skip to primary navigationskip to content

Volume 3 (1666-1672)

Recueil

de

Chansons,

Vaudevilles, Sonnets,

Epigrammes, Epitaphes

Et autres vers

Satiriques & Historiques

Avec des remarques curieuses

Depuis 1666 jusqu’en 1672

 

Vol. III

 

                                                                                                                                                                                                                            [1]                                                                                                               

Stances 1666

Sur les Livres de Morales du P. Escobar Jesuitte Espagnol, qui est aussi celle des Peres de cette Société.

 

 

Qu’ Escobar plaist! Qu’il a de doux propos (1)

Par ses Ecrits si dignes de louanges!

Tous les Demons s’en vont être des sots,

Tous les Pecheurs s’en vont être des Anges. (2)

 

Il faut orner son livre (3) de festons,

La vérité chez lui s’est rencontrée,

Pauvres humains vous n’alliez qu’a tâtons

Quant cette etoille a vos yeux s’est montrée!

 

Goutez, goutez les mets les plus exquis,

De tous vos bien faites vous des delices,

Ils sont a vous, vous les avez acquis,

Par bons moyens, ou bien par injustices. (4)

 

Quoi! Je pourrois m’en servir en ce cas (5),

Restituer n’est donc pas necessaire!

Le mal est fait (6); vous ne le feriez pas,

(C’est bien assez) s’il etoit a refaire.

 

Un adultere en peut il dire autant,

N’en doutez point (8), un Devin! Tout de meme (9),

Conseillés moy sur un cas important,

Et qui me met en une peine extrême.

 

Perrette et moy, nous sommes d’un marché,

Je vous entends, cette Perette est belle;

A vous dire vray. Elle vaut un peché ,

Plus je la voy, plus je brûle pour Elle.

 

Si vous quittiez l’occasion du mal,

En quel etat vous faudroit il reduire.

Je n’irois pas je pense, a l’hospital ;

Mais ma maison se pourroit bien detruire.

 

Votre Maison detruite, c’est beaucoup.

Encore faut il posseder quelque chose,

Votre interrest vous reglant pour ce coup,

A votre amour peut donner gain (10) de cause.

 

De grace, encor un avis seulement,

Le moindre jeusne est contraire a ma bile;

Qui vous confesse? Est ce quelqu’ allemand?

Eh quoi! Le jeusne est chose si facile.

                                                                                                                                                                                                                            [3] 

Soupez le soir, et jeusnés au disner, (11)

Cela me cause un leger mal de teste,

Ne jeusnés point (12), Arnaut me fait (13) jeuner,

Escobar dit, qu’Arnaut n’est qu’une beste.

 

Fy des auteurs qu’on crût au temps jadis,

Qu’ont ils d’egal aux maximes du nostre,

Ils prometoient  au plus un Paradis;

En voicy deux; pour ce monde, et pour l’autre.

 

(1) Parceque sa morale est fort relaschée.

(2)  Parceque permettant beaucoup de choses qui passent pour pechez ailleurs, les Pecheurs selon ce pere iroient tous en Paradis.

(3) Sa Theologie morale. Lisez le 12.eme article du Commentaire suivant.

(4) –(12)

Pour bien expliquer ces 9 Articles, il faudroit au lieu de ces Stances commenter le Livre d’Escobar, ce qui ne se peut icy; Ce qu’on peut dire, c’est qu’il est certain qu’il donne des adoucissents extraordinaires pour le vol, les Injustices, le bien mal acquite l’Adultere, et l’impureté, la Magie, l’occasion prochaine du pesché etc. Il n’est pas surprenant aprés cela qu’on fasse des Satires contre une pareille morale, qui aneantit toutes les vertus chrestiennes, et favorise le vice.

 (13) Antoine Arnaud, dont les Ouvrages sont pleins d’une morale severe, et conforme a l’Evangile.

  (14) Les Jesuittes, du nombre desquels etoit Escobar haïssoient extremement Mr. Arnauld, le plus fameux des Jansenistes leurs Ennemis. Aussi lui ont ils bien fait du mal, mais la verité du Seigneur demeurant eternellement. Ils n’ont pû aneantir son merite, n’y la beauté; et la solidité de ses ouvrages, où ils sont Presque partout satirisez.

                                                                                                                                                                                                                           [5]    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Balade

1666

 

Sur la morale du Pere Escobar Jesuitte Espagnol

Qui est celle que suivent les Peres de cette Societé

 

C’est à bon droit que l’on condamne à Rome,

L’Evesque d’Ipre, (1), auteur de vains debats,

Ses Sectateurs (2), nous defendent en somme,

Tous les plaisirs que l’on goute icy bas (3),

En Paradis allant au petit pas,

On ny parvient quoiqu’ Arnaut (4) nous en die,

La volonté sans cause il a bannie,

Veut-on monter sur les Celestes tours, (5)

Chemin pierreux (6), est grande reverie;

Escobar sçait un chemin de velours (7).

 

Il ne dit pas qu’on peut tuer un homme,

Qui sans raison nous tient en altercas,

Pour un fetû, mais bien pour une Pomme,

Ou tout au moins pour 4 ou 5 Ducats (8)

Mesmes il soûtient qu’on peut en certain cas,

Faire un serment plein de supercherie (9),

S’abandonner aux douceurs de la vie (10).

S’il est besoin conserver ses amours (11),

Ne faut il pas aprés, que l’on s’ecrie,

Escobar sçait un chemin de velours.

 

Au nome de Dieu lisés moy quelque somme,

De ces Auteurs dont chez lui on fait cas (12),

Qu’est il besoin qu’apresent je les nomme,

Il en est tant qu’on ne les connoît pas (13),

De leurs avis servez vous pour compas (14),

N’admettez qu’Eux dans vôtre librairie,

Brûlez Arnault (15), quittez sa Confrerie (16),

Prés D’Escobar ce ne sont qu’esprits lourds,

Je vous le dis, ce n’est point raillerie,

Escobar sçait un chemin de velours.

 

Envoy

Toy! que L’Orgueil poussa dans la voirie (17),

Qui tiens la bas (18) noire Conciergerie,

Lucifer: Chef des Infernales Cours,

Pour esviter les traits de ta furie,

Escobar sçait un chemin de velours.

 

(1) Cornelius Jansenius né a Leerdam en Hollande le 28 Octob. 1585; Docteur de l’Université de Louvain et fait Evesque d’Ipre l’an 1635 le jour de sa naissance et mort le 1er May 1638.

                                                                                                                                                                                                                            [7]

Il avoit fait plusieurs ouvrages de Theologie qu’il soumit au St. Siege. Cependant son Livre de la grace, Intitulé Augustinius y fut condamné par deux Bulles du Pape Alexandre VII dont le Roy Louis 14 fit enregistrer la 2. En sa presence au Parlement de Paris le 29 Avril 1665. Elles condamnoient 5 propositions tirées de ce Livre. Cela fit fort grand bruit et causa bien du trouble en France a cause des partisans Illustres que Jansenius s’etoit fait par ses Ouvrages, que les Jesuites puissans partout se firent un merite de deterrer, de persecuter, de traiter d’Heretiques sous le nom de Jansenistes.  L’histoire de cette pretenduë heresie est trop longue pour etre mise icy.

(2)  Les Jansenistes.

(3) Leur morale etoit fort severe.

(4) Antoine Arnauld  Docteur de l’université de Paris, dont il sur chassé l’an 666. Par le credit des Jesuites, en qualité de Jansensite, dans le parly desquels il a toujours êté, et pour lequel il a soufert de grandes persecutions, C’est un des plus grands Theologiens et des meilleures plumes de ce siècle, comme le grand nombre de ses ouvrages le temoigne. Sa Morale est partout severe.  C’est pourquoi, L’Auteur de cette Balade l’oppose icy a Escobar qui est fort relâchée.

(5) Du Paradis.

(6) C’est a dire une vie austere, conforme a la morale des Jansenistes.

(7) Par la douceur de sa Morale, qui permet beaucoup de choses qu’il pretend n’estre point péché, quoiqu’elles passent pour l’estre.

(8) –(11) Il est certain qu’Escobar donne de grands expedients aux hommes pour commettre tous ces pechez sans perdre la Grace. Comme toute sa Theologie ne peut être renfermée icy, le Lecteur est renvoyé ou aux Livres de ce Theologien, ou a celuy des  Lettres Provincialles faites sur cette morale qui est celle des Jesuittes

(12) Les Lettres Provincialles, Ouvrage admirable dont il vient d’etre parlé, dit que Escobar a composé sa Theologie Morale des Livres de 24. Autres Jesuittes sur quoi il fait dans sa preface une allegorie de ce livre, a celui de Apocalipse qui etoit scellé de 7 Sceaux, et dis que Jesus l’offre ainsi scellé aux 4 animaux qui sont les Jesuittes Suarez, Vasquez, Molina et Valentia, et cela en presence de 24 Jesuites qui representent les 24 Viellards de l’Apocalypse, et plus ba, en parlant des auteurs d’où les Jesuites ont puisé leur Morale, il y nomme ceux cy: Villalobos, Couinck, Leamas, Acholier de Alkoser Dellacriez, Veracriez, Ugolin, Tambourin, Fernandez, Martinés, Suarés, Sanchés de Vechis, de Gras de Grassolin, de Peligianis, de Grapheis, Squilanti, Binozari, Barcola, Bobadilla, Simancha, Perez de Lara, Aldreta Lorce de Scarcia, Quaranta, Schaphra Pedrezza, Bisnedeas de Clavasion, Villagur, Adam Amandon, Tribarne, Binsfeld, Volfangi, a Norberg, Vasthers, sireversdorf, dont la pluspart sont Jesuittes.

(13) il nya qu’a les lire cy dessus.

(14) pour mesure, pour regle.

(15) les ouvrages d’Antoine Arnauld parcque’ils ont une morale trop severe.

(16) Les Jansenistes, et cela pour la meme raison.

(17) L’Enfer

(18) l’Enfer

                                                                                                                                                                                                                            [9] 

Epigramme

1666

Sur Philippes de Coursillon Marquis de Dangeau, Colonel du Regiment d’Infanterie du Roy, Gouverneur de Touraine.

 

Estre des plaisirs de son Roy (1),

Du Jeu, du Bal, & de la Chasse, (2),

Faire exercice en bel arroy (3),

Montrer quelque fois sur Parnasse, (4),

Estre en teste d’un Regiment, (5)

Avoir un beau Gouvernement, (6)

Estre Cordon Bleu d’esperance (7)

Dangeau, par des hazards si grands (8),

Si la paix dure encore dix ans (9),

Tu seras Mareschal de France. (10)

 

(1) Le Marquis de Dangeau êtoit de tous les plaisirs du Roy Louis XIV qui l’aimoit.

(2) Les plaisirs ne faisoient pas alors tous ceux de la Cour. On y auroit pû adjouter l’amour, la Musique, Les Spectacles, et une infinité d’autres, car la Galanterie y regnoit, et etoit pour ainsi dire l’ame de tout ce qui s’y faisoit.

(3) Le Marquis de Dangeau etoit fort magnifique.

(4) Il faisait des vers et quelques fois assez bien, aussi peu de tems après fut il esleu pour être de l’Academie Francoise.

(5) Il etoit Colonel Lieutenant du Regiment d’Infanterie du Roy, qui etoit fort a la mode, et que le Roy Louis XIV a toujours plus aimé que pas une de ses autres troupes.

(6) Il avoit achété le Gouvernement de Touraine du Duc de St. Aignan.

(7) Personne ne doutoit qu’il ne parvint a cet honneur.

(8) Cecy est malin, et montre clairement que cette Epigramme a eté faite par quelque Huguenot, dont le Marquis de Dangeau avoit tout de nouveau quitté la Religion 1661. Il faut convenir neanmoins que Dangeau n’etoit pas grand guerrier.

(9) La paix duroit depuis le Traité appellé des Pyrenées- signé le 7 Novembre 1659.

(10)  Autre malignité de l’auteur, qui veut plaisamment que les plaisirs de la Cour ou Dangeau etoit fort attaché, le fassent Marêchal de France. Il y a peut etre plus fait, car il y a gagné plus de 2 millions de bien au Jeu dont I a fait un bon usage, en achetant des terres, dignitez et autres bons effets. Et cela sans avoir jamais êté soubçonné de friponnerie.

 

                                                                                                                                                                                                                          [11]

Sonnet

 1666

Presenté le 4.e Novembre 1666 au Marq.s Dom Castel Rodrigo, Gouverneur general, des païs bas Espagnols, etant devant la place de Charleroy qu’il faisoit fortifier.

 

Marquis incomparable en qui sont répandus,

De Pallas, et de Mars les pompeux avantages,

Pendant qu’a nous(1) sauver vos soins sont assidus,

Recevez de mon coeur les plus profonds homages,

 

Tant d’Instrumens guerriers prests a fondre et fondus (2),

Tant de nouveaux remparts (3), tant de beaux (4) Equipages,

Tant d’amis regagnez (5) que l’on croyoit perdus,

Sont de votre vertu les glorieux Ouvrages.

 

Par ces puissans aprets nos voisins (6) alarmez,

Aprés nous avoir crû des peuples desarmez,

Craignent de vos progress l’evenement sinistre.

 

Et palpitans désja de frayeur et d’effroy,

Souffrent avecque douleur qu’un si facheux Ministre,

Fait malgré leur envie elever Charleroy.

 

(1) Ce sont les sujets des pais bas Espagnols, que l’auteur fait parler.

(2)  Des Canons que le Marquis de Castel Rodrigo faisoit fonder pour munir Charleroy et autres places de son Gouvernement.

(3)  Les places des pais bas Espagnols que ce Marquis avoit fait retablir.

(4)  Il etoit magnifique et avoit de beaux Equipages.

(5)   L’auteur pretend que ce Marquis avoit fait des alliances pour la conservation des pais bas Espagnols, cela ne parut pourtant pas l’année suivante.

(6)  Les François.

 

 

                                                                                                                                                                                                                          [13]

  Sonnet

 1666

Servant de reponse au precedent; sur les mesmes Rimes

 

Vos (1) Forts en si grand nombre en tous lieux répandus,

Etoient pour vous sauver, de foibles avantages,

Pour en faire un nouveau (2) vos peuples assidus,

Rendent par leurs sueurs de penibles homages.

 

Mais l’on verra bientost tous vos aprêts fondus,

Et reduits a neant ces fameux Equipages,

Tant d’inutiles frais, tant de travaux perdus,

Auront le même sort que vos autres ouvrages.

 

Aussi de ces aprêts bien loin d’être alarmez,

Vos voisins qui vous ont si souvent desarmez,

En tirent contre vous un augure sinistre.

 

Et sans en concevoir le moindr’ ombre d’efroy,

Soufrent avec plaisir qu’un si zelé Ministre, (3)

S’empresse pour Louis (4) d’elever Charleroy.

 

(1)   Cecy repond a l’article du Sonnet precedent, où il en parle des places que le Marquis de Castel Rodrigo, avoit fait fortifier dans son Gouvernement des pais bas Espagnols.

(2)   Charleroy.

(3)   Le Marquis de Castel Rodrigo.

(4)   Louis XIV. Roy de France, lequel se saisit effectivement de Charleroy l’année suivante.

 

                                                                                                                                                                                                                          [15] 

Chanson sur l’Air .........

 1666

Sur Marguerite de Montmorency femme de Dominique d’Estampes S.r de Valencey

 

Valençay par son vieil éclat (1),

Soutenu d’un peu de magie (2),

Pretendoit forcer Belebat (3)

D’adorer sa triste effigie (4);

Mais par un coup de baguette,

Mais par un coup de baguette,

L’Enchanteur lui fit bien voir,

Que du côté des Braguettes,

Il falloit perdre l’espoir.

