Mais prend garde qu’on ne t’assomme

Si on te rencontre en chemin,

Si jamais, etc.

 

Il faut que tu change ta vie,

Songe donc a être meilleur,

Crainte qu’elle ne soit suivie,                                                          [99]

De quelque sinistre malheur,

Car tu nous a trop fait la nique,

Par ton conseil tres tiranique.

 

Les qu’en dira-t’on des Monopoleurs, etc.                             [101]

 

Vous Partisance, engeance trop maudite,

Chacun vous haït comme peste et poison,

Vous etes en fuitte,

Mais nous dirons

Que si on vous pend comme des Larons,

Qu’en dira-t-on?

 

Que fussiez tous au profond des abismes,

Pour servir de compagnie a Pluton,

Et pour vos crimes

Nous esperons,

Dedans ces lieux servirez de tisons,

Qu’en dira-t’on?

 

Car Lucifer et sa troupe damnée,

Vous fera fort bien reception,

Bien ordonnée,

De Marmitons,

Pour vous traiter a grands coups de bâtons,

Qu’en dira-t’on

 

Allez, allez dedans ces forres noires

Vous meritez cette punition,                                                            [102]

Il nous faut croire,

Que tout de bon,

Que vous serez noire comme charbon,

Qu’en dira-t’on?

 

Judas, Caïn, Barabas, et Pilate,

Cayphe, avecque l’Empereur Neron,

Viendront en haste

D’affection,

Vous recevoir comme leurs compagnons;

Qu’en dira-t’on?

 

Vous ne ferez jamais de monopoles,

Traitres remplis d’abomination,

Car nos pistoles,

Et nos doublons:

Vous nous avez anleé a foison,

Qu’en dira-t’on!

 

Monopoleurs le Diable vous entraisne,

Car de bon coeur tous nous le souhaitons,

Que dans la seine,

Fussiez au fond

Et noyez tous comme fut Pharaon:

Qu’en dira-t’on?                                                                                        [103]

 

La pauvre France sera delivrée,

Et ne sera plus dans l’oppression

Tiranisée,

Par ces Desmons,

Qui seront tous mis en destruction,

Qu’en dira-t’on?

 

Chanson                                                                                                          [105]

D’un bon garςon, qui boy de rejouissance sur la fuitte des Monopoleurs: sur un chant qui coure etc.

 

Je depite, je depite,

Qu’aucun boive plus que moy,

Les Maltotiers sont en fuitte,

J’en suis joyeux et j’en boy.

 

Tous les Diables, tous les Diables,

Prennent les Monopoleurs,

Car ces traitres miserables

Nous cause de grands malheur.

 

Crions vive, crions vive,

Le Roy, et le Parlement,

A celle fin qu’ils nous prive

De notre peine et tourment.

 

Cousin Gilles, Cousine Gilles,

Donne a boire au voisin Luc,

Car je voy qu’il est debille,

Et me semble tout caduc.

Quoyqu’on die, quoiqu’on die,

De tout ce bruit là qui court,                                                                               [106]

Je feray pourtant la vie,

A ces bruits faisant le sourd.

 

J’ay en haine, j’ay en haine,

Ces Coquins de Maltotiers,

Fussent ils tous a la gesne,

Je le voudrois volontiers.

 

On travaille, on travaille,

A nos maux diminuer

C’est pourquoi je fais gogaille

Et j’y veux continuer.

 

Du commerce, du commerce,

Je ne veux point me mesler

Quand un tonneau est en perce,

J’aime bien mieux grenouiller.

 

Quoiqu’on fasse, quoiqu’on fasse,

Il me faut donner du vin,

Aprés je fais une farce,

Quand ce seroit Tabarin.

 

Il faut boire, il faut boire.

A la santé de Broussel,                                                                         [107]

Et l’avoir dans sa memoire,

Car il est beny du ciel.

 

L’Arrivée de Monsieur de Beaufort, dans la ville de                                             [109]

Paris sur le chant, Adieu donc belle Aminte, etc.

 

Beaufort courage martial,

Est venu pour finir nos peines,

Il est hors du bois de Vincennes,

Tout en depit du Cardinal,

Ce Prince magnanime,

Ce grand coeur de Beaufort,

Les Parisiens estime,

Qui sera leur suport.

 

Mazarin sera fugitif,

Car par sa grande outrecuidance,

Il a tant fait souffrir la France,

Et tenu ce Prince captif,

Ce Prince magnanime, etc.

 

Chacun se doit bien rejouir,

Esperant sortie de misere,

Ce vaillant Duc se delibere,

Dans le bonheur nous retablir,

Ce Prince magnanime, etc.

 

Paris l’avoit bien souhaité,                                                                                                   [110]

Mais a present qu’il le possede,

Il croit rencontrer le remede,

Et trouver sa felicité,

Ce Prince magnanime, etc.

 

Voyant ses genereux exploits,

Sa valeur et sa hardiesse,

On cria avec allegresse,

Vive ce grand Seigneur Francois,

Ce Prince magnanime, etc.

 

Chacun est contant et joyeux,

A cause de sa delivrance,

Car il nous donne esperance,

Qu’on le verra victorieux,

Ce Prince magnanime, etc.

 

Il est hardy plain de valeur,

Et plus vaillant que son espée,

Heureuse soit son arrivée,

Qui sera pour notre bonheur,

Ce Prince magnanime,

Ce grand coeur de Beaufort,

Les Parisiens estime,

Qu’il sera leur support.

 

Anagrame                                                                                                      [111]

Voyez de Mazarin la plaisante anagrame,

Il y a Sarazin mettant S. pour M.

 

Voyez un peu qu’elle manie,

Luy vient de saisir le cerveau,

N’est pas le traiter de grand ceremonie,

Quand un Prince du sang lui oste son chappeau.

 

Chanson                                                                                                          [113]

Des Barricades de Paris, composée par six harangeres, sur le chant, lere-lenlere, etc.

 

Six vendeuses de poisson, bis

Ont composée la chanson, bis

Des Barricades dernieres,

Lerela, lerelenlere,

Lerela, lerelenla.

 

Comme ensembles elles beuvoient. bis

L’une a l’autre se disoient, bis

Partons un peu des affaires,

Lerela etc.

 

Une vendeuse de sel, bis

Dit que Monsieur de Broussel, bis

Nous etoir fort necessaire,

Lerela etc.

 

Pour le peuple suporter,

Fut en prison arresté

Mais il n’y demeura guere,

Lerela etc.

 

Pour afin de le r’avoir, bis

Chacun se mit en devoir bis

Montrant se qu’ils seauvient faire,

Lere-la, etc.

 

Car les Bourgeois animez. bis

Aussitot se sont armez, bis

Par une faςon guerriere,

Lerela, etc.

 

Toutes les chaines on rendit, bis

Et les Barricades on fit. bis

Temoignant notre colere

Lerela, etc.

 

Les soldats epouvantez bis

De se voir si bien traitez, bis

Tournoient le cul en arriere,

Lerela etc.

 

Aussi les colins Tampons, bis

Etoient froids comme glaςons, bis

Car ils ne croyoient plus boire,

Lerela, etc.

 

Ils etoient bien etonnez, bis                                                             [115]

De voir qu’a coups de pavez, bis

On cassoit leur cermoniere,

Lerela, etc.

 

Et dessus la Meilleraye, bis

On faisoit voler les grez, bis

Les bastons aussi les pierres,

Lerela, etc.

 

Et aussi le Chancelier, bis

En eut eu plus d’un millier, bis

Mais il passa la Riviere,

Lerela etc.

 

Mais ils ont pour se vanger, bis

Voulu premier assieger, bis

Mais ils n’y gagnerons guere,

Lerela, etc.

 

Bien voir qu’au commencement, bis

Nous ayons quelque tourment, bis

Nous sortirons de misere,

Lerela, etc.

 

Crions tous de vivre voy, bis                                                              [116]

Vive Louis notre Roy, bis

Aussi Monseigneur son frere,

Lerela, etc.

 

Puis crions pareillement, bis

Vive notre Parlement, bis

Qui sont nos Nosseigneurs et Peres,

Lerela, lere lenlere

Lerela, lere lenla.

 

 

La Chasse donnée a Mazarin par les païsans des Bourgs et des Villages; sur le Tocsin  [117]

Sur le chant de Mouceaux

 

Bourgs, villes et villages,

Le Tocsain, il faut sonner,

Rompez tous les passages,

Qu'il vouloit ordonner,

Il faut sonner le Tocsin,

Din, din, pour prendre Mazarin.

 

Nuitamment ce perfide,

A enlevé le Roy,

Le Cruel mérite,

Estre mis aux abois,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Ce méchant plein d'outrage,

A ruiné sans défaut,

Vous tous gens de village,

Vous donnant des Impots,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Mettez-vous sur vos gardes

Chargez bien vos Mousquets

Armez vous de halbardes,                                                                                    [118]

De picques et corselets,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

 

Vertu bleu, se dit Pierre,

Je ny veux pas manquer,

Car j'ai vendu mes terres,

Pour les tailles payer,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Foin de cette bataille,

Chez moy il n'y a plus,

Que les quatre murailles

Tout mon bien est perdu,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Pour payer les subsites,

J'ai vendu mon godet,

Ma poële et ma marmite,

Jusques a mon soufflet.

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Moi, pour payer les Tailles

J'ai vendu mes moutons,

Je couche sur la paille,

Je n'ai pas le teston,                                                                               [119]

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

 

Taitigué, dit Eustache,

J'ay vendu mes chevaux,

Ma charüe et mes vaches,

Pour payer les impôts,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Moi, j'ay, chose certaine,

Vendu mon gros pourceau,

Mes chevres et mes gelines,

Pour payer les impôts,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

 

Coulas prit son epée,

Et des piares en main,

Dit faut à la pipée

Prendre cet inhumain,

Faut sonner le Tocsain, etc.

 

Guillaume prit sa fourche,

Et trouςa son chapeau,

Il dit "Faut que je souche

Mazarin au tombeau.

Faut sonner le Tocsain, etc.                                                              [120]

 

Notre France est ruinée,

Faut de ce cardinal

Abréger les années

Il est auteur du mal,

Faut sonner le tocsain,

Din, din, pour prendre Mazarin.

 

Le Libera de Jules Mazarin, ce meschant perfide Ministre d’Etat                                [121]

Sut le chant: des Enfarinez

 

Mazarin instrument du Diable,

Tu nous dais souffrir par tes darts,

Te voila pris comme un Renard,

De tous cotez chacun t’accable,

Mazarin il te faut chanter

D’une voix bien triste et tremblante,

Mazarin il te faut chanter

Ton Libera me Domine.

 

Mazarin perfide sanguinaire,

Monseigneur le Duc de Beaufort

A promis de mettre ton corps,

Tout en cendre et en poussiere,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

L’on scait toute ta Genealogie,

Tu est le fils d’un simple Marchant:

Tu t’es par ton esprit méchant,

Eslevé par ta tyranie,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Tu nous a fait prendre les armes,                                                  [122]

Nous te mettrons dans le tombeau,

Le Duc de Beaufort bien dispoes

Tu mettra sous la froide lame,

Mazarin il te faudra chanter, etc.

 

Le Cardinal sainte Cecile,

Ayant nos Louis d’or enlevé,

Ne fut il pas empoisonné

Comme une chose tres utile,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Mechant remply de tiranie

Ne merite tu pas la mort,

Il faut que ton infame corps,

Il soit traîné a la voirie,

Mazarin il te faut chanter, etc.

 

Tu as fait enlever hors de France

Nos Pistoles, et nos ecus d’or,

Nos Quadruples, et nos Louis d’or

Ton corps patira pour l’offence.

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Tu es l’inventeur des subsistances

Le chef des Monopoleurs,                                                                  [123]

Sur toy nous sommes les vainqueurs,

Te voila mis en decadance,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Fus-tu desja a tous les Diables,

Toy et tous les Monopoleurs,

Vous ne portez que du malheur

Par vos esprits abominables,

Mazarin il te faut chanter, etc.

 

Tous les Diables ont pris les armes

Afin de te bien recevoir,

Mais que tu sois dans les enfers,

Proserpine tu auras pour femme,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Tu trouveras tes camarades

Dans ces lieux sombres et tenebreux

Tu pourras joüer avec eux

Comme etant grand joueur de cartes,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Tu as fait languir par tes souffrances

Les Laboureurs et Vignerons,

Ainsi qu’un perfide larron,                                                                 [124]

N’as-tu pas ruiné notre France,

Mazarin il te faut chanter etc.

 

Tu seras mis dans la Fausse noire

Avec tous les Monopoleurs,

Tu ne causera plus de malheurs

N’y de cruauté sanguinaire,

Mazarin il te faut chanter

D’une voix bien triste et tremblante,

Mazarin il te faut chanté

Ton Libera me Dominé.

 

Chansons nouvelle de Jules Mazarin, dit je sui l’Arman                                    [125]

Sur le chant: Ha! la voila, hà la voicy celle qui charme mon soucy.

 

Preparons sans craindre rien,

Suivons le Duc de Longueville,

Il faut amatté Mazarin,

Ce tiran natif de Sicile,

Haro, haro dessus ce Cardinal,

Qui ne nous fasse plus de mal.

 

Brisons la teste a ce Demon,

Ce nous est un signe effroyable,

De voir au Lettre de son nom,

Je suis Larman si redoutable,

Haro, haro dessus etc.

 

Dans quel regne helas sommes nous,

N’y a t’il qu’un Beaufort en France,

Duc d’Orleans que faites vous?

Montrés un peu votre puissance,

Haro, haro dessus etc.

 

Vous êtes Prince de bonté,

Vous etes Seigneur debonnaire,                                                    [126]

Protegeant notre liberté,

Ferez ce que vous devez faire,

Haro, haro dessus etc.

 

Helas Prince que faites vous,

Un Cardinal vous fait la guerre,

Et vous tenez auprés de nous

Un autre Arman d’etrange terre,

Haro, haro dessus etc.

 

Grand Duc montrez vous sans pareil,

Premier protecteur de la France,

Chassant ce Demo du Conseil

Vous allegerez nôtre souffrance,

Haro, haro dessus etc.

 

Et si l’on en parle parfois

Ce n’est que de sa tiranie

Chassons du nombre des Francois

Cet Arman natif d’Italie,

Haro, haro dessus, etc.

 

Disant qu’on veut l’assassiner

On lui veut donner deux cent gardes

Il ne faut que pour nous ruiner                                                                          [127]

Qu’un pareil nombre de hallebardes.

Haro, haro dessus etc.

 

Gaston le peuple aux abois,

Remet en vous son esperance,

Et tous d’une plaintive voix,

Vous demandons quelque allegeance,

Haro, haro dessus etc.

 

Gaston chasse ce Cardinal,

C’est lui qui ruine nos Provinces:

Il est autheur de tout le mal,

Et le discord d’entre les Princes,

Haro, haro dessus etc.

 

Quatre vingt mulets chargez d’or,

Ont deja gagné sa Province,

Ce mechant veut ruiner encor,

L’authorité de notre Prince,

Haro, haro, dessus etc.

 

Assassiner ce Cardinal,

C’est gagner pleniere indulgence,

Ou bien il fera plus de mal,

Qu’un Bullion n’a fait en France,                                                                      [128]

Haro, haro dessus etc.

 

Sus persons de coups, Parisiens,

Les tripes de cette Eminence,

Il nous les faut jetter aux chiens,

Qu’il n’ait des tombeaux en France,

Haro, haro dessus etc.

 

Surtout conservons notre Roy,

Innocent du mal qu’on nous donne,

Et que tous fasse comme moy

Pour lui conserver sa couronne

Hari, haro, dessus etc.

 

Crions vive les Fleurs de Lys,

Vive nôtre Roy débonnaire,

Faut graver nos fait inoüis,

Dedans le temple de memoire,

Haro, haro ce cardinal,

Qui ne nous fasse plus de mal.

 

Suplication à Monsieur le Prince, de quitter le party Mazariniste                                                 [129]

Sur le chant, Bachus est l’amour ce volage

 

Prince gardez que votre haine,

Ne vous fasse beaucoup de peine,

Sans fruict et satisfaction,

Si vous jouez de vôtre reste

Dieu qui sςait vôtre intention

Vous l’a rendra toute funeste.

 

Quel abus a seduit cette ame,

Qu’on void jadis dans les allarmes,

Cueillir tant d’Illustres lauriers,

Faut il que pour une sangsüe,

Le plus vaillant de nos guerriers,

En voulant nous tuer ce tuë!

 

Quittez la cause Mazarine

Prince, de peur que sa ruine

Ne vous fasse tomber aussi,

Venez vous joindre a votre frere,

Le sang du Grand Montmorancy,

Fait que tout Paris vous revere.

 

La pauvre France est desolée,                                                        [130]

De voir ses filles violée,

Les temples memes prophanez,

Si jusqu’au coeur vos traits la blessent,

Mourant des coups que vous donnez,

Qu’elle doit être sa tristesse.

 

Vôtre pais vous fait ces plaintes,

Le paisant fremit de crainte,

Le Laboureur au desespoir

Abandonne ces meteries,

Et cela ne peut esmouvoir

Votre coeur remply de furie.

 

Si vous vous detruisez vous même,

Vôtre mal n’est pas moins extreme,

Que celui du pauvre indigent,

Conservex le peu qui demeure,

Il ne vous passera pas l’an,

Si vous le mangez a cette heure.

 

Ces Lys qui fonr ces dignes marques,

De la candeur de nos Monarques,

Fletrissent au sang des innocens,

Louis Prince plein de sagesse.

 

Les soutient de son bras puissant,                                              [131]

Et le votre aujourd’huy les blessent.

 

Ce monstre issüe de l’Italie,

Le matin de l’Epiphanie,

A la rigueur de la saison,

Il exposa cette victime,

Sur l’autel de la trahison

Pour nous mieux paslier son crime.

 

Pour mieux destruire nos Provinces

Pour eblouir les yeux des Princes,

Tu fais un rapt digne de toy,

Pour rendre un innocent rebelle,

Tu nous enleve nôtre Roy

En nous faisant une querelle.

 

Vous Reyne pour qui nos sufrages

Ont rendu tant de temoignanges,

De l’amour qu’on avoit pour vous,

Vous eûtes un Roy par nos prieres

Si Dieu ne l’a donné qu’a nous,

Pourquoy l’oster de la maniere.

 

Gaston faut il qu’un peuple voye,

Que vous courez aprés la proye,                                                    [132]

Et protegez le ravisseur,

Votre ame si chere a la France

Partageant le gain du voleur,

Partagera la recompense.

 

Si Louis Prince debonnaire,

Etoit encor dessus la terre,

Et ce tigre chez les Romains,

La Riviere seroit tarie,

Ils n’auroient pas emplis leurs mains

Pour les vuider en Italie.

 

Chanson nouvelle                                                                  [133]

Sur la genereuse resolution d’une fille, qui veut mourir pour le service du Roy et sa patrie, et comme elle prend les armes a ce sujet

Sur le chant: Elle est revenüe Denise

 

Une fille d’auprés de la Tournelle

S’est voulu enroler,

Se promettant de faire des merveilles,

Faisant d’elle parler,

A pris party pour aller a l’armée,

Elle s’en est en allée Jeanne,

Elle s’en est allée.

 

Elle a juré devant beaucoup de monde,

Et aussi ses parens,

Qu’elle vouloit être une vraye seconde,

Pucelle d’Orleans,

Aussi bien qu’elle, elle maniera l’épée,

Elle s’en est en allée etc.

 

Elle a juré par l’espée qu’elle porte

Que c’etoit son dessein,

Qu’elle accommoderoit de bonne sorte,

Le Cardinal Nazin,

Car contre lui elle est fort animée                                                [134]

Elle s’en est allée, etc.

 

Pour mon bon Roy et ma chere patrie,

J’en vais batailler,

Je perdray cent fois plutost la vie,

Qu’on me voye reculer,

Car au combat je suis bien preparéz,

Elle s’en est, etc.

 

Elle faisoit dix mille caracolles,

Montée sur son cheval,

Disant je feray faire des cabriolles,

Aux gens du Cardinal,

D’un bon fusil elle sera équipée

Elle s’en est allée etc.

 

Marchant sous la genereuse conduitte

Du grand Duc de Beaufort

Aux ennemis feray prendre fuitte,

Ou les mettray a mort.

Et fuiront la comme brebis esgarez

Elle s’en est allée etc.

 

Je ne seray jamais une poltronne,

Je le feray bien voir,                                                                                [135]

Car jour et nuit faut que je me scavonne,

J’en ay bien le vouloir,

De l’ennemy je serai redoutée,

Elle s’en est etc.

 

Les Pistolets et l’arcon de la selle,

Les bottes, et les eperons,

Le Juste au corps, plume, belle d’entelle,

Avec les gros boutons,

De beaux galans elle est bien ajustee!

Elle s’en est etc.

 

Jamais Roger, Olivier de Castille,

Roland, Richard sans peur,

Ne fera mieux que fera cette fille,

Car elle a trop de coeur,

La Saint Balmond ne sera plus estimée,

Elle s’en est etc.

 

Car elle veut que d’elle chacun parle,

Et ce sont ses souhaits,

Qu’elle soit mise dedans les annalles,

Parlant de ses bienfait.

Que la France lui sera obligee!

Elle s’en est en allée Jeanne,                                         [136]

Tout droit a l’armée.

 

L’Adieu de Mazarin a la France, et la confession qu’il a fait         [137]

de toutes ses fourberies, auparavant son depart

Sut le chant: Pourquor cher Celadon, etc.

 

Adieu braves Franςois,

Si noble, et si courtois,

Il faut que je vous quitte,

Je me vais retirer,

Mais mon esprit est triste,

De vous abandonner.

 

Devant que de partir,

Je vous veux advertir,

De toutes les volleries,

Que j’ay fait en ce lieu,

Voulant par tiranies

Partout mettre le feu.

 

N’ai-je pas un grand tort,

Ravir vôtre suport,

Louis le Roy de France,

Et de nuict l’enlever,

De ma grande arrogance,

Je ne m’en puis sauver.

 

De plus a Charenton,                                                           [138]

De ce grand Chastillon,

De sa mort je suis cause,

Voulant par trahison,

Faire bien autre chose

En ruinant les maisons.

 

L’on connôit mon scavoir,

Car c’est tout mon vouloir

De gaster toute la France,

Mais si l’on est aperςeu

De mon intelligence,

Dont m’en voila deςeu.

 

Plusieurs ay fait languir,

Et des armées perir,

Par mes folles entreprises,

J’ay le Grand Gassion,

Sans nulle autres remises,

Fait tuer en trahison.

 

J’ay dedans et dehors,

Ravy tous les tresors

De cette pauvre France,

Et les Parisiens

Reduits en decadence,                                                       [139]

Ravissant leurs moyens.

 

Les pauvres villageois

Ay reduits aux abois,

Et dedand la misere,

Où ils sont maintenant,

Dans leur douleur amere,

Ils me vont maudissant.

 

J’ay voulu affamer,

Afin de ruiner,

Paris la bonne ville,

Mon dessein deloyal,

S’est trouvé inutile

En exemptant ce mal.

 

Je ne scay où tourné

Car je suis condamné,

Que si quelqu’un m’avise

Ils me feront mourir,

En faisant à leur guise,

Me faut ainsi perir.

 

N’ayant nul reconfort,

N’y point de Passeport,                                                                                          [140]

Je ne scay où pretendre,

De me pouvoir sauver

Enfin me faut attendre,

De me desesperer.

 

J’espere dans l’Enfer,

Avecque Lucifer,

Y faire mon entrée

Et tous les diablotins,

A ma belle arrivée

Y feront des festins.

 

Vous faut les armes en main

Tuer ce Mazarin,

Ce montre detestable,

Sus courage Franςois,

D’un coeur tres aimable,

Mettons-le aux abois.

 

Paravant mon depart:

Me faudra tost ou tard,

Mourir de mort etrange,

Car je suis destiné

D’etre mis dans les fanges

Pour y être traîné.

 

La vie, et la mort de Monsieur de Clanlieu, Gouverneur de Charenton,           [141]                                     

lequel fut tué dans la Bataille, au grand regret des Parisiens;

Sur le chant: Pauvres Pescheurs resveillez vous

 

Pleurons honorable Franςois,

Nôtre bon general,

Ce Marquis de Clanleu, courtois,

Notre amy et loyal,

Qui fut tué a Charenton,

Aussi bien que Monsieur de Chastillon.

 

Il a servy le Roy Louis,

Dedans les pais bas,

Montrant a tous nos ennemis,

La valeur de son bras,

A Courtray et meme ailleurs,

Il a montré son insigne valeur,

 

A Bergue, et Ipre mêmement,

Il fit de beaux exploits,

Faisant bien voir a ces Flamands,

Et a ces Dunkerquois,

Que pour son bon Roy sans tarder

Sa vie dans ses lieux vouloit hazarder.                                                        [142]

 

A Furnes, et au Fort Mardik,

Ce vaillant conducteur,

Sur la mer parut fort hardy,

Faisant de la terreur,

Aux vaisseaux qui vouloient entrer

Dedans la place pour la seconder.

 

Monseigneur le Duc d’Orleans,

Voyant qu’il avoit fait,

En homme sage et bien prudent,

Luy donna cet endroit

Pour en être le Gouverneur,

L’appuy, et aussi le vray deffenseur.

 

A Dunkerque pareillement,

Ce genereux Seigneur,

Se batoit toujours vaillamment,

Dedans les lieux d’honneur,

Mais falloit il qu’a Charenton,

Estre tué par un mechant poltron.

 

A Diximud il y a deux ans,

Qui le prit pour certain,

Devant Léopold, et ses gens,                                         [143]

Un Jeudy au matin,

Et dont il en fut Gouverneur

Pour son courage et aussi son grand coeur.

 

Et au bout de huit jours aprés

Léopold vint camper,

Devant la ville tout exprés,

Afin de l’assieger,

Où alors Monsieur de Clanleu,

Faisoit des furieuses sorties sur eux.

 

Ce guerrier soustint dix huit jours,

Comme un vaillant soldat,

D’un fort beau zele, et plein d’Amour,

Donnant force combat,

Dedans l’Armée et dans leurs camps,

Taillant en piece d’aucuns Regiments.

 

Il lui falut au meme temps,

Bientost capituler,

Voyant qu’il n’y avoit nulement

Quasiment de quartier,

Car pour les soldats qu’il avoit,

Furent tous prisonniers dans cet endroit.

 

Aprés cela il s’en alla

Trouver lors Gassion,

Le suplier qui l’envoya,

A Louis de Bourbon,

Lettre escrite de sa main,

Que la ville etoit rendüe pour certain.

 

Gassion escrit promptement

Une Lettre au Roy,

Qu’il s’etoit batu vaillamment,

Ayant par plusieurs fois,

Fait des sorties sur l’ennemy,

En montrant qu’il n’etoit pas endormy.

 

Mais tout cela n’empêcha pas,

Le malheureux dessein,

De ce perfide et ce Judas,

Qu’on nomme Mazarin,

Car il le fit mettre en prison,

Par une noire et mauvaise intention.

 

Dedans Amiens il fut un an,

Retenu prisonnier,

Mais les Barricades arrivant,

Sitost fit suplier

Tous nos Seigneurs de Parlement                                                                   [145]

Pour leur montrer qu’il etoit innocens.

 

Le Parlement ayant connu,

Point de mal à son fait,

Aussitost il s’est resolu,

Qu’il faloit en effet,

Que le Cardinal Mazarin

Contre lui eut quelque mauvais dedin.

 

Il le fit sortir de prison,

Comme étant innocent,

Et lui d’une bonne action,

Vint saluer humblement

Le Parlement dedans Paris,

Durant que le siege y etoit donc mis.

 

Lors Charenton etant à nous,

Ces Messieurs lui ont dit,

Et nous voulons que ce soit vous

Qui nous serve d’appuy,

Et mesmement de Gouverneur,

Car nous sςavons qu’avez un tres grand coeur.

 

Et cet honneste homme emmena,

Les Regiments levez,                                                                              [146]

Et dans le Bourg il ordonna,

Comme ils furent arrivez

Les postes qu’ils devoient tenir,

Afin de voir les ennemis venir.

 

Il fut environ quinze jours,

Sans qu’il aperceu rien,

Mais une nuit tout a l’entour

Le Prince etoit soudain,

Et le matin étant venu

Clanleu et ses gens les ont reconnu.

 

Le Prince advanςa le premier,

Et ce grand Chastillon,

Mais voicy douze Fuziliers,

Qui tiroient tout de bon

Sus eux et aussi sus leurs gens,

Dont ce Seigneur fut mis au monument.

 

De Condé voyant ce malheur,

S’envint for rudement

De tous cotez donnant terrreur,

A tous les habitans,

Car l’un s’enfuyoit dessus l’eau

Et les autres dans des petits bateaux.                                      [147]

 

Clanleu etant dessus le Pont,

Il se vid entourer,

De plusieurs coquins et Poltrons

Qui vouloient l’attraper,

Mais lui a coups de Pistolets

Tua siz Mazarins et six Polonois.

 

Un sergent traitre et pervers,

Luy donna dans les reins,

Un coup qui le mit a l’envers

Et tomba pour certain,

Lors il s’ecria ô mon Dieu,

Pardon je vous demande dand ce lieu.

 

A Jesus Christ recommanda,

Son ame et son esprit

Priant la Vierge a son trepas

Avec un coeur contrit,

De lui vouloir faire ce Don,

De ses pechez avoir rémission.

 

Les Regrets de Madame de Chastillon                                                        [149]

Sut la mort de son cher epoux

Sur le chant: Que de tristesse et de Deuil etc.

 

Ȏ qu’elle grande pitié,

Ie reςois dedans mon ame,

De voir ma chere moitié

Reduit sous la froide lame.

 

C’est ce grand de Chastillon,

Qui a tant fait de vaillance,

En plusieurs occasions,

Servant bien le Roy de France.

 

Il etoit le grand mignon,

De Condé chose asseurée,

Mais pour lui a Charenton,

Fut tué dans la meslée.

 

Falloit qu’il entreprit,

Une guerre illegitime,

Contre ces meilleurs amis,

Qui en ont tant fait destime.

 

Qu’est la cause de sa mort?

C’est ce malheureux infame:                                         [150]

Qui a fait partout grand tort,

Dont tout le monde le blasme.

 

Ce traitre de Cardinal,

Commanda d’aller reprendre,

Comme un Démon infernal

Charenton sans plus attendre.

 

Alors mon cher époux , dit

D’une parole agreable,

Faut-il que je me sois mis

Du côté d’un miserable.

 

En proferant ce discours,

Ill fallut à l’heure même,

Quitter lá toute la Cour,

Avec un regret extreme.

 

Etant au bourg arrivé,

On commenςa à ce battre,

Où plusieurs furent tués,

Dedans ce furieux desastre.

 

En combatant il disoit

Ȏ! mon Dieu quelle querelle!                                                          [151]

Voir Franςois, contre Franςois,

Que cette guerre est cruellle.

 

Au meme tems il receut

Un coup dans le petit ventre,

Et tomba tout étendu,

Ne se pouvant plus deffendre.

 

Puis aprés on le porta,

Dedans le Bois de Vincenne,

Où la vierge il reclama

Qu’elle eût esgard a sa peine.

 

En mourant il regretoit

La faute par lui commise,

Mais qu’il n’avoit pû jamais,

Refusé cette entreprise.

 

Il dit encore une fois,

Faloit-il faire la guerre,

Contre les pauvres Franςois,

Qui souffre tant de misere.

 

Il falloit mieux s’en aller

La faire dans l’Angelterre,                                                                  [152]

Pour la sainte Foy planter,

Que non pas contre nos freres.

 

Il demanda humblement,

Pardon de sa grande offence

Faites a ce grand Parlement,

Qui est le premier de France.

 

Voila comme il trépassa,

En prononςant ces paroles,

Ce bas monde il delaissa

A Dieu son ame s’envole.

 

Aussi son propre cousin,

Fut tué dans cette attaque,

Dés le Lundy au matin,

Et plusieurs de grande remarque.

 

Et moy Dame de renom,

On m’aportera la nouvelle

De la mort de Chastillon,

Mon cher époux tres fidelle.

 

C’est ce méchant Cardinal

Qui a cette mort causée                                                                                        [153]

Que mon bon mary loyal,

Ma ainsi tost delaissée.

 

Je prie Dieu de le placer,

Dedans la gloire eternelle,

Et vouloir recompenser

Mon bien aimé, mon fidelle.

 

Les Adieux qu’a fait Monsieur de Chastillon avant que de mourir, a sa mere, et a sa femme  [155]

 

Sur le chant: O mort rigoureuse mort

 

Adieu ma chere mere, adieu,

Adieu donc ma bien aimée femme,

Il me faut quitter ce bas lieu,

Pour a Dieu rendre ma pauvre ame,

Si en mourant j’ay un regret,

J’en ay un tres juste sujet.

 

Ce n’est pas que je crains la mort,

Car je scay qu’il faut que je meure,

Mais c’est que j’ay un grand remort,

Que l’on m’en a avancée l’heure,

Dans un combat où j’ay eté

N’en ayant pas la volonté.

 

Helas! ce fut a Charenton,

Où on donna une bataille,

Qu’a cette injuste occasion,

Que j’ay trouvé mes funerailles,

Mais de mon funeste trepas,

Ha! coupable je ne suis pas.

 

Car le seul sujet principal,                                               [156]

De la Bataille malheureuse,

Ce fut le mêchant Cardinal,

Dont l’ame trop ambitieuse,

Commanda sans nule raison

Qu’on alla prendre Charenton.

 

C’etoit le Prince de Condé,

Qui etoit chef de l’entreprise,

A moy il me vient commandé

De me trouver a cette prise,

Dieu scait que mon intention

N’etoit point a cette action.

 

Car en mon coeur je connoissois

Que c’estoit une grande follie,

De faire la guerre aux Franςois

Etans tous de meme patrie,

Ce combat je ne pouvois fuir,

Car il me falloit obeïr.

 

Adieu donc ouissant Roy Louis,

Adieu Monarque debonnaire,

Dieu veuille un jour en Paradis,

Je vous voye, aussi vôtre frere,

Si j’ay un regret de mourir,                                               [157]

C’est ne vous pouvant plus servir.

 

Si mon trépas j’eus rencontré

Dedans une occasion bonne,

Je prendrois la mort blur agré,

Que pour une prise poltronne,

Que le Cardinal Mazarin,

Vouloit avoir a perte ou gain.

 

Ma grande consolation,

Quittant cette vie terrienne,

C’est que j’ay la Religion,

Qui est la meilleure et certaine,

Où on peut son salut trouver

Et avec elle se sauver.

 

Je ne serois plus prolonger,

Car il faut que mon ame expire,

Je prie Dieu me vouloir loger,

La haut dans son celeste empire,

Je meurs bien resoût et content,

De tous mes peschez repentant.

 

Je vous presente mes adieux

Ma femme et mere bien aymée                                                                       [158]

Dieu vueille qu’un jour dans les cieux,

Que nos trois ames soient placées,

Pour le louer incessamment

Plein d’un parfait contentement.

 

L’Aparition de l’Esprit de Monsieur le Duc de Chastillon, au Prince de Condé                      [159]

Sur le chant: Je fuis vôtre beauté etc

 

Avant que l’oeil du jour

Eut commencé son tour,

Et que la nuit, qui nous livre au sommeil,

Nous eut remis dans les bras du resveil,

On rendoit au repos,

Ce que nature avoit mis en depost,

Mais dans l’etat de ce silence

L’esprit bat les corps,

De differens remords.

 

Le Duc de Chastillon,

Qui fut a Charenton,

Pour l’interest d’un ministre odieux,

Blessé a mort d’un coup injurieux,

Sortit de son tombeau

Demy couvert de son triste l’embeau,

Pour remontrer a un grand Prince:

Le comble d’erreur,

Ou monte sa fureur.

 

Prince, dis cette esprit,

D’un accent tres-hardy,                                                     [160]

Vous connoissez, que pour vous avoir crû,

Chastillon a des morts le nombre accrû,

Voyez a quoy me sert,

Le vain suport que vous m’aviez offert,

Puisque la mort par sa puissance

Oste les Lauriers,

Des Illustres Guerriers.

 

J’estois bien abusé,

De n’avoir meprisé,

Tous vos presens, comme un apas fatal,

D’où descrivoit la source de mon mal,

Helas! si j’eusse crû

N’en remporter que ce que j’ay receu,

Vous n’auriez pas par artifices,

Contre la raison

Fait armer Chastillon.

 

Dans le sang des Francois,

Contrevenez les loix,

Vous fletrissez ces Lauriers plains d’effroy,

Que vous cueillâtes a Lens et a Rocroy,

Vous tachez votre nom,

Et faites tort a celui de Bourbon,

Montmorancy aura la honte,                                                           [161]

De voir ses nepveux,

Prendre un party honteux.

 

Mais encore n’est ce rien,

Pour un Prince Chrestien,

Que de songer a dresser des Autels

Aux faux honneurs que cherchent les mortels,

Craignez un Souverain

Plus grand que vous et redoutex sa main;

Si a punir elle est trop lente

Son bras tout puissant

N’en est pas moins pesant.

 

Pouvez-vous bien sans peur,

Sans crainte et sans frayeur,

Paroitre un jour, devant un Dieu puissant

Avec un bras rougi de votre sang,

Grand Prince ou fuirez vous?

De quelle sorte eviter son couroux

Etant dessus, de toute azile,

Il n’est point de lieu,

Contre l’Ire d’un Dieu.

 

Les Trahisons de Mazarin descouvertes, Avec le Salvé Regina &                                  [163]                                       

l’Imanus, qu’il doit chanter a la mort

Sur le chant: De Lampon, etc.

 

Faudra pour punitions, bis.

De toutes mes trahisons, bis.

Qu’en tres belle Compagnie,

Salve Regina je die,

De plus, de plus,

Et aussi mon Inmanus.

 

Je suis pauvre Cardinal, bis.

On veut que je fasse un bal, bis.

Dont la pitoyable dance,

Se fera a la potence,

De plus, de plus,

En disant mon Inmanus.

 

Qui fait que je suis hay, bis

C’est que j’ay par trop trahy, bis

Car j’ay causé que la France,

Est en une grande souffrance,

Faudra, faudra,

Chanter Salve Regina.

 

J’ay enlevé tout l’argent , bis                                                           [164]

Qui rend le peuple indigent, bis

J’ay tant fait de Monopoles,

Et tant volé de pistoles,

Qu’il faudra, qu’il faudra

Chanter Salve Regina.

 

N’avois je pas un grand tort, bis

Tenir Monsieur de Beaufort: bis

Dedans le Bois de Vincenne,

Mais j’en porteray la peine,

Me faudra, me faudra,

Chanter Salve Regina.

 

Puis j’ay tins dans une Tour, bis

Monsieur la Mothe-Haudancourt, bis

Faisant mourir, je le nomme,

Monsieur Barillon brave homme,

Trahissant, trahissant:

A Courtray semblablement.

 

J’ay trahy pareillement bis

A Naples tres mechamment, bis

Et suis cause de la prise

De ce grand seigneur de Guise,

Me faudra, me faudra,                                      [165]

Chanter, Salve Regina.

 

N’estois-je pas bien cruel, bis

Envers Monsieur de Broussel, bis

Voulant par ma tiranie

Qu’en prison finît sa vie,

Mais aussi, mais aussi,

Je n’ay pas bien reussi.

 

Paris j’ay fait affamer, bis

Et contre la ville armer, bis

Et ruiner bien des Villages,

Qui ont senty mes outrages,

Mais faudra, mais faudra,

Chanter Salvé Regina.

 

Mais aussi la nuit des Rois, bis

Impertinant que j’etois,

J’ay en heure inopinée,

Sa Majisté enlevée,

Tellement, tellement

Qu’il m’en cuira rudement.

 

Aprés tous ces maux commis, bis

Il faudra que je sois mis, bis                                            [166]

Sur un échaffaut infame

Et là rendre mon ame:

Chantant, chantant,

Un Salve bien hautement.

 

Le grand Courrier General, raportant                                        [167]

Toutes les nouvelles de ce qui se passe

Dans la France

Sur le chant: Dites moy Roy d’Espagne etc.

 

Le Gentilhomme

Je te suplie, arreste,

Messager de Paris,

Fais un peu de retraite,

Viens t’en en mon logis

D’entendre les affaires,

Seroit tout mon vouloir,

Et te prie de ne point taire

Ce que je veux scavoir.

 

Le Courrier

Je veux de bonne grace

Dire la verité,

Faut que je satisfasse

Votre curiosité,

Il faut que je commence

Parler du Cardinal,

Qui veut ruiner la France,

Par Conseil Infernal.

 

Le Gentilhomme

Quoi! il nous veux donc faire

Cruellement pastir?                                                             [168]

Aussi ce temeraire,

S’en pourroit repentir,

Ne donnes point de treve,

Encore a tes discours,

Je te suplie a cheve,

Que j’entends le cours.

 

Le Courrier

Il nous vouloit reduire

A telle extremité,

Et aussi nous destruire

Par la necessité,

Faisant lever du monde,

De folle intention,

Mais tout cela redonde

A sa confusion.

 

Le Gentilhomme

C’estoit donc son envie,

De nous ruiner en tout,

Mais de sa tiranie,

En viendra-t’il a bout?

Avez-vous un grand nombre,

De braves generaux:

Qui pourront aller fondre,

Dessus tous ces marauts?

 

Le Courrier                                                                [169]

Pour Generalissime,

C’est Monsieur de Conty,

Qui au combat s’anime,

Prenant notre party,

Puis de Beaufort ensuitte,

Et la Mothe-Houdancourt,

Qui vont a leur poursuitte,

Et la nuit et le jour.

 

Le Gentilhomme

Manquez vous point de vivres?

Tout n’est-il pas bien chair?

Que peut valoir a livre,

De pain aussi de chair?

Avez vous pas disette,

A Paris mesmenent?

Je croy que l’on achepte

Le tout bien cherement.

 

Le Courrier

Ne faut point que je mente,

Tout est en grande chereté,

Le peuple se lamente,

De telle pauvreté,

Mais on a esperance

Qu’aprés tout ce tourment

On aura abondance,                                           [170]

Des biens suffisamment,

 

Le Gentilhomme

Avez vous d’avantage,

De genereux Franςois,

Qui montre leur courage

Pour vous a cette fois?

L’Armée est-elle grande?

Estes vous bien puissant?

Affin qu’on se deffende

Contre ces insolens?

 

Le Courrier

Nous avons grosse armée,

Contre nos énnemis,

Belle et bien ordonné,

Et gens tous bien conduits;

Le Marquis la Boulaye,

D’Elbeuf et de Boüillon,

Et Noirmoutier s’employe,

Pour cette occasion.

 

Le Gentilhomme

Les Parlemens de France,

Se sont joints et unis,

Faisant correspondance

A celui de Paris,

Les armes ont voulu prendre,                                        [171]

Est se bien soustenir,

Afin de se deffendre

De ce qui peut venir,

 

Le Courrier

Ce vaillant de la Mothe,

Ce hardy de Beaufort,

Ils font si bien en sorte

Par un puissant effort,

Par une force agille,

Et genereux exploits,

Tout les jours dans la ville,

Font entrer des convoys.

 

Le Gentilhomme

Eûtes-vous bien du pire,

En perdant Charenton?

Pour moy j’ay oui dire

Qu’on tua Chastillon;

Clanleu dans la chamaille,

Comme un brave guerrier,

Mourut à la Bataille

Et refusa quartier.

 

Le Courrier

Par une bienveillance

L’archiduc Leopold,

A envoyé en France,

Pour y faire un accord,                                                        [172]

Ces courriers de vitesse,

Sont venus au Palais:

Au nom de son Altesse

Pour demander la paix.

 

Le Gentilhomme

Il a mandé par Lettre

A nôtre Parlement,

Qu’avec eux se veut mettre

En accommodement,

Que c’etoit son envie,

De les vouloir servir,

Qu’au peril de sa vie,

Nous viendroit secourir.

 

Le Courrier de la cour, raportant toutes les nouvelles qui se                               [173]                                           

passe à present dans Paris et dans la champagne;

Sur le chant, De Piaslin a pris Roze etc.

 

Je vous prie de m’entendre,

Vous Messieurs de Paris,

Ce que je viens d’aprendre,

Dans un fameux Logis,

Que ce grand Longueville,

Se montre fort habile,

Et se bat tous les jours,

Contre Monsieur d’Harcour.

 

J’ay encore ouy dire,

Qu’il en avoit défait,

Qui venoient pour reduire

A mort des villageois,

Et ruiner leurs villages,

D’un coeur plein de carnage,

Mais Dieu n’a pas permis,

Ce grand massacre icy.

 

Ca parlons je vous prie,

De ce grand Leopold.

Qu’est dans la Picardie,                                                     [174]

Qui vient d’un bon accord

Pour le Roy et nos Princes,

Et pour notre Province,

Et pour faire la paix,

Avec les bons Francais.

 

Il a pour compagnie

Monsieur de Noirmoutier,

Qui jure et certifie

De ne point donner quartier,

A ces traitres rebelles

Qui font choses cruelles

Aux pauvres paysans,

Et aussi aux marchans.

 

Il faut parler ensuitte

Du Prince de Conty

Qui va à la poursuitte

De nos fiers ennemis,

Et Monsieur de la Mothe,

Y va de meme sorte,

Et le Duc de Beaufort,

Qu’on estime si fort.

 

Ne faut pas qu’on oublie                                                   [175]

D’Elbeuf et de Boüillon,

Car ils ont bien envie

De batter ces poltrons,

Et le Sieur la Boulaye,

Qui tous les jours s’employe

Faire comme a Grancé,

Qu’il a si mal traitté.

 

Parlons de la Trimoüille,

Et de ces Poictevins,

Qui feront la depouille

Du corps a Mazarin,

Et dedans la Touraine,

La chose est tres certaine,

Que si on le tenoit

Mourir on le feroit.

 

A Bordeaux et Toulouze,

Ont pris nôtre party,

Voyant la juste cause

Qu’on avoit dans Paris,

Et mesmement dans Guyenne,

Et aussy dedans Vienne,

Ont bien fait reculer

Schombert sans plus tarder.

 

Il vint beaucoup de vivres,                                               [176]

Tant par terre, que par eau,

Et les chemins sont libres,

A present de nouveau,

Et meme le commerce,

Est retably sans cesse,

Comme a l’accoutumé,

Le Roy l’a ordonné.

 

Notre evesque merite

Que l’on parle de luy,

Car il a a sa suitte,

Des Soldats tres-hardy:

Et Monsieur de Vendosme,

A bien defait des hommes

Qui venoient secondé

Le Prince de Condé.

 

De Conty tres civille,

Et nos bons Generaux,

Avecque Longueville,

Veulent que ce Maraut,

Pour punir ses offences

Soit mis a la potence

Pour y être pendu,

Ayant trop mal vescu.                                        [177]

 

Voila ce que raporte

Le Courrier de la Cour,

Qui est venue n poste,

Tant la nuit, que le jour;

Pour dire les nouvelles

Du peuple tres fidelle,

Qui se sont joints tretaux,

Voulant mourir pour nous.

 

 Chanson nouvelle, sur la Declaration de nos Princes et                                         [179]                                  

Generaux, et de tout le pruple de Paris, sur le refus de                                                                                    

Mazarin, et ne veulent point qu’il revienne jamais

Sur le chant, J’entends la trompette etc.

 

Nos Princes déposent

Contre Mazarin,

Et tous se proposent

Punir ce coquina,

Car ils ne veulent plus

Qu’a Paris il revienne

Ils y sont resolus,

Parce qu’il nous maintienne.

 

Tout chacun fulmine,

Vers lui cette fois,

Car il est la ruine,

De tous les François,

Ha! traitre Mazarin,

Au Diable on te donne

Fusse tu dans le Rhin

Où au fond de la Saone.

 

Ne faut pas qu’il oze

Venir à Paris,                                                           [180]

Car tous se dispose,

Et grands et petits,

De le bien chastier,

Si jamais il y rentre,

De grace ny quartier,

Il ne doit pas pretendre.

 

Il pille la France,

Prenant son butin,

Faut avoir vangeance,

Contre ce mastin,

Ha! traitre Mazarin etc.

 

Faut que l’on assomme,

Ce faux Cardinal,

Et que l’on le nomme,

Demon infernal,

Ha! traitre Mazarin etc.

 

Toutes nos furies,

Il pourra sentir,

De ses volleries,

Aussi repentir,

Ha! traitre Mazarin etc.

 

Par ses Monopolles,                                           [181]

Il nous avoit pris,

Toutes nos pistolles,

Et nos beaux Louis,

Ha! traitre Mazarin etc.

 

Monsieur la Trimoüille

A des Poictevins,

Qui feront depoüille

De ce Mazarin,

Aussi pareillement,

Le Duc de Longueville,

A beaucoup de Normands,

Qui sont Guerriers habille.

 

Tout chacun conspire,

Sa perdition,

Et le peuple aspire,

Sa destruction,

Ha! traitre Mazarin etc.

 

La Harangue du peuple aux Generaux pour reduire au Tombeau Mazarin et la menace de tous les Bourgeois de la France pour le mal traiter.

Sur le chant: Helas Prince debonnaire etc.

 

Le Cardinal Mazarin,

Est un Faquin, est un faquin,

Et un traitre sanguinaire,

Helas! generaux de guerre. bis

Mettez-le a bas.

 

Il a fait beaucoup de mal,

Ce deloyal, ce deloyal,

Et tant cause de miseres

Helas! generaux de guerre, bis etc.

 

C’est un grand Monopoleur,

Et grand voleur, et grand voleur,

Qui ait eu jamais sur terre,

Helas! generaux de guerre, bis etc.

 

Et vous Monsieur de Conty,

Et de Vitry, et de Nitry

Tous deux jettés-le par terre,

Helas! Princes debonnaire, bis                                                      [184]

Ne le manquez pas.

 

Longueville pour certain,

Veur Mazarin, veut Mazarin,

Pour le faire être Forçaire,

Helas! generaux de guerre, bis etc.

 

D’Elbeuf avec de Boüillon,

Bons Champions, bons Champions,

Luy payeront ses salaires,

Helas! ces foudres de guerre, bis

Le mettront a bas.

 

Et vous Monsieur de Beaufort,

Notre support, notre support,

Tués donc ce temeraire,

Helas! Prince débonnaire, bis

Ne le manquez pas.

 

Et vous, ce grand Houdancourt,

Dans une Tour, dans une tour,

Vous tint quatre années entiere,

Helas! Seigneur debonnaire. bis

Mettez le a bas.

 

La Boulaye pareillement,

Homme vaillant, homme vaillant,

Le mettra dedans la Biere,

Helas! generaux de guerre, bis etc.

 

Et le Sieur de Noirmoutier,

Vaillant Guerrier, vaillant Guerrier,

Luy taillera des croupieres,

Helas! grand foudre de guerre, bis

Ne le manquez pas.

 

Pour Leopold, et ses gens,

Sont maintenant, sont maintenant,

Qui l’attende en grand colere,

Helas! generaux de guerre; bis

Ne le manquez pas.

 

Il a fait empoisonné

Cet enrage, cet enrage,

Monseigneur de Bassompierre,

Helas! generaux de guerre, bis etc.

 

Et pour Monsieur de Gassion,

Par trahison, par trahison,

Le fit tuer par derriere,

Helas! generaux de guerre, bis                                                       [186]

Ne le manquez pas.

 

Si il revient dans Paris,

Comme l’on dit, comme l’on dit,

On lui fera bonne chere,

Helas! generaux de guerre, bis etc.

 

Et les Bourgeois de Roüen,

Sont tres contents, sont tres contents,

Qu’on le jette a la Riviere,

Helas! Generaux de guerre, bis etc.

 

Dans Marseille, et dand Bordeaux,

Ont des Vaisseaux ont des Vaisseaux,

Pour l’envoyer au Gallere,

Helas! Generaux de guerre, bis etc.

 

Dedans Rheims, et dans Chaalon,

C’est tout de bon, c’est tout de bon,

Qui coupprons ses genitoires,

Helas! ces foudres de guerre, bis

Ne le manquez pas.

 

Dans Rennes tous les Bretons,

Bons Compagnons, bons Compagnons

Le tueront a coups de Pierres,

Helas! Generaux de guerre, bis

Tuez donc ce Judas.

 

Et pour ceux là de Lion,

Et de Dijon, et de Dijon,

Le reduiront en poussiere,

Helas! etc.

 

Messieurs vous avez grand coeur

Et grand honneur, et grand honneur

Pour le metre dans la Biere,

Helas! Generaux de guerre, bis etc.

Mettez le a bas.

 

Le préparatif de Lucifer, de Pluton, et de Caron,                  [189]                                                                              

pour recevoir Mazarin, dans ses Enfers

Sur le chant, des Qu’en dira-ton? etc.

 

Toy Mazarin qui veut troubler la France,

Par ton esprit diabolique et mechant,

Pour ton offence,

Le Parlement

On a predit de te faire mourir,

Pour te punir.

 

Lucifer en attendant ta venüe

A fait balayer pour te recevoir,

Toutes les rües,

Car ton sçavoir,

Sera du sien etant son favory,

Tu és tout en luy.

 

Afin de recevoir ton Emminence,

Les Diables se sont armez jusqu’aux dents,

Car ta presence,

Les rends contents.

Ent e voyant seront tous rejoüis,

Tes grands amis.

 

Les Diablotins t’attendent a la pipée                      [190]

Portant picques, corcelets, et mousquets,

Avec epée,

Et pistolets,

Tambour battant veulent pour ton scavoir

Te recevoir.

 

Tu as autrefois eté Courrier de Rome,

Tus eras postillon de Lucifer,

Comme un brave homme

Dans les enfers,

Peu a peu tu mettras tes compagnons

Prés de Bullion.

 

Caron te vient donner pour recompense,

Proserpine pour ta chere moitié

Ton Eminence,

Sans en railler,

Merite bien de posseder son Coeur,

Et sa grandeur.

 

Caron t’attend avec impatience,

Pour te traitter selon ta qualité,

Pour asseurance

Tu és asseuré,

Que tu entreras dans ce lieu tenebreux                                   [191]

Trop malheureux.

 

Pernicieux vipere abominable,

Qui nous cause en France tant de malheur,

Trop miserable,

Le Createur,

Te fera trebucher avec Lucifer,

Dans les Enfers.

 

Histoire veritable d’un malheureux                          [193]                                                                                        

Monopoleur, lequel a êté emporté par les                                                                                                     

Diables, prés la ville de Lyon:

Sur le chant, Je Bois Vignon, etc.

 

Mon Dieu permettez oar votre clemence,

Que je recite a l’honneste assistance,

La punition aussi le grand malheur,

Arrivé a un grand Monopoleur.

 

Ce malheureux par trop remply de rage,

Ruinoit tous les pauvres gens de Villages,

Par son esprit diabolique et mechant,

A luy a tire tout l’or et l’argent.

 

Pour attire a lui tous nos pistols,

Il inventoit cent mile Monopoles,

Faisoit souffrir les pauvres LAboureurs,

Pour faire venir ses parens grands seigneurs.

 

Il commettoit encore bien d’autre offence

Il ne servoit pas la toute puissance,

Jamais il ne vouloit dedans l’église entrer,

Encor moins les confesseurs aborder.

 

Voulant faire payer quelque subsiste,                                      [194]

Au Paysant qui n’étoit pas licite,

A meme instant mirent les armes en main,

Furent trouver ce perfide inhumain.

 

Ce mechant Monopoleur prit la fuitte,

Tous les paysans furent a la poursuitte

Il receut plusieurs coups sur son corps

Si bien qu’il fur blesse jusques a la mort.

 

Prest a mourir ce traitre abominable,

A tous momens il se donnoit au Diable,

Ne voulant point recevoir confession,

Qui est la cause de sa damnation.