 

(1) La Marquise de Valencay etoit desja fort vieille.

(2) Ce n’estoit pas qu’Elle eût effectivement recours a la magie pour se rendre et paroitre aymable, mais l’auteur pretend dire qu’Elle etoit si vieille et si laide qu’il paroissoit impossible qu’elle put songer a plaire sans être seure de quelque magicien qui convertiroit ses desagremens en charmes et qui la rajeuniroit.

(3) Philippes Hurault appellee l’Abé de Belebat.

(4) L’auteur veut dire qu’elle vit l’impossibilité, où elle etoit de pouvoir jamais plaire. Car comme il est dit article 2 elle n’a jamais eu recours a la magie.

 

                                                                                                                                                                                                                     [17] 

Stances

 1666

Sur le retranchement de quelques unes des Festes chomées dans le Diocese de Paris, fait l’an 1666 par Hardouin de Perefixe de Beaumont Archivesque de Paris, Chancelier des Ordres du Roy, Proviseur de Sorbonne, Et cydevant Precepteur de sa Majesté.

 

Bon Dieu l’estrange destinée,

Les pauvres Saints sont aux Abois,

Et nous avons veu cette année,

Fester St. Nicolas (1) pour la derniere fois.

 

Les Festes suprimer, retrancher les auvents (2),

Est une Police nouvelle,

Pour moy je la tiens criminelle,

D’attaquer sans pitié les petits Innocens (3).

 

(1) La solemnité de cette Feste fut retranchée. Elle arrive le 1 er Octobre.

(2) Dans le meme temps que l’Archevesque de Paris retranchoit la Solemnité de ces Festes, les Juges de Police reformoient les Auvents de la ville de Paris qui avançoient trop dans les rues, obscurcissoient le dedans des Boutiques, empeschoient la nuit la clarté des Lanternes dans les rues, ce qui les fit reduire a une certaine mesure.

(3) La Solemnité de cette Feste qu’on celebre le 28 Decemb. fut aussi retranchée.

 

 

Du bienheureux Monsieur St. Roch, (4)

Qui nous preservoit de la peste,

On a pendu la feste au croc,

Et cet Esté dernier il joua de son reste (5).

 

Mais du St. Esprit la descente (6),

N’aura pas un meilleur destin,

On lui va retrancher son train,

Il n’aura plus qu’une suivante (7).

 

Saint Luc fidel Evangeliste (8),

Et Marc faisant meme mestier (9),

Ne se verront plus sur la liste;

Falloit il a Martin (10) faire meilleur quartier.

 

Je ne trouve point a redire,

Qu on ait reformé Saint Mathias, (11)

(4) La solemnité de cette Feste qu’on celebre le 16 aoust fut aussi retranchée.

(5) Il fut celebré pour la derniere fois au mois d’aoust 1666.

(6) La Pentecoste. (7) On retranche la 2 des Ferie de la Pentecoste.

(8)La solemnité de la Feste de St. Luc l’Evangeliste qui arrive le 18 Octobre fut aussi retranchée.

 (9) La solemnité de St. Marc Evangeliste qui se celebroit le 24 avril fut aussi   retranchée.

 (10) La solemnité de la Feste de St. Martin qui arrive le 11 Nov. fut aussi retranchée et comme les yvrognes ont accoutumé de celebrer cette Feste  parce qu’on commence vers ce tems là a boire le Vin nouveau. L’auteur qui fait le debauché et l’homme de plaisir dit qu’il falloit faire quartier a ces S.  et ne le pas retrancher.

 (11) Cette Feste se celebroit le 24 Fevrier et fut retranchée.

 

                                                                                                                                                                                                                          [19] 

Le bon Apostre voulant rire,

On l’a veu bien souvent venir au mardy gras. (12)

 

En Paradis on trouve etrange,

Qu’on ait rebuté saint Michel, (13)

Prelat que vous fit cet Archange (14),

Pour lui preferer Saint Marcel (15) ?

 

Dans cette commune disgrace,

Tout le monde plaint Saint Thomas (16),

Et nous le verrons quoiqu’il fasse,

En changer de couleur dans tous les almanachs (17).

 

Par une reforme critique,

Saint Joseph n’est plus en honneur, (18)

Il est decheu  de la faveur,

On l’a constraint de rouvrir la Boutique (19).

 

(12) La Feste de ce St. arrivoit par fois le Mardy gras.

(13) La Feste de ce St. fut aussi retranchée, Elle arrive le 29 Sept.

(14) Ce cy s’adresse a l’archevesque de Paris.

(15) La Feste de St. Marcel Evesque de Paris ne fut pas retranchée. Elle arrive le 16 Janvier.

(16) La Feste de cet Apostre fut retranchée. Elle se solemnisoit le 21 Decembre.

(17) C’est que les Festes qui se choment sont ecrites de rouge dans les Almanachs et celles qui ne choment point sont seulement ecrites de noir, ainsy St. Thomas qui etoit auparavant escrit de rouge devoit l’estre desormais de noir sa Feste etant retranchée.

(18) La Feste de ce St. fut retranchée. Elle se celebre le 19 Mai

(19) St. Joseph etoit charpentier.

 

Le pauvre Saint Barthelemy, (20)

Fait naufrage dans la tempeste,

Sainte Anne (21) n’est plus une feste,

Et Magdeleine (22) est en oubly.

 

Seigneur punissez ce mechant, (23)

Dont la rage s’attaque aux vostres,

Faites punir cet insolent,

Qui n’espargne pas vos Apostres ;

E les autres saints offencez,

De voir leurs Compagnons (24) cassez

Vous en demandent la vengeance.

Seigneur si vous souffrez des desseins si hardis?

Ce Ministre (25) aura l’insolence,

De porter sa surintendance,

Jusques dans vôtre Paradis?

 

Celle qui sceut gagner mainte ame à son époux,

Par l’effort du scavoir; et science divine,

Ce merite si grand de sainte Catherine,

Meritoit a mon sens un traitement plus doux.

 

(20) Cette Feste qui se celebre le 24 Aoust fut aussy retranchée.

(21) La Feste de S.tes Anne qui arrive le 28 Juillet fut aussi retranchée.

(22) Cette Feste fut aussy retranchée. Elle arrive le 22 Juillet.

(23) l’Archevesque de Paris.

(24) Les Festes des autres apostres retranchées.

(25) L’Archevesque de Paris.

 

                                                                                                                                                                                                                       [21]

Stances

 1666

Sur les mesmes sujets que les precedents

 

Aussitôt que le bruit de ce décret funeste,

Qui retranche des Saints le service et l’honneur,

Eut percé le Lambris de la voute celeste,

Chacun de ces Messieurs (1) dit on, trembla de peur.

 

L’Ange qui leur porta cette etrange nouvelle,

Plus facheuse pour eux, que pour nous les Edits (2),

Jure qu’elle pensa là haut faire querelle,

Et changer en discord la paix du Paradis.

 

Chaque saint disputant contre son camarade,

Disoit, ce sera vous qu’on aura retranché,

 

(1) Ce sont les saints du Paradis que l’auteur appelle M.rs et que suivant la liberté des Poetes il assemble et fait parler dans le ciel sur le retranchement des Festes, fait a Paris l’an 1666.

(2) Rien n’est d’ordinaire plus facheux pour les peuples de France que les Edits des Rois, et alors il etoit public que le Roy Louis XIV en devoit porter bientost un au Parlement de Paris pour le faire verifier en sa presence.

 

Ou pour avoir laissé mourir quelque malade, (3)

Ou fait de vos vertus un peu trop bon marché.

 

Ainsi s’alloit entr’eux echauffer la dispute,

Quand pour les accorder St. Pierre leur dit, Chut;

Ecoutez, voicy ceux que là bas (4) on rebute:

Alors prenant la liste a l’ange il leur la lût.

 

Jugez un peu durant cette triste lecture,

Quelle mine faisoient les pauvres suprimez, (5)

Hors mis un (6) qui traita la chose d’imposture,

Tous les autres ensemble en furent allarmez.

 

(3) Il ny a gueres de maladie pour laquelle le peuple ne croye de voir invoquer quelque saint en particulier. Il prie St. Roch pour la Peste, St. Clair pour les yeux, St. Genevieve pour la Fievre etc et souvent c’est la conformité qu’il y a entre le nom du St. et celui de la partie affliger qui fait qu’il est invoqué pour un mal comme on vient de dire de St. Clair pour les yeux, jusque là que dans l’abaye de Montmartre prés Paris, il y a dans une Chapelle l’image de notre Seigneur qui aparoist a la Madelaine, aprés la Resurrection, cette S.te y est peinte avec un Ecriteau sortant de sa bouche, ou sont escrits ces mots Ave Raboni qui veut dire en hebreu Je vous Salue Seigneur. Le peuple de Paris a crû que l’Image de nôtre Sgr etoit celle d’un St. nommé Raboni, et là dessus les femmes que maris battent, invoquant le pretend St. Raboni, et font benir une chemise de leurs maris sur l’autel de cette chapelle, persuadés qu’en ayant revestu le mary fâcheux, il devient meilleur, et meurt dans l’année.

(4) Sur la terre.

(5) Les Saints dont les Festes etoient retranchées.

(6) Saint Thomas voyez cy aprés article 3      

                                                                                                                                                                                                                     [23]                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Mais pour representer a chacun d’eux la cause,

Et les fortes raisons de leur supression,

Saint Pierre aprés le texte ajouta cette glose,

Dont il eut sur le champ la revelation.

 

Mon pauvre Nicolas (7) dont la Crosse et la Mitre,

Sont en si grand honneur parmy les Savetiers (8),

Vôtre fest, dit on, ne servoit que de titre,

A faire dissiper le temps aux Escoliers (9).

 

Pour vous Monsieur saint Roch dont la vertu celeste,

Dans le plus grand des maux (10) cent miracles a faits,

On s’est imaginé que frequentant la peste,

Votre quartier devoit toujours sentir (11) mauvais;

 

On dit de saint Martin (12) que festant la venüe,

Ou de boire (13) a longs traits chacun n’est exempté

Trop de gens soit chez eux, ou meme en plainer rüe

Desalterant leur soif alteroient leur santé.

 

(7) La Feste qui fut retranchée se celebroit le 6 Octobre.

(8) Les Sevetiers reclament St. Nicolas pour leur Patron.

(9) Ce saint est aussi le patron des Ecoliers qui solemnisoient autrefois sa feste avec de grandes rejouissances.

(10) Il etoit invoqué pour la Peste, sa feste se celebroit le 6 aoust, et fut retranchée.

(11) Les quartiers où vont les Pestiferés ne doit pas sentir bon.

(12) La feste de St. Martin se celebre le XI Novembre et fut retranchée.

(13) Cette feste est celebrée parmy les Yvrognes qui le celebrent en beuvant beaucoup parceque le vin nouveau cesse de bouillir dans ce tems là et est en boite.

 

 

Touchant le bon Joseph (14) qui ne s’est fait de feste,

Qu’ aprés decompte fait seize (15) cent soixante ans,

On a crû qu’il resvoit, et l’on veut qu’il s’apreste,

A refaire à Paris désormais les Auvens. (16)  

 

Pour Monsieur saint Michel (17) il est presqu’incroyable,

Qu’en terre on ait osé lui faire un si grand tort.

Auroit on jamais crû quand il vainquit le Diable, (18)

Que le Diable (19) a son tour deviendroit le plus fort.

 

De l’Apostre St. Marc (20) sans doute un des plus dignes,

De ceux qui du saint verbe ont porté le Flambeau, (21)

On se plaint que souvent il a gelé les vignes, (22)

Et qu’ un tel procedé n’etoit ni bon ni beau.

 

(14) Sa feste qui fut retranchée se celebroit le 19 Mars

(15) Il ny avoit que 6 ans quelle etoit chomée.

(16) St. Joseph etoit Charpentier, et comme dans le temps qu’on retranchoit ces festes, les Juges de Police de Paris reformerent les auvens des Boutiques a une certaine mesure. L’auteur dit que ce St. n’etant plus festé n’a que aller aider a reformer les auvens.

(17) Sa feste ce celebroit le 29 Septembre et fut retranchée.

(18) On pretend que Dieu se servit de St. Michel pour faire trebucher Lucifer, et les autres Diables en Enfer, aussi le peint on toujours tenant un Diable sous ses pieds.

(19) L’auteur de ces Stances continuant sa satire, veut dire que le Diable a inspiré a l’Archevesque de Paris de retrancher des festes et que par là il a a son tour dompté Saint Michel.

(20) Cette feste fut aussi retranchée. Elle se celebroit le 24 Avril.

(21) Il est le second des Evangelistes.

(22) Quand il gele le jour de St. Marc les vignes qui commencent alors a bourgeoner sont presque toutes gelées.

                                                                                                                                                                                                                         [25]

Pour le Confrere Luc (23. 2a) pareil Evangeliste,

Qui ne fait rien gaster dans l’arriere saison, (25)

Je ne sçay pas pourquoy le mettre sur la Liste, (26)

Et ny trouve, ni rime, ni raison.

 

Je dis de Barnabé (27) quasi la même chose,

A quoi bon le nommer dans ce decret fatal?

C’est lui faire un affront sans sujet et sans cause,

Car enfin le bon Saint ne fait ni bien, ni mal. (28)

 

On m’a dit quant a vous (29) touchant votre sentence,

Pauvre pecheur jadis et mon meilleur amy, (30)

Qu’a present on soufroit les Huguenots en France,

Et qu’on n’y vouloit plus de saint Barthelemy (31).

 

Camarade Mathias (32) pour moy je vous admire,

De vous plaindre si fort du tort qu’on vous a fait, (33)

 

(23) Cette feste fut aussi retranchée, Elle se celebroit le 8 octobre.

(24) Il est le 3e des Evangelistes comme St. Marc est le second.

(25) A cause qu’elle est dans le mois d’Octobre.

(26) Sur la Liste des Saints dont les festes sont retranchées.

(27) Cette feste se celebroit le XI Juin, et fut aussi retranchée.

(28) Dans le tems où se celebroit cette feste, il ne pouvoit, a ce que pretend l’auteur, arriver ni bien ni mal aux fruits de la terre.

(29) Ce cy s’adresse a St. Barthelemy.

(30) L’Evangile et les Actes des apostres nous aprenent que St. Pierre et St. Barthelemy, étoient tous deux pescheurs et amis.

(31) Sa feste se celebroit le 24 Aoust, et fut aussi retranchée.

(32) La feste de ce Saint se celebroit le 24 Fevrier.

(33) C’est qu’elle fut pareillement retranchée.     

                                                                                                                                                                                                                         [26]                                                                                                                                                                                                              

Je n’ay sur ce point là qu’une chose a vous dire,

C’est que le sort vous fait, et le sort vous defait. (34)

 

Vous (35) qui pour n’avoir pas jadis suivi les autres,

Fut alors puni d’avor fait bande a part (36)

Ô le plus paresseux d’entre tous les Apostres,

Thomas on dit encore que vous venez trop tard. (37).

 

Aprés que le grand Pierre eut parlé de la sorte,

A tous ces pauvres saints sur ce Chapitre là.

Aurois je bien, dit il, la poitrine assez forte,

Pour satisfaire encore ses Dames (38) que voila.

 

Alors en regardant la belle Magdelaine, (39)

Ah Madame, dit il, que le monde est gasté!

Si vous etiez encore une Donzelle humaine,

Votre jour, croyez moy, seroit toujours festé. (40)

 

(34) Comme il ny avoit pas de raison pour fester ce saint, on le retrancha aussi.

(35) Saint Thomas.

(36) Ce fut le dernier a croire la Resurrection de J. C. et ny adjouta foy que quand il eut mis ses doigts dans les  playes du sauveur.