 

Etant au dernier soupir de sa vie,

Sans regretter sa miserable vie,

Il blasphemoit le nom du Createur,

Comme un mechant traitre persecuteur.

 

Tous ses parens pour couvrir sa malice

Luy firent faire un assez beau service,

Mais il avoit a l’article de la mort

Au Diable donné son ame, et son corps.

 

Ayant mis en terre ce miserable,                                                  [195]

Diverses fois une voix effroyable

S’escriant pour moy ne faut pas prié

Je suis damné pour une éternité.

 

Dans les Enfers au rang des infidelles,

Me faut brusler dans les flames eternelles,

Pour avoir fair languir les innocens;

Je suis privé du sauveur tout puissant.

 

Aussitost fur deterré par les Diables,

Ayant pouvoir sur cet abominable,

Ils dechirerent son corps par morceaux,

Ne laissant point de chair dessus les os.

 

A ses parens subjet bien memorable,

L’ombre s’aparut chose veritable,

Et leur dit servez bien le souverain,

Ne vous damnés pour l’argent qui n’est rien.

 

Voila la vie, et la fin miserable,

De ce mechant vipere trop miserable,

Serviteur Domestique a Lucifer,

Pour sa recompense il est aux énfers.

 

Dans nos corps ne seront point l’avarice,

Au doux Jesus rendons humble service:

On n’entre point au Ciel par les grandeurs,

Mais bien par la bassesse et la douceur.

 

Prions Jesus et la vierge sa mere,

Qu’il leur plaise etre a nostre heure derniere,

Afin qu’un jour dedans le Firmament,

Nous nous puissions voir tous ensemblement.

 

Chanson

Sur l’Air, de la fronde, ou il a batu son petit frere.             [197]

 

Ma foy nous en avons dans l’aisle,

Les frondeurs nous la baille belle,

Mallepeste de l’Union,

Le Bled ne vient plus qu’en charette,

Confession, communion,

Nous allons mourir de disette,

 

Qu’en dites vous troupe Frondeuse

Moitié chauve et moitié morveuse?

Où sont donc tous vos gens de main?

Avec cinq ou six cent mille hommes,

A peine trouvons nous du pain,

Pauvres affamez que nous sommes.

 

Dans toute la France on s’étonne

Que nôtre intention si bonne,

Nous succede si pauvrement,

On y trouve beaucoup a mordre,

Six semaines de Reglement

Sont pis qu’un siecle de desordre.

 

Dans les premieres Barricades,

Sans recommencer les frondades,                                               [198]

Il falloit mieux prendre son temps,

Et non pas comme des Jocrices

En soudrilles et en Capitans,

Depenser toutes ses epices.

 

Tandis que le Prince nous bloque,

Et prend bicoque sur bicoque,

Et notre riviere haut et bas

Nous ne nous occupons qu’a faire,

Au lieu de sieges et de combats,

Des chansons sur l’aire lanlaire.

 

Nos chefs, et leurs braves cohortes,

N’ont pas plustost passé les portes,

Qu’ils les repassent vitement,

Nous mettons nos gens en bataille,

Le Polonois et l’Allemant,

Cependant croquent la volaille.

 

Usons bien de la conference,

Remettons la paix dans la France,

Où tout est, vous m’entendez bien,

Finissons la guerre civille

Et que le pain quotidien,

Revienne a Paris la grand ville.                                                       [199]

 

Frondeurs si votre Remontrance,

Peut faire chasser l’Eminence,

Je seray de votre costé,

Mais las! si l’on n’en veut rien faire,

Où trouverez vous seureté,

Pensez y bien, c’est votre affaire.

 

Scache que la Gent Cardinale,

Est une maudite cabale,

Qui n’en veut qu’au gouvernement

Elle a desolé nos Provinces

Et veut pousser/ choquer le Parlement

Pour perdre impunement les Princes.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [201]

                                                                       

 

Il f….. nôtre Regente,                                          Par Blot

Et lui prend ses éscus,

Et le bougre se vante

Qu’il la foutue en cu,

Il faut sonner le toxin

Dredin din din,

Pour prendre Mazarin.

 

Chanson                                                                      [203]

 

Faites taire cette canaille,

Qui veut que Mazarin s’en aille,

Alors qu’il n’en est plus besoin,

C’est sans raison qu’on le condamne,

Car il ne peut pas aller loin,

N’etant monté que sur un asne.

 

Vous qui demandez un passage,

Pour l’obtenir, et d’avantage,

Ne vous rendez pas importuns,

Faites consentir par les votres

Que le cardinal en bouche un

Et l’on vous ouvrira les autres.

 

F……. de lui et de ses meubles,

Ce n’est qu’amuser le peuple,

Et faire gagner les sergens,

Faites venir la Reine mere

Elle y mettra dans son vaillant

Si l’on met son V….. a l’enchere.

 

Vous demandez la difference

Qu’il y a de son Eminence,                                                                                    [204]

Avec le feu Cardinal,

Pour satisfaire a votre enqueste,

L’un gouvernoit son animal,

Et l’autre monte sur sa beste.

 

Tricotets                                                                                       [205]

 

Dame Anne que ne prenez vous,

Jule Mazarin pour vôtre épous,

Il est Italien de nation,

Vous êtes éspagnolle,

Vous aimes le Drôle,

Vous scavez qu’il est bon compagnon.

 

La goute nous va vanger,

De cet impertinent éstranger,

Car quand Dame Anne l’apellera,

Si’il faut qu’il la f………

Et qu’il ait la goutre

La doubre P…….. le chassera.

 

Triolet                                                         [207]

Pendant que Mazarin êtoit hors du Royaume.

 

Gens attachez au Cardinal,

N’en dites bien en nule sorte,

Et nous n’en dirons point de mal;

Gens attachez au Cardinal,

Le party n’est pas trop egal,

Nous y perdons, mais il n’importe;

Gens attachez au Cardinal,

N’en dites bien en nul sorte.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [209]

Contreverité et raillerie.

 

Monsieur Colbert comme un bougre invaincu,

Foutoit jadis son Eminence,

Et le Tellier aussi foutoit en eu

Villeroy Marêchal de France.

 

Mais le plus bougre de tous, est Frejus,

Qui prend Mazel* pour bardache,                                                 *vieux Intendant de la Maison de la Reine

Quand il a pris de son Bachique jus,

On lui feroit foutre une vache.

 

Chanson                                                                                        [211]

 

Il reviendra mercy Dieu, dit Dame Anne,

On le verra fleurir dans Paris,

Comme un bouton de rose qui s’epanouit,

Il reviendra mercy Dieu, dit Dame Anne.

 

Mais s’il revient que lui faudra t’il faire?

Il lui faudra couper ses genitoires,

Le Roy leur dit, ne lui en coupés gueres,

Car ma maman en a encore affaire.

 

Chanson                                                                                        [213]

 

Ton éxécrable Pedagogue.

Ton moine de sang, et de fer,

Armand a veu l’horrible dogue,

Qui garde les portes d’Enfer.

 

Il est au païs des tenebres,

Investy de tourmens divers,

Au gré de cent hommes celebres

Qu’il a ravy a l’Univers.

 

Chanson                                                                                                          [215]

Sur l’Air: Ne vous etonnez pas si je cheris la treille et si a mes repas je vuide des bouteilles.

 

Cet homme gros et court,

Si fameux dans l’histoire,

Ce grand Comte de Harcourt,*

Tout couronné de gloire,

A secourut Cazal,

Et regagne Thurin,

Et maintenant il est,

Recors du Mazarin

 

* Lorque Monsieur le Comte d’Harcourt transfera Messieurs les Princes du Chateau de Vincenne, au Havre

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [217]

 

Allons voir les machines

Des Peres Theatins,

Qui font danser leurs Saints,

Comme les feuillantines,

Il n’est rien si charmant

Comme leur instrument.

 

Il entra dans la salle,

Saint Jules Mazarin,

Qui menoit par la main

Sainte Anne la Royalle;

Il n’est rien si charmant

Comme leur Instrument.

 

Le premier qui défile,

C’est Monseigneur Saint Jean,

Le nombre en est si grand,

Que par toute la ville,

Il n’est rien si charmant

Comme leur Instrument.

 

                                                                                          [219]

 

On fut Mercredy ce dit on

Rompre le Pont de Charenton,

Pour par un etrange menage

Émpescher au Roy le passage,

On diroit aussi que les Saints

S’opposent a ses grands desseins,

Car depuis des jours trois ou quatre

Sans se faire aucunement batre,

Saint Clou, Saint Maur, et Saint Denis,

Tiennent pour les Princes unis.

 

On ne scauroit ici se taire,

De ce fameux Apoticaire,

Qui present plus de quinze vingt,

Sans comprendre les échevins,

Avec un esprit tres habile,

Harangua dans l’Hostel de Ville;

Vertu chou qu’il avoit bon bec!

Comment Diable, il crachoit du grec!

Il scavoit par coeur Titelive,

Amadis, Palmerin, d’Olive,

Les Historiens, les Docteurs,

Et quantité d’autres auteurs.

 

Certes, on dit que l’Assemblée,                                                                       [220]

D’admiration tres comblée,

Fit durant ses narrations

De grandes éxclamations;

Plusieurs disoient que sa boutique,

Meritoit tres grand pratique,

Concluant entre eux sagement,

Puisque son haut raisonnement,

Debitoit de si beaux prologues,

Qu’il avoit de tres bonnes Drogues.

 

Encore que quelques bouffons

Raillassent ses discours profons,

Avec une injustice etrange,

D’autres publioient sa louange,

Et quelque ésprit assez scavant

Fit sur lui le Sixain suivant.

 

Ȏ merveilleux Apoticaire,

Je veux de toy prendre un Clistere,

M’en deut il couter un éseu,

Je n’y plaindray point la depense,

Tu m’as montré ton éloquence

Je te veux montrer mon cu.

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [221]

 

Aussitôt que je m’eveille,

Tous les jours dés le matin,

On m’aporte ma bouteille

Pour voir s’il y a du vin,

Et quand je la trouve pleine

Mon transport est tout égal

A celui qu’a eu la Reine,

Au retour du Cardinal.

 

Chanson                                                                                                          [223]

Sur l’Air: Brave troupe Frondeuse

 

Ils sont gens de parole,

D’honneur, et de credit,

Ils ont maintes Pistoles,

Nos amis de Madrid,

Pourveu que le bon vin accompagne

Leurs Piastres et leurs doublons de poids,

Chantons a haute vois,

Beuvons bons Bourdelois,

Veu tout ce qui nous vient d’Espagne,

Hormis les filles de leurs Rois.

 

Veux tu que la victoire

Accompagne tes pas,

Grand Prince il te faut boire,

Et ne te lasser pas,

Le Roy des beuveurs conquit les Indes,

Aussi jeune que toi,

Portant partout l’effroi,

Donnant partout la Loy;

Mais il falut plus de 4 brindes

Avant qu’il s’en rendit le Roy.

 

Chanson                                                                      [225]

Sur l’Air des Rochelois.

 

Ah quiconque a fait ma chanson,

N’est pas de Phoebus nourrison,

Ce Dieu ne chante point d’injures;

Mais sans repartir sur ce ton

On a veu de laides figures,

S’escrimer fort bien d’un bâton.

 

Chanson                                                                      [227]

Sur l’Air, laissez paitre vos bestes.

 

Baisez, baisez beau sire,

Le pere Feri ne vit plus,

Baisez, baisez beau sire

Et faites des cocus;

Le Roy Louis treize le fut bien;

Sans le secours de Mazarin

Où seriez vous Roy tres chrestien,

Dame Anne bien a prise

Pour vous faire par son canal

Fils aîné de l’Eglise,

Vous eut/ Choisit d’un Cardinal.

 

Chanson                                                                                                          [229]

 

Le Marquis de Beuvron,

Et Thury* son frere                                                                                                     *alias Croissy

Dans cet éscadron,

N’eut pas peu d’affaire,

L’un a peur d’etre cocu,

L’autre avec son nez tortu

Se promenent dans le camp

Ils voudroient bien etre a Caën.

 

Chanson                                                                                        [231]

 

Pour Conty general du frondage, (1)

Vos regnes sont finis,

Et vous n’etes plus bon, qu’a garder Saint Denis,

N’entendez vous point ce langage.

 

Chacun le dit que c’est bien dommage,

Car sans ce Mazarin*,                                        *Jules Mazarin Cardinal

Vous seriez des Liegeois le Prince souverain,

N’entendez vous point ce langage.

 

Quand je vous dis que par ce mariage,

Pauvre Duc de Mercoeur, (2)

Si vous gaignez de l’or, vous perdez votre honneur,

N’entendez cous point ce langage.

 

Jules voudroit qu’on vous remit en cage,

Grand Duc gardez vous bien,

Paris est votre fort et vous êtes le sien,

N’entendez vous point ce langage.

 

Braves fondeurs, l’éminant personnage,

Le Cardinal se remet en credit,

 

(1)Armand de Bourbon Prince de Conty frere du Prince de Condé né le 11 octobre 1629. Abé de Saint Denis de Cluny etc. qu’il quitta, fait Gouverneur de Guienne en 1654. mort le 21 fevrier 1666 ayant laissé des énfans de Anne Marie Martinozzi niece du Cardinal Mazarin qu’il avoit epousé le 22 fevrier 1654.

(2) Louis de Vendosme Duc de Mercoeur, et depuis de Vendosme Cardinal en 1667. mort le 6 aoust 1669. il epousa le 4 Fevrier 1651 Laure Mancini niece du Cardinal Mazarin, morte a Paris le 8. fevrier 1657 a 21 ans.

 

Il se moque de vous qui l’avez interdit,                                                       [232]

N’entendez vous point ce langage.

 

Fier d’Espernon qui faites tant d’outrages (3)

A Messieurs de Bordeaux,

Ils ne craignent pas tans les fendeurs de Nazeaux

N’entendez couss point ce langage.

 

Ce fourbe Abbé* qui met tout en usage

Pour s’empourprer la peau

C’est en vain qu’il pretend rougir son chapeau,

N’entendez vous point ce langage.

 

Vous qui joignez a l’illustre avantage,

De Noblesse et du sang,

Le merite et l’honneur, conservez votre rang

N’entendez vous point ce langage.

 

Duc de Boüillon cherche un autre apanage, (4)

L’Auvergne n’est pour toy,

L’on ne demembre point le Domaine du Roy,

N’entendez vous point ce langage.

 

Prince Lorrain votre pauvre équipage

 

(3) Bernard de la Valette de de fois Duc d’Éspernon, de la Valette et de Candale, Pair et Colonel general de France Gouverneur de Guienne Chtr des Ordres du Roy, et de la Jartiere, né en 1592. les  guerres de Guienne etant survenues a son occasion en 1649 et 1650 il echangea ce Gouvernement pour celui de Bourgogne qu’il rendit a Monsieur le Prince de Condé aprés son retour en France, et celui de Guienne lui fut rendu. il mourut a Paris le 25 Juil. 1661.

(4)Frederic-Maurice de la Tour Duc de Bouillon, Prince Souverain de Sedan, Vicomte de Turenne fils d’Henry de la Tour Duc de Bouillon dit le Marechal de … Bouillon et d’Isabelle de Nassau Orange, né le 12 octobre 1605. mouru a Pontoise le 4 aoust 1652. et de Leonore Catherine-Febronnie de Bergh sa femme, sont issus les Ducs de Bouillon, Cardinal et Comte d’Avergne.

 

Ne sera point remis,                                                             [233]

Puisque les malcontens se sont faits bonsamis,

N’entendez vous point ce langage.

 

Vous Princesse dont le libertinage,

Nous met en desarroy

D’un petit Mercadant vous faites votre Roy,

N’entendez vous point ce langage.

 

Il faut bientost preparer le voyage,

Ainsy que Medicis, (5)

Mais faut auparavant que Jule soit occis,

N’entendez vous point ce langage.

 

Duc d’Orleans qui faites tant le sage,

Assez mal a propos,

Quant on ronge la France et le Roy jusques aux os,

N’entendez vous point ce langage.

 

Quand vous voyez que ce brave fait rage,

Et veut être frondeur,

Voulant du Cardinal avoir tout par la peur,

N’entendez vous point ce langage.

 

Condé se fait a tout le badinage,

 

(5) Maris de Medicis femme d’Henry IV. Roy de France qui se retira aux pais bas en 1631. et mourut a Cologne le 3. Juillet 1642 a 68 ans.

 

 

Et se rit de nos maux,                                                           [234]

Prest de recommencer a piller les badauts,

N’entendez vous point ce langage.

 

Petit Bourbon il faut sortir de page, (6)

Et chasser ce Caphard,

S’il ne veut obeit, faut donner du poignard,

N’entendez vous point ce langage.

 

Braves frondeurs rengaignés cet hommage,

Que vous faites a Condé,

Des Fourbes de la Cour son coeur est possedé,

N’entendez vous point ce langage.

 

(6) Louis de Bourbon Prince de Condé ou plûtost son frere le Prince de Conty.

 

Chanson                                                                      [235]

Sur l’Air: Ah vangez vous, ou Belle et charmante Brune.

 

Auprés de la Bastille

Monsieur d’Elbeuf*

Avec sa Famille,

Mange du beuf,

Pendant que Guenegaud,

Bit a gogo.

 

*Charles de Lorainne II. du nom Duc d’Elbeuf Pair de France, epousa en Fevrier 1619. Caterine Henrierre, legitimée de France fille du Roy Henri IV et de Gabrielle d’Estrées, dont il eut Charles de Lorraine Duc d’Harcourt depuis Duc d’Elbeuf, francois Comte de Rieux et Francoi-Marie Comte de Lislebonne, ce qui composoit sa famille. il mourut le 5. Novembre 1657.

 

Chanson                                                                      [237]

Sur l’Air: Elle est au Regiment des Gardes comme un cadet.

 

Monsieur le Senêchal,

Le jour de l’epouvante,

Fit monter a cheval,

Tous les cocus de Nante,

Jugez si l’on pouvoit reprendre le Cardinal de Retz,

Puisque tous les cocus de Nante

Couroient aprés.

 

Monsieur de Chalucet

Le jour de l’epouvante,

C’estoit lui qui commandoit

Tous les cocus de Nante,

Jugez si l’on devoit reprendre le Cardinal de Retz

Puisque tous ces cocus de Nante

Couroient aprés.

 

Monsieur de Chalucet

Le premier de la bande

Ne le scauroit nier

Qu’il n’ait les cornes grandes,

Jugez si l’on est dans l’attente

D’un bon succés                                                                      [238]

Puisque tous les cocus de Nante

Couroient aprés.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [239]

Pour Madame la Princesse, et le Comte de Duras, depuis Duc.

 

Ne faites si grande resistance,

Et recevez mon amour et ma foy,

Il n’en est pas quatorze en France

                  Belle Clemence

                  De tel que moy.

Je suis gascon et je sςay galoper,

Cela vaut bien la peine d’y songer.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [241]

 

Chabot fir faire jeudy

Une assemblée magnifique,

Pour donner a ce qu’on dy

A l’aurore* la Musique,

La Musique qu’il lui donna

Fut lan la lire lire lan la,

Fur lan la lire lire.

 

*Mademoiselle d’Amours une des plus belles filles de France qui si fit Religieuse.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [243]

 

D’Andelot n’escrit plus de poulets,

Mais il bat/ f….. ses valets

Et jure que jamais le nom/ c………

De sa jolie maitresse,

Ne lui sembla si bon,

Comme les fesses,

Comme les fesses,

De ces jolies garςons.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [245]

 

Un Marêchal* pour vos** beaux yeux                      *de la Mote Houdancourt – Marechal de France

A quitté Pierre-Encise,                                                        **pour Mademoiselle de Guerchy

Croyant sa franchise,

Chez vous beaucoup mieux,

Traitez ce negoce,

Avec un peu de soin,

En maniere de nopce,

Il vous vient au besoing,

Parce qu’il vient de loing.

 

Timbrune baisse encor les yeux,

Alors qu’on la contemple,

Mais le bon exemple

Les conduira mieux

Pour elle on soupire

Contre son aveu

Mais l’Air qu’elle respire,

Avant qu’il soit peu

Luy fera prendre feu.

 

Chanson                                                                      [247]

Sur l’Air: D’une courante dite Chabot

L’Abbé de Grammont depuis Chtr et Comte de Grammont, fit un couplet poue la Marquise de Pienne depuis Comtesse de Fiesque.

 

Marquise de Pienne, mon coeur,

J’admire si fort votre belle humeur,

Que je n’ay point de plaisir plus parfait,

                  Qu’en votre cabinet,

                  J’ose vous suplier,

Comme a Nangris me vouloir octroyer (1),           

                  Ma Reine gilette,

                  Que de la moquette (2)

Je serois Chevalier

 

Si vous me faites cet honneur,

Je seray toujours vôtre serviteur,

Et laisseray Madame de Maulny (3)

                  Avec son mary

                  Si vous voulés m’aymer

Belle Marquise je veux employer,

                  Tous mes Benefices,

 

(1)   Il etoit Monsieur de Camp du Regiment de Picardie et fut tué a Graveline.

(2)   Elle aboit un appartement bas garny de moquette, a cause de quoi on appelloit les amans les Chevaliers de la Moquette.

(3)   Fille de Madame de Pizieux.

 

 

A vôtre service                                                                                            [248]

Jusqu’a un denier.

 

 

Chanson sur l’Air                                                                                                         [249]

 

Chalais belle comme un Ange,

Dit qu’Elle veut tenir son rang,

Et qu’Elle trouve fort etrange

Que baisant un Prince de sang,                                                      Louis de Bourbon Prince de Condé

Il ne commande qu’on la mette

Des premieres dans la Gazette.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [251]

 

Gesves je te suplie,

Ne vante plus dans tes amours

Ta Genealogie

De Luxembourg,

Car en Lorraine

Chose chertaine

Tu es Potier comme a la cour.

 

Chanson                                                                                                          [253]

Sur l’air de la citadelle

En 1650. Pendant la pendant la prison des Princes Madame de Longueville se retira a Stenay, y traitta avec l’Espagne qui lui donna des troupes en faveur des Princes prisonniers.

 

Le Mazarin* estonné                                          *Jules Mazarin Cardinal.

A dit a la Reine*,                                                    *Anne d’Autriche Reine de France.

Il est venu de Stenay*                                        * Madame de Longueville etoit prisonniere a Stenay.

Nouvelle certaine,

Qu’a la citadelle

Il y a beaucoup d’amans,

Et fort peu de cruelle.

 

Le Marechal de Villeroy,

Le Marechal de Villeroy,

A dit, Madame j’ose

Vous dire que chez moy,

J’ay veu la meme chose

Qu’a la citadelle,

Il y a beaucoup d’amans

Et peu de cruelles.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [255]

 

Si l’amour de Marsillac                                                                                           L’amour de Madame de Longueville avec

Fait durer ce micmac                                                                             ….le Duc de la Rochefoucault

De longtemps la paix n’est faite,

Et bientost cette amourette

Nous meura tous au bissac.

 

Saint Loup dans ce trouble cy,

Formeroit un tiers party,

Qu’elle aimeroit la caballe

Oui lui rendroit Candalle

Elle pendroir son mary.

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [257]

 

Froulay, Bregis, l’Archeveque, et Bonnelle,                           Archevesque de Sens

Montmouton, Thoré,

Chastillon, Condé,

Pommereut et Gondy,                                                                           Cardinal de Retz

Du Lude, et Sevigny,

Saint Faron, et Monglas;                                                                      Bulion abé de Saint Faron

Font l’amour sans soupirs, sans larmes, et sans helas.

 

Chanson sur l’air                                                                                       [259]

 

Monsieur, dit a la Ribaudon,

Belle si tu veux nous ferons

Tutaine, tuton, tutaine,

Tu, tu,

Ton mary cocu,

Et ton, ton, ton,

Monsieur Ribaudon.

Tu taine, tuton, tutaine.

 

La belle lui a repondu,

Vous êtes un beau lanturlu,

Tu taine, tuton, tutaine,

Tu tu,

Pour faire cocu,

Et ton, ton, ton,

Monsieur Ribaudon

Tutaine, tuton, tutaine.

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [261]

Par Bensserade                                                                                         [Notté Vol.2 Sag. 281]

 

Quand je vous dis que la nuit et le jour,

                  Je meurs pour vous d’amour,

                  Vous ne me croyez pas,

                  Madame de Monglas,

Votre esprit est quinteux comme une mulle,

Et cependant je suis si ridicule

                  Que votre corps

                  Fait mes transports.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [263]

                                                                                                            [Note, Vol 1. Page 197]

Guerchy si vous pouviez devenir Chevaliere,

Personne n’en auroit ma foy de desespoir,

Vous y donnez les mains vous scavez vos affaires,

Ou vous les devez bien scavoir.

 

Ne vous etonnez pas de me voir solitaire,

Reveur, triste/ distrait et pensif devant quelque miroir,

On seroit triste a moins, chacun sςait son affaire,

Ou du moins la doit bien sςavoir.

 

Le Vidame informé par l’advis de sa mere,

A mis prés de sa femme un homme avec pouvoir,

De ne la quitter point, de sςavoir ses affaires.

Ou de tâcher de les sςavoir.

 

Princesse chacun dit que vous ne sςauriez taire,

Combien sur votre esprit peut un facheux devoir,

Il n’en faut plus parler, chacun sςait son affaire

Ou ne la fait/ croit que trop sςavoir.

 

Comtesse avec nous comment pouvez vous faire,

D’etre toujours au cours, et vous y faire voir,

Pour moi je n’en scay rien, j’ignore vos affaires,                                  [264]

Mais je les voudrois bien scavoir.

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [265]

Monsieur de la Vieuville disoit toujours l'heure dinatoire et soupatoire, et Monsieur le Maal de Grammont le regardant, et le trouvant crôté l’apella crotatoire; sue cela Marigny fit des couplets a Bordeaux qui finissoient par crotatoire.

 

A vous parer, employez moins de peine,

Pauvre Congis, quand deux fois la semaine,

Vous raseriez votre barbe tant noire,

Vous ne seriez guere moins crotatoire.

 

Montglas d’amour est un puissant remede,

Quoique l’Abbé ne la trouve point l’aide,                                de Bullion

La Tour nous dit qu’ayant toujours la foire,                           la Tour, Roquelaure

Mesme a quinze ans on seroit crotatoire.

 

Un jeune Prince amoureux de vos charmes                           Phillippe de France, Duc d’Anjou

Pour votre absence a repandu des larmes,

Et m’a tout bas commandé de vous dire

Que c’est pour vous Comminge qu’il soupire.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [267]

Elle fut faite dans le tems du mariage de Louise-Marie de Gonzague, fille de Charles Duc de Mantoue et de Nevers, et de Catherine de Lorraine-Mayenne; avec Uladislas-Sigismond IV du nom Roy de Pologne, qu’elle epousa par Procuration au Palais Royal, à Paris, le Dimanche 5. novembre 1645. Couronnée a Cracovie le 16. Juiller 1646. Remariée depuis par dispense a Varsavie le 30. May 1649. avec Jean-Casimir Roy de Pologne, son beaufrere, elle mourut d’apoplexie a Varsovie sans enfans le 10. May 1667.

 

C’est la Princesse Louise,

Qui va coucher sans chemise,

Dans les inutiles bras,

D’un Monarque a barbe grise,

Dont le lit n’a point de dras.

 

C’est sa/ une maligne étoille,

Qui la conduit a plaine voille,

Dans un pais de glaςons,

Où il n’y a point de toille

Pour lui faire des chaussons.                                                           [268]

 

Elle s’en va cette Reine,

Mais l’on dit qu’elle est en peine

Et qu’on l’entend soupirer,

Quand elle songe a la bedaine,                                    Ce Prince etoit fort gros.

Du Roy qu’elle doit epouser.                        ou pour la sienne.

 

Chanson sur l’air                                                                     [269]

 

Marquise en votre absence, (1)

Que deviendront

Les ris, les jeux, la dance,

Ils languiront.

Helas je crois, helas qu’ils en mouront.

 

Les amours qui s’ennuyent,

Auprés de nous

Nous quittent et s’enfuyent

Avecques vous,

N’oubliez pas celuy que j’ay pour vous.

 

Pour la belle comtesse, (2)

Il meurt toujours,

Quelque amant qu’elle laisse,

Sans nul secours

Et cependant la presse y est toujours.

 

(1)   Elizabeth Hurault comtesse de Chiverny femme de Francois de Paule de Clermont Marquis de Monglat Chtr des Ordes du Roy mariée en Fevrier 1645.

(2)   ……. de Harcourt femme de…………. Comte de Fiesque.

 

Chanson sur l’air                                                                     [271]

Sur les filles de la Reyne, par l’Abbé de Buisson.                                                                      [Notée v.b. S198]

 

La Porte a pour son partage

De l’esprit, de la beauté,

Avec un peur de fierté,

Elle est modeste, elle est sage,

Tout flechit dessous ses Loix,

Si mon coeur n’estoit volage

Sans doutte je l’aimerois.

 

Fouilloux sans songer a plaire,

Plait pourtant infiniment,

Par un air libre et charmant,

C’est un dessein temeraire

Que d’attaquer sa rigueur

Si j’eusse êté sans affaire

La belle auroit eu mon coeur.

 

Votre douceur est extreme

Bonoeil il faut l’advoüer,

Qu’on ne la peut trop loüer,

Votre merite est de même,

Et que l’on dit/ doit être asseuré,                                                 [272]

Que sans une autre que j’aime,

Pour vous j’aurois soupiré.

 

Neuillant qui peut se deffendre,

De languir pour vos appas,

Mais qui peut n’en mourir pas,

Tout les coeurs s’y viennent rendre,

Et s’y veulent engager,

Mais un autre ma seu prendre

Et je ne scaurois changer.

 

Toute la Cour est eprise

De ces atraits glorieux,

Dont vous enchantez les yeux,

Meneville, ma franchise,

S’y devroit bien engager

Mais mon coeur est place prise,

Et vous ny scauriez loger.

 

Enfin mon coeur ne peut faire,

Telles infidelitez,

En faveur de vos beautez,

Pour l’objet qui ma sceu plaire,

C’est un objet de renom,

J’avois dessein de le faire,                                                                 [273]

Mais le moyen c’est Fourdon. (1)

 

(1)   Madame Gourdon, Dame de Madame, etoit affreuse.

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [275]

Ce grand Beaufort                              Francois de Vendosme, Duc de Beaufort

Qui sceut ravitailler Paris

Doit toujours tirer son epée,

Sans jamais dire son advis.

 

S’il veut servir toute la France,

Ou’il n’aproche plus du bareau,

Qu’il ranguesne son eloquence,

Et tire le fer du Foureau.

 

C’est un aiglon de qui la mine

Et redoutée avec raison,

Mais de la sorte qu’il opine.

On le prendroit pour un oison.

 

Gaston pour faire une harangue

Trouve beaucoup moins d’émbarras,

Pourquoi Beaufort n’a t’il sa langue,

Pourquoi Gaston n’a t’il son bras.

 

Il tiendroit un autre langage,

Par qui l’état se calmeroit,

Mazarin trousseroit bagage,                                          [276]

Ou le Diable l’emporteroit.

 

Les Bourdelois que l’on attaque

Seulement pour son interest,

Et qui s’en vont tourner casaque,

Laisseroit l’habit come il est.

 

Turenne qui du coeur de Flandre,             Henry de la Tour Viconte de Turene Marechal de France

A meine tant de cavaliers,

Ne feroit point tomber d’ésclandre

Dessus les choux d’Aubervilliers.

 

Sur le cheval, et sur l’Asnesse,

De même qu’avec le charroy,

Toujours le bon pain de gonesse

Feroit crier, vive le Roy.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [277]

 

Je ne suis pas si mal habille                                            ….de Harcourt Veuve de …. Comte de Fiesque

De me charger de ce vieux coeur,

Non je ne veux point de Ronville,

Pour amant ny pour Gouverneur

 

Comtesse quelle fantaisie,                                             la meme comtesse de Fiesque.

Vous defend de le secourir,

Soit aour, soit ésquinancie,

Il est en danger de mourir.                                               Monsieur de Luxembourg

 

Comminge n’est pas mal habille,

Elle s’attend aprendre un coeur,

Si ce n’est celui du pupille,                                              Phillipe de France

C’est celui de son Gouverneur  Cezard de Choiseul Marechal du Plessus Gouverneur de Monsieur

 

D’Huxelle la belle Marquise

Que l’onne scauroit engager,

Chez elle toute heure est premise,

Excepté celle du berger.

 

Chanson sur l’Air                                                   [279]

 

Vous prêchez dans la caballe,

Contre le Dieu des Amours,

Mais sa bonté sans egalle,

Vous le pardonne toujours,

Car vos atraits tres divine d’Aumalle

Detruisent tous vos discours.

                                                                        [Charleval]

 

Chanson sur l’Air                                                                     [281]

 

Il est mort ce grand personage,                                                      Alexandre Morus Ministre

Morus, certes c’est grand dommage,                       A Geneve en 1648.

Ayant soin du petit troupeau,                                        Ministre a Amsterdam en 1654.

Il consoloit si bien les Dames,

Qu’en voulant eteindre leurs flames,

Elle l’ont mis dans le tombeau.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [283]

Pour une Dame soupconnée d’aboir un engagement

 

Iris montrez moy de grace

Le chemin de votre coeur,

Pour y trouver une place,

Aurois-je assez de bonheur,

Non je scay tout ce qui s’y passe

Un autre en est le vainqueur.

 

Cet amant que j’aprehende,

Seroit-il si fortuné,

Ha! que sa victoire est grande,

Si vos mains l’ont couronné,

Helas le coeur que je vous demande,

Ne l’avez vous pas donné.

 

Sous vos loix l’amour me range,

Je vous ay donné ma foy,

Mais c’est une chose etrange

Qu’un pauvre amant sans employ,

Il faut enfin que je change

Si vous ne changez pour moy.

 

Ingratte rien ne vous touche,                                                           [284]

Ny mes pleurs, ny mes soupirs,

Vous deffendez a ma bouche,

D’aller où vont mes desirs,

Quittez cette humeur farouche,

Qui s’opose a mes plaisirs.

 

                                                      Charleval

 

Parolles mises en air                                                                             [285]

 

Bien que mes ésperances vaines,

Fassent naitre en mon coeur d’inutiles desirs,

Bien que tes Loix soient inhumaines,

Amour tous les autres plaisirs,

Ne vallent pas tes peines.

 

                                                      Charleval

 

Chanson                                                                                        [287]

 

Cher amy prends donc ton verre,

Pour gouter de ce bon vin;

Tous les Princes de la terre,

N’ont point de ce jus divin,

Beuvons donc mes camarades,

Et faisons toujours grillades,

C’est le meilleur du festin.

 

Monlinier, ce Divin chantre,

Boira la Santé du Roy,

Sa voix tonne de lans lantre,

Par tout il nous fait la Loy,

Suivons-le mes camarades,

Il fera force grillades,

Puisqu’il enjure sa foy.

 

Bertault chante comme un Ange,

Il ravit tous les esprits,

Quant il veoid ce doux mélange,

D’abord il paroist épris,

Cher Bertault mon camarade,

En faveur de la grillade

Bois la santé de Louis.                                                        [288]

 

Je veux que toute la troupe,

Boive a l’aimable Gaston,

Il vuide fort bien la coupe,

Il manie bien un teton,

Il ravit mes camarades,

Quand il faut faire grillade,

Flotte lui sert de second.

 

Chanson sur la fronde                                                         [289]

 

Coulon, je dis sans raillerie

Que vous devez baiser les mains,

Desormais a la fronderie,

Car devant qu’il soit la Toussains,

Vous serez sec, et tout le monde,

Dira sur le chant de la Fronde,

Cy gist de son long etendu

Coulon frondeur qui fut pendu.

 

Comme l’on a gardé Bruxelle,

Et transfer é le Parlement

Affamé ce peuple rebelle,

Et pris Paris en un moment,

Reduit Bordeaux et la Provence,

Et mis en paix toute la France,

Ainsy vous verrez etendu,                                                 Ainsi de son long etendu,

Coulon fronndeur qui fur pendu.                                  Coulon frondeur sera pendu.

 

Pour Bachaumont sa jeune enfance,

Le doit sauver de cette Loy

De gambiller sous la Potence,

Pour avoir irité son Roy,

Il se repend comme son pere.

Et promet un jour de mieux faire,                                                  [290]

Tout prest de dresser un factum,

Contre le President Charton.

 

Frondeurs vous n’estes que des gruës,

Je vous vois tous en desarroi,

Le Mazarin court par les rües,

Et même il y va sans le Roy,

Les Batteliers et ceux des halles,

Sont maintenant de sa caballe,

Et l’on voit ce grand Cardinal,

Exempt de peur, comme de mal,

 

Amis il est temps de reprendre,

Le mestier de franc Mazarin,

Car celui de se faire pendre,

Est toujours celui d’un faquin,

Si desormais on fronde en France,

Tout aussitost belle potence.

La torche au poing, la fronde au cou,

Et le pauvre frondeur au bout.

 

A la portiere du carrosse,

Le Cardinal avoit grand peur,

Il aprehendoit playe et bosse,

Qui lui fit changer de couleur,                                                          [291]

Et n’eût eté la Compagnie,

La populace avoit envie,

De se deffaire du faquin,

Ou de crier au Mazarin.

 

Chanson                                                                                                          [293]

 

Mon cher Tircis, il faut aprendre,

Le mestier de leger amant,

Le personnage de Silvandre,

Ne sied bien que dans un Romand;

Ayons toujours forces amourettes,

Force poulets, forces fleurettes,

Peu de mal, beaucoup de caquet,

Enfin vive l’amour coquet.

 

Laissons là ce brave Orondate,

Et ce fameux Corioland,

S’ils soupirent pour une ingrate,

Et s’ils en expirent a leur dam,

Ayond toujours forces amourettes,

Forces poulets, forces fleurettes

Peu de mal, beaucoup de caquet,

Enfin vive l’amour coquet.

 

A Mademoiselle de Vandy                                                                  [295]

 

De vous plus voir, si ce n’est en peinture,

Ne vous parler, sinon en escriture,

Gente Vandy sςauray bien me garder,

Puisqu’a votre huys il se faut poignarder,

Et par amour, vous immoler la vie,

Que de quitter je n’eus onques envie.

Et si d’humeur je ne change bien fort,

Ne quitteray que le jour de la mort.

 

Donc pour complaire a votre humeur cruelle,

Beau Jouvencel affamé de ruelle,

Mais par sus tout de la vôtre affamé,

Pour vos yeux pers, s’est ce flanc entamé,

Et ce prudhomme eût poussé d’avantage,

Sans qu’il a craint de blesser vôtre image,

Sous cet endroit emprinte dans son coeur

La Lune etant en sa grande vigueur.

 

L’aveugle archer que les cours toujours guette,

Fait qu’en cestuy commandez a baguette,

Bien que pour lui le faux glouton mocqueur,

N’ai point du tout flechy votre rigueur,

Vôtre rigueur confite d’esperance,                                              [296]

En sucre fin de trompeuse apparence,

Dont bonnes gens leurrer sςavez trop mieux,

Pour beau semblant par devis gratieux,

Cachant au fond par grand papelardie.

Espril felon, ame fiere et hardie,

Que les mechefs ne troublent nullement,

Non vos mechefs, ains cils de maint amant

Ayant pour vous martel dans la caboche,

Fleche au coeur; et poignard dans la poche.

 

Par cupido si coteleux esprit,

One en amour jouvenςeau ne surprit,

Dame Circé, la noble enchateresse,

Au doux acueil a la douceur traitresse,

Dans son chastel ne faisoit tant de maux

Quand amans siend changeoit en animaux,

Et qu’on voyoit a l’entour de la dame,

Gallans pourceaux chanter en belle game,

Et faire oüir au for de leurs tourmens,

Melodieux et plaintifs groignemens.

 

Voire Scilla de gros chiens entourée,

Car de ce fait l’histoire est ancrée,

Et maint poëte en carme a chanté

Que Scilla fut et que chiens ont eté                                             [297]

Mesmes on dit qu’iceux chiens sont encore,

Et que la Nimphe est comme elle fut ore

Dans un detroit prés de Sicilia,

Ou de Paris mainte poste il y a,

A donce Scilla de gros chiens entourée,

Chiens dont la belle est bien enamourée,

On ne meffit a si gentilz amans,

En doux a bois sa mercy reclamans,

Ainsi (dit mari) qui ne fut onc fachée,

De les ouir n’y d’en etre fachée,

Elle pour qui Glaucus Dicu bien famé,

Eut dans les eaux le coeur enflamé.

 

Bien est il vray que Serenes presides,

Ont comme vous moultz commis d’homicides,

Que leurs beaux dits et trompeuses chansons,

Prenoient galand avecq seurs hameςons,

Et qu’iceux pris par la morce avalée,

On les cuisoit en eaue mon dés allée.

Pourtant affiert autheur de grand renom,

Que de plaisir on ne leur fit, sinon,

De les noyer, mais en eaue si tres nette,

Quoncques depuis me firent savonnette.

 

Serenes dont et vous tant seulement,                                      [298]

Aurez de mieux affolé maint amant;

Elle par chants, et doucereux langage,

Vous par vigueur; et par hautaint courage,

Courage fier et malin a tel point

Que de leur sang ne se contente point,

Ains leuts enjoint courses lointoins voyages,

Facheux travaux et longs pelerinages,

Non vers Roma, vers Madry, ou Thurin,

Mais au Parvis Monsieur Saint Mathurin,

Dans le Parvis, car pour entrer au temple,

Ja n’est ce lieu pour longtems assez ample,

Et trop s’en faut tant il est frequant,

Par Pelerins de haute qualité,

Rois, Archiducs, gros Barons, fous illustres,

Coiffez de Dais, ceintures de balustres,

Qui despieςa, mais de devotion,

Pour ce moustier ont grande affection,

Voir avecq eux leurs epouses devotes,

Portes,                                     sonnettes, et Marottes,

Souz cappes d’or, les cachant finement,

Souz brocatel et riche accoutrement,

Si que les gens qui n’ont bonnes Lunettes,

N’y peuvent voir marottes, ni sonnettes,

Et toutes fois illec Marottes sont

Et clair semez gros Seigneurs qui n’en ont.                             [299]

 

Au Saint Moustier, où la foule est moult grande,

Loyaux amans vont porter leur offrande,

Et du bon sens que d’eux avez chassé,

Devant le saint par acte bien passé,

Publiquement laisser marques insignes,

Puis, on le voit comme oisons et gris signes,

Epais, et drus, car en toute saison,

De folles gens il est grande foison,

Se mettre aux champs en piteux carriage

Bien peu s’en faut atteint de male rage,

Natur d’amours fait par Dame rigueur,

En dur mortier de peine et de langueur,

Tourment enfin vers la place Royalle,

Par devant vous leur Dame desloyalle,

Prenant leurs feux pour lunatique effort,

Faire semblant de se donner la mort,

Car de mourir seroit trop dure chose,

Et n’en voulez que teinture de rose,

Ce vous suffit et leur sang repandu,

Vous satisfait pourtant bien entendu,

Que si vouliez qu’ils s’occisent sur l’heure,

Ils s’occiroient devant votre demeure,

Et point n’iroient sortant de vos prisons,

Droit s’enroller aux petites maisons,                                        [300]

Royal manoir, ou votre humeur plus douce,

Loyaux amans aprés les preuves pousse,

En cet hostel des gens a grand plante,

Et si les fous de toute qualité,

Là se bergeoient, autant que s’en découvre,

Memoire si grand en rien ni feroit oeuvre,

Aussi l’un n’a que fous furieux,

Et partout sont incensez serieux.

 

Mais ô Vandy, quelle est votre nature,

D’aimer le sang versé sans forfaiture,

Car ce met Dieu, ce ne fut donc pêché,

D’avoir au coeur le dard d’amour fiché,

Bien y pensez, car en galanterie,

Introduisant carnage et boucherie,

Partout verrez ruisseaux de sang couler,

A gros randons et flotz rouges rouller,

Luisans poignards, effrayer assemblées,

Peres e pleurs, meres de chevelées,

Si qu’en tous lieux pour vos males faςons,

Pleuvront sur vous, plaintes et maudissons,

Car desormais prés des Bourbons charmantes,

Comme Junons Flores et Bradamantes,

Par grand mechef qu’on ne peur esviter,

Sang on verra, et putains gater,                                                     [301]

Doresnavant, auprés des Longuevilles,

Prés des Vigeans, Beuvrons, et Bouttevilles,

On ne verra que poignards et couteaux,

Trancher gallans par pieces et morceaux,

Prés des Rohans, Rocheposais, d’Espesses,

On n’entendra que meurtres et destresses,

Astres Lorains, et soleils de Nevers,

S’empourpreront d’homicides divers,

Prés Rambouillet, Saint Simon, Desdiguieres,

De fine dague, issiront des rivieres,

Prés des Lavals, des Sullis, et des Pons

Besoin sera des Barques et pontons,

Et Saint Maigrin, la pucelle mutine,

Qui se deffend trop mieux que Graveline,

Car Conquerans Graveline prise ont,

Que Saint Maigrin possible ne prendront;

Verra couler sang de si grand lignage,

Que de Jupin moin noble est le parage,

Bref Carnaval foison debatemens

Sera reduit en noir enterremens,

Enterremens que tout chacun deteste,

Aussi mourir est chose bien funeste,

Et sans mourir l’abus a deplorer,

On ne voit plus nulles gens enterrer.

Donc avant que ..... si rudes,                                          [302]

Et contre vous arment barbes et prudes,

Prudes pourtant qui pour n’ignorer rien,

Et mal faire en connoissant le bien,

D’amours on prins les fleurs incarnadines,

Et maintenant en preschent les espines,

Gente vandy si telles gens craignez,

Chassez poignard des lieux où vous regnez,

Si force n’est desquels etes l’amye,

Malgré vos dents poignards ne quitte mie,

Souffrez enfin que par coups glorieux,

Fassent la nique aux gallands des temps vieux,

Et mesmement que mort noble et hardie,

Heros les fasse en belle Tragedie,

Enfin vandy, plus seront grands leurs coups,

Tant plus grand los et fame en aurez vous,

Voire on dira si leur mort est complette,

Que d’amans tels dont belle est la deffaite,

Qu’entre la mort et l’amour sont germain,

Tout compte fait il n y a que la main,

Et qu’amant preux coupant sa propre trame,

Ja rien ne pert puisqu’il vit dans,

Ce m’est avis qu’aussy faire devez,

Et puis qu’on dit que prou d’esprit avec

Considerer vous faut que les fous votres

En maints bons lieux assassinent les autres.

 

Si tel conjeu vous semble trop cruel,                                          [303]

Ordonnez leur d’aller chez Cornuel

Chez Cornuel la Dame a corte et fine,

Où gens facheux passent par lestamine, 

Tant et si bien qu’aprés que criblez sont,

Je treuve e eux cervele s’ils en ont,

Si pas n’en ont, on leur fait bien comprendre,

Que fats ceans, on ne se doivent rendre,

Et ses yeux fins par sentre regarder,

Semble leur dire allez vous poignarder.

 

Trioletz                                                                                           [305]

 

Enfin il vous faut filler doux,

Il faut crier misericorde,

Frondeurs vous n’etes que des fous,

Enfin il vous faut filler doux,

C’est mauvais presage pour vous,

Qu’une fronde n’est qu’une corde,

Enfin il vous faut filler doux,

Il faut crier misericorde.

 

Il deviendra grand Potentat,

Par ses actions memorables,

Ce Duc dont on fait tant d’etat, (1)

Il deviendra grand Potentat,

S’il sςait renverser un état,

Comme il renverse bien les tables,

Il deviendra grand Potentat

Par ses actions memorables.

 

(1)Monsieur de Gercy aiant affecté de narguer le Duc de Beaufort aux Thuilleries, pour faire voir que son crédit auprés du peuple étoit fini avec la guerre, le Duc alla chez lui un jour qu’il donnoit à diner au Duc de Candale, d’Epernon, et à plusieurs autres Seigneurs, où il fir un sabat diabolique, renversa les tables, cassa, brisa, - fracassa toutes les bouteilles et les verres, jetta les plats par la fenêtre, enfin il fit un tel vacarme, qu’il pensa faire recommencer la guerre civile.

 

Et Monsieur de Rastaing vaillant homme de guerre,                                           [306]

De la grand peur qu’il eut, cheut de sa mule a terre,

Et le Guisar qui s’ecria de loin,

Ha! le beau revancheur de foin:

 

Sur le mariage de la fille de monsieur le Chancelier, avec Monsieur de Boisdauphin     [307]

 

Enfin Dieu commence a destruire,

L’Orgueul de cet homme insolent,

Qui ne se plût jamais qu’a medire,

Je le vois desja chancelant,

S’en est fait la chance est tournée,

Sa Famille est abandonnée,

La fortune est a son declin,

Et cette grandeur miserable,

N’a plus rien de considerable,

Je la vois qui tire a sa fin.

 

Cette feillequi soulloit être,

Le soutien de cette grandeur,

Et qui voyoit tous les jours naître,

De neuveaux sujets de faveur,

Meprise et refuse les offres,

Que les richesses de ses coffres,

Exigeoient de grands Favoris,

Et blâme l’humeur importune

D’un pere qui pour sa fortune

La promet a tant de maris,

Craignant donc qu’il la sacrifie,                                                      [308]

Comme il avoit fait autrefois,

Aussitost qu’elle s’en deffie,

Elle le previent par un choix,

D’un mary dont elle est aimée

Et dont la vertu la charmée,

Plus que les grandurs de la Cour,

Et de peur de voir a ses noces,

Un empressement de carrosses,

Elle n’apelle que l’amour,

 

Ce pere qui dans ce disgrace,

Vit finir sa prosperité,

Croit que le ciel qui le menace,

En veut a sa posterité,

Grand Dieu! j’admire ta justice,

Sa crainte est desja son suplice,

Sa fille sera son tourment,

Vois que ta puissance opere

Tous les grands desseins de ce pere,

Se detruisent en un moment.

 

La fille est pourtant sans excuse,

De se marier si malin,

Je ne puis que je ne l’accuse,

D’un mariage clandestin,                                                 [309]

C’est une trop grande entreprise,

En n’esoit que Dieu l’a permise,

Il faudroit couper ses cheveux,

Pour couvrir ce grand vitupere,

Aussi ras qu’on fit à son pere                       Pierre Seguier se fit novice aux Chartreux de Paris.

Quand il prit l’habit de chartreux.

 

Non les loix du rapt son trop dures,

Son pere sςait bien qu’autrefois,

N’aprouvant pas ces procedures,

Il se raza pour la du Bois,

Amour lui fit cette querelle,

Quand il se fit Chartreux pour elle,

Mais il lui fit un autre tour,

Et pour dire de quelle sorte,

L’avarice fut la plus forte

Elle triompha de l’amour.

 

Sa fille au contraire, touchée

D’un plus louable sentiment,

Fait gloire d’etre recherchée,

D’un brave et genereux amant,

Et croit que l’amour n’est pas vice,

Qui triomphe de l’avarice.

Elle est contente, c’est assez,                                       [310]

Et n’est pas encore si neuve,

De douter des droits d’une veuve (1),

Qui a vingt cinq ans passez.

 

Enfin la pauvre Chevaliere,

Gouste cent fois plus de douceur,

Que sa mere la Chanceliere (2),

Et que la Duchesse sa soeur (3),

Car selon ce que l’on m’en conte

Qu’on ne peut reciter sans honte,

Les effets surpassent les bruits,

L’une changeroit ses richesses,

Et l’autre don nom de Duchesse,

Aux plaisirs de ses douces nuits.

 

Pere cent fois plus barbare,

Qui trouble ce contentement,

Que je hay ton humeur avare,

Qui s’atache au bien seulement,

Defais toy de ces fantaisies,

Leve promptement ces saisiez,

Ces scellez, cette Garnison,

Prends garde a toy, tu te hazardes,

Dieu permet que tu met dea gardes

Par avance dans ta maison.

 

(1)Madelaine Seguier epousa le 5. Fevrier 1656 Cocfar du Cambout Marquis de Coeslin Colonel general des Suisses et Grisons mort le 10. Juillet 1641.

 (2)Madeleine Fabry femme de Pierre Seguier Chancelier de France.

(3)Charlotte Seguier leur fille epousa le 21. Fevreuer 1639. Maximilien Francois de Bethune Duc de Sully et depuis en 1668. Henry de Bourbon Duc de Vernueuil.

 

Chanson                                                                      [311]

Sur l’air de la belle Jardiniere

 

Quand Boisdauphin vit l’assemblée,

Qui l’assistoit en son bonheur,

D’une voix forte et non troublée,

Leur dit, vous me faites honneur,

Et le bonhomme évesque d’Aire,

Me tire aujourd’huy de misere.

 

Tout es d’une antique noblesse,

Cher Chevalier de Boisdauphin (1),

Mais il faut que tu nous confesse,

Que c’est un grand coup du destin,

Qu’un cadet d’un pauvre frere

Soit gendre de la Chanceliere*.                  *Madeleine Fabry femme de Pierre Seguier Chancelier de France

 

Lon dit qu’il se servit de l’aide

 

(1)Gilles de Laval second fils de Philippe Emanuel de Laval Marquis de Boisdauphon et de Madelene de Souvré , il epousa le ..... Madelene Seguier fille ainée de Pierre Chancelier de France et veuve de Cesar du Cambour Marquis de Coislin, il mourut a 24 ans, la nuit du 17 ou 18. octobre 1646 d’une blessure qu’il receut a la teste devant Dunkerque dont il a laissé Madame de Laval mariée le 30. Avril 1662 a Henry-Louis d’Alogney Marquis de Rochefort Capitaine des Gardes du corps, Maréchal de France, il porta le non de Chtr de Boisdauphon, puis en se mariant de Marquis de Laval.

 

 

De la Marquise de Touffy (1),                        [312]

De la Pienne (2), et de la Roberte (3),

Et de la Bonnelle (4) aussi

Mais Monseigneur l’évesque d’Aire (5),

A seul achevé le mistere.

 

(1)   Francois de St. Gelais, femme de Louis de Prie Marquis de Toucy, mere de Madame de Bonnelle.

(2)   Gillonne de Harcourt fille de Jacques Marquis de Beuvron, et de Leonore Chabot, epousa 1e en Janvier 1632. Louis de Brouilly Marquis de Pienne. 2e en 1643 Charles Leon de Fiesque Comte de Lavagne.

(3)   Roberte le Normand D.lle de Beaumont, fille hardie, et allant dans les bonnes maisons, avoit une soeur nommée Caterine et surnommé la Princesse Catherine.

(4)   Charlotte de Prie soeur ainée epousa le 27. Fevrier 1639. Noel de Bullion Sr de Bonnelles.

(5)   Giles Boutault nommé evesque d’Aire en 1626. puis d’Evreux en 1649.

 

Chanson                                                                      [313]

Sur l’Air de la belle Jardinere.

 

Messieurs puisqu’il faut que je quitte

Ce beau titre de debauché,

Je veux devenit hipocrite,

De peur qu’il me manque un peché,

Et iiter la contenance

De quelque bigot d’importance.

 

Gauffre allez vous faire pendre,

Le Normand (1) et d’Ornane (2) aussy,

Ce beau metier je veux apprendre,

D’un qui y a mieux reussy,

Pour rendre ma conduitte bonne,

Il faut imiter Chaudebonne (3)

 

Je ne veux plus qu’on me parle

De Cabaret ny de Bordel,

Adieur Maitre Guy, Maitre Charles,

Adieu Nanon, adieu Babet,

Et quoique tard je m’en avise,

Je pretends qu’on me canonise.