(37) Sa feste qui fut retranchée se celebroit le 21 Decembre.

(38) Les saintes dont les festes furent retranchées.

(39) La feste de cette sainte se celebroit le 22 Juillet, et fut aussi retranchée.

(40) Tout le monde sçait que la Madelaine avant que d’avoir fait penitence etoit Courtisane et l’auteur pretend qu’on n’eût pas suprimé sa feste, si Elle avoit encore été la Compagne et la protectrice des Garces parceque trop de gens l’auroient invoqué.


                                                                                                                                                                                                                         [27] 

Madame Anne, (41) il est vrai qu’un Prelat (42) vous fait niche, (43)

En vous mettant au rang des bons jours-superflus;

Il n’osa vous toucher du temps d’anne d’Autriche, (44)

Mais par malheur pour vous la grande Anne n’est plus.

 

Ne Vous étonnez pas ô chaste Catherine! (45)

Si de votre grand nom on ne fait plus de cas.

Et de qui seriez vous aujourd’huy l’heroïne,

Puisqu’il n’est plus, dit on, de pucelle là bas.

 

Quand il eut achevé de parler aux trois belles (46)

Il dit en se tournant verts les petits enfants. (47)

Votre regne n’est plus, quittez les infidelles

Que feriez-vous au monde, ô pauvres Innocens ?

 

Pour de la Pentecoste (48) l’inutile suivante,

Qui changez tous les ans de nature et d’habit (49)

Renguainez votre plainte, elle est impertinente,

 

(41) La feste de S.te Anne se celebroit le 28 Juillet, et fut aussi retranchée.

(42) L’Archevesque de Paris.

(43) En vous retranchant.

(44) La Reine Anne d’Autriche mere du Roy regnant, qui etoit morte le 20 Janvier de cette année.

(45) La feste de cette S. te se celebroit le  25. 9. bre et fut pareillemt supprimée.

(46) S.te Madelaine, S.te Anne, St. Catherine.

(47) Les Sts. Innocents dont la feste qui fut aussi retranchée se celebroit le 28. x. bre.

(48) La 2.de Ferie de la Pentecoste dont le chomage fut aussi supprimé.

(49) La Pentecoste est une des festes mobiles parcequ’ Elle est le 7 Dimanche d’apres Pasques, et que Pasque est toujours le 3.e Dimanche de la Lune de Mars ainsi les Feries de la Pentecoste changent tous les ans de quantieme de mois.   


                                                                                                                                                                                                                         [28] 

Je tiens que vôtre office est fort bien interdit.

 

Ô toy qui que tu sois, qui chantoit a l’octave,

En l’honneur du grand jour au Maître destiné. (50)

Je crois que tout d’un coup tu tombe a la Cave,

Sans sçavoir bien pour quoi ta voix a detourné.

 

A l'égard de la Croix enraciné en France, (51)

Je ne comprends pas bien le frand tort qu’on lui fait;

On l’oste, il est bien vray, mais c’est en aparence,

Et j’aprends de bon lieu qu’on la laisse en effet. (52)

 

Ainsi raisonnoit Pierre, et par son entremise,

Vouloit calmer l’orage et chacun consoler,

Mais quand il vint aux morts, (53) ce Patron de l’Eglise (54)

Ne trouva plus là haut personne a qui parler.

 

(50) Le Jeudy Octave de la Feste Dieu, apellé la petite feste de Dieu dont le chomage fut pareillement retranchée avec la seule obligation d’entendre la messe ce jour là.

(51) La feste de L’Invention de la Ste. Croix qui se celebroit le 3e May et qui fut aussi supprimée.

(52) L’auteur veut parler de cequi est dit au 2 article de ce Commentaire qui est qu’il y avoit force Edits que le Roy devoit faire verifier au 1er jour et il les traite de Croix, parcequ’ils croient a la charge du Royaume.

(53) La feste de la Commemoration des morts qui se celebre le lendemain de la Toussaints don't le chommage fut aussi retranchée avec la seule obligation d’entendre la Messe.

(54) St. Pierre etably par J. C. chef de l’Eglise.


                                                                                                                                                                                                                         [29]

Epitre 1666

Sur le Retranchement de quelques Festes chommées, fait l’an 1666 dans le Diocese de Paris, par Hardouin de Beaumont de Perefixe Archevesque de Paris Chancelier des Ordres du Roy Louis XIV Proviseur de Sarbonne et cy devant Precepteur de sa M.té

 

Vous sçavez qu’a Paris par un nouveau projet,

On a retranché bien des Festes,

Cela fait gronder maintes testes

Contre le Prelat (1) qui l’a fait.

Quoy! dit on, parcequ’on retranche

A tous les Auvents (2) une planche,

Le Pasteur qui domine icy

Retranchera les saints aussi!

Vrayment c’est bien là nous instruire,

 

* On convient que cette Piece est mauvaise et l’on ne la mise icy qu’a cause qu’elle peut servir a faire des Commentaires instructifs, qui rapellent des choses importantes qui se sont passées quelques années auparavant celle cy.

(1) L’Archevesque de Paris.

(2) Dans le meme tems que l’Archevesque de Paris retranchoit les festes, les Juges de la Police ordonnerent que les Auvents des Boutiques seroient aussi retranchés a une certaine mesure. 


                                                                                                                                                                                                                         [30] 

C’est bien pour nous sanctifier;

Le beau moyen d’edifier!

Que de pretendre tout detruire!

Mais encore quels sont les desseins ?

Pourquoi retrancher tant de saints?

He! Qu a donc fait dit l’un, saint Mathias apostre;

Qu’a fait saint Barnabé! dit l’autre,

Et chacun parlant pour son nom,

Et pour l’honneur de son Patron;

Il se forme une voix publique,

Et l’on entend de tous costez

Les noms de ces grands saints qui ne sont plus festez,

Dont chacun, comme il peut, fait le Panegirique,

Et quand on a bien dit toutes leurs qualitez;

On se demande enfin par quelle politique

Nous-les a t’on donc tous ostez?

C’est ceque dit le peuple au sujet de ces festes.

Mais vous m’avez souvent, et sagement écrit,

Que le peuple a beaucoup de Festes,

Mais qu’il n’a pas beaucoup d’esprit,

En effet, le peuple est étrange,

Il prend a tout moment le change,

Et devant qu’on parlât de ce retranchement,

Il a dit mille fois qu’il êtoit necessaire.

Maintenant qu’on l’a fait, il conclud hautement

                                                                                                                                                                                                                         [31] 

Qu’on ne devoit jamais le faire.

Ce peuple cependant n’a point icy de voix.

C’est a lui seulement a recevoir des Loix,

Et celle cy n’a rien qui ne soit legitime,

Puisqu’en le dispensant de la solemnité

Elle est seulement l’occasion du crime.

            Et tout le monde est invite

D’honorer tous les Saints selon sa pieté;

C’est aussy ce qu’Urbain, (3) le Pontife de Rome,

            A fait avant nôtre Prelat.

Ils ont crû qu’ aprés tout, le Sabat est pour l’homme,

            Et non l’homme pour le sabat ;

            Et qu’ainsi le peuple fidelle

Qui ne gagne son pain qu’au travail de ses mains,

Ne le pouvant gagner aux jours de tant de saints;

            Leur vigilance paternelle

A bien fait de pourvoir a son soulagement

            Par ce sage retranchement.

            Mais pour arrester l’insolence

            De ceux qui blasment cette Loy

            L’autorité de nostre Roy (4)

 

(3) Le Pape Urbain VIII retrancha aussi plusieurs festes pendant son Pontificat. Il s’appelloit le Cardinal Mafflé Barberin. Il fut esleu aprés la mort de Gregoire XV et mourut le 29 Juillet 1644.

(4) Le Roy Louis XIV approuva le retranchement des festes lequel en effet etoit tres utile pour le bien des pauvres Artisans.

 

                                                                                                                                                                                                                         [32]

            En a confirmé l’Ordonnance,

            Et l’on ne peut trop adviser,

Un Roy qui pense a tout, et qui sçait tout comprendre,

Qui connoist la justice, et qui veut nous la rendre.

            Austant que lon peut desirer,

            Et plus qu’on ne pouvoit attendre.

            Quand nous le vismes tout ardent

            Courir si jeune a la victoire,

            Qui de nous auroit osé croire,

Qu’un Roy si genereux deust être si prudent,

            Et que ce feu qui dans la guerre,

            Formoit la foudre & le Tonnerre,

            Contre les Ennemis et contre leurs projets,

D’eust repandre aujourd’huy cette douce lumiere,

            Qui dans une juste carriere

            Esclaire et conduit ses sujets?

Mais que je vou de gloire et de magnificence,

            Que de grandeur & de puissance!

Où mon zele indiscret m’a t'il donc emporté?

            Ma Muse tremble et se retire,

            Je n’ose la commettre atant de Majesté;

            Et je voulois seulement dire

Que ce retranchement etoit plein d’equité;

Il est juste en effet, mais sous tant de justice,

Il s’est caché, dit on, quelque petit caprice.


                                                                                                                                                                                                                         [33]

Ma Muse s’y trouva quand l’affaire se fit,

Et je vous l’a dirai comme Elle me l’a dit,

Je vous le donne au moins sur la foy d’une muse.

            Prenés garde a la fiction,

            Je vous nomme ma caution,

            Et vous sçavez comme Elle en use.

            Elle aimé un peu la liberté,

Et mesle assez souvent la Fable avec l’histoire,

Mais vous connoissés bien ce qu’il en faudra croire;

Un jour ce grand Prelat (5) qu’on connoissoit a la mine.

            Trouvant un Livre sous sa main,

            Le prit et l’ouvrant sans dessein,

Y rencontrant le nom de sainte Catherine;

Il vit ce qu’en ont dit les plus communs auteurs,

Que cette Illustre fille en sa tendre jeunesse,

            Avoit confondu les Docteurs,

Et dissipé l’eclat de leur vaine sagesse.

            A ces mots par un coup fatal.

            Il se souvint du Port Royal;

            De ces Filles dont la science,

Et la profonde humilité ont soutenu la verité

            Malgré son injuste puissance (6).

 

(5) L’Archevesque de Paris

(6) Les Religieuses de l’Abaye de Port Royal a Paris de l’Ordre de Citaux que ce Prelat avoit longtems eternellement persecutées, poussé par les Jesuites, jusque là qu’il en tira lui meme plusieurs de ce Monastere, qu’il envoya separem.t en exil en d’autres Couvents en vertu des Lettres de cachet du Roy, on disoit qu’Elles etoient Jansenistes et cela seul mit les Jesuites a leurs trousses. 


                                                                                                                                                                                                                         [34]

Et reduit son autorité

            A garder un honteux silence; (7)

Un cruel souvenir lui fit changer de tein,

Il fut d’abord sais d’une Fievre intestine.

            Cent fois il frapa de la main,

Et cent fois le depit souleva sa Poitrine.

Falloit il, disoit il, que moy qui ne lit point, (8)

            Je lûsse ce malheureuc point,

            Qui n’a servi qu’a me confondre,

            Et qui reproche a mon Esprit,

Qu’avec tant de raison des Filles m’ont escrit, (9)

            Et que je n’ay pû leur repondre?

Ah! cruel souvenir, dit il, d’un triste ton,

            Je crois que cette horrible idée

            Est un veritable Demon,

            Parqui mon ame est possedée.

Ma Muse cependant qui ne paroissoit pas,

            Le voyoit marcher a grand pas,

            Dans un triste et profond silence;

            Et par un soudain transport

 

(7) Il est certain que rien ne fut plus odieux que la dureté avec laquelle l’Archevesque de Paris traita ces Saintes Filles, et qu’Elles firent parôitre une telle humilité qu’Elles rendirent leur persecuteurs meprisables, et les reduisirent a se taire sur leur compte.

(8) Ce Prelat etoit un des hommes du monde le plus ignorant. Il avoit pourtant eté Precepteur du Roy.

(9) Les Religieuses du Port Royal escrivirent les plus belles Lettres du monde a l’Archevesque de Paris pendant leur persecution.

 

                                                                                                                                                                                                                         [35]

            Respondant à sa conscience:

            Il est vray, disoit il, J’ai tort,

            Pourquoy tant presser cette affaire ?

Qu’avois-je dans l’esprit, que pretendois-je faire ?

            Et de quoi m’étois-je flaté?

Quand je fus tourmenter des vierges si fidelles?

            Par quelle opiniastreté,

            Voulus-je disputer contre Elle? (10)

N’estoit ce pas assez que leur humble respect

            Me fit un serment veritable,

            De ne jamais parler du fait?

Et ne devois-je pas être bien satisfait

            D’un silence si raisonnable,

Sans forcer leur raison par un cruel tourment,

De publier ma honte et mon aveuglement?

C’est toy, poursuivit’ il, Annat (11) injuste et traitre,

            C’est toy qui m a mis aux abois.

            Ne m’as tu pas dit mille fois,

Que pour confondre tout, je n’avois qu’a paroître.

 

(10) L’Archevesque de Paris voulut s’aviser de disputer contre ces Religieuses sue les 5 Propositions tirées du Livre de Cornelius Jansenius Eveq. d’Ipre, mais ces Filles etant beaucoup plus scavantes en leur Religion que cet Archevesque, Elles le confondirent malgré cela Elles lui promirent de ne jamais parler des questions de fait et de doit qui etoient en Contestation mais cela ne leur servit de rien, et le Prelat aussi bien que les Jesuites outrés de voir tant de scavoir; tant de pieté, et de fermeté si chrestienne dans ces filles, les tourmenterent d’avantage et en fin les disperserent.

(11) Le P. Annat Jesuitte et Confess.r du Roy Louis 14 etoit le plus grand persecut.r des Jansenistes. Il obligea l’Archevesq. de Paris a se servir de son autorité a reduire ces filles aussi fut ce par la seule autorité et non par le raisonnement et le scavoir, qu’il en vint a bout et qui le rendit meprisable a tous les gens de bien, et manifesta son ignorance.    


                                                                                                                                                                                                                         [36]

            J’ay parû comme tu disois,

            J’ay fait ce que tu proposois.

Mais helas! on a veu qu’au lieu de tout confondre,

            J’ay moy meme eté confondu.

Parmi tant de raisons mon esprit s’est perdu ;

            Je n’ay jamais pû leur responder,

Et je ne puis encore deguiser a mon coeur,

Que ces Filles m’ont fait des reponses divines,

            Et qu’elles sont des Catherines,

            Ou que je ne suis pas Docteur. (12)

Tu m’as donc bien trompé miserable Jesuite?

            Lorsque tu vins comme un Demon

Et que tu fis accroire a mon ame seduite

            Qu’il ne falloit plus que mon nom,

Pour faire tout changer d’esprit, et de conduitte

Je t’ay donné ce nom que je cherissois tant,

            Ce nom que j’avois fait si grand.

Tu me l’as fait servir au gré de ta vengeance,

Tu l’as rendu garand de ta mauvaise foy,

Tu l’as produit partout avec ton ignorance,

            Tu l’as mis en gage pour toy;

            Et tout Paris qu t’a veu faire,

Et qui veut se mocquer de ma credulité

(12) Cecy est malin, car L’Archevesque de Paris etoit tres mauvois Docteur, cela ne parut que trop en cette occasion.

 

                                                                                                                                                                                                                         [37]

            Ne m’apelle que ton vicaire,

Et ne me connoist plus qu’a cette dignité!

Là son front eclata comme une ardente braise

Et ma muse m’a dit qu’il en sua partout,

Et que ne pouvant plus se soutenir debout

Il se laissa tomber dans les bras d’une chaise.

Mais a peine y fut il, qu’un secret mouvement

            Le relevant soudainement;

Ha! dit il, en parlant d’une voix haute et basse,

            Que ces filles me font souffrir!