 

Que je m’en vais bien contrefaire,

 

(1)   L’abé Lellormand.... a St. Jacques de l’Hospiral confessois les condamnez a mort, l’on dit qu’il prechoit prés le cheval de bronze, et qu’il seroit fait faire un nom de Jesus sur la teste au lieu d’une couronne.

(2)   Joseph Charles d’Ornane frere de Jean-Baptiste Marechal Monsiwue de la Garderobe de Gaston de France Duc d’Orleans, etoit devot, et mourut a Paris le 1er Juin 1670 a 78 ans.

(3)   Claude d’Urre seigneur de Chaudebonne, fils de Louis d’Urre Seigneur de Cornillon et de Genevieve de Laire, avoit pour frere aisné Rostaing-Antoine d’Urre, seigneur d’Aiguebonne pere d’Anne-Marie d’Urre femme de Francois de Rostaing Comte de Bury.

 

La mine d’un pauvre innocent,                                                       [314]

Et donner tous mes soins a plaire,

Au Reverend pere Vincent,                                              Vincent de Paul superieur des Missionnaires

Et je ne perds pas l’esperance,

D’estre au conseil de conscience.

 

Il faut reformer notre vie,

Mon cher amy je te le dis,

Et n’avoir jamais d’autre ennuye,

Que de gagner le Paradis,

Nous y baiserons chacun nôtre ange,

Dont l’haleine est de fleur d’orange,

Je n’aime plus les assemblées,

Je ne suis amoureux transy,

Je n’ay point l’ame assez troublée

Pour abandonner ce lieu cy,

Je me mocque de la courante,

Et du bal trente et quarante.

 

                                                                                                            [315]

 

Je vous ay promenée aux champs,

Tous les jours a ma porte,

Que j’entre ou que je sorte,

J’y vois vos marchans,

Pour porter a laise,

Votre aimable cu,

Tous les jours une chaise,

Coûte un bel escu

A moy pauvre cocu.

 

Je vous ay donné des bijous,

Robes, colets, et jupes,

Enfin jamais dupe,

N’a tant fait pour vous,

Monsieur votre frere,

A eu de bons repas,

Madame votre mere

De fort bons Ducats,

Que je ne conte pas.

 

Pour Mademoiselle de Bourbon endormie          depuis Duchesse de Longueville               [317]

 

Nôtre Aurore vermeille

                  Sommeille,

Qu’on se taise a l’entout,

Et qu’on ne la reveille,

Que pour donner le jour.

 

                                    par voiture

 

Chanson sur l’Air                                 1657                                                            [319]

Marigni fit cette chanson a Francfort en 1657 lorsque Messieurs le Marechal de Gramont et de Lion secretaires d’état y etoient plenipotentiaires, il pretendoit que Sercave Gentilhomme du Marechal etoit amoureux de Madame de Lionne et qu’il feignoit en vouloir a Margot sa Demoiselle.

 

Sercave est amant finet,

Il entend fort bien son fait,

Il sςait qu’un amant,

Droit adroitement,

Chercher quelque pretexte

Margot est glose asseutement,

Et Madame le texte.

 

Chanson sur l’Air                                                   [321]

 

Rares exploits de cette noblesse,

Rebut de la Cour,

Toutes vos prouesses,

Se font voir de nuit ayant horreur du jour,

Avoir bruslé l’échelle du temple,

Ce n’est pas l’exemple,

Des hommes bien nez,

Mais extravagance des Enfarinez.

 

Petits muguets, mignons de couchette,

Allez aux combats,

Quittez vos coquettes,

Faites a jean de Ver mettre les armes bas,

Non pas brusler l’eschelle du temple,

Ce n’est pas l’exemple

Des hommes bien nez,

Mais extravagance des Enfarinez.

 

Allez plustost dans les Allemagnes,

Quittez ce jour,

Faites vos campagnes

Et puis vous serez bienvenus a la cour,

Non pas brusler l’echelle du temple,                                         [322]

Ce n’est pas l’exemple,

Des hommes bien nez,

Mais extravagance des Enfarinez.

 

Ne voit on pas ces poudreux de laine,

Parez d’assassins,

Avec leurs helaines,

Perdre le respect dans les lieux tres saints,

Parler d’amour jusques dans les temples,

Voila les exemples

Des Efeminez

Pure extravagance des Enfarinez.

 

Chanson                                                                                        [323]

Sur l’air des Triolets.

 

J’ay fait ma cour au Cardinal,                       Jules Mazarin Cardinal

Disoit le courtisan le Gendre,                      Le Gendre Secretaire du cabinet

L’autre jour au Palais Royal,

J’ay fait ma cour au Cardinal,

J’ay vuidé son grand urinal,

Et son bassin sans rien repandre,

J’ay fait ma cour au Cardinal.

 

Chanson sur l’Air                                 1649                        [325]

 

Cette cabale est peu habile                                            Ces deux couplets sont imprimées dans

D’avoir choisy l’hostel de ville,                                                       l’Interprête des ecrits du tems

Pour conferer de leurs exploits,

Leur esprit qui toujours s’eleve,

Ne devoit pas avoir fait choix,

D’un lieu si proche de la Greve.

 

Reponse

 

Si Conty, Beaufort Longueville,

Ont fait choix de l’hostel de ville

N’ont ils pas fait bien prudemment,

Dedans la Greve sans descendre

Ils pourront voir commodement,

Le Mazarin qu’on y doit pendre.

 

Chanson sur lAir                                                    [327]

 

Gaston, qui sçavez mieux que nous

Tous les Secrets de la Taverne,

De cestuy cy, souvenez vous!

Ou bien, je crains qu’on ne vous berne,

Ma foy ne faites pas le veau,

Frapez si haut, qu’on vous entende,

Puisqu’au seul tac tac du couteau.

On a tout ce que l’on demande.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [329]

 

Creusons tous le tombeau,

De qui nous persecute,

Est il moment plus beau,

Que celui de sa cheute,

A ce Julle nouveau,                            Julle Mazarin Cardinal

Trouvons un nouveau brute.

 

Chanson sur l’air                                                                     [331]

 

L’Eminance de la France,

A condané d’abord,

A la mort,

Ceux qui sont du party,

Mon amy,

De Condé, Longueville, et Conty.

 

Chanson                                                                                        [333]

Sur l’air des Triolets.

 

Devant la Reine Mazarin (1),

A fait une trivelinade,

Il sauta comme un Arlequin,

Devant la Reine Mazarin,

Mais devant Cambray (2) le faquin

N’a fait qu’une Mazarinade.

Devant etc.

 

(1)Le Cardinal Mazarin etant a la promenade avec la Reine Anne d’Autriche, qui remontoit en carosse, il sauta par dessus la portiere sans attendre qu’elle fut abatüe.

(2)Il avoit fait assieger Cambray par le Comte d’Harcourt qui leva le siege en 165…

 

                                                                                                            [335]

 

Vigean est un soleil naissant,

Un bouton s’epanouissant,

Où Venus qui sortant de l’onde

Brusle le monde.

 

Sans sçavoir ce que c’est que l’amour,

Ses beaux yeux le mettent au jour,

Et partout elle le fait naitre,

Sans le connoitre.

 

                                                      [Par voiture]

 

Chanson                                                                                        [337]

Sur l’Air de Boisset

 

Alors que d’un discours hardy,

Je jure que l’amour me touche,

Je ne sens pas ce que je dis,

Mais lorsqu’il tire ma bouche

Autant de soupirs que d’accens,

Je ne dis pas ce que je sens.

 

Parodie de Monsieur le Comte d’Estelan, sur Monsieur le Marechal de Bassompierre son Oncle

 

Pour la Princesse de Conty,

Lorsque je la nomme severe,

Je ne sens pas ce que je dis,

Mais lorsque je parle a son frere,                                                 Monsieur de Guise.

Ou bie au vidame du Mans,                                                               Rambouillet puant.

Je ne dis pas ce que je sens.

 

La Princesse de Conty eut du Marechal de Bassonpierre 1. fils dont elle accoucha dans une Tour du Louvre qui en fut appelé la Tour, il fut capitaine de Galeres, ou de vaisseaux, et fut brave homme.

 

Le Cardinal Mazarin, a la France                                                                                        [339]

Dixain

 

France n’essuye pas tes pleurs,

La mort d’Armand n’est pas ta joye,

Je m’en vay par la meme voye,

Faire renaitre tes douleurs,

N’estime pas que cette mort,

Rende en rien plus heureux ton sort,

Ny que tu en puisse être libre,

Si le François a pris ton bien,

Je porteray le reste au Tibre,

Je suis l’Armand Italien.

 

Sur le dernier Jubilé                                                                                                  [341]

Huitain

 

Le Pape qui toujours desire nôtre bien,

Nous donne un Jubilé et meme par avance,

Mais sçavez vous pourquoi, c’est parce qu’il scait bien,

Qu’on ne trouvera plus de justes dans la France

Puisqu’on prêche si hault et sans aucun scrupule,

Dans ce Saint Jubilé, que pour etre Chrestien,

Il faut a un chacun rendre ce qui est sien,

Rome rends os Louis, nous te rendrons ton Jule.

 

Sur le même sujet.

Sizain.

 

Si pour paroitre gens de bien,

Il faut rendre a chacun le sien,

Durant ce saint temps où nous sommes,

Rendons la Reine a son berceau,

Notre Cardinal a Sodome,

Et Particelli au Bourreau.

 

Rondeau contre le Cardinal                                                              [343]

 

Monter si hault, ô dieu quelle impudence!

D’un lieu si bas en si haute éminence,

Où ce faquin voit les plus grands soubs soy,

De là monter jusqu’au trosne du Roy,

Et tous les jours usurper la Regence,

Qui ne rougit de telle impertinence,

A moins que d’etre Asne, ou de son engeance,

On ne le peu souffrir en bonne foy.

                  Monter si haut.

Pour couronner au moins cette insolence,

Il doit monter aux cieux par la potence,

Alors chacun diroit en bel arroy,

Pour l’honorer, un Salvé comme moy,

Etant ravy de le voir en cadence

                  Monter si haut.

 

Stances à Messieurs du Parlement                                             [345]

 

Grand Senat souvent asseblé,

Pour le bien d’un peuple accablé,

En vain votre zele s’appreste,

Votre corps agit sans effet,

Car pour le rendre plus parfait

Il en faudroit changer a teste.                                                         Le 1er President

 

Vous dont le zele genereux,

Travaille pour nous rendre heureux,

Que vôtre union si auguste,

Passe outre sans peur des dangers,

La cause d’un peuple est plus juste,

Que celle de deux étrangers.                                                           La Reine et le Cardinal.

 

Pourquoi si longtems raisonner,

Il ne faudroit point opiner,

Pour vanger la honte et l’injure

Que souffre l’état et le Roy,

Vous n’avez qu’un poinct a conclure,

Que chacun s’en aille chez soy.

 

Epigrame contre le Cardinal                                                             [347]

 

François vous devez avoir peur,

Que Mazarin soit infidelle,

La raison en est claire et belle,

Car son premier metier fut cellui de pipeur.

 

Autre

 

Grand charlatan, est il croyable,

Que vous veuilliez ambitieux,

Passer pour un saint en ces lieux,

Où chacun vous tient pour un Diable?

L’enlevement de nos deniers,

L’oppression des Officiers,

Le peuple mis dans l’indigence,

Et tant de maux dont on se plaint,

Que seul vous causez a la France,

Sont-ce les ouvrages d’un saint?

 

Autre

Le Cardinal Mazarin

Est trop fin

Pour se travailler en vain

Chaque coup de cul qu’il donne

Fait branler une couronne.                                                                [348]

 

Sixain

Tous nos tresors sont epuisez,

Quand serons nous desabusez

Des deux deserteurs de cellule?

France, tes maux sont inouis,

Faut-il que pour un mechant Jule,

Il nous coûte tant de Louis?

 

Autre

L’Italien joüe son jeu,

Tandis que la France est en feu,

Et les partisans sont en queste,

Le peuple est un gros animal,

La grande chambre sent son mal,

Il ne reste que les enquestes.

 

Huitain

Deux esprits brouillent toute la France,

L’un se laisse tout faire, et l’autre pille tout,

Les Princes sont befflez, les peuples sont a bout,

Et tous les Parlemens denuez de puissance,                                                            [349]

Hollande a eu du coeur, l’Angleterre l’imite.

Les Sages Catalans ne veulent plus de Roy,

Naples nous dit assez, comencez comme moy,

Mais la France perit sans coeur et sans merite.

 

Rondeau

Parle devant ceux qui voudront entendre,

Tu voudrois bien tacher de me surprendre,

Par tes discours qui concernent l’état,

En bonne foy, je ne suis pas si fat,

Sur ce propos, je pourrois trop m’estendre,

Enfin de moy tu ne dois rien attendre,

Mille a Paris pourroient mieux te l’apprendre,

Puisque chacun quand l’orage le bat,

                  Parle de vent.

Je dirois bien ceux que l’on devroit pendre,

Mais le respect vient pour me le deffendre,

Je ne veux pas choquer le grand Prelat,

Qui de la Reine emprunte tout l’esclat,

De sa fortune, aussi la scait il prendre

                  Par le devant.

 

Sur le Cardinal de Sainte Cecile frere du Mazarin                                                                    [350]

Quatrain.

 

Son Eminence Jacobine,

Dont l’esprit ne m’a point trompé,

Semble a son geste et a sa mine

Trivelin fatto principe.

 

Epigramme sur le même

 

Frater erat Frater, sed Frater desinit esse,

Ni fuerat Frater, nil nisi Frater erat.

                                    Idem.

Frater erat frater per fratrem desiit esse,

Si fratre tollas, nil nisi frater erit.

 

Sur les Escuries du Cardinal Mazarin                                                                              [351]

 

Orgueilleux bastiment où l’injuste abondance,

Montre au peuple, l’autheur de sa necessité,

Sang-suës, qui sans voix reprochent a la France,

Ou son peu de courage, ou sa stupidité.

                  Je ne puis contempler votre magnificence,

Que d’un esprit bouillant et d’un oeil irrité,

Voyant que les chevaux sont traitex d’Eminence,

Et qu’on les va loger en cette qualité.

                  Non, je ne vous puis voir esclatante écurie,

Que d’un libre discours soudain je ne m’escrie,

Ô trop sensible abus d’une minorité!

                  L’on peult croire aisement dans le siecle ou nous sommes,

Tout ce que des Tyrans a dit l’antiquité,

Puisque par les chevaux on fait manger les hommes.

 

Sonnet                                                                                                                                                  [353]

Sur l’amitié que la Reyne porte au Cardinal

 

Reine vous étiez de la France,

L’objet le plus chery de tous,

Quand la mort du Roy votre époux,

Vous fit decerner la Regence.

Mais aujourd’huy tourne la chance,

Partout on se moque de vous,

Et ce mal provient entre nous,

D’aimer pat trop son éminence.

Vous croyez qu’il vous aime aussi,

Mais Reyne, il n’en est pas ainsi,

S’il le dit lorsqu’il …….. a juste.

C’est que ce fourbe Italien,

Se veult servir de ce moyen,

Afin d’attraper tous nos justes.

 

Chanson                                                                                                                                              [355]

Sur l’air ha! que j’aime ma bergere.

Sur l’amitié que la Reine porte au Cardinal.

 

Bien que tous les jours on tente,

Quelque nouveau mouvement,

Ce beau couple, toujours chante

En depit du Parlement,

Ha! que ma Reine est divine,

Ha! que mon Pape est Divin,

Ha! que j’aime Mazarin,

Ha! que j’aime Mazarin.

 

Sonnet                                                                                                              [357]

Sur l’humeur joueuse de Mazarin.

 

Mazarin, je te loüe autant que l’on peult dire,

De pratiquer les dez, les cornets et tous jeux,

Mais non pas ton esprit qui vole ambitieux,

Guidant son ascendant au milieu de l’Empire.

Sans doute ton dessein n’est pas malicieux,

De bien passer le tems, de deander a rire,

Puis qu’aujourd’huy l’état ne s’en trouve pas pire,

Pour gemir sous le faix d’un destin rigoureux.

Je diray seulement si tu veux que ta vie,

Soit exempte des traits que decoche l’envie,

Prend garde d’aporter un changement nouveau.

Gouverne les Rois peints, dispose d’importance

De la Reyne de Pique, trefle, coeur ou carreau,

Mais n’en fais pas ainsy de la Reine de France.

 

Sonnet                                                                          [361]

En bouts rimez

 

Grand Dieu! conservez nous cette Eminente …… teste,

Esleu pour les François dans le païs…………………….latin,

Ce Jule qui passa simplement……………………………..l’aventin,

Pour delivrer Cazal d’une importune…………………..enqueste.

Et d’un coup de Chapeau briser la foudre……………preste,

De reduire en Piedmont nos affaires au………………declin,

Des lors nôtre genie carressa son………………………..destin,

Et le prit pour pilote au fort de la ………………………..tempeste.

Nos Esprits n’alloient pas où se portoit le…………….sien,

Il meditoit sans doute un illustre…………………………..moyen,

De ranger l’univers sous la loy d’un seul………………..homme.

Qui si selon nos voeux il monte au …………………………tribunal,

Où l’on voit eslever les Saints peres dans………………..Rome,

Nous verrons l’émpereur au Palais…………………………..Cardinal.

 

Rondeau                                                                                       [363]

Sur le mauvais Gouvernement du temps présent.

 

Tout est perdu, tout est en décadence,

Depuis qu’on voit revivre l’Eminence,

Et qu’un Prelate a tout mis sous sa Loy,

Il est compere a la mere du Roy,

Il sert de membre au corps de la Regence,

Il faut porter dans Rome nos Finances,

Un Sicilien dit Vespres pour la France,

Et un chacun va disat a part soy,

                                    Tout est perdu.

Quel Jugement grande Reine en puissance,

Vous vous mouvez sous/ par une intelligence

Qui vous remplit d’amour et non d’effroy,

Dans les couvents tous les jours on vous voit,

Et cependant qu’on gagne l’indulgence.

                                    Tout est perdu.

 

                                                                                                            [365]

 

Le Parlement en cette affaire,

A montré beaucoup de vertu,

Mais Seigneur Jules pour vous plaire,

Faudroit il qu’il montrast le cul.

 

Un Ministre plein de malice,

Voulant abolir la justice,

Par un execrable attentat,

Afin d’excuter son dessein sans dispute,

A enlevé de cet état,

Tout ce qu’il a trouvé de juste.

 

Chanson                                                                                        [367]

Sur l’air: lere la, lere lanlere.

 

Ils reviennent nos guerriers. bis

Fort peu chargés de Lauriers. bis

La Couronne en est trop chere,

Lere la lere lanlere,

Lerela le Lerida.

 

La victoire a demandé.

Quoi! le Prince de Condé,

Je l’avois pris pour son pere.

Lere etc.

A Lerida.

 

Quand il a changé de nom,

Il a perdu son renom,

Pour lui je n’ay pu rien faire

Lere etc.

A Lerida.

 

Ce bon Prince a ce moment

Parût bien ouverteent,

Le digne fils de son pere                                                    Il leva le siege de Dole en 1640.

Lere etc.

A Lerida.

 

La victoire va soupirant,                                                    [368]

Autour de ce conquerant,

Que dirons nous a ta mere,

Lere etc.

A Lerida.

 

Gramont pour tourner le dos,

S’y trouva fort a propos,

Il fuit de belle maniere,

Lere etc.

A Lerida.

 

Marcin brave general

Disoit poussant son cheval,

Evitons l’heure derniere,

Lere etc.

A Lerida.

 

De ce malheur Champlatreux,

Ne croit plus voir les beaux yeux

De la pucelle d’Orgere

Lere etc.

A Lerida.

 

Notre Prince demanda

A Messieurs de Lerida                                                         [369]

De se rendre a sa priere,

Lere etc.

A Lerida.

 

Tout d’une voix les soldats

S’ecrient doublant le pas,

Gaignons vite Balaguiere.

Lere etc.

A Lerida.

 

Ces Messieurs noirs et mutins,

Come Diables et lutins,

De leurs Bastions s’ecrierent

Lere etc.

A Lerida.

 

Le brave Comte d’Harcourt,

A dit a toute la cour,

He quoi pensoit il mieux faire?

Lere etc.

 

On craint qu’il n’e veille mal,

Au Controlleur general,

Cause de se vitupere,

Lere etc.

 

C’est La petite Chauvry,                                                                                         [370]

Qui ne peult souffrir son mary,

Parce qu’il est plain de cauteres

Lere etc.

 

A Membrole son amy,

Elle a fait a ce que l’on dit,

La faveur qu’on apelle entiere,

Lere etc.

 

Elle s’en va en Anjou,

Car le galant ni le jaloux,

Ne lui ont encore pû faire

Lere etc.

 

Sur le retour de Monsieur le Cardinal Mazarin                                      [371]

 

Soyez bien revenu Monsieur le Cardinal,

Vous a qui tant de gens souhaitent tant de mal,

Vous arrivez icy malgré toute la fronde

Aussi vous falloit il de bonne heure accourir,

D’autant plus volontiers que la pluspart du monde,

Ne se disposoit guere a vous aller querir.

 

Les sages toutefois presumoient qu’a la fin,

On pourroit vous tracer un glorieux chemin,

Qui pour vôtre retour semé de Roses,

Mais il eut trop fallu de temps a l’aplanir,

Au lieu de vous attendre a de si belles choses,

Vous n’avez pas mal fait de vous en revenir.

 

Pendat ce long exil le ciel vous a permis,

D’amasser quantité de fidelles amis,

Qui vous sont attachez avec un zele extreme,

Quelques autres encor vous servent a souhait,

Car vous n’avez pas trop de tout ce qui vous aime,

Pour vous mettre a couvert de tout ce qui vous hait.

 

Assez et trop longtems vous avez enduré,

Que de mille façons votre nom dechiré,                                                     [372]

Des maux que nous sentions fut crû l’indigne cause,

Et c’estoit a la fin comettre un attentat,

D’etre les bras croisez a ne faire autre chose,

Que servir de pretexte aux malheurs de l’état.

 

Enfin vous revenez et le peuple s’en plaint,

Mais scait’il ce qu’il veut, ais scait’il ce qu’il epousa,

Lui qui croit aisement ce qu’on lui persuade,

C’est sans raison qu’il aime, et sans raison qu’il hait,

Le Medecin ordonne en depit du malade,

Vous secourez la France en depit qu’elle en ait.

 

Il est beau d’acourir en cette extremité,

Au secours du païs qui vous a maltraité,

Puisqu’il vous a chassé sans cause legitime,

Et d’un coeur de Romain venir sans s’allarmer,

Tout prest a s’elancer au milieu de l’abisme,

S’il ne se pouvoit pas autreent refermer.

 

Je vous exalterois en homes plus puissans,

Mais desacoutumé que vous êtes d’éncens,

Des vers a votre honneur vous sembleroient êtranges,

Et quoique votre nom redevienne assez fort,

Pour pouvoir soutenir les premieres louanges,

Je ne veux pas icy vous en combler d’abord.                                                             [373]

 

Il faut se moderer dans le comencement,

Le bien qu’on dit de vous, le dire doucement.

Et pour vos faux crayons, que le tems les efface,

Mais quant vous aurez pû l’intrigue desnoüer,

Les choses reprenant une nouvelle face,

Les muses reprendront le soin de vous loüer.

 

                                                                                                                                                [375]

Messieurs de la noire cour,                           Mademoiselle leur donoit le bal.

Rendez grace a la guerre,

Vous êtes des Dieux sur terre,

Qui dansez a Luxebourg,

Petites gens de chicane,

                                    canes,

Tomberont sur vous,

Et l’on verra Madame Anne

Vous faire tous rouër de coups.

 

Dieu le beau coup que manqua,

Le Marechal de Turenne,

Quand au fauxbourg St. Antoine.

………………..

………………..

…………………

………………….

 

                                                                                                            [377]

 

Je bois à toy mon cher Marsin,

On dit que Mars est ton cousin,

Et Bellone ta mere,

Terelin tin tin;

Je ne dis rien du pere

Car il est incertain.

 

Vineuil, disoit, jugement a part, il a du merite. Il etoit amoureuse de Madame de Mauny, son mary lui fit donner des coups de baston. Sa famille s’assembla et aprés bien des raisonnements elle lui conseilla de laisser le commerce des gens de la cour, et de passer sa vie avec sa Famille assez nombreuse pour le dedomamager. J’aimerois mieux, dit-il, avoir tous les jours les éstrivieres, que de vivre avec des Bourgeois aussi sots que vous.

Voyant le Roy se redresser, que ne va t’il montrer cette mine là aux éspagnols.

 

Chanson                                                                      [379]

 

Chions, chions tous des yeux,

Qu’un chacun fasse la trogne,

En disant ces piteux radieux,

A la Reine de Pologne.

 

Le Ciel pleuroit come un veau,

A cette rude departie,

Tout le monde fondait en eau,

De la veoir ainsy ravie.

 

Et vous Monseigneur Gaston,

Qui l’aimates dés vôtre enfance,

Souffrirez-vous qu’on arrache ce beau fleuron,

Du beau Jardin de la France.

 

Or adieu disent les François,

Faut il que la Reyne s’embarque

Pour aller veoir son gros Pollonons,

Et tous ces gros vilains polacres.

 

Qui a fait ce beau charivary,

Qui est si remply de crote,

C’estoit un badault de Paris,

Qui en avoit tout plein les bottes.

 

Chanson                                                                                        [381]

 

Je vis jeudy ma grand commere,

Dans nôtre Jardin,

Pour moy je suis une beste aussi fiere,

Comme un loup marin.

 

J’ay veu Monsieur le Caporal,

Desloyal,

Avec son cheval

Courir aprés lui dedans son estival.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [383]

                                                                                                            par Blot

Louis de Bourbon Comte de soissons, Pair et Grand Maitre de France né le 11. May 1604. grand maitre aprés so pere en 1612. chtr du Saint Esprit en 1620. tué portant les armes contre le Roy a la Bataille de la Marfée prés sedan, qu’il gagna contr le Marechal de Chastillon le 6. Juillet 1641. Mais poursuivant trop chaudement sa victoire, il y fut tué d’un coup de Pistoles.

 

Je tiens Monsieur le Comte,

Homme d’honneur, et de vertu,

Mais je fais moins de compte,

Que d’un festu,

Du branle pique,

De frere* unique                                                   *Gaston.

Et même de begue cornu.

 

Chanson                                                                                        [385]

 

Notre Flotte

Est sans Pilotte

Beaufort n’en a plus de soin,

Et chacun l’apelle en France,

Avecque sa Survivance,

L’Admiral du Port au foin.

 

Qu’il le scache,

Qu’il s’en fache,

Qu’il jure comme un soldat,

Qu’il prendra dans la campagne,

La flotte du Roy d’Espagne,

Avec son Corbillart.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [387]

 

Nouveau Germanicus,

Vray sang de Charlemagne,

Tu les a donc vaincus,

Ces peuples d’Allemagne;

Et allons petit chien de fripon,

Jea de Ver, et Mercy,

Sachez qu’il est de Bourbon,

Et de Montmorancy.

 

Il vient des Ducs d’Anghien,

De nos Rois par son pere,

Mais il ne nuit de rien,

Qu’il tienne de sa mere;

Et allons petit chien de fripon,

Jean de ver et Mercy,

Scachez qu’il est de Bourbon

Et de Montmorancy.

 

Cet homme de Rocroy,

Celui de Thionville,

Cousin de notre Roy,

Frere de Longueville,

Et allons petit chien de fripon,                                      [388]

Jean de Ver, et mercy;

Scachez qu’il est de Bourbon,

Et de Montmorancy.

 

S’il aime a f…….. en c…………

Il tiendra de son pere,

S’il veut être f………….

Il tiendra de sa mere;

Et allons petit chien de fripon,

Jean de Ver, et Mercy,

Scachez qu’il est de Bourbon,

Et de Montmorancy.

 

Le Borgne de Maugiron,

En eguisant sa lame,

Dit a son cher Miron

Va t’en trouver ma femme;

Et allons petit chien de fripon,

Jean de Ver, et Mercy,

Va faire mes adieux

A la vielle de Choisy.

 

                         [Par Blot]

 

Chanson sur l’air                                                                     [389]

 

Mademoiselle a des appas,                          Anne Marie Louise d’Orleans.

Que les autres beautez n’ont pas;

Mais ses beautez elle efface,

Par sa vilaine grimace.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [391]

 

Mazarin devant Estampes,

Est venu de tout son soin,

Mais il faut qu’il en decampe,

Et qu’il aille un peu plus loin,

La place est trop bien gardée,

Il n’en viendra pas a bout,

On ne bat pas une armée,                             

Si facillement que l’on cout.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [393]

 

Ces quatre vers ne se chantent pas,

Ainsy disoit dans son balustre,

La triste et dolente Nanon,

En disant sucre du renon,

Mazarin est un homme illustre;

Laissez mes jupes, cotes, et cotillons,

Sauvez les V….. et les couillons.

 

Chanson                                                                                                          [395]

Sur l’Air, Terlin, tin tin                                                                            Clef des chansonniers T.1 p.244

Monsieur le Prince n’estant plus amoureux de Madame de Longueville fit cette chanson sur elle.

 

Peut être ne sςavez vous pas,

Peut etre ne sςavez vous pas,

Que la belle a changé d’ébats,

Et que tendant les fesses,

Trelin tin tin tin tin,

Elle devient bougresse,

Lasse d’etre putain.

 

Chanson sur l’air                                                                                                         [397]

 

N’ayons ny foy, ny loix, ni Roy,

Chers amis croyez moy,

Dans la Candie,

Quand nous serions Bachas,

La malvoisie,

Ne nous manquera pas.

 

Ma foy ce n’est pas etre fat,

Que d’etre renegat,

Mon cher Montade,

Quand un vaisseau bien lesté

Fait perarade,

A toute Chrestienté.

 

Chanson sur l’Air                                                                                       [399]

 

J’aymeray toujours Belesbat,

Quoiqu’il soit un peu fat.   bis,

Barbe en coquille,

Prollixe en ses discours

Galand de ville,

Faisant l’homme de cour.

 

Chanson                                  1651                                                            [401]

Sur l’Air: Desja je ne scay quoy

La Cour a Poitiers

 

Voyez l’humeur gentille,

De nôtre petit Prince d’Anjou,

On voit toutes nos filles,

Qui desirent ce bijou;

Mais l’on dit desja je ne scay quoy,

De lui, et de la petite Villeroy.

 

Belleroche du Maine,

Vous agissez d’un coeur franc et net,

Vous ne vous metez guere en peine,

De tous les secrets du cabinet,

Pleût à Dieu pour le bonheur de tous,

Que l’Estat fur tranquile comme vous.

 

Neuillan belle heritiere,

Vous avez du sens donc bien vous prend,

Vous sςavez qu’en mariage,

Souvent l’on se meprend,

Mais au moins avant que vous l’ayez,

Consultez un peu Monsieur le Tellier.

 

Saint Maigrin je vous prie,

Regardez Cossé dans son devoir,                                                  [402]

Vous sςavez qu’a l’Artillerie,

Il a grand pouvoir;

Mais pas moins humiliant, et doux

Il ne fait pas grand bruit auprés de vous.

 

Chanson                                                                                                          [403]

Sur l’Air, des petits sauts de Bordeaux.

 

Dedans Poitiers la grand ville,

Gallerie ont fait bâtir,

Fort commode, et fort utille,

Pour entrer et pour sortir,

Le Mazarin s’y promene,

Et peur aller chaque nuit/ Tant le jour que la nuit,

Sans Pantoufle et sans mitaine/ et sans lanterne,

Trouver la Reine a son lit.

 

Quoi qu’on peste, et que l’on crie,

Elle veut son Mazarin,

Par la meme gallerie,

Le Roy veut voir son parain,

Je ne scay qu’a fait cet homme

Pour les rendre ainsy soubmis;

Mais s’il fait ainsy qu’a Rome,

Dieu gard la mere et le fils.

 

Le matin quand le Roy se leve,

S’en va voir son parain,

La Reine le suit en queue

Va voir son voisin.

Je ne sςay qu’a fait cet homme,                                                                                         [404]

Pour le rendre ainsy soumis,

Si l’on y vit comme à Rome,

Adieu le mere et les fils.

 

Au cercle dans les ruelles,

On boulverse l’Etat,

Et l’on forge des nouvelles,

D’un aproche, ou d’un combat,

C’est une etrange misere,

D’etre reduit a ce point

Si vous ne parlez d’affaire

On ne vous écoute point.

 

Les plus galantes sornettes,

Ne vallent rien a conter,

Les Dames les plus coquettes,

N’ayment plus a caqueter,

Le Mazarin et la fronde.

Seront punis quelque jour,

De faire oublier au monde

Les entretiens de l’Amour.

 

Soit que l’on fronde en Guyenne,

Ou que l’on fronde à Paris,

Soit que Mazarin revienne,                                                                [405]

Ou qu’on fasse encore pis,

Quand le bel oeil qui m’enflame,

D’un de ses traits me combat:

J’ay plus de trouble en mon ame,

Que n’en soufre tout l’état.

 

Quand cette beauté divine,

Me fuit, j’ay plus de chagrin,

Que n’en eut la Mazarine,

Au depart de Mazarin,

Si le beautemps la ramene,

J’espere un plaisir egal,

A celuy qu’avoit la Reine,

Au retour du Cardinal.

 

Philis leve les obstacles,

Qui s’opose a son retour,

Et fais pour moy des miracles,

Digne d’un fidelle amour,

Si ta mere s’en offence,

Répons au même moment,

Le Reine perd bien la France,

Pour posseder son Amant.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [407]

 

Poictez maintenant tu te vonte, bis

D’aver ton Ras et ta Regeonte,

Qui sont tez deux pus beas joyaux

Vive le Ra et la Regeonte

Marme que son deux beas joyaux.

 

O que beniste la Province, bis

Qui nous a donny qui oux beas Prince,

On en fut jemey in iraux.

Vive le Ra etc.

 

Y le vy ontry dons la ville, bis

Si beas si geonti si habille,

Que gel somble in onge dos ceaux.

Vive le Ra etc.

 

Glest amoureux je que a l’extreme, bis

On ne peut lever sans qu’on l’aime,

Malhour a qui oux qui ly veut maux.

Vive le Ra etc.

 

Nos belles feilles poictevine bis

En contemplont sa bonne mine,                                                                                        [408]

On voudriant chaquine intaux.

Vive le Ra etc.

 

Y n’avez grain dans ma creonce, bis

Qu’en l’attirail d’in Ras de Fronce,

O ly oguist si grond herbaux.

Vive le Ra etc.

 

Tont de Laquez et de tont de page, bis

Tont de Mulets portez bagage,

Qui passirant a beas Journaux.

Vive le Ra etc.

 

Dos chariots chargy de Jupes, bis

Et pre dessus dos gronds guenippes,

Et dos chains dons lours devantaux,

Vive le Ra etc.

 

Y fus ravy din si beas monde, bis

Qui prés de sa personne abonde,

Et devor tont d’homes a chevaux.

Vive le Ra etc.

 

O nertet que Barons et Contes, bis

Que dos Marquis et dos Vicontes,                                                                  [409]

Que dos Prince et dos Marêchaux.

Vive le Ra etc.

 

O sont dos geons de grond de Feurres, bis

Qui n’espargnant ny chair, ny beurre,

Et qui marchant en étourneaux.

Vive le Ra etc.

 

A sa douce filonomie, bis

Gle n’aime grain la maltotrie,

Ny les geons de grippe minaux.

Vive le Ra etc.

 

Quallez Bouillons, quallez Thurenne, bis

Sy ly donnant bain de la poyne,

Mez gle lour frat bain chonti nau.

Vive le Ra etc.

 

Gle pourrat dire en sa veillesse, bis

Que des le temps de sa jenesse,

Ses geons ly ant fait mille maux.

Vive le Ra etc.

 

A Poictez pre resjoüissonce,

On entondet en afflouance,

Petits et gronts chonty tout hault,

              Vive le Ras et le Regeonte,

              Le bon de lez garde de maux.

 

Chanson sur l’Air                                                                     [411]

 

Ce qui fait les desordres en France,

A ce que dit sa Sainteté,

C’est le V……. de son Eminence,

Et le C……. de sa Majesté.

 

Chanson                                                                                        [413]

 

On ne songe en cette ville

Qu’a composer des chansons,

Je n’en ay point de leςons,

Je n’y suis rien moins qu’habille,

Puis que pourtant aujourd’huy

Chacun fait des Vaudevilles,

Il faut bien tacher aussi

D’en faire tout comme autruy. 

 

Le sujet des chansonnettes,

N’est que des pauvres cocus,

Qui pressez de leurs abus,

Montrent leur peine secrette,

Un grand nombre depuis peu,

Doué de femme coquette

Pour en avoir fait l’aveu

A mis tout le monde en jeu.

 

Cezar etoit bien plus sage

A cacher qu’il fut cocu,

Il s’etoit bien aperςeu,

Que sa femme faisoit rage,

Sa fille l’advertissoit,                                                           [414]

Clodius fait votre menage,

Sa mere le lui juroit,

Cezar disoit qu’on mentoit.

 

Monsieur de Villemontée,

Vous fuste bien plus prudent

De conduire le gallant,

Jusqu’au bas de la montée,

Aussitost chez ses parens,

La Dame fut remenée,

Seuls ils sςeurent l’accident,

Qui leur en fit tout autant.

 

Le plus sage de la Grece,

L’exemple d’un mecontent,

Supporta, patiemment,

Du mariage la detresse,

Toujours Xantippe, dit on,

Lui faisoit nouvelle piece,

Xantippe étoit un Dragon,

Socrate etoit un Mouton.

 

Si l’on consulte la Fable,

Vulcain n’eut il pas mieux fait.

De tenir le cas secret,                                                                                             [415]

Qui le rendit méprisable,

Du Dieu Mars on ne dit mot,

La chose etoit pardonnable,

L’on ne rit que du pied bot,

Chacun dit c’est un grand sot.

 

Nous aprenons dans l’histoire,

De quantité de nos Rois,

Que leurs femmes autrefois,

Leurs en faisoient bien accroire,

Fredegonde, et Brunehault,

En laissent de bons memoires,

Si la corne atteint si hault,

Portons là comme il fault.

 

Chez les bestes la nature,

Est dans sa perfection,

Suivent l’inclination,

L’on vit dans qu’on en murmure,

L’homme seul dans sa Maison

S’est fait une Loy trop dure,

Avec toute sa raison

Il s’est fair pis qu’un Oyson.

 

En effet, quelle folie,                                                                              [416]

D’avoir attaché l’honneur,

A posseder tout un coeur,

Sans trance de Jalousie,

Pour moy si j’en juge bien,

La gloire de cette vie,

Consiste a ne faire rien,

Qui ne produise du bien.

 

Les Honny soit il, de ce temps                                                         [417]

Sur l’Air: Il a batu son petit frere.

 

Aimer une violente harpye                                              La Reyne.

Un Bardache, un fat, un impie,

Se conformer a ses desseins,

Le faire absolu dans la France,

Et prendre l’Ordre de ses mains;

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Sifflet, et se grater les fesses,

Faire tous les jours des promesses,

Prendre l’argent et le jouer,

Aimer un coquin par outrance,

Dont on se laisse baffouer,

Honny soit il qui mal y pense.

 

Emplir de toutes mains sa bourse,

Permettre des maux sans ressource,

Jurer, piller, et violer,

Ne respirer que la vengeance,

En ne se plaire qu’a voler,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Trahit une ville estimée,

Devenir general d’armée,                                                                  [418]

De peur d’etre fils de putain,

Faire l’homme d’intelligence,

Et n’estre qu’un petit badin,

Honny soit il qui mal y pense.

 

Gouverner l’enfant d’une Reine,                                                   Le Cardinal

Meure tout un état un peine,

Rendre des Princes ses valets,

Faire une excessive Depense,

En chevaux, en jeux, en Balets,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Aprés avoir paru tres sage,                                              De Longueville

Paroitre homme a double visage,

Promettre toujours du secours,

N’entretenir que d’esperance,

Et ne chercher que des détours,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Servir pour ostage a la ville,                                            Madame de Longueville

Croire son Conseil tres utile,

Tandis que son mary nous vend

Tous les jours etre a l’audience,

Et ne resoudre que du vent,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Garder comme un precieux gage,                               Madame d’Aiguillon

Un dissimulé pucelage,

Vouloir etre fille sans fruit,

Prendre des plaisirs a outrance,

Qu’une hermaphrodite produit

Honny soit il qui mal y pense.

 

Epouser une paysane,                                                                           Monsieur de Mercoeur

Indigne d’etre courtisane,

Malgré ses plus proches parens,

Souffrir tout avec patience,

Aprouver le vol des Tyrans

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Se dire sortir d’un grand Prince,                                                                       Monsieur d’Espernon

Faire la guerre a sa Province,

Saccager son Gouvernement,

Pour satisfaire a la vengeance,

D’un infame et d’un insolent,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Aprés sa maison dissipée,                                                                 Monsieur d’Elbeuf

Faire le Grand homme d’espée,

Et vouloir etre general,

Emplir et sa bourse et sa panse,

Payer ses detes sans travail,                                                           [420]

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Faire la Maitresse d’école,                                                                Madame de Senecey

Sur une esperance frivolle,

De voir sa fille au Tabouret,

Luy faire oublier sa naissance,

Jouer toujours bien son rolet,

Honny soit il qui mal y pense.

 

Estre lasche, etre mercenaire,                                                                         Le Marêchal de Villeroy

Voir passer l’argent et se taire,

Pour le premier Gouvernement,

Devenir Marechal de France,

Quoique poltron extremement,

Honny soit il qui mal y pense.

 

S’advancer, et se mésconnoitre,                                                                     L’Abé de la Riviere

Vendre deux ou trois fois son maitre,

Trahir son pais par argent,

Mepriser avec insolence,

Ceux qui l’ont veu etre indigent,

Honny soit il qui mal y pense.

 

Parent de l’ancienne Eminence                                                                                         Le Marechal de la Meilleraye

Jouir des plus beaux biens de France,                                                         [421]

Quitter le Cour en tems prefix,

Et de vendre la Surintendance,

Et faire grand Maitre son fils,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Faire de la lie des hommes,

Des Seigneurs, et des Gentilshommes,

Pourveu qu’ils donnent des quibus,

Ruiner de/ Remplir de Maltotes la France,

Autoriser tous les abus,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Parler devant, parler derriere,

Faire le Couteau de tripiere,

Donner partout de faux avis,

Acquerir pour sa recompense,

La Tresorerie a son fils,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Maniere le peuple a sa mode,                                                         le Parlement

Par de nouvelles Loix du code,

Faire epouser ses interrets,

Se dire gens de conscience,

Apuyer tout sur des arrets,

Honny soit il, qui mal y pense.

 

Chanson                                                    1658 ou environ                                  [423]

Sur l’Air d’une courante, par le Comte de Grammont.

 

Mon impertinente cloris,

A les cheveux et le Poil du front gris,

Je voudrois bien trouver quelqu’un,

Qui la baisast deux coups,

Pour m’en espargner un.

 

Les Vins de la Cour                             1659                                                            [425]

 

Celui du Roy………………………n’est pas en sa boitte.

De la Reyne……………………….est bas persé.

de Monsieur……………………..est petit.

de Monsieur d’Orleans…….est aigre.

Mademoiselle…………………..petillant.

Monsieur le Prince……………..…fort piquant.

Monsieur le Prince de Conty…trouble.

Madame de Soissons……………..pasle.

Filles de la Reine…………………….Guinguet.

Monsieur Dampville……………….sans force ny couleur.

Madame de Beauvais……………...la futaille.

Madame de Chastillon…………….meslé.

Madame Dolonne……………………commun.

Madame de Comminge…………...frelaté.

Madame de Villeroy…………………bon a perςer.

Monsieur le Cardinal………………..Le Terroir.

Monsieur le Cardinal de Retz……pousse.

Monsieur de Villeroy………………..foible.

Monsieur le Marechal de la Ferté..fumeux.

Monsieur le Marechal de Grancé...bouru.

Monsieur le Marechal de Turenne…bon a garder.

Monsieur de Beaufort………………..plus de saison.

Monsieur de Longueville…………….couvert.

Monsieur le Comte d’Harcourt……pas remis.                                                           [426]

Monsieur le Duc de Roquelaure….esventé.

L’Archevesque de Sens………………..ferme.

Monsieur du Clergé…………………….frelatté.

Monsieur de la Meilleraye…………..rude.

Le Prince Palatin…………………………..sur le retour.

Le 1er President…………………………….subtil.

Madame de Brigy………………………..de plusieurs feuilles.

Monsieur de Brienne……………………plat.

Monsieur le Surintendant…………….point mal faisant.

L’Abbé Foucquet…………………………..fou.

Messieurs du Parlement……………….en sa force.

Messieurs du Conseil…………………….se defant.

Partisans………………………………………..gras.

Chambre des Comptes…………………..s’entretien bon.

Le Peuple……………………………………….le pressoir.

Confesseur de la cour…………………….a deux oreilles.

Monsieur le Chancelier…………………..assés bas.

Monsieur Faber………………………………doux.

 

                                                                                                            [427]

 

Pour vous voir un moment

J’ay passé par Essaune,

Je ne fus pas content

D’y trouver le gros Chaune,

Quoique Monsieur son pere,

Eût barbe plus d’une aune.

 

Chanson                                                    165…                       [429]

 

Montmor soyez ou tout un, ou tout autre,

Suivez le monse, ou bien suivez l’Apôtre;

Je n’aime point ces demis gens de bien,

Qui sont de tout, et qui ne sont de rien;

Montmor soyez ou tout, ou tout autre,

Suivez le monde, ou bien suivez l’Apostre.

 

Etant malade a la mort, il ne voulut pas se confesser, Monsieur l’Archevesque de Paris vint le voir et l’obligea a se confesser. Il fit reflection que les filles du Port Royal n’avoient pû être persuadées par cet Archevesque, il rentra dans son incertitude et mourut comme un fou.

 

Chanson                                                                                                          [431]

Sur l’Air, Poids et Dindons.

 

De Pont (1) vous n’avez point de coeur,                 

D’hazarder votre honneur,

Et d’esperer le Duc de Guise (2),

Afin de l’espouser,

Sςavez vous pas qu’elle est son inconstance

Et que la France

L’a veu changer,

Pour prendre femme en païs éstranger.

 

(1)…………….de Pont fille d’honeur de la Reine dont le Duc de Guise etoit amoureux.

(2) Henry de Lorraine, Duc de Guise.

 

Sonnet                                                        1663                                          [433]

Sur le Ministere present.

 

Ministres sans pitié, Conseilleurs detestables,

Qui faites vos plaisirs, des malheurs de ce tems,

Qui pour vous agrandir, augmentés nos tourmens,

Et pour vous rendre heureux, nous rendez miserables.

 

Cessez, cessez enfin vos poursuites damnables,

La guerre qu’au dehors l’on a souffert trente ans,

Recommence pour nous plus cruelle au dedans,

Et va rendre nos maux a jamais incurables.

 

On a perdu, Franςois en perdant Mazarin,

Il estoit mille fois plus doux et plus humain,

Son regne auroit rougy de ce regne où nous sommes.

 

Detestable conseil, injuste sont tes Loix,

Tu nous fais regreter le plus mechant des hommes,

Et tu nous fait haïr le plus grands de nos Rois.

 

Sonnet                                                        1663                                          [433]

Sur le Ministre present.

 

Ministres sans pitié, conseillers detestables,

Qui faites vos plaisirs, des malheurs de ce tems,

Qui pour vous agrandir, augmentés nos tourmens,

Et pour vous rendre heureux, nous rendez miserables.

 

Cessez, cessez enfin vos poursuittes damnables,

La guerre qu’au dehors l’on a souffert trente ans,

Recommence pour nous plus cruelle au dedans,

Et va rendre nos maux a jamais incurables.

 

Qu’on a perdu, Franςois en perdant Mazarin,

Il estoit mille fois plus doux et plus humain,

Son regne auroit rougy de ce regne où nous sommes.

 

Detestable conseil, injuste sont tes Loix,

Tu nous fais regreter le plus mechant des hommes,

Et tu nous fait haïr le plus grands de nos Rois.

 

Chanson                                  1665                                                            [435]

Sur l’air: La fille d’un Marchant de Vin.

 

Suivés, suivés Monsieur Colber,

Le bel exemple de Faber,

Refusés l’ordre qu’on vous donne;

Il acquit par un noble adveu,

Bien plus d’honneur sur sa personne,

Que n’en donne le cordon bleu.

 

Il étoit brave comme vous,

Il étoit tout persé de coups,

Et de plus Marêchal de France;

Mais comme vous fils de Marchant,

Loin de tromper sur sa naissance,

Il l’a publia hautement.

 

Chanson                                                    1666                                                            [437]

Sur l’Air: mon confesseur est rude.

 

La vieille de Calliere,

En sortant d’un verger,

A dit tout en colere,

Vous me faites enrager,

Je scais ce qu’il faut faire,

Pour se bien satisfaire,

Sans se mettre en danger.

 

C’est la mere de Monsieur de Caliere Secretaire du Cabinet, mort en 1716. Elle demeuroit a Saint Lo en Normandie.

 

                                                                                                            [439]

 

Vous qui taxés commis, comptables, et Traitans,

Grand Ministre ecoutés quatre vers importans.

Pour faire dans la chambre une recherche entiere,

Et qu’on se plaigne moins d’une si dure Loy,

Taxés la Montespan avec la Valiere,

Elles ont manié les affaires du Roy.

 

                                                                                                                              [441]

 

Voyez qu’elle est nôtre misere

Que le Palais de nos Cezars,

Devienne aujourd’huy le repaire,

Des couleuvres et des lezards.

 

Sonnet                                      1666                                                                                                [447]

 

A Louis XIV. sur la maniere dont il aut qu’un Roy gouverne son Etat, pour estre un Prince parfait.

 

Exerce sans orgueil la puissance suprême,

Mets ton ame au dessus de toutes les grandeurs,

Montre toy revestu de tes propres splendeurs,

Et fais par tes vertus fleurir le Diademe.

 

Que l’étranger te craigne, et que ton peuple t’aime,

N’amasse des Tresors que dans le fond des coeurs,

Distribuë avec choix les biens et les honneurs.

Soumets les grans aux Loix, et l’y soumets toy même.

 

Que l’encens des flateurs ne t’enteste jamais,

De ces pestes de cour delivre ton Palais,

Que la verité seule aproche ton oreille.

 

Prince, tout devant toy par cet art flechira,

Des hommes et des Rois tu seras la merveille,

Mais ce grand art, helas! qui te l’enseignera*.

 

*l’auteur du sonnet etoit persuadé que de tous les ministres dont se servoit Louis XIV. pas un n’etoit capable de bien conseiller ce Prince.

Ces Ministres etoient, Pierre Seguier Chancelier, Duc de Villemor etc.                  [448]

Nicolas de Neuville Duc de Villeroy, Pair et Marechal de France; Il etoit chef du conseil Royal des Finances, et avoit eté Gouverneur de la personne du Roy.

Michel le Tellier, secretaire d’Etat au Departement de la Guerre.

Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois, son fils, receu en survivance de son pere, de la charge de secretaire d’Etat.

 Hugues de Lionne, secretaire d’Etat pour les Affaires Estrangeres.

Jean-Baptiste Colbert controlleur general des Finances, Surintendant des Bastimens.

Louis Phelypeaux S.rde la Vrilliere secretaire d’Etat.

Henry de Guenegaud secretaire d’Estat.

Annat Jesuitte confesseur du Roy.

 

Il est aisé de remarquer que de tous ces gens qui avoit part au Ministere,  pas un n’etoit de qualité. Leurs caracteres se trouveront dans les pieces suivantes.

 

Quatrain                                                   1666                                                            [449]

Sur Louis XIV

 

Ce Roy de gloire environné,                           Ces deux premiers vers sont ironiques.

Plus sage que Cezar, plus vaillant qu’Alexandre,

On dit que Dieu nous l’a donné (1),

Helas! s’il vouloir le reprendre (2).

 

(1)   Le Roy Louis 14. avoit pris le Titre de Dieu donné, parce que le Roy Louis XIII. son pere ayant epousé Anne d’Autriche le 25. Novembre 1615. il n’eut d’Enfans que le %. Septembre 1638. qu’il vint au monde. ce qui fut regardé comme une grace de Dieu, parce qu’on ne croyoit pas que la Reine pût avoir des enfans.

(2)   Cecy n’est que trop aisé a entendre.

 

Epigramme                                              1666                                          [451]

Sur Louis XIV.

 

C’est Dieu qui l’a donné s’il vouloit le reprendre,

Il ne reprendroit que le sien,

Et de plus ne reprendroit rien,

Que ce qu’on voudroit bien lui rendre.

 

(1)   Le Roy Louis XIV. ne vint au monde que le 5. Septembre 1638. Quoique le Roy Louis XIII. son pere eût epousé la Reine Anne d’Autriche sa mere dés le 25. Novembre 1615. ce qui lui fit donner d’abord le titre de Dieudonné. C’est sur ce titre que l’auteur jouë dans cette Epigrame.

 

Sonnet                                                        1666                                                            [453]

Sur Louis XIV.

 

Le peuple que jadis Dieu gouvernoit lui même (1),

Lassé de son bonheur vouloit avoir un Roy (2),

Eh bien! dit le Seigneur, peuple ingrat et sans foy,

Tu sentiras bientost le joug du Diadême.

 

Celui que je mettray dans ce degré suprême,

Comme un cruel vautour viendra fondre sur toy,

Ses seules volontez lui/ te serviront de Loy,

Et rien n’assouvira son avarice extrême.

 

Il trouvers toujours mille nouveaux moyens,

Pour te ravir l’honneur, la Franchise et les biens,

En vain tu te plaindras de sa toute puissance.

 

Ce peuple en vit l’effet, il en fut etonné,

Ainsy regne aujourd’huy (3) par les voeux de la France,

Le Monarque absolu que Dieu nous a donné. (4)

 

(1)   Le peuple d’Israel.

(2)   Le Sainte Ecriture dans le 1er livre des Roix, dit que les Israelites se lassant d’estre gouvernez

 

                                                                                                                              [454]

(2 ctd.) par le grand sacrificateur presserent Samuel qui l’etoit pour lors de demander a Dieu d’etre gouvernez par un Roy comme les autres peuples du monde; Samuel affligé de cette demande eut recours a Dieu qui lui apparût, et lui déclara que son peuple auroit un Roy pour le punir de s’estre lassé du Gouvernement de ses ministres qt qu’il seroit assujety a tous les maux du pouvoir Monarchique. Samuel en avertit les Israëlites, leur fit une longue enumeration de tous ces maux. Ils y furent sourds. Ainsy Samuel par l’Ordre de Dieu sacra Saül Roy d’Israel.

(3)   Louis XIV. que l’auteur mal a propos pretend ramasser en lui toutes les qualitez don’t il fait le detail dans ce sonnet.

 

(4)   Ce Prince portoit le titre de Dieudonné pour être venu au monde aprés 23. ans de mariage. Voyez sur cela le Commentaire de l’Epigramme precedente.

 

Sonnet                                                                                                              [455]

A la France, sur les Ministres don’t le Roy Louis XIV. se servoit pour le Gouvernement de son Estat.

 

Quatre animaux (1) maudits, sont maîtres de ton sort,

Chacun voit son rival d’un oeil de jalousie,

En veut gouverner seul; mais leur rage est unie,

A sucer sans repos ton sang jusqu’a la mort.

 

Le Lion (2) prend partout sans epargner l’autel (3),

Le Mouton (4) fait perir le droit et l’innocence (5),

Le Lezard (6) desja plein (7) en tasse la Finance (8).

Et le dernier de tous (9) porte un poison mortel.

 

C’est le funeste auteur de toutes nos miseres (10),

Qui chassa du Jardin (11) le 1.er de nos peres (12),

Et pour prix de la foy, lui promit un Tresor (13).