            Et que ne suis-je dans la place

            De celles que j’ay fait mourir! (13)

Je croy, poursuivit’ il, que l’on me lit sans cesse

            Tous les Ecrits qu’Elles ont faits; (14)

            Et quand on vient a ces endroits,

            Où la verité prouve et presse,

            Je sens mon coeur s’arrester là,

Et j’entends une voix qui d’une force extrême,

            Me demande au fonds de moy meme:

            Que peux tu repondre a cela?

Rien du tout, cria-t’il, la raison m’abandonne,

Et par un sort cruel dont je suis investi

            Moy proviseur de la Sorbonne

 

(13) Il mourut quelques unes de ces filles, durant leur persecution

(14) Elles ecrivirent pour leur deffense.


                                                                                                                                                                                                                         [38]

Je demande un Docteur qui prenne mon party,

            Et je ne puis trouver personne.

            Juste Ciel! A t’on jamais veu.

            Un Proviseur plus depourveu?

            Je scay bien qu’en cette indigence

            Chamillart a pris ma deffense, (15)

Et que s’il n’eût fallu que de la volonté,

            Le bon homme eut tout emporté;

Mais par malheur il faut dans ces cas d’importance

            De l’esprit et de la science.

C’est pourquoy Chamillard s’est fair Chamillarder, (16)

            Et pour peu qu’il fasse d’instance

            Je crois qu’il se fera brider.

Mais cet autre Docteur tout fait de musc et d’ambre,

            Ce petit poly de Godin,

N’a t’il pas mis au jour un Esprit si badin,

Qu’on vouloit qu’il fût fait par un valet de chambre

Je fus faché moy seul, et tout le monde rit

De voir ce beau Docteur qui pensoit tout soumetre

            Retourner le sens d’une Lettre

            Comme l’on retourne un habit

Et ce pere Amelot est-il pas pitoyable

            S’il veut dire un mot seulement

 

(1) Chamillard Docteur de L’Université de Paris escrivit pour justifier le procedé de l’Archevesque de Paris a l’esgard de ces Religieuses et y reussit mal.

(16) L’auteur veut dire, moquer.


                                                                                                                                                                                                                         [39]

Il faut que son esprit s’enfle aussi vainement

            Que la Grenouille de la Fable,

Il pensoit tout briser de son stile fougueux,

Et sur ce faux espoir son ame etoit guindée;

Mais quelq’un lui fit voir l’erreur de son idée;

Et lui sans repliquer demeura tout honteux.

Cependant par un sort que j’ay peine a comprendre

Cet homme qui jamais n’a pû parler pour soy

            Pretend aujourd’huy me deffendre,

            Et s'ingere a parler pour moy,

            Dans une Epitre liminaire,

            Ecrite en son stile ordinaire

            Ridiculement serieux

            Par la machine d’une phrase

            Il me fait monter jusqu’aux Cieux,

            Et m’apelle un saint Athanase.

            Ce peut-il rien de plus mal feint?

            Et s’il alloit donner envie

            Sur cequ’il dit que je suis saint

            A quelqu’un d’escrire ma vie?

Grand Dieu deffendez moy d’un si malheureux sort,

            Ma vie helas! seroit ma mort.

Que dirai-je d’ailleurs de ce vieux phanatique,

            De ce phantasque des Marests

            Que j’ay mis dans mes interrests

                                                                                                                                                                                                                         [40]

            Par une folle politique,

            C’est un resveur, c’est un hibou,

            C’est un illuminé, c’est un visionnaire,

            Un homme, qui voit Dieu le Pere,

            Et qui ne voit pas qu’il est fou.

Mais ce qui pousse about toute ma patience,

C’est qu’aussitot qu’on eut son ridicule escrit,

                       On tira cette consequence,

                       Que puis qu’il prenoit ma deffense,

                       Il falloit qu’il eut mon esprit.

C’est avec ce piquant et malheureux langage,

Qu’on dechire mon coeur, qu’on l’accable et l’outrage,

                       Mais le plus grand mal qu’il ressent,

                       C’est que ma conscience Elle meme y consent,

                       Et m’en dit encore d’avantage.

Il est vray que jamais je n’ay rien repondu,

                       Que ces Filles m’ont confondu;

Et qu’au lieu d’aprouver leurs raisons convaincantes;

                       Ma tiranique vanité

                       N’a pû souffrir la verité,

Et les a fait punir d’etre trop innocentes.

                       Mais ni par les durs mandemens,

                       Ni par les menaces cruelles,

                       Ni par les emprisonnemens

                       Je n’ay pû les rendre infidelles;


                                                                                                                                                                                                                         [41]

Et je dois l’avouër puisqu’enfin je le voy.

                        La grace est plus forte que moy.

Quand il eut dit ces mots d’une voix pitoyable,

Il s’assit, et pressant son front de ses deux mains,

                       Il s’apuya sur une Table,

Et lui meme eut horreur de ses lâches desseins;

Quelques momens aprés ma conduite est etrange,

Dit il, en s’ecriant, j’en ai peur, mais enfin

            Quellequ’en puisse etre la fin,

            Je ne scaurois prendre le change:

Je ne scaurois jamais me laisser démentir;

            Et quelque mal que mon coeur sente,

            Quoiqu’il gemisse et se repente,

            Il faut cacher son repentir,

            Il faut soutenir une faute

            Quand on l’a fait avec éclat.

L’avouer, ce n’est pas montrer une ame haute,

Et c’est agir en homme, et non pas en Prelat.

Un Prelat doit regarder le titre d’infaillible

            D’avec quelque erreur qu’il ait vieilly,

            Jamais une douleur visible

            Ne doit montrer qu’il a failly.

            Il faut qu’il n’ait point de tendresse,

Qu’il entreprenne tout, et qu’il ne craigne rien.

Le mal lorsqu’il est fait avecque hardiesse

                                                                                                                                                                                                                         [42]

            Ebloüit et paroist un bien.

Aprés m’a dit ma muse, avoir fait ces maximes

            Si favorables pour les crimes,

Il conclut en disant d’un ton Pontifical,

            Accablons donc le Port Royal!

            Perdons les Vierges trop fidelles?

            Et traitons-les si rudiment

            Que la rigueur du chastiment

Fasse juger a tous qu’elles sont criminelles.

            Vengeons-nous implacablement

            De ce triste et facheux silence ;

            Que leur trop subtil science

            m’impose si honteusement,

Sans doute elles ont trop d’esprit et de doctrine.

            Vit-on jamais tant de raison?

Par tout on les compare a sainte Catherine,

Et je scais bien où va cette comparaison.

            Mais puisqu’enfin la sainte a raport avec elles,

Son nom sera rayé des festes solemnelles.

            Ouy, reprit il, je l’en exclus,

            Et l’on ne la festera plus.

Par cette seule cause elle fut retranchée.

            Mais pour tromper nos Jugemens,

Et pour tenir toujours cette raison cachée,

On fit a même temps d’autres retranchemens.

                                                                                                                                                                                                                         [43]

            D’une puissance entiere et pleine,

On retrancha saint Anne, et sainte Magdelene,

Saint Marc, St. Luc, St. Roch, S.te Croix, St. Thomas,

Les saints Barthelemy, Barnabé, Mathias,

            Tous trois de l’Ordre des Apostres;

Saint Joseph, St. Michel avec saint Nicolas,

            Les Innocens comme les autres:

            Tous ensemble ont passé le pas.

Voila ceque j’ay sceu de ma muse historique;

            Mais au moins ne l’oubliez pas,

            Puisque l’Ordonnance publique

            Ne dit pas un mot de ce cas.

Vous sçavez que souvent par un destin semblable

Dans les Actes publics que la puissance ecrit

On ne donne aux Lecteurs qu’un pretexte probable,

            Et que la raison veritable

            Est cachée au fonds de l’Esprit.

 

                                                          Ce 28. Decembre 1666.

 

                                                                                                                                                                                                                          [45]

La difformité de la Reforme

des Saints.

  

Adieu mon cher amy, je parts de cette ville,

Qu’on me rompe les os si je revoy Paris,

Quoi! Je demeurerois en ce maudit païs,

            Où la vertu n’a point d’azile,

            Et qui ne se trouve fertile,

Qu’en Putains, qu’en bigots, et qu’en malins Esprits,

            Le sejour m’en seroit funeste,

            Je m’en vais chercher d’autres gens,

            De peur qu’avec ces habitans,

            Le peu de vertu qui me reste

            Ne m’abandonne en peu de tems.

 

Mais enfin où faut il que j’aille?

Les Jesuittes sont en tous lieux,

Il n’est point d’endroit sous les Cieux

Exempt d’une telle Canaille ;

Cette hypocrite Nation

A toujours de secrettes trames,

Et ces maîtres Archibigots,

Feignant de convertir les ames  

Attrapent quantité de sots.

                                                                                                                                                                                                                         [46]

Auroient ils été dans la Chine,

Dans le Perou, dans le Japon,

S’ils n’avoient pas connu que le pais est bon

Pour faire rouller leur Cuisine,

Ces Illustres marchands de bled,

N’ont pas l’esprit assez troublé

Pour demeurer en mauvais giste,

Et si les lieux ne payoient pas

Leurs sermons et leur Eau benite

Ils changeroient bien ces Climats.

 

Valent ils mieux en la Sorbonne?

Non, car on dit que dans ce lieu

Le Pape vicaire de Dieu

N’a pû faire sa cause bonne,

Pas un ni veut signer l’infaillibilité

De peur de se faire une affaire

Et l’on estime mieux souscrire au Formulaire

Que les Docteurs ont arresté,

Que courir risqué de deplaire

A Messieurs de la Faculté.

 

            Dedans ce lieu, ce n’est que brigue,

Ces Docteurs sont toujours de diferens avis,

            Et ceux qui sont les plus suivis

                                                                                                                                                                                                                         [47]

Sont ceux qui sont de plus d’intrigues,

L’un blame, ceque l’autre absout,

Le seul caprice regle tout,

Chacun y raisonne a sa guise,

Chacun suivant son sens regle le Paradis.

            Et fait des regles a l’Eglise,

            Comme le Roy fait des Edits.

 

Dans ce maudit temps on retranche

            Les festes de beaucoup de Saints,

            Et c’est justement que je crains

            Qu’on ne retranche le Dimanche,

Pourquoi jadis festions-nous St. Thomas ?

Et pourquoi maintenant ne le festons nous pas ?

D’où vient ce changement etrange?

En voila la raison, aujourd’huy le Clergé

            Pretend qu’un Apôtre et qu’un Ange,

            Ne puisse rien sans son Congé.

 

Les Saints jaloux les uns des autres,

Vont avoir un procés bien grand,

Un Evangeliste pretend

Valoir autant que les Apôtres,

Saint Marc ne peut souffrir ces abus inouis,

Il veut etre festé comme on fait saint Louis.

                                                                                                                                                                                                                         [48]

            Le bon Saint Joseph paroît triste

            Du tort qu’on lui fait aujourd’huy,

            Et soutient que saint Jean Baptiste

Dont on feste le jour ne vaut pas mieux que luy,

 

            He quoi! Disent les Innocens,

            Souffrirons nous donc que l’Eglise

Qui nous choma toujours, aujourd’huy nous meprise

Quoy ne valons nous pas autant que St. Laurens ?

S’il repandit du sang nous versames le nôtre,

Nous avons tous souffert autant que pas un autre ;

            Pourquoi n’avons nous pas d’Encens?

            Ne seroit-ce point que la France

            Qui ne vit plus dans l’innocence

            Ne peut souffrir les Innocens?

 

            Tous les Patrons de Confrairie

            Ont fait un bon serment entre eux

            De n’exaucer jamais nos voeux.

            Puisque leur feste est abolie,

Si saint Roch une fois nous oste son secours

            Que de maux croitront tous les jours

            Et si sainte Rene se pique

Je voy que Coladon, le Large et Dalancé

            Auront cent fois plus de pratique

            Qu’ils n’en avoient au temps passé

                                                                                                                                                                                                                          [49]

            Que de galeux, que de teigneux,

            Que de verole, et que de peste,

La Reforme des Saints nous sera trop funeste,

Si nous ne faisons pas notre paix avec eux,

Si l’on veut retrancher les festes de l’année;

Je consens volontiers a ce retranchement,

Qu’on oste St. André et non pas Sainte Renne,

            Car nous avons trop frequemment

            Besoin de l’Eau de sa fontaine.

           

            Pour moy je crains trop la colere

            Des saints irritez contre nous,

            Je vais chercher une autre terre

            Pour m’exempter de leur couroux;

            Adieu je sorts de cette ville,

Je ne peux demeurer en ce maudit pais,

Où la pluspart des saints ne trouvent point d’azile,

            Et que je ne trouve fertile

Qu’en Putains, qu’en Bigots, et qu’en malins esprits.

 

                                                                                                                                                                                                                         [51]

Chanson 1666

Sur L’Air: Valençay par son vieil éclat, ou les petits fauts de Bordeaux noté H.f.72

 

Sur……de……. Femme de……..de Flexelles Marquis de Bregis Lieutenant general des Armées du Roy.

 

La Bregis fait tout de son mieux

Pour parer sa triste figure,

Elle veut donner dans les yeux,

Et par l’art vaincre la nature,

Mais par malheur la pauvrette,

Mais par Malheur la pauvrette,

Y travaille vainement,

Et tous les rets qu’Elle jette

N’attrapent rien que du vent.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

 

                                                                                                                                                                                                                         [53] 

Chanson

Sur L’Air: Valençé par son vieil éclat

1666

 

Sur Charles de Lorraine Comte de Marsan, Et…. de…… femme de ………. Garnier Sr. de Montereau President du Parlement de Metz, dont ce Prince êtoit amoureux.

 

Marsan prés de la Montereau

S’ajustant pour baiser la Nine, (1)

Recontra ma foy, tout de go,

Son nombril au bout de sa pine, (2)

Lors la petite Grenoüille, (3)

Lors la petite Grenoüille,

Se grimpa sur des Quarreaux,

Mais l’amant sortit bredoüille

D’un lieu si plein de défauts.

 

(1) Madame de Montereau est fort petite.

(2) C’est a dire son v……

(3) Madame de Montereau n’est point belle quoi quelle plaise.

 

 

                                                                                                                                                                                                                         [55] 

Chanson

Sur L’Air: Valençay par son vieil éclat      Noté H. f 72

1666

Sur ce qu'il n'y avoit plus

Sur Isabelle Hamilton, femme de Philbert

Comte de Grammont

 

La Grammont prétendoit donner

De l’amour à nôtre Grand Prince, (1)

Mais quand il l’a voulut baiser

Il trouva sa levre trop mince,

Il l’a fallut redescendre,

Il l’a fallut redescendre

A maître Antoine Coiffier. (2)

Cela s’apelle, a bien prendre

Etre d’Evesque Mûnier.

 

(1) L’Auteur entend par là Philippes de France Duc d’Orleans a qui la Comtesse de Grammont voulut plaire, et a qui Elle ne plût pas.

(2) C’est Antoine de Ruzé Marquis d’Effiat 1.er Escuier du Duc d’Orleans. Il s’apelle Coiffier en son nom. Mais Martin de Ruze Secretaire d’Etat maria sa fille unique a…… Coiffier Tresorier de France a Riom en Auvergne et Bisayeul du Marquis d’Effiat, a condition que leurs descendans porteroient le nom et les Armes de Ruzé, ce qu’ils ont fait.

                                                                                                                                                                                                                          [57]

Chanson

Sur L’Air: Valençay par son vieil éclat

1666    

Sur Agnés de Bailleul veuve de Henry Foucault Marquis de St. Germain-Beaupré, Gouverneur de la haute et basse Marche.