 

Ce Serpent (14) garde encor son ancienne malice (15),

Il se couvre de Fleurs, et tout son artifice,

Est de tenter son Maitre avec la Pomme d’or (16).

 

(1)   Par ces 4. Animaux l’auteur de ce sonnet entend les 4. Ministres d’Etar nommez cy aprés qu’il designe par les animaux qu’ils portent dans leurs Armes.                                     [456]

 

(2)   Hugues de Lionne Ministre et Secretaire d’etat pour les Affaires Estrangeres, qui avoit un Lion dans ses Armes.

 

(3)   Monsieur de Lionne avoit fait avoir a Jules-Paul de Lionne son 2.e fils les abbayes d’Orcamp, et de Marmonstier, le Prieuré de Saint Martin des Champs, et une charge d’Aumosnier du Roy, dont il jouissoit.

 

(4)   Pierre Seguier Chancelier de France, et Ministre d’Etat.

 

(5)   L’auteur pretend qu’il n’avoit pas le coeur droit.

 

(6)   Michel le Tellier Ministre de Secretaire d’Etat pour la guerre, qui avoit 3. Lezars dans ses Armes.

 

(7)   C’etoit le particulier du Royaume le plus riche.

 

(8)   Il amassoit tous les jours.

 

(9)   Jean-Baptiste Colbert Secretaire d’Etat controlleur general des Finances.

 

(10) Comme controlleur general des Finances, il êtoit l’auteur des Impots, et ce que l’auteur apelle nos miseres.

 

                                                                                                                                                [457]

(11 et 12) Monsieur Colbert avoit un serpent dans ses armes, et c’est pour cela que l’auteur le    compare au Diable qui sous la forme d’un serpent, fur cause qu’Adam notre 1.er pere fut chassé du Jardin des Olives, apellé le Paradis Terrestre.

        (13) Le Diable avoit dit a Adam qu’il en sςauroit autant que Dieu s’il mangeoit du fruit deffendu.

        (14) Monsieur Colbert.

        (15) Voyez les articles 11. et 12.

(16) L’auteur entend par lá que Monsieur Colbert tentoit le Roy pour charger le peuple, par l’esperance d’avoir de l’argent, comme le Diable tenta Adam par l’esperance de scavoir autant de Dieu.

 

Sur le Retranchement des Rentes de l’Hostel de ville                      [459]

Madrigal

 

De nos Rentes pour nos pechez,

Si les quartiers sont retranchez,

Pourquoy nous esmouvoir la bille!

Nous n’avons qua changer de lieu,

Nous allions a l’Hostel de ville,

Et nous irons a l’Hostel Dieu.

 

Sur Monsieur Colbert                                                                             [461]

 

Colbert n’a pas assez de tout l’or de la France,

Il veut y joindre encor celuy des Indiens,

Pour ce vaste projet, le reste de nos biens,

Sert a lui faire avoir des places d’importance;

Voila ce qui s’apelle avoir de l’industrie,

Voila ce qu’on appelle un adroit Favory,

S’il achepte Tanger et reprend Gigery,

Il n’aura point un jour d’egal en Barbarie.

 

Sonnet                                                                                                              [463]

Sur Monsieur Colbert

 

Vous ne meritez pas notre Surintendance,

Déplorable joüet du sort, et de la cour,

Quand vous l’aviez, Fouquet, on ne parloit en France,

Que de paix, que de ris, que de jeux, que d’amour.

 

Celui qu’on a chargé de votre Lieutenance,

Nous fait bien cheminer par un autre destour,

On n’est plus occupé qu’a faire penitence,

Qu’a former de beaux voeux, qu’a pleurer nuit et jour.

 

Nul sous lui n’est touché des plaisirs de l’envie,

Nuk pour le bien d’autruy, ne conςoit d’envie,

Tant le siecle est chargé par ce grand Favory.

 

Tout le craint dans l’Europe, et si par industrie,

Il achete Tanger et reprend Gigeri,

Il n’aura point un jour d’esgal en Barbarie.              

 

Epigramme                           1666                                                                               [465]

Sur Jean-Baptiste Colbert Ministre et Secretaire d’Etat, Controlleur general des Finances, Surintendant des Bastiments du Roy Arts et Manufactures de France, etc.

 

Archimede autrefois prouvoit par sa statique,

Qu’il remûroit la terre avec un seul levier,

S’il avoit seulement un point pour l’appuyer,

Mais ce point a trouver etoit trop difficile,

Il falloit un Colbert pour un si grand dessein,

Luy, qui fait d’un seul mot mouvoir toute la France (1),

Ne remueroit il pas sans grande violence

La terre et l’univers s’il y mettoit la main (2).

 

(1)   Monsieur Colbert ayant la Direction des Finances du Royaume qui etoit en pleine paix êtoit lors le plus puissant des Ministres de l’Etat.

(2)   Ce Ministre avoit fait de grands bouleversements dans l’etat pour le retablissement des Finances, ce qu’il seroit trop long de mettre icy; comme il ne se piquoit pas d’observer les regles de la justice dans tout ce qu’il faisoit, l’auteur de

                                                                                                                              [466]

de l’Epigramme dit malignement que Monsieur Colbert remueroit facilement l’univers s’il y                                                 mettoit la main.

 

Sonnet                                     1666                                                             [467]

Sur Henriette-Anne d’Angleterre 1.re  femme de Phillipes de France frere unique du Roy Duc d’Orleans etc.

Nora que ce sonnet est un bout rimez.

 

Tout brusle pour Madame (1) et brusle en ………………..seraphin,

Tout depuis le beguin, jusques a la……………………………..calotte,

Du jeune qui caquette au viellard qui…………………………..radotte,

Du Mareschal d’Estrées (2), a Monsieur le……………………Dauphin (3),

 

Pour sa dance (4) on voudroit n’en voir jamais la…………fin,

Et quand de ses beaux pieds s’ecarte un pei la…………….cotte,

Il n’est point de mortel qui par cette…………………………….botte,

On a beau s’en deffendre on y perit………………………………enfin.

 

Le reste devant elle a l’air sombre et……………………………..nocturne (5),

C’est le comique bas auprés du grand……………………………cothurne (6),

Ou pour en parler mieux, le reste est un………………………..fatras,

 

Aux Cedres du Liban, c’est comparer………………………………l’hissope (7),

Surpasser en orgueil la Grenouille…………………………………..d’Esope (8),

Que s’egaler au sang du vainqueur de……………………………..Coutras (9).

 

(1)   Les Duchesses d’Orleans s’apellent Madame

                                                                                                            [468]                                                                     

 

tout court quand leur mary est fils de France comme l’etoit Phillipe Duc d’Orleans.

(2)   Cezar d’Estrées 1er Marechal de France, Chevalier des Ordres du Roy, Gouverneur de l’Isle de France, lors le plus vieux, Seigneur de la cour.

(3)   Le Dauphin de France fils de Louis XIV. et de Marie-Thereze d’Autriche, lequel n’avoit, alors que 5. ans, etant né le 1er Novembre 1661. a Fontainebleau; Il fut depuis nommé Louis. 

(4)   Jamais femme n’a mieux Dansé que cette Princesse.

(5)   Il est certain que cette Princesse avoit ramassé en sa personne tous les charmes et tous les agremens du monde aussi faisoit elle l’admiration de tous ceux qui la voyoient.

(6)   C’est a dire le grand l’heroïque etc., le Cothurne etant la chaussure des anciens acteurs tragiques, au lieu que les comiques portoient le Brodequin.

(7)   L’ysope est le plus bas des vegetaux, comme le cedre est le plus grand.

(8)   Tout le monde sςait la Fable de cette Grenouille qui voulant s’egaler a un Boeuf, creva dans cette entreprise.

(9)   Le Roy Henry IV. grandpere de Madame laquelle etoit fille de Charles 1.er Roy d’Angleterre

                                                                                                                              [469]

       (9 ctd.) et de Henriette de France fille du Roy Henry, et de Marie de Medicis, l’auteur l’apelle le vainqueur de Coutras, parce qu’il y gagne une fameuse Bataille le 20. Octobre 1587. n’étant encore que Roy de Navarre, et êtant à la teste du party Huguenot, contre l’Armée de la Ligue, commandée par Anne Duc de Joyeuse favory du Roy Henry III. lequel y fut tué.

 

Chanson                                  166                                                               [471]

Faite par le Roy Louis XIV. sur René de Bautru Comte de Serrant, Chancelier et Garde des Sceaux de Philippes fils de France frere unique de S. M.te  Duc d’Orleans, de Valois, de Chartres, et de Nemours, Comte de Montargis, Marquis de Coucy, et de Folembrat Chevalier des Ordres du Roy; et sur Joachim de Segliere Seigneur de Boisfranc, Surintendant general des Domaines de ce Prince:

Sur l’air de, mon confesseur est inde.

 

Chez mon cadet de Frere,

Le Chancelier Serrant,

Est bien moins necessaire,

Qu’un Marêchal Ferrant;

Mais celui qui sςait plaire,

Et qui fait ses affaires,

Est le sage Boisfranc *.

 

*Joachim de Segliere Seigneur de Boisfranc, Surintendant des Maisons, Domaines, et Finances de Monsieur Duc d’Orleans, gouvernoit absolument sa maison:

 

Rondeau                                1666                                                             [473]

Sur René Bautru, Comte de Serrant Chancelier et Garde des Sceaux de Philipes fils de France, frere unique du Roy Duc, d’Orleans.

 

Serrant enfant issu du vice (1),

Mais avoüé par le caprice,

D’un pere plus cocu que fou (2),

Mazarin (3) le nommoit Bautrou (4),

Et les Angevins leur suplice (5).

 

L’un fin et homme d’artifice (6),

L’autre d’orgueil et d’avarice (7),

Etoient tous deux jusqu’a un sou,

                         Serrant.

Il avoit l’humeur fort propice (8),

Mais ce seroit un sacrifice,

Dont tout le monde riroit prou,

S’il lui voyoit la corde au cou,

Et l’executeur de justice.

                         Serrant.

 

(1)   Il y avoit plus de 2 ans que Guillaume Bautru n’avoit frequenté Marie Bigot de Gastines.

 

                                                                                                            [474]

sa femme quand Elle accoucha du Seigneur de Serrant.

(2)   Ce Guillaume Bautru, est ce plaisant si renommé oar ses bons mots, qui lui attirerent tant d’orages, et meme des coups de baston.

(3)   Jules Mazarin Cardinal et 1.er Ministre de France sous la minorité du Roy Louis XIV.

(4)   Le Cardinal Mazarin, qui etoit Italien prononςoit Bautrou pour Bautru.

(5)   Le Seigneur de Serrant avoit eté Intendant de justice en Anjou, et avoit exercé cet employ avec grande dureté.

(6)   Bautru pere de Serrant tres rusé courtisant et grand fripon.

(7)   Serrant, tres glorieux et fort avare.

(8)   Serrant, etoit a ce que pretend l’auteur, disposé a recevoir des propositions de gagner de l’argent.

 

Sonnet                                     1666                                                             [475]

Sur le Poëme-Epique de la Pucelle, composé par Chapelain de l’Academie Franςoise.

 

Je vous diray sincerement

Mon sentiment sur la Pucelle,

L’art et la grace naturelle,

S’y rencontrent egalement.

 

Elle s’explique fortement,

Ne dit jamais de bagatelle,

Et toute sa conduitte est telle,

Qu’il faut la louer hautement.

 

Elle est pompeuse, elle est parée,

Sa beauté sera de durée,

Son êclat peut nous ebloüir.

 

Mais enfin quoiqu’elle soit telle,

Rarement on ira chez elle,

Quand on voudra se rejouir *.

 

*Le Poeme est fort triste et fort ennuyeux.

 

Rondeau                                Avril 1666                                                  [477]

 

Tout est en paix sur la Frontiere,

L’Anglois ne fait plus le mutin,

Un tribut lui vaut un butin,

Il se rend à notre priere.

 

Le Roy reprend sa mine fiere,

Et dit aux traisneurs de rapiere,

Cherchez un plus heureux destin.

                         Tout est en paix.

 

La cour se va donner carriere,

Cupidon leve sa baniere,

Il n’est plus d’amour clandestin,

La femme a receu la putain,

Et la mere gist dans la biere.

                         Tout est en paix.

 

Sur les Anglois                                                                           [479]

 

Peuple engrendré d’un sang rebelle,

Pour punir ta temerité,

Il est en France une Pucelle,

                         la porte a son costé.

 

                                                                                          [481]

 

Le plus fier Prince de la terre,

S’est enfin ennuyé du patapatapan,

Et dans les bras de Montespan;

S’en vient se delasser des travaux de la guerre,

Il quitte pour jamais ses anciennes amours,

Et par sa nouvelle tendresse,

Fait assez voir que qui nous blesse,

N’est pas fort asseuré de nous blesser toujours.

 

Belles qui recevez ses voeux et ses hommages,

Profitez mieux du temps qu’amarante n’a fait,

L’amitié d’un heros sans d’autres avanytages,

Est un present fort imparfait,

Songez qu’un coeur comme le nôtre

Ne se donne pas pour un autre,

Et qu’aimer but a but ce n’est pas vôtre fait.

 

                                                                                                            [483]

 

Sςavez vous bien ce que l’on dit,

La Justice est depucelée,

Le ………est entré dans son liet

Et l’on tiient qu’il l’a violée.

 

Ode                                            1666                                                             [485]

Sur la Guerre qui se preparoit l’an 1666. entre la France et l’Angleterre, le Roy Louis XIV. ayant deffendu a ses sujets tout commerce avec les anglois, et ayant declaré qu’il vouloit assister les hollandois ses alliez qui etoient pour lors en guerre contre eux. Nota, que cette guerre n’eut pas grand’ suite. Il y eut un furieux combat dans la Manche les 11. 12. et 13. Juin entre la Flotte angloise commandée par le Duc d’Albermale, et la hollandoise qui avoit pour chef l’admiral general Ruyter. Cornelis Euvertzen amiral de zelande, et le Lieutenant-Amiral Tromp. La victoire demeura a ceux cy, et les anglois se retirerent, les deux Flottes se batirent encore le 4. Aoust, et la perte fut presque egale. Cornelis Euvertzen y fut tué les Franςois de leur costé sous la conduitte du Commandeur de Sales défirent les anglois et prirent leur fort dans l’Isle de Saint Cristophe en l’Amerique le …… cette guerre fut terminée pat le Traitté de paix conclu a Breda entre les anglois et les hollandois le 31. Juil. 1667.

 

Quoi! ce peuple né pour le crime (1),

Qui du sang d’un Roy legitime,

Fit rougir un theatre affreux (2);

 

(1)   Les anglois sont naturellement cruels et mechans.

(2)   Voyez la notte au verso

 

Pretend il que le Ciel complice,                                                                                          [486]

D’un si funeste sacrifice

N’aura point de foudre pour eux?

 

Desja leur Flotte a pleines voiles (3),

Malgré le vent et les Etoilles,

Pretend maitriser l’univers,

Et croit que la France etonné

A leur conduitte forcenée,

Va ceder l’Empire des mers.

 

Louis (4) il faut prendre la foudre,

C’est a toy de reduire en poudre,

 

(2) Les anglois s’etans revoltez contre Charles 1. leur Roy legitime et l’ayant batu en plusieurs Batailles, surtout a celle de Nasebi le 14.e Juin 1645. Ce Prince se retira a Neufcastel en Écosse l’année suivante, d’où les Ecossais l’ayant livré au mois de Fevrier 1647. aux Revoltez moyennant 20000 Livres Sterlings, ceux cy le menerent a Houdebi l’une de ses Maisons, puis dans leur armée, de là au Chateau de Casam, en suitte a sa Maison d’Haptoncourt, aprés en l’Isle de Wigth, s’etant livré a un traitre nommé Hamont qui en etoit Gouverneur d’où ayant êté conduit a Hult puis a Windsor et de là a Londres, ces méchans lui firent couper la teste par la main du Boureau le 9. Fevrier 1649.

(3) La Flotte angloise, lisez l’argument.

(4) Louis XIV. Roy de France.

 

 

Ces sanglans ennemis des Rois (5),                                             [487]

Suy la victoire qui t’apelle,

Et va sur ce peuple rebelle (6),

Vanger la querelle des Rois.

 

Oh quelle agreable curée,

Aux Dauphins de cette contrée,

Prepare ton illustre effort,

Desja l’occean plein de joye,

Regarde en foule cette proye,

Nourir les Baleines du Nort.

 

Je scay qu’aux Siecles de nos peres,

On a veu ces Coeurs de Viperes,

De sang inonder nos Guerets (7),

Faire dès Deserts de nos villes,

Et dans nos Campagnes fertilles,

Bruler jusqu’au jonc des Marêts.   

 

(5)   Les Anglois vrayement Ennemis des Rois puisqu’ils leur font couper le cou.

(6)   On ne peut pas mettre icy le nombre des combats, ny le detail des Guerres qu’il y a eu entre les Franςois et les Anglois, du temps que ceux cy possedoient la Guyenne, la Normandie et autres Provinces de France, le Lecteur est renvoyé a l’histoire.

(7)   Ils furent enfin chassez comme l’histoire le peut aprendre; car un commentaire ne peut deduire tout ce detail.

Mais bientost malgré leurs furies,                                               [488]

Dans nos Campagnes refleuries,

Leur sang coulant a gros bouillons,

Paya l’usure de nos peines,

Et leurs corps pouris dans nos plaines,

N’ont fait qu’engraisser nos silllons.

 

Сhanson                                 1666                                                             [489]

Sur l’air: Laissez paitre vos bestes.

Sur Isabelle Hamilton femme de Philbert Comte de Grammont; Catherine-Henriette de Grammont sa niece, femme de Louis Grimaldi Prince de Monaco, Duc de Valentinois, Paire de France; et sur Franςoise- Athenaisse de Rochechouart de Mortemart, femme de Louis-Henry de Gondrin de Pardaillan, Marquis de Montespan.

 

Laissez baiser vos femmes,

Gramont, Monaco, Montespan,                                                                       La Motte, Grancey, & Fouilloux,

Laissez baiser vos femmes,

Les nostre en font autant.                                                                  Car vous baisez bien, vous.

Si la le Fleix (1) a cinquante ans

Ne se peut passer d’un amant,

Si la Beauvais (2) baise a cent ans,

Pourquoi ces jeunes Dames,

Pleines de jeunesse et d’appas;

Pourquoi ces jeunes Dames

Ne baiseront elles pas.

 

(1)   ……….. de ………. veuve de ………. de Foix comte de Rendan Dame d’Honneur de la feüe Reine

                                        mere Anne d’Autriche                                                     [490]

 

(2)   Catherine……………veuve de………………Seigneur de Beauvais 1.re femme de chambre de la meme Reine, cette femme etoit fort lubrique, et payoit grassement ses amans. Car comme elle etoit vieille, laide et borgnesse, ses charmes ne les attiroient pas. Il est certain qu’elle avoit eu neanmoins le Pucelage du Roy Louis XIV. toute affreuse qu’elle etoit, car ce Prince etant fort jeune, elle lui mit un jour la main dans les chausses l’ayant trouvé seul le soir a l’ecart dans le Louvre, où pour ainsi dire elle le viola, ou du moins le surprit, en telle sorte qu’elle en obtint ce qu’elle desiroit, le feu de la jeunesse ayant empesché ce Prince de reflechir sur ce qu’il faisoit.

 

Chanson                                  1666                                                                              [491]

Sur Henry de la Tour d’Auvergne Vicomte de Turenne, Marêchal de France, Colonel general de la Cavalerie Legere, Gouverneur de Limousin.

Sur l’Air, Comme un vray coq de bagage, ou, La Bergere Celimene.

 

Le Vicomte de Turenne (1),

Soy disant un grand heros (2),

Souffre l’amoureuse peine,

Pour l’Infante Guenegaud (3)

Et cette grosse Chimene (4)

Partage avec lui ses maux (5).

 

(1)   Quoique Monsieur de Turenne eut êté fait Marechal e France le 16 May 1648. il s’etoit avisé depuis quelques tems de s’en suprimer le Titre dans ses qualitez, et l’on ne lui faisoit pas plaisir lorqu’on la lui donnoit. Cette fantaisie lui etoit venue parce que sa Maison avoit eu en France les honneurs de Prince depuis l’echange de sedan qu’ils avoient fait valoir comme une souveraineté dans un tems ou la puissance Royale etoit fort foible, ce qui faisoit croire a Monsieur de Turenne qu’il etoit par sa naissance au dessus de la dignité de Marechal de France, de maniere qu’il ne prenoit que le Titre de Vicomte de Turenne.

(2)   N’en deplaise a l’auteur de cette chanson Monsieur de Turenne pouvoit se dire un heros puisqu’il etoit un des plus grands capitaines de son siecle.

(3)   Catherine-Alfonsine Martel femme de Claude de Guenegaud, cy devant Tresorier de l’Espagne.

(4)   Elle êtoit fort grosse.

(5)   On pretend qu’elle n’etoit pas cruelle a Monsieur de Turenne.

 

Il fait cas de la victoire,                                                                                                                              [492]

Aussi peuu que d’un festu,

En voudroit nous faire accroire,

Qu’il/ on doit tout a sa vertu,

Et qu’on n’aquiert de la gloire,

Qu’a force d’etre battu (6).

 

Il sauva par sa prudence,

L’Empire a Mariendal (7),

A Rethel toute la France (8),

 

(6)   Il est vray que Monsieur de Turenne avoit êté batu dans quelques occasions mais quoi qu’en dise la chanson il avoit bien de la vertu.

(7)   Monsieur de Turenne commandant l’armée de France en Allemagne fur battu au combat de Mariendal le 5. May 1645. par Mercy general de l’armée Imperiale et Bavaroise, et la chanson dit malicieusement qu’il sauvat l’Empire dans cette occasion.

(8)   Louis de Bourbon Prince de Condé, 1.er Prince du sang, Armand de Bourbon Prince de Conty son frere, et Henry d’Orleans Duc de Longueville leur Beaufrere, ayant eté arrestés le 18. Jan en 1650 et conduits prisonniers dans le chateau de Vincennes, Monsieur de Turenne se joignit avec Espagnols pour recouvrir la liberté de ces Princes. Il prit Rethel au mois d’Aoust avec l’Archiduc Leopald d’Autriche Gouverneur general des pais bas pour Philippes II. Roy d’Espagne. Cezar de Choiseul du Plessis-Praslin Marechal de France, commandant l’armée du Roy, reprit cette ville le 3. Decembre suivant, et ayant joint l’armée Ennemie le lendemain que commandoit Monsieur de Turenne, et Dom Estevan de Gamarre la defit a platte couture, cela sauva la France où les Ennemis vouloient entrer. Le Lecteur sera peut être bien

                                                                                                                              [493]

                    Aise de scavoir 2 particularitésdu vicomte de Turenne aprés la perte de cette Bataille. La 1.re que se retirant accompagné seulement du Capitaine de ses Gardes, il rencontra cinq Cavaliers de l’Armée du Roy qui l’attaquerent, le reconnoissant; il les chargea de son côté, les batu, et en tua un de sa main; Le 2.de que s’étant jetté dans un moulin pour y passer la nuit sans être poursuivy, il se trouva en telle liberté d’esprit qu’il fit le Meunier cocu.

A Cambray l’Escurial (9),

Et la meme suffisance,

Sauvera le Portugal (10).

 

(9)   Les Marêchaux de Turenne, et de la Ferté senneterre ayant assiegé Cambray sur la fin du moin de May 1657. le Prince de Condé qui etoit alors dans le party d’Espagne, forςa le quartier de ce dernier la nuit avant que les Lignes de circonvalation fussent faites et secourut cette place, qui se fut bientost rendüe parce que la garnison etoit fort foible, c’est ce qui fait dire que l’escurial fut sauvé par le mot d’Escurial, il entend l’Espagne l’Escurial etant ce fameux chateau basty en Espagne avec tant de Depense par le Roy Philippes II. où est depuis ce tems là la sepulture des Rois Catholiques.

(10) Pour l’intelligence de ces 2. derniers vers, il faut scavoir que les Espagnols et les Portugais etant en guerre, et ceux cy manquant de troupes et de generaux, on y envoya de France Frederic de Schomberg Gentilhomme Allemand, d’un merite singulier, bon capitaine, qui ayant longtemps servi en Hollande sous les Princes d’Orange, etoit venu en France dés l’an 1652 et y avoit servi de Lieutenant general dans les armées. Avec lui plusieurs Franςois, Anglois, Allemands passerent en Portugal pour y aprendre la guerre qui n’etoit alors que là. C’etoit Mr de Turenne qui avoit proposé au Roy de donner cet employ a Mr de Schomberg qu’il estimoit infiniment. Voila pourquoi l’on dit ici ironiquement que la meme suffisance sauvera le Portugal, mais il ne croyoit pas si bien dire, car il est certain que Mr de Schomberg fut le restaurateur de ce Royaume, que les Espagnols auroient envahy sans lui, et où il fit des actions d’éternelle memoire.

 

Chanson                                 1666                                                             [495]

Sur l’Air, de mon Chapeau de paille.

Dans laquelle l’auteur fait parler Châtaigner de la Rocheposay veuve de …. Sr de St Loup, qui faisoit la devote, et voyoit cependant beaucoup de jeunes gens de la cour.

 

Tous les Blondins vont chez moy a l’école,

Pour faire leur salut,

Je veux sauver Brauvais (1), Dangeau (2), Briolle (3),

Et c’est là tout mon but,

Honny soit il celui qui mal y pense,

Je fais penitence moy,

Je fais penitence.

 

(1)   Louis de Beauvais Baron de Gentilly, Maitre d’Hostel du Roy

(2)   Philippes de Coursillon Marquis de Dangeau Colonel du Regiment d’Infanterie du Roy.

(3)   ……. de Briord vulgairement apellé Briolle 1er écuier de Jules-Armand de Bourbon Duc d’Enghien Prince du sang etc.

 

Chanson                                  1666                                                            [497]

Sur l’Air de…….

Sur Bernardin de Gigault Marquis de Bellefonds 1er Maitre d’Hostel du Roy, et Lieutenant general en ses Armées, et sur ……. Hurault Marquis des Marais.

 

A la Cour, il n’est rien de si long,

Que de Bellefonds le menton (1).

Et de si ridicule de prés,

Que du Sieur des Marais les attraits. (2)

 

(1)   Le Marquis de Bellefons avoit le menton d’une longueur prodigieuse.

(2)   Le Marquis des Marais etoit un fort sot, et fort desagreable personnage.

 

Quatrain                                 1666                                                            [499]

A ……… de Castelan Capitaine et Major du Regiment des Gardes Franςoises sur ce qu’a une reveüe que le Roy Louis XIV. fit de ce Regiment, auprés de Paris, un inconnu lui a porta dans une boëte, une Escharpe fort belle, qu’il mit a la teste du Regiment, et cela un peu avant que le Roy passast.

 

Ce present donné devant tous,

A point nommé quand le Roy passe,

Ah! Castelan, je vous en casse,

Le present ne vient que de vous.

 

L’auteur de ce quatrain est persuadé que c’estoit une vanité du Sr de Castelan qui avoit acheté cette Escharpe, et ce l’estoit fait donner ainsy, pour faire croire que c’estoit un present de quelque Dame dont il étoit aimé.

 

Chanson                                                    1666                                          [501]

Sur l’Air, de la Princesse d’Angleterre.

 

A Henry de Daillon, Comte du Lude Chtr des Ordres du Roy, 1er Gentilhomme de sa Chambre, Gouverneur et Capitaine de ville et château de St Germain en Laye.

 

Dedans la galanterie,

Vous passez pour un Roland (1),

Mais dans la Mousqueterie,

Vous perdez vôtre brillant (2)

Quittez la chevallerie,

Ou devenés plus vaillant.

 

(1)   Le Comte du Lude avoit toujours passé pour fort galant, et pour fort vigoureux auprés des Dames. On sςait que Roland sur lequel l’Arioste a fait son Poeme est aussi depeint tel par ce Poëte.