 

Nous voici loin de mon rival, (1)

Saint Germain, vien que je te trousse,

Ne crains point que le jeune Irval (2)

Aprene que tu te tremousse,

Elle repond a cet homme

Elle repond a cet homme,

Toute ma vie je seray

Agnés de Bailleul tout comme

Je l’ay de tout temps êsté (3).

 

(1) L’Auteur introduit en cet endroit un des amans de la Marg.se de St. Germain Beaupré qui lui parle, mais il est difficile de demesler lequel c’est, car elle en avoit alors 3 sans compter Mr. d’Irval don't il va etre parlé a l’article suivant. Ces 3 amants etoient Henry de Daillon Comte  du Lude chtr des Ordres du Roy 1 er Gentilhomme de sa chambre etc. Francois d’Aubusson- de la Feuillade Duc de Rouannes etc. Et Paul d’Escoubleau de sourdis Marquis d’Alluye Gouverneur d’Orleannois etc.

(2) Antoine de Mesine S.r d’Irval M.e des Requestes.

(3) Pour comprendre ce que cecy veut dire, il faut sçavoir que la Marquise de St. Germain avoit fort peu d’esprit, et qu’elle ecrivoit fort mal. Elle oublioit presque dans toutes ses Lettres de finir par aucune civilité. Elle se contentoit de les terminer par y mettre qu’Elle etoit comme Elle avoit toujours esté, et puis Elle signoit Agnés de Bailleul. C’est de cette maniere d’escrire dont se mocque l’Auteur de la Chanson.

 

                                                                                                                                                                                                                         [59] 

Chanson

Sur L’Air: Valençay par son vieil éclat

1666

 

Sur Henry de Sennecterre Duc de la Ferté,

Pair et Marêchal de France Chtr des Ordres

Du Roy, Gouverneur des ville, Citadelle, et

Evesché de Metz pais Messin, Evesché de

Verdun, vie et moyenvie, et sur Madelene

D’Angennes de la Loupe sa femme.

 

Un peu moins de lubricité

Chere epouse (1) je vous en prie,

Le bon Job seroit irrité,

S’il pouvoit voir votre infamie, (2)

Elle repond au bon homme,

Elle repond au bon homme

Toute ma vie je seray

Chaste et fidelle tout comme

Je l’ay de tout temps esté.

 

(1) C’est le Mareschal de la Ferté qui parle a sa femme

(2) Il est certain qu’Elle est grande putain.

 

                                                                                                                                                                                                                          [61]

Parodie

De la Chanson precedent sur les mesmes personnes

1666

 

Un peu moins de brutalité

Cher Epoux (1), je suis sage et douce,

Je me meurs de fidelité,

C’est a tort que tu te courouce,

A cela repond cet homme, (2)

A cela repond cet homme

Toute ma vie je seray

Visage de bois tout comme

Je l’ay de tout temps esté.

 

(1) C’est la Marêchale Duchesse de la Ferté qui parle a son mary qui etoit fort brutal.

(2) C’est le Marêchal Duc de la Ferté.

 

                                                                                                                                                                                                                         [63]

 

Chanson

Sur L’Air: Valençay par son vieil éclat

1666

A Marie-Antoinette de Servien, femme de Maximilien-Pierre-François de Bethune Duc de Sully Pair de France etc.

 

Est il vray ce que l’on m’a dit ?

Traitez vous quelque grande affaire

Avec votre Intendant Petit,

N’est-ce point quelque autre mistere;

J’ay veu certaine Cornete

J’ay veu certaine Cornete,

Qui marquoit que vôtre Epoux

Vous faisoit sur la retraite

Les Sots discours d’un jaloux.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

                                                                                                                                                                                                                         [65] 

Chanson

Sur L’Air: Valençay par son vieil éclat

1666

Sur ce qu'il n'y avoit plus, ny galanterie, ny politesse a la Cour du

Roy de France, Louis

XIV

 

Pour Iris j'aurois de l'amour,

Si l'amour en etoit en usage,

Mais on est honteux a la Cour

Quand de bonne foy l'on s'engage,

Dans le monde on est a gauche,

Dans le monde on est a gauche,

Quand on fait l'amour discret,

Ce n'est plus que la debauche,

Ce n'est pas l'amour qu'on fait.

                                                                                                                                                                                                                         [67] 

 

Chanson

Sur L’Air: Nos maris jaloux.

1666

Sur ……… de Bonne femme de……………… de Hostun Marquis de la Baume.

 

La Baume maigre beauté,

Ayez plus de cruauté, (1)

Ou bien devenez plus grasse,

Car vous blessez votre amant

L’embrassant;

Et vôtre derniere grace

Est un tourment (2).

 

(1) Elle etoit grande putain, grande friponne, espionne, rediseuse, aimant a brouiller tout le monde, et ses plus proches pour le seul plaisir de faire du mal. D’ailleurs infidèle et fourbe a ses amans qu’Elle n’aimoit que par lubricité en ayant toujours plusieurs a la fois, qu’Elle jouoit et desquels Elle ne se soueioit que pour le deduit.

(2) parcequ’Elle etoit fort maigre et avoit le C. fort grand.

 

                                                                                                                                                                                                                         [69] 

Chanson

Sur L’Air: Des Triolets

1666

 

A Marie-Antoinette Servien, femme de Maximilien Pierre –Francois de Bethune Duc de Sully Pair de France etc.

 

Sully prenez bien garde à vous,

Vous êtes entre deux Chancelieres, (1)

Dont l’une (2) vous dit en couroux;

Sully, prenez bien garde a vous,

L’autre (3) se plaint d’un ton jaloux

De quelque porte de derriere (4);

Sully, prenez bien garde a vous,

Vous être entre deux Chancelieres.

 

(1) Ces 2; Chancelieres etoient La 1.er Madeleine Fabry, femme de Pierre Seguier Chancelier de France dont le Duc de Sully étoit petit fils par Charlotte Seguier sa mere et leur fille. La 2.eme……… Hurault de Belebat, veuve de…….. Choisy  Chancelier de feu Gaston-Jean-Baptiste Duc d’Orleans etc. laquelle avoit pour amant Francois de Vendosme Duc de Beaufort, Duc et Amiral de France, Chtr des Ordres du Roy etc qui devint amoureux de la Duchesse de Sully. Voila pourquoi l’auteur de cette Chanson avertit cette Duchesse de prendre garde a Elle, parceque Elle est entre deux et Chancelieres toutes deux interressées a la traverser dans sa galanterie.

(2) La Chanceliere Seguier.

                                                                                                                                                                                                                         [70] 

(3) Madame de Choisy

(4) Celle cy, jalousie de son amant soubçonnoit qu’Elle alloit le soir chez la Duchesse de Sully par une porte de derriere.

 

 

                                                                                                                                                                                                                         [71]  

Chanson

Sur L’Air: Or nous dites Marie

1666

 

Sur le depart d’Elismonde Servien femme de Francois Charron S.r de St. Ange, 1er M.r d’hostel de la Reine mere Anne d’Autriche, laquelle Elismonde ne pouvant plus vivre avec son mary qui etoit ruiné s’en alloit a Turin trouver son pere….. Servien qui y etoit Ambassadeur pour le Roy de France Louis 14. auprés de Charles Emmanuel II. du nom Duc de Savoye Prince de Piedmont.

 

Quoy donc belle Elismonde,

Vous allez à Turin,

Je croy que tout le monde

Prendra meme chemin (1),

Ah mon pauvre compere (2)

J’y vas en enrageant

Le monde ne suit gueres,

Ceux qui n’ont point d’argent. (3)

 

(1)C’est qu’Elle etoit fort belle et avoit beaucoup d’amans.

(2)Cecy s’adresse a……….

(3)Francois Charron S.r de St. Ange mary de cette Dame êtoit absolument ruiné.

                                                                                                                                                                                                                          [72] 

Je suis de votre bande,

Je n’en ay point aussy;

Mais quand l’amour commande

C’est mon moindre soucy;

Ah mon pauvre compere,

Adieu jusqu’au retour,

Le monde n’a plus gueres

N’y d’argent n’y d’amour.

 

                                                                                                                                                                                                                         [73]  

Chanson sur L’air…….

1666

 

Des Barreaux nous dit en ce lieu,

Des Barreaux nous dit en ce lieu

Qu’il ne croit ny Diable ny Dieu;

Mais c’est pure bravade,

Il y croit quand il est malade.

 

 

Autre sur le meme air…….

 

Tu dis partout du mal de moy,

Tu dis partout du mal de moy,

Je dis partout du bien de toy,

Quel malheur est le nostre!

On ne nous croit ny l’un n’y l’autre.

                                                          Par Mr. de la Monnoye.

 

                                                                                                                                                                                                                         [75] 

Chanson

Sur L’Air: ton relon ton ton

1667

Sur l’Ordonnance Civile du Roy Louis XIV pour la Reformation de la justice, contenant 35. Titres, donnée a St. Germain en Laye au mois d’Avril 1667 et sur la verification au Parlement de Paris le 20e du mesme mois où le Roy la porta, et y tint exprés son Lit de justice.

 

Notre grand Roy craignant que la justice

Ne fut un jour malade du Poulmon,

Vint au Palais lui defender l’epice, (1)

Et prononça son Code (2) sur ce ton,

Ton relon ton ton ton taine la tontaine etc.

 

Mon Chancelier (3) haussez bien vos Lunettes, (4)

Lisez tout haut la Declaration; (5)

 

(1) Par cette Ordonnance modera les Epices que les parties donnent aux Juges, qui alloient auparavant a des Sommes immenses.

(2) Code veut dire Compilation d’ordonnances, ainsi c’est la meme chose qu’ordonnance.

(3) C’estoit alors Pierre Seguier.

(4) Il etoit fort vieux.

(5) La Declaration veut dire la meme chose que L’Ordonnance qu’on verifioit.

                                                                                                                                                                                                                          [76] 

Ne comptez point sur Messieurs des Enquestes, (6)

Mais seulement sur Monsieur Lamoignon. (7)

Ton relon ton ton etc.

 

Deployez bien votre belle eloquence, (8)

A ces Messieurs faites bien la Leçon,

Ne craignez point qu’ils facent remontrance, (9)

Il est a nous, notre avocet Talon. (10)

Ton relon ton ton etc.

 

Frapez tambours, (11) mes affaires sont faites (12).

Je veux partir d’agreable façon,

Et que l’on dise a toutes mes trompettes

De pousser fort dessus ce joly ton,

Ton relon ton ton etc.

 

(6) On ne doutoit pas et avec raison que les Officiers du Parlement et surtout ceux des Enquestes ne vissent avec douleur verifier cette ordonnance qui retranchoit de leurs droits.

(7) Guillaume de Lamoignon 1er President du Parlement de Paris; Il avoit travaillé a cette Reformation avec Mr. Colbert et Mr. Pussort Conseiller d’Etat.

(8) Le Chancelier Seguier etoit fort eloquent.

(9) Autrefois le Parlemt. de Paris ne verifioit pas toujours les Ordonnances des Rois, et alors ils faisoient remontrance a sa Majesté sur l’impossibilité d’executer la volonté Royale.

(10) Denis Talon Avocat general du Parlemt. de Paris, homme celebre, par son habileté, qui auroit pû suivant l’usage ancient des Parlem.ts traverser la verification de cette ord.ce mais il etoit absolument devoué a la Cour.

(11) Quand les Rois alloient au Parlement tenir leur lit de justice.

                                                                                                                                                                                                                         [77] 

 

Les Tambours de sa Majesté marchoient en batant devant lui et les trompettes sonnant.

(12) L’auteur fait dire ce couplet au Roy en sortant du Palais aprés l’enregistrement de l’Ordonnance.

 

 

 

Epigramme

Sur le même sujet que la Chanson precedente

1667

 

Ce n’est pas sans raison qu’on dit

Que la Justice est desolée; (1)

Louis (2) est monté dans son lit (3)

Et c’est lui qui l’a violée (4).

 

(1) Les Juges etoient tres affligez de l’Ordonnance de 1667 parce qu’Elle retranchoit leurs droits.

(2) Le Roy Louis XIV.

(3) C’est a dire a tenu son lit de justice au Parlement.

(4) L’Auteur voulant trouver a redire a cette Ordonnance dit que le Roy avoit ravi le consentement du Parlement pour l’enregistrement de cette Ord.ce et qu’il avoit violé la Justice pretendant sans doute que ce Reglement n’etoit pas juste.

 

                                                                                                                                                                                                                          [79] 

 

 

Chanson

Sur l’Air: Mon Chapeau de paille

 

1667

Sur Marie-Francoise de Brancas femme de Alphonse-Henry Charles de Lorraine Prince de Harcourt.

 

Je voy partir mon mary (1) tout en larmes,

Et j’ay le coeur content,

Car je n’auray plus crainte des allarmes

Qu’il donne a mon amant, (2)

Et je pretens dans l’amoureux mistere

Surpasser ma mere (3), moy,

Surpasser ma mere.

 

(1) Le Roy etoit sur le point de partir pour aller faire la guerre en Flandres, et le Prince d’Harcourt le suivoit.

(2)………..

(3) ……… Garnier femme de…….. de Brancas cy devant, Chtr d’honneur de la Reine mere d’Anne d’Autriche, et mere de la Princesse d’Harcourt, Elle avoit eté en son tems fort grande putain et sa fille suivoit admirablement ses traces.

 

                                                                                                                                                                                                                         [81] 

Epitre

1667

Sur les Taxes, l’Establissement du Commerce, et autres Affaires de cette Année.

 

Je n’ay point le dessein de faire une satire,

Mais je veux seulement passer mon tems a rire.

Un pauvre malheureux a qui l’on a tout pris, (1).

Au milieu des voleurs vit sans crainte de pis.

Pour moy qui n’ay jamais pû trouver de justice,

Je n’ay pû detourner ta fourbe et l’artifice.

Taxé, pillé, volé, n’ayant plus rien chez moy,

Je rencontre Olivier, (2) et Fremont (3) sans effroy,

 

(1) Apparemment cet Auteur etoit du nombre des Partisans qui avoient eté reunis par l’Etablissemt qui se fit l’an 1661 d’une Chambre de justice contre ceux qui avoient mal versé dans les Finances et surtout Nicolas Fouquet qui en etoit Sur Intend.t et qui avoit eté arête a Nantes le 1er 7.bre de la meme année 1661 où le Roy etoit.

(2) La Chambre de justice condamna par Arrest du mois de X. bre 1664, Nicolas Fouquet a un banissemt. perpetuel hors du Roy.me et le Roy commua cette peine en une prison perpetuelle, n’etant pas a propos qu’un homme qui avoit été Ministre d’Etat en pût porter les Secrets dans les pais Estrangers. C’est pourquoi sa M.té l’envoya prisonnier dans la Citadelle de Pignerol. La Chambre de justice outre cela taxa tous les partisans et gens d’affaires qui avoient servi sous Mr. Fouquet, a des sommes si considerables que le plus grande partie en fut absolument ruinée. Voila pourquoi l’Auteur de cette Epitre qui selon toute apparence etoit un de ces Partisans, se dit taxé, pillé, volé.

(3) Cette chambre de Justice etoit l’ouvrage de Jean Baptiste Colbert qui en qualité de Controlleur general des Finances en eut la direction

                                                                                                                                                                                                                         [82] 

 

aprés M. Fouquet et les retablit par voyes bonnes et mauvaises. Olivier et Fremont etoient 2 Traitans dont il se servit pour la recherche des biens des Partisans taxez, et l’auteur qu’ils ont sans doute ruiné comme les autres dit que n’ayant plus rien il rencontre ces 2 hommes sans effroy.

 

 

Je vois un Escorcheur, comme je vois un autre,

Je n’aprehende plus qu’il attrape du notre.