(2)   Pour l’intelligence de cecy il faut sacvoir que 4. Mousquetaires du Roy de la 1re compagnie qui etoient en quartier a Poissy parce que la cour etoit a St Germain en Laye, allerent un jour a la chasse fort loin de leur quartier. Un Lieutenant des chasses de la capitainerie de St Germain s’avanςa a eux avec quelques Gardes, pour leur dire qu’ils chassoient sur les plaisirs du Roy. Les mousquetaires qui ne croyoient pas y etre repondirent fort honnestement qu’ils ne le scavoient pas et se mirent en devoir de se retirer, mais le Lieutenant qui n’eût osé oster le Fusil de force a 4.

 

Vers                                            1666                                                            [503]

Sur ….. Damoiselle de Congis vieille fille qui avoit eté autrefois aimable, et ne l’etoit plus.

 

        Tronc pour l’hermite de ce bal,

        La charité veut qu’on lui donne,

Car son malheur qui n’eût jamais d’egal,

Fait qu’il ne peut tirer un seul mot de personne;

        On enrichit a ses côtés

        De Fleurettes mil beautés.

        On donne en version, on donne en prose,

        De doux propos a sa barbe l’on cause;

        Bref les soupirs et les regards,

Autout de ce reclus volent de toutes parts,

Sans qu’il puisse esperer d’en attraper pour vivre,

Tant son cruel destin s’obstine a le poursuivre,

Vous pouvez lui donner si peu qu’il vous plaira,

Ce n’est point un gourmand qui veuille des franchises,

        Si vous mettez icy seulement des sotises,

Il priera Dieu pour vous et s’en contentera.

 

Par le mot d’hermite de ce bal l’auteur entend le C. de cette Demoiselle laquelle etant dans un Bal se trouvoit abandonnée de tout le monde pendant que tous les jeunes gens conterent des douceurs aux autres femmes qui y etoient. Et c’est a l’honneur de ce pauvre C. abandonné que l’auteur dit qu’il faut mettre un tronc pour attirer la charité de quelqu’un qui voulust y aporter ses charités, les vers cy dessus sont pour servir d’ecriteau a ce tronc.

 

Chanson                                  1666                                                            [505]

Sur l’Air, de mon Chapeau de paille.

Sur plusieurs personnes de la cour, et de la ville, de l’un et de l’autre Sexe.

 

Je suis Bossue (1), et par trop grimaciere,

J’ay l’esprit medisant, / Je pette à tout moment,

En cas (/ Au jeu) d’amour  si je suis faςonniere,

C’est que je l’ay /(j’ai le c..) trop grand (2),

Mais je le scay retrecir par derriere:

J’ay deux boutonnieres moy,

J’ay deux boutonnieres.

 

J’aymerois bien abaiser ma voisine,

La femme a d’Acigny (3)

Faire cocu homme de telle mine (4),

 

(1)   ……. le Ragois de Bretonvilliers femme de Louis de Bailleul President a Mortier du Parlement de Paris.

(2)   La C……..

(3)   ……….. d’Acigné femme de Jean-Leonard Comte d’Acigné, son oncle.

(4)   Le Comte d’Acigné etoit fort laid, et avoit assez mauvaise mine quoique grand.

 

Ce seroit pain beny,                                                                                [506]

Et je dirai si le vilain grimace

Je baise en la place (5), moy,

Je baise en la place.

 

J’ay peu d’esprit, la taille courte et grosse,

J’ay les Tetons pendans,

J’ay le marcher comme une vieille rosse,

J’ay passé cinquante ans;

Je parle trop, je suis un peu boiteuse,

Je suis la Fosseuse (6), moy,

Je suis la Fosseuse.

 

Je suis Tracy (7) ce vaillant Capitaine,

Je n’ay pas le teint beau (8),

Je suis amant d’une petite Naine;

 

(5)   Il passoit pour être impuissant, aussi disoit-on que de deux filles dont sa femme etoit accouchée ……… d’Isoré d’Ervaux Marquis de Pleumartin, etoit pere de la 1.re et Goyan Chtr de Matignon, de la seconde.

(6)   …….de Harville femme de………de Montmorancy Marqs. de Fosseuse chef de l’illustre maison de Montmorancy.

(7)   Pierre Bonneau Sr de Tracy Capitaine au Regiment des Gardes Franςoises.

(8)   Il etoit brun et fort marqué de petite verole.

 

Qu’on apelle du vau (9),                                                     [507]

Mon chagrin est, qu’elle fait la mauvaise,

Lorsque je la baise, moy,

Lorsque je la baise.

 

Je ne puis pas faire l’amour moy même,

Car j’ay trop de laideur,

Et si chez moy je souffre que l’on aime,

C’est avec grand’douleur,

Pauvre Rambure (10), ah! peine sans seconde,

Seras tu toujouts, helas!

Le rebut du monde.

 

La Crussol* dit, mon coeur, ne le tourmente,     *Marie Julie de Ste Maure de Montauzier femme de   Ce n’est que vision                                                                                               Emanuel Comte de Crussol fils aîné du Duc d’Usez

Car entre nous il y a de la fente

Sans faire incision,

Je ne suis poitn traitresse, ny menteuse.

Je suis large et creuse, moy,

Je suis large et creuse.

 

(9)   …………de………femme de………Sr du Vau, Tresorier de la Reine Marie-Thereze d’Autriche.

(10)Marie de BAutru femme de Charles Marq.s de Rambures, Colonel d’un Regiment d’Infanterie.

 

J’ay deux amans qui payent la Paulette,                                                   [508]

Et me rendent leurs voeux,

Mon mary craint, me connoissant coquette,

Que je les rende heureux,

Mais malgré lui sans craindre qu’on caquette,

Je suis leur poulette moy,

Je suis leur poulette.

 

N’ay-je pas droit sans qu’on me le dispute,

De passer pour putain,

Plus de cent fois j’ay fait la culebute.

Avec mon grand cousin,

L’on m’a battu l’on a cassé mes vitres,

N’ay-je pas mes tiltres, moy,

N’ay-je pas mes tiltres.

J’ay trois amans dont les ardeurs s’apaisent,

 Dans l’amoureux deduit,

Le Conseiller me plaît lorsqu’il me baise,

Le Marquis me ravit,

Le Chevalier me fait encore plus aise,

Je suis Meniglaise, moy,

Je suis Meniglaise.

 

J’ay deux amans qui payent la Paulette,

Et me rendent leurs voeux,                                                                [509]

Mon mary, craint me voyant si coquette,

Que je les rende heureux,

Mais malgré lui sans craindre qu’on caquette,

Je suis leur poulette moy,

Je suis leur poulette.

 

Dans ma maison, je n’ay point de Beaupere,

Helas! pour mon malheur,

Je n’ay trouvé qu’un ladreux de beaufrere,

Un mary sans vigueur,

N’auray-je point quelqu’un qui me seconde,

Pour être feconde, moy,

Pour être feconde.

 

Mon cher époux vous en avez dans l’aisle,

Je m’en aperςois bien,

Car vous aimez certaine demoiselle,

Et cela n’est pas bien.

Parmy les soins d’une charge publique,

Soyez moins lubrique, vous,

Soyez moins lubrique.

 

Je suis de tous la fidele Interprête                                                                 Madame de la Baume

Je ne puis rien celer,

De ce qu’on dit je charge mes tablettes,                                                   [510]

Afin de mieux parler,

Dans mon quartier, j’escris tout ce qu’on traite,

Je suis la Gazette, moy,

Je suis la Gazette.

 

Baisez, baisez trop charmante Princesse,

Pendant vos plus beaux jours,

Ai quelque fat s’en vient à votre Altesse,

Faire de sots discours,

Repondez lui sans faire la honteuse,

Suis-je pas Chevreuse, moy,

Suis-je pas Chevreuse.

 

Chanson                                                    1666                                                            [511]

Sur l’Air, Il etoit un petit bon homme.

Sur ……..de Scudery.

 

Tout suit l’amoureux empire

Ce n’est point une chanson,

L’on dit que Sapho (1) soupire,

Pour le Docte Pelisson (2)

Eh bien – eh bien, qu’en voulez vous dire?

N’est il pas joly garςon (3).

 

(1)   On a toujours apellé Mademoisele de Scudery Sapho a cause de la conformité que cette Illustre Franςoise a par son scavoir, avec cette sςavante Grecque.

(2)   Paul Pelisson- Fontanier homme scavant, il avoit eté premier commis de M. Fouquet surintendant des Finances et de l’Academie Francoise, et depuis Maitre des Requestes.

(3)   Il etoit monstrueusement laid.

 

Chanson                                  1666                                          [513]

Sur l’Air: Mon chapeau de paille.

 

Sur ……….de Bordeaux de Moncontour, veuve d’Antoine de Bordeaux Maître des Requestes et sur …….de Lamperiere veuve de …….S.r de Romere, intimes amies, et qui demeurent ensemble.

 

Lorque Courtin (1) de la Bordeaux coquette,

Il dit que son menton (2),

N’est pas si grand que ce que la coquette,

A sous son cotillon,

Le pauvre amant souvent s’en desespere;

Elle n’en a pourtant,

Tant que la Romere, tant,

Tant que la Romere.

 

(1)   Honoré Courtin Conseiller d’Etat, amant de Madame de Bordeaux

(2)   Elle a le menton fort long.

 

Chanson                                                    1666                                                            [515]

Sur l’Air: Quand la mer rouge apparut.

Sur …….de Bordeaux de Moncontout, veuve d’Antoine de Bordeaux, Maitre des Requestes.

 

Lavardin (1), Gorde (2), et Courtin (3),

Sont sous votre empire:

Pour vos beaux yeux, chaque jour,*

Bordeaux, ils soupirent,

Ces trois rivaus amoureux,

Par leurs soins, et par leurs voeux,

Sont en concurrence,    

Pour la preference. 

 

*Et le soir et le matin

Vous content leur martire:

Ces trois rivaux tour à tour

Pour vous donner de l’amour

Sont en con, con, con,

Sont en cu, cu, cu,

Sont en con, sont en cu,

Sont en concurrence

Pour la jouissance.

 

(1)   Henry-Charles de Beaumanoir, Marquis de Lavardin.

(2)   Francois de Simiane Marquis de Gorde Senêchal de Provence, Chevalier des Ordres du Roy, et Chtr d’honneur de la Reine Marie Thereze d’Autriche.

(3)   Honoré Courtin Maitre des Requestes.

 

Chanson                                  1666                                                            [517]

Sur l’Air, du Duc de Beaufort.

 

Sur differentes personnes de la cour, et de la ville, de l’un et de l’autre Sexe.

 

Voulez vous tirez raison,

Du Demon du Royaume,

Cousez la bouche, et le C…….

De la Putain qui a nom,

La Baume, la Baume, la Baume (1).

 

L’on a dit fort plaisamment

De Madame Bernieres (2),

Qu’elle avoit le c….. si grand,

Qu’on la f…..oit par devant,

Derriere etc.

 

(1)   Catherine de Bonne, femme de Roger d’Hostun de Verdun Comte de la Vaume Tallard.

(2)   ……… Faucon de Ris, femme d’Estienne Maignart S.r de Bernieres Maitre des Requestes de la Reyne Marie Thereze d’Autriche, Conseiller au Parlement.

 

Veuve d’un Illustre époux (3),                                                          [518]

Vous nous la donnez bonne

Quand vous faites les yeux doux,

A ce grand Pedant qui vous,

Talonne (4). etc.

 

A ce que dit S.r Aubin,

Coulanges (6) a la peau douce,

Chezieres y va le matin,

Et le soir son grand cousin,

La Trousse (8) etc.

 

Vous n’avez maille ni sou,

Ma petite Branquette (9),

Mais vous avez un bijou,

Sur ce gage en voulez vous?

J’en preste etc.

 

(3)   Franςoise Mignot veuve de Francois de l’Hospital Marechal de France, Chtr des Ordres, Gouverneur de Paris, Champagne, et Brie.

(4)   Denis Talon avocat general du Parlement de Paris, il etoit amoureux de la Marechal de l’Hospital.

(5)   Charles de Coulanges S.r de S.r Aubin.

(6)   Marie Angelique du Gué femme de Philippes Emanuel de Voulanges Maitre des Requetes et neveu du S.r de S.r Aubin, dont il vient d étre parlé.

(7)   Louis de Coulanges S.r de Chazieres autre oncle du mary de Madame de Coulanges.

(8)   Philippes le hardy Marquis de la Trousse, souslieutenant des Gendarmes de Mgr le Dauphon, il etoit Cousin Germain de M.r de Coulanges et il est a remarquer que c’est ce dernier qui a fait ce couplet sur sa femme.

(9)   Marie Francoise de Brancas femme d’Alphonse-Henry-Charles de Lorraine Prince d’Harcourt, ce Prince n’est pas riche.

 

La femme a Jean Briςonnet (10),                                                    [519]

Couche avec son beaupere (11),

Le mary Jaloux a fait,

Eclater par un souflet (12),

L’affaire etc.

 

Que la Grille (13) est un déduit,

Où l’amour s’embarasse,

La Duchesse de Vitry (14),

En a pris un si petit (15),

Qu’il passe etc.

 

La Bordeaux (16) n’a plus d’appas,

Elle est toute passée.

 

(10) Anne-Marie Girard femme de Jean Briςonnet et Conseiller au Parlement de Paris.

(11) Guillaume Briςonnet President du Grand Conseil.

(12) Jean Briςonnet donna un souflet a sa femme.

(13) Ce couplet a eté fait sur Marie-Louise-Elisabeth Pot de Rhodes femme de Francois-Marie de l’Hospital Duc de Vitry que son mary tenoit lors enfermée dand le couvent de la conception pour un commerce qu’elle avoit avec Armand de Mouchy d’Hoquincourt Evesque de Verdun, et c’est ce couvent que l’auteur entend par le mot de Grille.

(14) Marie-Louise-Elisabeth-Aimée Pot de Rhodes Duchesse de Vitry.

(15) L’auteur entend par là ………. Comte des Chapelles qui etoit aussi amoureux de la Duchesse de Vitry, et bien traité. Il etoit fort petit. Il alloit la voir dans son couvent, et il avoit outre cela trouvé le moyen de la faire sortir la nuit sans qu’on s’en aperςeut.

(16) ………..de Bordeaux veuve d’Antoine de Bordeaux Maitre es Requestes son cousin.

 

Elle a perdu ses Ducats (17),                                           [520]

Et l’on dit qu’elle est bien bas

Perςée etc.

 

Si la Becasse Mailly (18),

Etoit un peu plus belle,

Cocu seroit son mary,

Par le Juge ou le Bailly,

De Nesle (19). etc.

 

Fuyons des hommes l’amour,

Et les grandes paroles,

Au defaut du grand Soyecourt (20),

Le verre de Luxembourg (21),

Console etc.

 

(17)Elle avoit êté plus riche du temps de son mary qu’elle n’etoit alors.

(18)Marguerite de Monchy de Montcaurel, femme de………. Marquis de Mailly, qu’on appelloit par plaisanterie la Becasse parce qu’elle avoit le nez fort long.

(19)Le Marquisat de Nesle en Picardie qui appartenoit au Marquis de Mailly, et a sa femme.

(20)Maximilien de Belleforiere marquis de foyecourt Chtr des Ordres du Roy, M.r de sa Garderobe. On avoit fait plusieurs chansons dont il etoit le refrein sous le nom du Grand Soyecourt. Il etoit fort vigoureux et avoit un fort grand V…… ce qui l’avoit rendu illustre.

(21)Henry de Montmorency-Luxembourg Duc de Pincy Pair de France apellé le Duc de Luxembourg se servoit d’un Godemichy de Verre pour tromper les femmes et ne pas se deshonorer auprés d’elles en demeurant court.

 

Goûtons les plaisirs d’amour,                                                         [521]

Sans courir aucun risque,

Le verre de Luxembourg (22),

Donne quinze au grand Soyecourt,

Et bisque etc.

 

Le verre de Luxembourg (23),

Sans doute vous chatoüille,

Mais le vray plaisir d’amour,

C’est d’avoir un grand Soyecourt,

Qui moüille etc.

 

Si Saint Germain (24) f…….. en cu

Il imite son pere (25),

Mais si le drôle est f…..tu

C’est qu’il imite en vertu sa mere (26) etc.

 

(22)Voyez l’Article precedent.

(23)Voyés l’Article 21.

(24)Louis Foucaut Marquis de S.t Germain Beaupré Enseigne des Gardes du Corps du Roy Louis XIV.

(25)Henry Foucaut Marquis de S.t Germain Baupré Gouverneur de la Marche.

(26)Agnés de Bailleul.

 

Mareschale (27) pour Jeannin (28),                                             [522]

Voire amour n’est pas ferme,

On dit qu’il tire a la fin,

Et qu’il est pour le certain

A terme (29) etc.     

 

Vous aimer vieille Bregis (30),

C’est aimer pour la gloire,

Vous n’avez roses, ny lis,

Et donnés des vents coulis,

A boire etc.

 

Mascaron (31) fait voir à tous,

Une éloquence extrême,

Mesdames, ce n’est pas tout,

Car s’il presche bien, il f……..

De même etc.

 

 

(27)Marie Girard de l’Espinoy, veuve de Charles de Castelnau, Marêchal de France, Gouverneur de Brest

(28)Nicolas Jeannin de Castille qui avoit eté Tresorier de l’Espagne et Greffier de l’Ordre du St. Esprit.

(29)Le terme est équivoque, car s’il veut dire que la passion de la Marêchale de Castelnau pour Jeannin finissoit, il veur dire aussi qu’elle aimoit alors ……….de Gondrin Marquis de Terme.

(30)…………de……….femme fe…….de Flecelles Marquis de Bregy Lieutenant general des armées du Roy.

(31) Jules Mascaron prêtre de l’oratoire fameux Predicateur depuis évesque de Tulles et d’Agen.

 

Bien que j’aye de l’orgueil,                                              [523]

Et croye être grand chose;

Je voy pourtant d’un bon oeil,

Le President de Longueil,

Pour cause etc.

 

Autre sur le même air

 

De Madame du Tillet (1),

L’histoire est fort facheuse,

Car Marville (2) son amant,

Dit qu’elle est depuis longtemps,

Foireuse, foireuse, foireuse.

 

Sanguin (3) m’a dit que Sourdis (4),

Aime tant la débauche,

Qu’elle va jusqu’en son lit

Et lui dit prenant son v……

Chevauche etc.

 

(1)……….de Bailleul femme de……..Sr. du Tillet.

(2)Feydeau Sr. de Marville, Lieutenant au Regiment des Gardes Franςaises.

(3)………. Sanguin Maitre d’Hostel ordinaire du Roy.

(4)…….d’Escoubleau- sourdis, fille qui logeoit chez lui avec sa femme.

 

Vray comme je vous le dis,                                                                 [524]

Le long de la semaine,

L’on vous peut aimer Sourdis (5),

Du Dimanche au Samedy,

Sans peine etc.

 

Si la Beccasse Soissons (6),

En eût valu la peine,

Le jeune Roy des Penons (7),

Eût coiffé de cornichons (8)

Eugene (9) etc.

 

(5)La même Demoiselle de Sourdis qui n’etoit ny belle ny spirituelle.

(6)Olimpe Mancini femme de Eugene-Maurice de Savoye Comte de Soissons Colonel general des suisses et Grisons, et Gouverneur de Champagne et Brie.

(7)Franςois de Neufville Marquis de Villeroy apellé le jeune Roy des Penons, parce qu’on apelloit le Marechal Duc de Villeroy son pere le Roy des Penons, et cela parce qu’il etoit Gouverneur de la ville de Lion, dont les Bourgeois par sobriquet sont appelés les Penons; ce sobriquet vient de ce que ce que les compagnies de la Bourgeoisie de Lion sont apelés dans la ville et le païs les Pennonades, et les capitaines de ces compagnies les Penons. C’est un nom ancien dont on ignore l’origine, et qui paroissant extraordinaire a êté cause que les Goguenards ont toujours appellé les Bourgeois de Lion les Penons, et leur Gouverneur le Roy des Penons.

(8)C’est a dire coëffé de cornes, ou fait cocu.

(9)Eugene-Maurice de Savoye comte de Soissons.

 

Chanson                                                    1666                                                            [525]

Sur l’Air: Objet charmart & beau

Sur Paul de Barillon Maitre des Requestes et ……….de Barillon Sr. de Morangis son frere.

 

En amour ce dit-on,

En amour ce dit-on,

On y voit triompher Mrs. De Barillon;

Serviteurs a Messieurs, Messieurs de Barillon.

 

Ces Mrs. de Barillon etoient Paul de Barillon Maitre des Requestes et Antoine de Barillon Sr. de Morangis son frere coner. au Parlement de Paris.

 

Chanson                                                    1666                                                            [527]

Sur l’Air: Vostre epoux est de glace, ou belle & charmante Brune.

Sur Hortense de Mancini, femme de Charles de la Porte-Mazarin, Duc de Mazarin, Pair Grand Maitre de l’Artillerie, et grand Salpetrier de France etc. laquelle se vantoit d’avoir le c……… placé fort haut.

Vous l’avez donc, Hortense,

Placé bien haut

Selon toute apparence,

Il est fort chaud,

Ne seroit il point plus grand qu’il ne faut?

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

Chanson                                                    1666                                                            [529]

Sur l’Air: Mon chapeau de paille.

Sur Louise de Fieubet, femme de Jean de Longueil Sr. des Maisons, President a Mortier du Parlement de Paris.

 

J’ay peu d’esprit, je suis laide et coquette,

Je n’ay pas le teint beau,

Les medisants disent qu’a la couchette,

J’ay de l’air d’un corbeau;

Hors de propos fort souvent je degoise,

Suis-je pas Bourgeoise moy?

Suis-je pas Bourgeoise.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

Chanson                                                    1666                                          [531]

Sur l’Air: Il fait tout ce qu’il defend

A ……….de………..femme de…….Tambonneau President de la Chambre des Comptes de Paris sur elle, et sur Michaut Tambonneau son fils.

 

Or nous dites la Tambonne (1),

La Tambonne, Tambonneau,

Pour l’apuy de la couronne,

Qu’y fit le Marquis Michaut (2),

Nôtre histoire peu sincere,

Nous a toujours voulu taire,

Qu’y fit (3) le Marquis Michaut

A Tambonne, Tambonneau.

 

(1)   On apelloit par plaisanterie Madame de Tambonneau la Tambonne.

(2)   Antoine de Tambonneau le fils qu’on apelloit par plaisanterie Marquis Michaut a cause qu’il portoit l’épée, et faisoit l’homme de cour, quoique Bourgeois et fils d’un homme de Robe.

(3)   Madame de Tambonneau avoit eté fort coquette, et il se pouvoit fort bien que son fils ne le fût pas aussi du President son mary.

 

Chanson                                                    1666                                          [533]

Sur l’Air: Il fait tout ce qu’il defend.

Sur Franςois de Harlay Archevesque de Rouen, Commandeur des Ordres du Roy etc. Et sur ……..de Costentin veuve de………Sr. de Gouville.

 

Sire (1) par toute la ville (2),

On parle d’un grand malheur,

La Carogne de Gouville,

A poivré notre Pasteur (3),

Cette drôlesse est malsaine,

Le Prelat en a dans l’aîne,

On le verra sous l’Archet (4),

En Camail et en Rochet.

 

Vous ne pouviez dans la ville,

Grand Prelat plus mal choisir,

Que de prendre la Gouville,

Pour vous donner du plaisir,

Cette garce a la verole,

Vous l’aurez sur ma parole,

L’on vous verra sous l’archet,

En Camail et en Rochet.

 

(1)   Le 1er. couplet est adressé au Roy Louis XIV. et le second a l’Archevesque de Rouen lui même.

(2)   C'est la ville de Rouen dont il etoit archevesque.

(3)   Franςois de Harlay – archevesque de Rouen.

(4)   Machine chirugique pour faire suer les veroles.

 

Chanson                                                    1666                                                            [535]

Sur l’Air: De la Coquille

Sur Jeanne de la Baume-le Blanc-de la Valliere Maitresse du Roy Louis XIV et sur les enfans que S.M. avoit eu d’elle qui n’etoient point encore reconnus et parce que sa M. ne lui donnoit que des cocher.

 

Vous n’avez pendant vôtre jeune âge,

Que des plaisirs et des jeux (1).

Vos enfans (2) n’auront pour apanage,

Aprés ce temps bien heureux,

Vos enfans n’auront pour apanage,

Que l’hostel des enfans bleus (3).

 

(1)   Jamais la cour de France n’a êté si galante que pendant les amours du Roy et de Mademoiselle de la Valliere, ce n’etoit que festes et plaisirs.

(2)   Elle n’avoit encore qu’une fille du Roy scavoir Marie Anne née le ……. Octobre de cette année.

(3)   C’est un hospital prés S.t Jean en Greve a Paris, où l’on met les pauvres enfans.

 

Chanson                                                    1666                                                            [537]

Sur l’Air: Mon Confesseur est rude.

Sur le Roy Louis XIV qui quittoit Jeanne de la Baume-le Blanc Damoiselle de la Valliere, don’t il etoit amoureux depuis longtemps, et de laquelle il avoit eu 2. Enfans naturels, pour prendre Franςoise-Athenaise de Rochechouart de Mortemar femme d’Henry-Louis de Gondrin de Pardaillan Marquis de Montespan.

 

Mon Confesseur est rude*,

Et me dit fort souvent,

Qu’un pêché d’habitude,

Est un crime fort grand,

Crainte de lui deplaire,

Je quitte la Vailliere,

Et prens la Monstespan.

 

*Cette chanson y est parodiée d’une autre faite sans sujet et qui etoit toute semblable a celle cy aux 2. derniers vers prés, qui etoient,

                         Je change de Bergere,

                         Cinq ou six fois par an,

 

N.a Que ce Confesseur etoit alors le P. Annat Jesuitte.

 

Autre sur le meme sujet, et le même Air.                                                  [538]

 

L’on dit que la Valiere

S’en va sur son déclin,

Ce n’est que par maniere,

Que le Roy va son train*,

Montespan prend sa place,

Il faut que tout y passe

Ainsi de main en main.

 

*C’est que le Roy alloir toujours chez elle aux mesmes heures qu’il avoit accoutuné d’y aller, mais de l’apartement de Mademoiselle de la Valliere, il passoit a celui de Madame de Montespan qui y repondoit.

N.a Que Mademoiselle de la Valliere fut faite Duchesse de Vaujour au mois de ………1667.

 

Autre                                         1666                                                            [539]

Sur l’Air: Mon chapeau de paille.

Où l’auteur fait parler …….de Buade Marquis de Frontenac sur l’amour que le Roy faisoit paroitre pour Franςoise Athenaise de Rochechouart de Mortemar Marquise de Montespan, dont ce Marquis auroit êté amoureux et mesme bien traité.

 

Je suis ravi que le Roy nostre sire,

Aime la Montespan,

Moy, Frontenac, je me créve de rire,

Sςachant ce qui lui pend,

Et je diray sans être des plus lestes,

Tu n’as que mon reste, Roy,

Tu n’as que mon reste.

 

Il etoit fort extraordinaire que Madame de Montespan êtant encor fille et plus belle que le jour eût accordé ses 1.ers faveurs au Marquis de Frontenac, homme de peu d’esprit, de peu d’agrement, et meme estropié. La vertu de la Duchesse de Mortemar sa mere en fut la cause, car connoissant la vivacité et le temperament de ses filles, elle les retenoit de fort court chez elle, sans vouloir les laisser voir a personne, qu’a des gens qu’elle ne soubςonnoit pas de Galanterie, M.r de Frontenac lui parut etre de ce nombre. Il eut accés favorable dans cette Maison. Il devint amoureux de Mademoiselle de Tonnay Charente, c’est ainsy que s’appelloit

                                                                                                                   [540]

alors Madame de Montespan. Il l’attaque et la pauvre enfant n’ayant pas mieux le laissa faire.

 

 

 

 

 

 

                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Upcoming events

Placard Theatre

Oct 26, 2017

Upcoming events