Car lorsque l’on meprit jusqu’a mon Calçon, (4)

Je perdis tout d’un coup la fievre et le frisson. (5)

Je ne vois pourtant pas un grand sujet de rire

Quand on ne trouve plus au logis de quoi frire:

Mais j’aime encore mieux souffrir la pauvreté,

Que de me voir plus riche et d’etre inquieté.

Pendant sept ou huit mois j’estois toujours en peine

La crainte des Sergents me mettoit à la gesne.

Je croïois être pris a la moindre rumeur,

Tout me sembloit sergent, l’ombre me faisoit peur.

Je tremblois en voyant une Casaque bleuë: (6)

Un jour que les sergents me tenoient a la queuë,

Je redoublay le pas de crainte d’etre pris,

Et j’entray brusquement dans le premier logis.

Comme pour me sauver; je me tenois alerte,

Dans un lieu fort obscure, la Cave etoit ouverte.

 

 

(4) Il fut severement executé.

(5) Apparemment il avoit alors la fievre que la peur lui fit perdre.

(6) C’est que les Archers sont pour l’ordinaire vestus de bleu.

 

                                                                                                                                                                                                                         [83] 

Je me jettai dedans, et sans compter les pas,

Je me demis le pied, je me rompis le bras.

Quoi pour sauver son bien, risquer ainsi sa vie ?

Tous les momens du jour d’une crainte suivie ?

Afin d’etre en repos je me suis resolu

D’abandonner le tout au pouvoir absolu.

Qu’ai-je fait contre Dieu, le Prince ou la justice

Pour me voir accavler d’un si cruel suplice?

J’ay vescu doucement, mon pere etoit Chrestien,

Je ne suis Huguenot, athé, ni Payen,

Juif ni Mahometan, Estranger, ni Barbare.

Je n’ay point conjuré, je ne suis point avare

Pour epuiser le sang s’un pauvre debiteur,

Je ne l’ay point pressé, je ne suis point menteur,

Je n’ay point violé, tué, blessé personne,

Je crois avoir suivi ceque la loy m’ordonne.

Que puis-je avoir donce fait? aprés avoir resvé.

Travaillé mon esprit, je crois l’avoir trouvé.

Il se faut souvenir qu’Adam le 1er pere

Fut au Commandement du bon Dieu refractaire:

Les loix doivent venger l’injure faite a Dieu.

Nous avons tous pêché, partant on trouve lieu

De taxer justement dans le siècle où nous sommes,

Les pauvres, les aisez, les femmes et les hommes.

Dieu par la main des Rois nous fait souvent punir.

                                                                                                                                                                                                                         [84] 

Ils prenent nôtre bien, nous devons le benir.

Nous devons adorer le malheur qui nous presse,

Et monter en souffrant un coeur plein d’allegresse.

Car si le Roy pretend conqueror l’Univers, (7)

Ce n’est que pour punir la race des pervers.

Il veut que ses soldats soient toujours en haleine.

Il fait souvent reveue en brave Capitaine; (8)

Il aguerrit ses gens, et ces plumes de Cocq (9)

Feroient aux plus vaillans pendre l’Espée au croc

On fait faire a Calais un Pont pour l’Angleterre (10)

Afin de rencontrer ces Brutaux (11) terre a terre.

Quand ils seront conquis, sans perdre un seul moment

Nous tournerons le nez de vers le continent.

Nos voisins alarmez viendront baiser nos armes

En sifflant un peu fort, nous les mettrons aux larmes

Nous passerons partout comme un feu devorant,

 

(7) Le Roy Louis XIV etoit sur le point de partir pou aller aux pais bas Espagnols y faire des Conquestes sous pretexte d’y prendre possession des Etats qui apartenoient a la Reine Marie-Therese d’Autriche da femme.

(8) Il y avoit longtems que la paix duroit en France et le Roy s’occupoit souvent a faire des Reveues des ses Troupes.

(9) Il ni avoit pas longtemps qu’il avoit fait faire des Cocquardes de plumes de Cocq pour chacun des Gardes de son corps.

(10) Ce cy est une hyperbole pour montrer que le Roy avoit de grands desseins et peut etre mal imaginez comme celui là.

(11) Les anglais gens feroces et brutaux et avec lesq.ls la France n’etoit pas trop bien alors, comme on peut voir dans une Ode de l’année precedente, mais cela fut apaisé par le Traité conclud a Breda le 31. Juillet de cette année entre l’Ang.re et les Etats Gnaux des Provinces-unies dont le Roy soutenoit le party.

                                                                                                                                                                                                                          [85] 

Nous verrons a genoux tous les Rois du Levant.

Bref en fort peu de tems tous les peuples du monde,

Viendront faire a Paris soumission profonde.

Tous ces peuples divers a ce Royaume unis

Seront ainsi que moy tres justement punis.

Cependant je me vois obligé de poursuivre,

Un Employ suffisant pour me donner a vivre.

Je pourrois bien encore etre clere au Palais,

Mais tout y va changer (12). On dit que desormais

On ne plaidera plus (13), qu’on destine aux Galeres

Les jeunes Procureurs (14), que les vieux leurs confreres

Seront en plein marché au Carcan pour trois jours,

Et par aprés bannis du ressort pour toujours (15)

Ces parleurs eternels, (16) ces vendeurs de fumée,

Ces engageurs de gens (17) dont la voix animée,

 

(12) Le Roy y devoit aller dans peu pour y faire enregistrer la nouvelle Ordonnance pour la reformation de la Justice; voyez la Chanson precedente.

(13) Les Procedures etoient fort abregées par cette ordonnance.

(14) Il y avoit des punitions contre les Procureurs frippons.

(15) Je crois qu’il y avoit quelques points contre les Procureurs vieux et jeunes.

(16) Les Avocats.

(17) Souvent pour avoir des causes, les avocats les asseurent bonnes aux parties quoiqu’ils les connoissent mauvaises et les engagent ainsi dans de mauvais procés.

                                                                                                                                                                                                                          [86] 

Retentit au Barreau pourront de leur caquet

Instruire s’il leur plaist, chacun un Perroquet. (18)

Messieurs les Conseillers iront de chambre en chambre

Se donner le bonjour jusqu’au mois de septembre. (19)

Ainsi les pourmeneurs et les autres passans

Ne verront au Palais qu’acheteurs et marchands.

Les Greffiers employez dans les Manufactures,

Auront pour copier les Lettres de voitures (20)

Boisleau, (21) chez la Raffy (22) Robert (23) chez Bertelot (24)

Pour les Petits Greffiers, l’un sera Matelot,

Ecrivain de vaisseau, l’autre pour son salaire

Aux Innocens pourra servir de Secretaire. (25)

Pour moi, Madagascar (26) est mon dernier recours.

Je voy qu’il y faut aller finir mes jours.

Le chemin est bien long, et la peine terrible,

Le voyage ennuyeux, et le peril horrible.

 

(18) Les avocats pour la plus part ne sont que des Babillarts.

(19) Parceque les Affaires diminueroient au moyen de cette ord.ce

(20) par la meme raison.

(21) L’un des Greffiers du Parlement de Paris.

(22) Fameuse marchande.

(23) Autre Greffier du Parlement.

(24) Autre fameux Marchand

(25) Il y a sous les Charniers des S.ts Innocens a Paris des gens qui escrivent des Lettres pour quelques sols, on les appele secret.res de St. Innocent.

(26) Isle située a l’Orient de l’Affrique sur l’Ocean Etiopien. Elle s’apelle aussi Isle d’Auphine ou Isle St. Laurent parce qu’on la decouvrit le jour de la feste de ce saint, les Francois y faisoient commerce.

                                                                                                                                                                                                                          [87] 

Aprés avoir viré, reviré, piloté

L’on se trouve souvent tout d’un autre côté

Il faut aller passer au dessous de la ligne (27)

Ou l’air est fort mauvais, et la mer tres maligne,

Il y fait un grand chaud a ceux qui l’ont passé,

Le reste de leurs jours sont comme un trepassé.

De là vous trouverez au milieu d’un tropique

Une grande maison toute ouverte a l’antique. (28)

On ny couche pourtant, (29) et quelque tems aprés

On arrive au pais (30), peut être, où tout auprés.

Et quand on aperçoit cette grande abondance,

Tous les travaux passez nous servent d’allegeance;

Et si l’on y peutêtre une fois etably

Ma chere France adieu, je te mets en oubly.

            Pour faire reussir cette affaire importante (31)

Il a fallu chercher personne intelligente,

Homme de bonne foy qui prenne autorité

De sa grande naissance et de sa probité.

On a choisi Berryer (32) qui souvent dans le Maine, (33)

 

(27) On passe la ligne pour aller a Madagascar.

(28-29)

(30) a Madagascar

(31) Le Roy Louis XIV par les soins de Mr. Colbert avoit etably des Compagnies pour le commerce, c’est de quoy l’auteur veut parler.

(32) Louis Berrier Partisan et insigne fripon avoit été fait Direct.r de la Comp.ie des Indes Orientales et l’auteur en raille.

(33) Berrier etoit manceau et avoit commence par être sergent.

                                                                                                                                                                                                                          [88] 

A veu prendre au filet une grosse baleine (34)

Il est accompagné d’un nombre de marchands (35)

Tout de même que lui fort pratics et scavans,

Et qui passant plus loin (36) feront venir encore

Toutes les raretez du pais de l’aurore. (37)

Les vaisseaux arrivez, (pas encore sitost) (38)

Tout sera partagé, chacun aura son lot (39)

Le Roy prendra tout l’or; le profit et la gloire, (40)

Les courtisans , le Poivre, et les Dames l’Yvoire,

Le fard de rouge et de blanc, la civette et le musq

Pour oster la senteur qui sent au bout du busq. (41).

Les Perles, Diamans de ces riches Provinces,

Emeraudes, rubis seront donnez aux Princes

Monsieur le Chancelier (42) aura de l’Indigo,

 

(34) Il avoit dans son pais ruiné force gens de qualité par ses friponneries.

(35) La Compagnie des Indes etoit compose de Marchands, comme de raison, Je ne scais pas pourquoi l’auteur s’en moque, il est vray que ces gens là aussy bien que Berryer sont fort ignorans, mais il suffit de scavoir le Commerce pour cela.

(36) plus loin que Madagascar

(37) de l’Orient.

(38) L’Execution de cette entreprise se faisoit trop attendre au gré de l’Auteur.

(39) Chacun des interressez a ce Commerce, ou beaucoup de gens avoit mis de l’Argent.

(40) L’auteur etoit persuade que le Roy mettroit la main surtout ce qui reviendroit de ce Commerce.

(41) L’Odeur du C… qui d’ordinaire est puante.

(42) Pierre Seguier Chancelier de France.

                                                                                                                                                                                                                          [89] 

Qui noircira son poil pour mieux plaire a margo, (43)

Le grand Colbert (44) un tigre (45), et Berryer deux hyennes

Pour deterrer les morts(46); de Thou (47) deux Indiennes(48):

Les Directeurs auront chacun un Elephant

Des plus gros et plus beaux de L’Isle de Leydan(50):

Messieurs du Parlement et des cours souveraines(51)

La muscade, le clou, canelle et Pourcelaines;

La casse aux Tresoriers, (52) ceux de l’Election

Pour leur partage auront la meme portion:

Messieurs du Chastelet de l’une et l’autre chambre (53)

Auront pour chacun d’Eux un carnet de gingembre,

Et tous les Procureurs (car c’est bien la raison

Qu’ils ayent aussi part a cette Cargaison)

Ils meritent beaucoup et valent bien la peine,

Qu’on leur fasse aporter un beau gibet d’Ebene,

 

(43) Le Chancelier etoit fort grand Ruffien et desja vieux, c’est pourquoi l’auteur dit qu’il se noircira le poil qui etoit blanc, avec de l’Indigo, pour plaire aux Grisettes dont il etoit toujours entouré.

(44) Jean Baptiste Colbert chef de tout le commerce.

(45) C’est que l’Auteur trouvoit grande conformité entre Mr. Colbert et le Tigre.

(46) Les hyennes sont des animaux qui aiment fort la Charogne et qui deterent les Corps morts pour les manger, et comme Berryer etoit le 1er homme du monde pour ruiner une succession en faisant reveue et deterrer les affaires des morts, l’auteur le compare a une hyenne.

(47) Jacques Auguste de Thou cy devant President en la Chambre des Enquestes du Parlem.t de Paris et Ambassad.r en hollande. Il etoit de cette comp.ie des Indes.

(48) Je ne scais si l’auteur veut dire 2 Robes de Chambre d’Etoffe des Indes parceque Mr. de Thou etoit souvent indisposé et que d’ailleurs, Mr. Colbert ne l’estimoit guere, ou bien si c’etoient 2 filles Indiennes pour le divertir.

(49) Les Directeurs de la Compagnie des Indes.

(50) C’est dans cette Isle que sont les plus beaux Elefans.

(51) Il y a a Paris 4 cours souveraines scavoir le Parlement la chambre des Comptes, le Grand Conseil et la Cour des Aydes.

(52) C’est un jeu de mots, la Casse est une drogue qui vient des Indes et Mr. Colbert avoit grand’envie de casser les Tresoriers de France du Roy, en trouvant ces Compagnies inutiles aussi bien que les Elections.

(53) La Chambre civile et la Chambre Criminelle.

                                                                                                                                                                                                                          [90] 

Les Etoffes, les fruits, les Toiles de coton,

Le Sucre, le Tabac, le Singe, et la Guenon

Seront pour les six corps (54); et pour les Commissaires (55)

Ils prendront assez bien et feront leurs affaires,

Les Medecins feront revenir la santé

Avec le Quinquina, la Rheubarbe et le Thé.

Tous les Lots êtant faits au gré de tout le monde

L’on ne parlera plus que de faire la ronde,

Chacun chez son voisin parmy le beau festin

Ira rire et danser le soir et le matin.

Heureux Gouvernement qui fera voir la France

Plus qu’aux regnes passez etre dans l’opulence,

On verra dans ce tems un siecle au moins d’argent.

Avec cette esperance on doit être content.

Qu’on taxe les aisez (56), que l’on fixe l’office (57)

Il reviendra d’ailleurs assés grand beneffice. (58)

 

(54) Les six corps de Marchands de Paris.

(55) Les Commissaires du Chastelet de Paris Grands fripons.

(56) On craignoit alots que la guerre alloit commencer, que le Roy a l’instigation de Mr. Colbert ne fit une taxe sur les aisez.

(57) Par Edit verifié au Parlement le Roy secant le 19 Decembre, 1665 les charges de judicatures de Paris furent toutes fixees a un certain prix et peu aprés toute et celles du Royaume.

(58) De l’Etablissement du Commerce des Indes.

                                                                                                                                                                                                                          [91] 

Ce n’est que bagatelle, et les supressions (59)

Passeront dans l’esprit pour des Illusions.

Tout sera satisfait, et la veuve contente

Souffrira sans chagrin qu’on suprime la rente. (60)

 

(59) L’Auteur veut parler des rentes sur l’hostel de ville que Mr. Colbert avoit inspiré au Roy de suprimer, pour l’intellig.ce de cecy, il faut scavoir que les Rois avoient creé de ces rentes au denier 12. 14. 15. 16. et 18. dans les tems qu’ils avoient besoin d’argent. Le Roy les reduisit toute au denier 20 et remboursa ceux qui aimerent mieux de l’argent comptant que de nouvelles rentes a ce prix. Cela fit fort crier contre Mr. Colbert. Cela n’etoit pourtant pas injuste.

(60) Lisez l’article precedent.

 

                                                                                                                                                                                                                         [93]  

Chanson 1667

Sur l’Air: Ton relon ton ton

 

 

Sur ceque le Roy Louis XIV aprés avoir pris

La ville de Lille en Flandres le 27 Aoust 1667

y être entré et y avoir fait chanter le Te Deum en l’Eglise Collegiale de St. Pierre, marcha avec son armée sur le canal de Bruges, pour charger le Comte de Marcin Liegeois, qui y commandoit un corps de troupes Espagnoles.

 

Notre grand Roy, sitost qu’il eut pris Lille,

Aprés avoir chanté le Te Deum,

Fit remarcher son armée a la file

Aux Ennemis, batant colin tampon,

Ton relon ton ton tontaine la tontaine,

Ton relon ton ton tontaine la tonton.

 

Turenne aussi notre Grand Capitaine, (1)

Pour leur donner le dernier gouspillon,

Leur detacha Bellefons (2) et Lorraine (3)

 

(1) Henry de la Tour d’Auvergne Vicomte de Turenne Marechal de France et servoit de general sous le Roy.

(2)–(3) Bernardin Gigaut Marquis de Bellefonde. 1er M.e d’hostel et servant de Lieutenant g.nal dans l’armée de sa Majesté et N…….. de Lorraine furent detachez de l’armée pour aller combatre le comte de Marcin. Ils se joignirent sur les Bruyeres de Bruges et le batirent.

                                                                                                                                                                                                                          [94] 

Qui les défit en montrant son menton, (4)

Ton relon ton ton tontaine la tontaine,

Ton relon ton ton tontaine ta ton ton.

 

Lorsque Marcin (5) sur le canal de Bruges

Eut apperceu Monsieur de Bellefons

Il dit aux siens, cherchons quelque refuge,

Voicy venir l’effroyable menton.

Ton relon etc.

 

(4) Le Marquis de Bellefonds avoit le menton fort long.

(5) Le Comte de Marcin Liegeois general dans les pais bas Espagnols pour le Roy d’Espagne, où il commandoit alors ce corps de troupes qui fut battu. 

 

                                                                                                                                                                                                                         [95]  

Chanson 1667

Sur l’Air: Une Simple Bergame

 

Sur le Siege que le Roy XIV voulut faire de la ville Dendermonde l’an 1667 ou ayant envoyé Bernardin de Gigaut Marquis de Bellefonds son 1er M.e d’hostel et Lieutenant gnal de ses Armées pour l’investir, ce Marquis fut obligé de se retirer avec les troupes qu’il Commandoit a cause des Eaux dont les habitans de cette ville inonderent les environs par le moyen de leurs Ecluses.

 

Il faut pour Dendermonde, (1)

Une armée de Canards,

Puisque tous nos Cezars (2)

Ne peuvent rien sur l’Onde,

S’ils n’ont a leur costé

L’arche du bon Noé. 

 

(1) Cette ville se nomme Dendermonde, Tenremonde, et Termonde, Elle est située en Flandres dans le Conflans des Rivieres d’Escaut et de Dender ou de Tenre.

(2) Nos Generaux. Les Generaux de France qui ne purent venir, a bout de faire le siege de Dendermonde a cause des Eaux que les Ecluses repandirent tout autour.

 

                                                                                                                                                                                                                          [96] 

Chanson 1667

Sur le meme sujet que la precedente.

Sur l’Air: Trelon ton ton

 

Notre Grand Roy passant prés Dendermonde,

Crût aussitost la prendre sans facon,

Mais Louvignies (1) se moquant de son monde,

Luy repondit a grands coups de Canon

Ton relon ton ton tontaine la tontaine

Ton relon ton ton taine la tonton.

 

(1) Le S.r de Louvignies Officier de reputation parmy les troupes qui servoient le Roy d’Espagne aux pais bas, il etoit de la Province de haynaut et simple Gentilhomme et etoit dans Dendermonde lorsque le Roy l’a voulut assieger.

 

                                                                                                                                                                                                                          [97] 

Chanson 1667

Sur le meme sujet que la precedente.

Sur l’Air: Mon chapeau de paille.

 

Dés que Turenne (1) eut aperceu la ville

Enceinte de Marais.

Il s’ecria ce Siege est difficile,

Nous ne l’aurons jamais,

Et dit au Roy, remenons nôtre monde,

Adieu Dendermonde, adieu

Adieu Dendermonde.

 

(1) Henry de la Tour-d’Auvergne vicomte de Turenne, Mareschal de France etc. etoit general de l’Armée du Roy sous sa Majesté pendant cette Campagne.

 

 

                                                                                                                                                                                                                          [99] 

Epigramme

1667

          A M.rs de l’Academie Françoise lorsqu’ils donnerent l’an 1667 une place dans leur comp.ie a Jean Baptiste Colbert Con.er du Roy en tous ses Conseils, Surintendant et Ordonnateur general des Bastimens, Arts et Manufactures de France Controlleur gnal des Finances.

 

Non, non Messieurs les beaux Esprits,

Preferant Colbert a mille autres, (1)

Vous ne vous êtes point mépris,

Ses Ecrits (2) valent bien les vôtres.

 

(1) Les places dans l’accademie ont toujours êté fort briguées, Je n’en scay pas la raison. Car c’est une grande puerilité que ce Congrés de beaux Esprits et de scavans bien dechu depuis  sa 1re Institution faite par le Cardinal de Richelieu l’an 1634 et dans lequel les pedants sont les maîtres, cependant dés qu’il y vaque une place les gens habiles et meme de la 1re qualité demandent a y entrer, quoi que la pluspart meprisent cette compagnie.

(2) Mr. Colbert etant Controlleur general des Finances faisoit expedïer et signoit les ordonnances pour les Pensions, Gratifications etc. C’est cequi fait dire a l’auteur avec raison que les Ecrits de ce Ministre valoient bien ceux des Accademiciens.

 

                                                                                                                                                                                                                         [101]  

Epigramme

1667

 

Sur……….. Boileau de Puymorin

 

Puymorin le heros des Quais, (1)

Depuis chez lui jusqu’au Marais, (2)

Fait raisonner son nez si juste, (3)

Que sans les satiriques traits,

De ses freres (4) au sang aduste. (5)

Toute la ville (6) a communs frais.

A moins que d’etre plus injuste

Qu’envers nazon(7) ne fut Auguste, (8)

Dans les plus fameux cabarets,

Lui devroit eriger un Buste.

 

(1) Il demeuroit dans la Cour du Palais a Paris, et rodait souvent sur le Quay des Orphevres, où il y avoit d’assez jolies Bourgeoises et chez lesquelles il faisoit l’agreable, et etoit le heros, voila pourquoy l’autheur l’apelle le Roy des Quais.

(2) Depuis la Cour de Palais jusqu’au Marais du Temple.

(3) Il contrefaisoit fort bien les Orgues en se serrant le nez.

(4) Nicolas Boileau S.r des Preaux.

……………..… Boileau Greffier du Parlement.

……………….. Boileau Docteur en Theologie.

(5) Tous ces Boileau là avoient beaucoup d’esprit, mais etoient fort costiques et fort satiriques, temoin les satires du Premier.

(6) C’est a dire les gens de ville, Les Bourgeois, les gens de peu.

(7) Ovide le Prince des Poëtes latins.

(8) L’Empereur Auguste.

 

                                                                                                                                                                                                                         [103]  

Chanson 1667

Sur l’Air: Il a batu son petit Frere

 

Sur Louis de Lorraine Comte de…… Grand..

Escuyer de France, Gouverneur d’Anjou, villes et château d’Angers et du Pont de Cé.

 

Pour le Grand Escuyer de France,

Vous pouvez en toute asseurance,

Lui mettre le V…. dans le Cu,

C’est un Prince si debonnaire

Qu’il aime mieux être F……

Que de s’estre mis en colere.

 

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

                                                                                                                                                                                                                         [105] 

 

Chanson 1667

Sur l’Air: Trelon, ton, ton

 

Sur quelques personnes de la Cour du Roy Louis XIV.

La Montausier (1), est dit on, maquerelle, (2)

De nôtre Roy le Grand Louis de Bourbon.

L’on voudroit bien lui donner des pucelles,

Mais dans ce tems où Diable en trouve t’on

Ton relon ton ton tontaine la tontaine,

Ton relon ton ton tontaine la tonton.

 

La Montespan (3) du Jubilé chagrine, (4)

Disoit au Roy, comment ferons nous donc,

Le Roy lui dit nous ferons bonne mine,

Et puis aprés nous recommencerons,

Ton relon etc.

 

(1) Julie-Lucine d’Angennes-de Rambouillet femme de Charles de S.te Maure Duc de Montausier Pair de France D.e d’honneur de la Reine Marie-Thereze d’Autriche.

(2) Elle etoit confidente de l’amour que le Roy avoit pour Francoise-Athenaise de Rochechouart Marquise de Montespan dont il est parlé plus haut. Cela lui atira une insulte du marquis de Montespan lequel jaloux de sa femme alla chez la Duchesse de Montausier a qui il chanta pouilles et qu’il traita de Maquerelle.

(3) Francoise-Athenaise de Rochechouart de Mortemar marquise de Montespan.

(4) C’est le Jubilé de 1667 pour l’exaltation du Pape Clement IX.

                                                                                                                                                                                                                          [106] 

Le Pere Annat  (5) au bon Roy notre sire,

Sur ses Amours (6) voulut faire leçon,

Mais notre Roy d’abord se prit a rire,

Puis, repondit au pere sur ce ton,

Ton relon etc.

 

Thianges (7) plaist, et la Neige est moins blanche,

Que n’est ses bras, sa gorge et son chignon,

Mais qui pourroit voir sa cuisee ou sa hanche,

Aquels excés ne se porteroit-on,

Ton relon etc.

 

Or dites nous, Madame de Piennes, (8)

Si vous trouviez un galant aussi bon

Que votre epoux, prendriez vous bien la peine

De l’ecouter, vous m’allez dire, non,

Ton relon etc.

 

(5) ……. Annat Jesuite, Confesseur du Roy Louis XIV.

(6) Ce Prince avoit le coeur fort tendre et etoit alors fort amoureux de la Marquise de Montespan. C’étoit un double adultere, ce qui causoit un scandale horrible. Le P. Annat voulut s’y oppose er ny resussit pas.

(7) Gabrielle de Rothechouart de Mortemar, soeur de la Marquise de Montespan et femme de Claude-Eleonor de Damas. Marq. de Thianges.

(8) Françoise Godet femme d’Antoine de Brouilly, Marquis de Piennes Chtr des ordres du Roy, Gouverneur de la ville et Citadelle de Pignerol.

 

                                                                                                                                                                                                                           [107] 

Ils ne sont pas d’une grande etendue, (9)

Tous vos etats, mais quoi qu’en feroit on,

Votre puissance est assez repandue, (10)

Et va plus loing que Mourgues (11) ny Monton. (12)

Ton relon etc.

 

(9) Ce Couplet s’adresse a Catherine Henriette de Grammont

femme de Louis Grimaldi Prince de Monaco Duc de Valentinois Pair de France etc dont les Etats sont petits.

(10) C’est a dire l’Empire que ses charmes lui donnent sur les coeurs.

(11) Mourgues et Monaco sont la meme chose.

(12) Monton est la maison de Plaisance des Ducs de Monaco.

 

                                                                                                                                                                                                                           [109] 

Chanson 1667

Sur l’Air: Ton relon ton ton

 

Sur quelques personnes de l’un et l’autre sexe.

 

Le Mascaron(1) poussé d’un zele extreme,

Nous fait l’amour bien plus noir qu’un charbon,

Mais ma Philis vous scavez quand on aime

En bon François, ce que c’est qu’un Sermon;

Ton relon ton ton etc.

 

La Menardeau (2) en troisieme Epousailles, (3)

Ne trouve plus de v… proper à son C….,

Prend pour Epoux au chateau de Versailles,

Un Elephant (4) qui ne l’a pas trop long,

Ton relon etc.

 

Lorsque pour vous (5) le Courtinet (6) s’empresse,

Il ne craint plus que vous soyez dragon,

Mais par mes soins il aura ma Princesse

 

(1) Jules Mascaron Prestre de l’Oratoire fameux Predicateur.

(2) …………..de…………venue de ………… Menardeau Doyen du Parlement de Paris, grande putain.

(3)………..

(4) Le Roy Louis XIV avoit fait venir depuis peu un Elephant qui etoit dans sa menagerie a Versailles.

(5) Ce couplet s’adresse a……….

(6) Honoré Courtin Con.er d’Etat qu’on appelloit par raillerie le Courtinet, parcequ’il etoit petit.

                                                                                                                                                                                                                           [110] 

Un pied de nez, comme un pied de menton, (7)

Ton relon ton ton etc.

 

Vôtre humeur (8) est chagrine et languissante,

Et vôtre etat me fait compassion,

Croyez-moy donc, parlez a Chamarante (9)    *M.lle de la Motte

Pourqu’il vous donne un peu d’Eau de Bourbon (10),

Ton relon ton ton etc.

 

Auprés de vous (11) le Courtinet (12) s’empresse,

Il ne craint plus que vous soyez Dragon,

Mais par mes soins il aura ma princesse

Un pied de nez comme un pied de menton. (13)

Ton relon tonton etc.

 

Quand en secret avec un soin extreme,

Vous vous frotez la gorge et le Menton, (14)

 

(7) Il avoit le menton assez long.

(8) Ce couplet s’adresse a Anne Lucie de la Motte-Houdancourt fille d’honneur de la Reine Marie Thereze d’Autriche.

(9) Claire-Gilbert d’Ornaison S.r de Chamarande 1er valet de Chambre du Roy, Gouverneur de Marsal, lequel servoit dit on parfois aux plaisirs de sa M.té

(10) C’est a dire du Sperme du Roy, l’autheur jouant sur le mot des Eaux Medecinales de la ville de Bourbon. On dit que Mad.lle de la Motte avoit grande envie de jouir de sa Majesté.

(11. 12. 13) Ce couplet est desja plus haut on l’a repeté par megarde.

(14) Ce couplet s’adresse a……..

                                                                                                                                                                                                                           [111] 

Ne croyez pas pour cela qu’on vous aime,

Vous y perdez, ma foy votre savon,

Tourelon ton ton etc.

 

D’un tabouret mon cu faisoit son aise, (15)

Mais mon devant n’avoit rien qu’un vain nom,

Vignier (16) a dit pour eteindre ma braise,

Qu’il feroit mieux que chaune(17) et que Tournon, (18)

Ton relon ton ton etc.

(15) L’auteur fait parler dans ce Couplet cy Françoise de Neuville de Villeroy ayant epousé Louis-Just de Tournon tué a Philisbourg l’an 1644 puis Henry-Louis d’Albret, Duc de Chaulnes Pair de France mort l’an 1665 venoit de renoncer aux honneurs de son rang de Duchesse pour epouser Jean Vignier Marquis d’Hauterive homme de mediocre naissance; ce qui avoit revolté toute sa famille et tous ses amis contre Elle.

(16) Le Marquis d’Hauterive

(17) Le feu Duc de Chaunes son second mary.

(18) Le feu comte de Tournon son 1er mary. Il est certain que si Francoise de Neufville Villeroy en eut êté crüe, ce mariage n’eut jamais eté public, et que le Marquis d’Hauterive l’avoit epousée secretement avec promesse de n’en jamais parler mais la Famille de Villeroy l’ayant decouvert en firent grand bruit et parlerent même indignement de la naissance du Marquis de Hauterive. Cela aigrit celui-cy qui se pretendant de meilleure maison que sa femme voulut absolument declarer le mariage et soutenir la chose avec hauteur; il est vray que Nicolas de Neuville Duc de Villeroy Pair et Marechal de France etc. qui avoit eté Gouverneur du Roy eut assez de credit pour obliger sa Majesté a deffendre au Marquis de Hauterive de venir a la Cour.

 

                                                                                                                                                                                                                           [113] 

Sonnet  1667

En bous rimez sur la campagne que le Roy Louis XIV fit en Flandres l’an 1667 dans laquelle sa M.té prit les villes de Charleroy, Ath, Tournay, Douay, le Fort de Scarpe, Oudenarde, Alost et Lille, et sur l’aplication avec laquelle ce Prince commandoit son armée.

N. a Que Henry de la Tour d’Auvergne Vicomte de Turenne Marechal de France Colonel de la Cavalerie Legere et Gouverneur de Limousin servoit de general sous le Roy; que Antoine Duc d’Aumont Pair et Maal de France, Chtr des Ordres de sa M.té Capitaine des Gardes de son Corps, Gouverneur de Paris Bologne et pais Boulonois commandoit une armée, separée avec laquelle il prit les villes de Bergues, St. Vinoc, et de Furnes; et que François Sire de Crequy Lieuten.t gnal des Armées du Roy étoit a la teste d’un camp volant du costé du Duché de Luxembourg qui sur la fin de la Campagne se raprocha de l’armée de sa M.té.

 

Aller a la Tranchée(1), aller même au……… Bihouac, (2)

De l’air qu’on y voit le Conquerant d’....Affrique, (3)

Preferer aux Concerts la guerriere……. Musique

                                                                                                                                                                                                                          [114] 

-C’est ce que notre Roy fait sans aucun…. Miquemac

 

Sans craindre de sentir ni poudre ny…. Tabac,

Consultant son grand coeur plus que la….. politique,

Il va saper les murs et depierre et de…… brique,

Prenant ville sur ville et………ab hoc et ab hac.

 

Flamans pour vous sauver il n’est point de remede

Votre Roy (4) n’est pour lui qu’un petit…. Ganimede,

Et l’Aigle (5) et les Lyons (6) ne sont plus que….. Rebus.

 

Rendez-vous ou dans peu vous voyant sans Eclanche

Et le traffic cessé comme il est au……. Dimanche, (7)

Vous verrez si Louis(8) est un Roy de…. Bibus.

 

(1) Pendant cette Campagne le Roy alloit fort souvent a la Tranchée des places qu’il assiegeoit en personne.

(2) Il faisoit aussi regulierement le Bivac a la teste de son armée, comme le moindre officier.

(3) Scipion surnommée l’Affriquain general de l’Ancienne Rome qui prit Cartage.

(4) Charles II Roy d’Espagne et souverain des pais bas, naquit a Madrid le 6 Novembre 1661 et succeda l’an 1665 a Philippe IV son pere.

(5) L’auteur entend par là l’Empereur dont les armes sont un Aigle.

(6) Les Flamans qui ont un Lion pour armes.

(7) C’est a dire sans avoir de quoi vivre.

(8) Louis XIV Roy de France.

 

                                                                                                                                                                                                                          [115]  

Sonnet 

1667

Sur le même sujet et sur les memes Rimes

 que le precedent.

 

Que vous soyez Flamands nuit et jour au......Bihouac,

On vous craint cent fois moins que les peuples d’.....Afrique,

Vous chantez par B mol toute vôtre ......... musique,

Et l’on connoist assez quel est vôtre....miquemac.

 

La Flandre herbe a la Reine (2) en pain, biere et....Tabac,

Doit traiter nos Francois par bonne politique;

Et si vous resistez en couleur de ru.......brique (3)

L’on tiendra tous vos champs et........ab hoc et ab hac;

 

A vos pressans besoins il n’est point de........remede,

Jupiter le Gaulois (4) tonne sans......... Ganimede.

Et vous comme Ecolier vous faites des.......rebus.

 

(1) Mauvais jeu de mot, par lequel l’Auteur entend que les Flamans se deffendoient mollement.

(2) Le Roy pour pretexter cette guerre, disoit que le Brabant apartenoit a la Reine Marie Thereze d’Autriche sa femme par devolution aprés la mort du Prince Balthazar son frere mort le 7 Octobre 1646 et qu’il s’en alloit mettre en possession pour Elle.

(3) C’est a dire en repandant du sang, ou faisant grand feu l’un et l’autre sont rouges, de meme que les Rubriques sont marquée de rouge dans les Breviaires.

(4) Le Roy

                                                                                                                                                                                                                           [116] 

Mais vous serez daubez comme un daube une Eclanche

Au soir le Samedy pour manger le......... Dimanche,

Puisque tous vos efforts sont efforts de Bibus.

 

                                                                                                                                                                                                                           [117] 

Sonnet 

1667

Sur le même sujet et sur les memes Rimes

 que le precedent.

 

Contre un grand Roy qui fait chaque nuit le....Bihouac,

Qui seul peut resister au Soleil de l’Afrique,

Et pour qui les Canons sont de tons de.... musique,

Que peut faire, Flamans, votre foible.... miquemac.

 

Lorsque vous avez pris du vin, et du.....Tabac,

Dom Castel (1) vous paroît un fort grand..... politique,

Et vous faites les fiers dans vos rempars de.....brique,

Sans scavoir qu’il raisonne et.......ab hoc et ab hac.

 

Mais peuples rendez-vous, c’est votre seule......remede,

De boire de ce jus que verse................ Ganimede, (2)

A Louis (3) qui cherit jus ques à vos.................rebus.

 

(1) Le Marquis de Castel rodrigo, Gouverneur et Capitaine general des pais bas pour le Roy d’Espagne.

(2) Du vin, car pour l’ordinaire les Flamans ne boivent que de la Bière.

(3) Louis XIV. Roy de France

 

Assez vos rodomons (4) vous ont rongé l’Eclanche,

Il est tems que vos jours soient toujours de ... Dimanche

Sous un Roy qui n’est point un Prince de.........Bibus.

 

(4) Les Espagnols

                                                                                                                                                                                                                          [119] 

Sonnet 

1667

Sur le même sujet et sur les memes Rimes

 que le precedent.

 

Que vingt mille Allemans (1) couchent tous au...Bihouac,

Qu’ils ayent tous sous leur cul de bon chevaux d’..Afrique,

Qu’on dise aux Pays bas cent messes en..... musique,

Pour empescher nos gens d’y faire leur..... miquemac.

 

Jusqu’a Bruxelles meme ils prendront du...Tabac

Et les Flamans auront mauvaise.....politique,

De resister contr’eux entre des murs de......brique,

Tant qu’on les pourra prendre et.......ab hoc, etab hac.

 

Devenir bons François est leur plus seur......remede,

Le Secours que promet l’Oiseau de......... Ganimede (2)

Est pour eux un espoir qui vaut moins qu’un rebus.

 

(1) Les gens du pais bas Espagnols esperoient que l’Empereur qui est de la Maison d’Autriche comme me Roy d’Espagne leur envoyeroit du secours.

(2) L’aigle sont les Armes et le simbole de l’Empereur et ce fut sous la forme d’un aigle que les payens disoient que jupiter avoit enlevé Ganimede, Ainsy il faut entendre l’Empereur par l’Oiseau Ganimede.

                                                                                                                                                                                                                           [120] 

Il vaudroit mieux gruger (3) avec nous quelqu’..... Eclanche

Que d’etre pris d’assaut, peut etre un beau........ Dimanche

Par un Roy Couronné qui n’est point de............Bibus.

 

(3) C’est a dire manger en terme bas et populaire.

 

                                                                                                                                                                                                                           [121] 

Sonnet 

1667

Sur le même sujet et sur les memes Rimes

 que le precedent.

 

Lorsque je vois le Roy (1) tous les jours au......Bihouac,

Je crois fort aisement qu’il domptera................l’Afrique,

Il prefere aux Concerts la guerriere...................musique,

Et gagne tout par force et rien par.....................miquemac.

 

Nous verrons avec lui le pais du........................Tabac, (2)

Il y fera des Loix comme un grand...................politique,

Il y fera des forts et de pierre et de..................brique.

Où l’on ne vivra point et........................................abhoc et abhac.

 

A son ambition c’est l’unique..............................remede,

De ressembler un Mars et non un.....................Ganimede,

Il ne s’amuse point a faire des.............................rebus.

 

Il mange en un besoin aussi bien d’une...... Eclanche,

Que feroit un paysan un beau jour de...........Dimanche,

Ce n’est pas la Messieurs, être un Roy de...Bibus.

 

(1) Louis XIV Roy de France.

(2) Le Tabac vient des Indes.

 

                                                                                                                                                                                                                           [123] 

Sonnet 

1667

Sur le même sujet et sur les memes Rimes

 que le precedent.

 

Abandonnez grand Roy (1) pour un tems le...Bihouac,

Voudriez vous tout d’un coup aller jusqu’en...Afrique,

Revenez a Paris donner Bal et...............................musique,

Sans craindre des Flamans surprise ni,............miquemac.

 

On dit que l’Hollandois grand preneur de.....Tabac,

De vos fameux Exploits jugeant en.................politique

Pour rompre vos desseins quelque chose fa...brique, (2)

Mais tous ces beaux projets vont et...............abhoc et abhac.

 

Au malheur de l’Espagne il n’est point de......remede,

Plus grand que Jupiter, mieux fait que..........Ganimede,

Et plus docte a regner, qu’a faire des..............rebus.

 

Que pourront contre vous ces gros mangeurs, d’Eclanche,

Passez donc en plaisirs jours Ouvriers et............Dimanche,

Vos Ennemis ne sont que des gens de...................Bibus.

 

(1) Ce Sonnet s’adresse a Louis XIV. Roy de France.

(2) Les Etats Generaux des Provinces Unies craignant l’invasion

                                                                                                                                                                                                                          [124] 

faite par le Roy dans les païs bas ne put leur etre funeste par la suitte s’il sy agrandissoit, formerent le dessin de faire une alliance qui s’oposast aux progrés de S. M. té ce qui reussit.

                                                                                                                                                                                                                           [125] 

Sonnet 

1667

Sur le meme sujet et sur les memes Rimes

 que le precedent.

 

Ainsi qu’un Cavalier, voir aller au...........Bihouac,

Un grand Roy (1) dont le nom a fait trember l’....Afrique, (2)

Pour le bruit des Tambours, mepriser la........musique,

Sans redouter la Parque et craindre son........miquemac.

 

Au Soldat fatigué donner vin et.........Tabac,

Faire tout par lui même en sage.........politique,

Forcer les Ennemis malgré leurs murs de....brique,

Les surprendre par haut et............ab hoc et ab hac.

 

Partout par sa presence aporter le...........remede,

D’un seul mot desarmer L’Oiseau de..... Ganimede (3),

C’est a dirs L’Empire (4)en figure ou........ rebus.

 

(1) Louis XIV Roy de France.

(2) L’an 1664. Le Roy envoya en Afrique Francois de Vendosme Duc de Beaufort Pair et admiral de France en Afrique pour faire des Conquestes a la teste d’une armée. Il ariva devant Gigery le 19 Juillet attaqua et prit cette ville, mais touts les peuples d’Afrique etant accourus a la deffense de leur pais, les Francois ne purent soutenir leur entreprise qu’ils furent obligés d’abandonner le 1.er octob. de la même année pour s’en revenir en France.

(3) et (4) Voyez l’article (2) du sonnet precedent.

                                                                                                                                                                                                                           [126] 

Manger sur le gazon le Jambon et l’.....Eclanche.

Ne reposer jamais même au jour de...Dimanche

Ce ne sont pas Flamans des vertus.....de Bibus.

 

                                                                                                                                                                                                                           [127] 

Sonnet 

1667

Sur le meme sujet et sur les precedents, et sur des rimes forcés autres que les precedentes.

 

Qu’un Roy (1) comme le nôtre est un rare.....Tresor,

Etre vaillant, pour lui, n’est qu’une ..................bagatelle,

Il rompt ses Ennemis comme on rompt la ....fisselle,

Sans songer au peril, non plus qu’au grand... mogor (2).

 

Orné de ses vertus.................Nabuchodonosor, (3)

Se fust fait adorer du Juif le plus..............rebelle,

Les trois Jeunes Hebreux (4) fort comme la...Rochelle,

Eussent enfin ployé sous la figure...............d’or.

 

Contre un si grand heros la Flandre est trop......ragotte.

 

(1) Louis 14. Roy de France.

(2) Il faut dire Mogol. C’est le souverain du pais qu’on apelle de ce nom, autrement l’Indostau qui comprend la plus grande partie de la terre ferme de l’Inde.

(3) Nabuchodonosor II. dit le grand qui prit Jerusalem l’an du monde 3428 et qui ayant dompté les Theologiens, les Arabes, Les Perses, Les Medes, Les Assiriens, et presque toute l’Asie voulut etre adorée comme Dieu.

(4) Midrac, Cidrac et Abdenago hebreux qui ayant refusé d’adorer l’Idole que Nabuchodonosor avoit fait elever furent jettés par son Commandem.t dans une fournaise ardente, furent conservés par un ange.

                                                                                                                                                                                                                           [128] 

Et les faits Bourguignons que mainte histoire... c*

Auprés de ses Exploits sentent fort le.........moisy.

 

En vain vous epuisez vos forces, votre.....bourse,

Flamans contre son bras qu’elle est votre..ressource,

Quand desja votre sang le tient en.............cramoisy.

 

                                                                                                                                                                                                                          [129]  

Chanson 

1667

Sur l’Air de L’Entrée des....du Balet des Muses.

 

Sur l’exacte discipline que Louis 14. Roy de France faisoit observer a son armée pendant la Campagne de 1667 lorsque sa M.té entra dans les pais bas Espagnols pour se metre en possession des Etats qu’elle pretendoit apartenir a Marie-Therese d’Autriche Reine de France son Epouse, comme fille de Philippe IV. Roy d’Espagne.

mort le 17 Septembre 1665

Cette Chanson fut fait par un Mousquetaire.

 

Nous allons par la Campagne,

Plus fiers que des Amadis,

Menaçant toute l’Espagne,

De la soumettre a vos Lys;

Mais helas! de votre Espagne

L’on vous voit seul de Louis.

 

Donnez a vos pauvres Mousquetaires,

Donnez leur un peu d’argent,

Ils sont tous dans la misere,

Ils sont tous tres indigens,

                                                                                                                                                                                                                           [130] 

Donnés a vos pautvres Mousquetaires,

Donnés leur un peu d’argent.

 

Vivés heureux sans argent Gens d’armes,

Vivés heureux sans argent,

Les Capucins et les Carmes,

Ne vivent pas autrement,

Vivés heureux sans argent Gensdarmes,

Vivez heureux sans argent.

 

N.a Que ce fut cette meme Campagne de 1667 que le Roy ayant pris Charleroy le 1er Juin et donné Ordre qu’on achevât de le fortifier, prit Ath le 16 et Tournay le 26 du meme mois. Douay le 2 Juillet avec le Fort de Scarpe, Audenarde, Alost, et enfin Lille le 27 Aoust, le Maal d’Aumont qui commandoit un Corps de 7 a 8 mil hommes, de son côté prit cependant, Bergues, Furnes et Courtray le 19 Juillet.

 

                                                                                                                                                                                                                           [131] 

Chanson 

1667

Sur l’Air: D’un pauvre coeur

 

Sur le même sujet, et parle le meme auteur que la precedente

 

         Delivrés moy,

Seigneur (1) de longuemarche, (2)

         Delivrés loy

De mon petit Employ, (3)

Si je m’attache au prés du Roy.

Je veux qu’il scache

         De bonne foy

Que s’il deffend la Vache (4)

Je m’envais chez moy.

 

(1) C’est a Dieu que l’Auteur parle,

(2) On fit des marches epouventables cette Campagne.

(3) Celui de Mousquetaire

(4) Il etoit expressement deffendu aux troupes de piller.

 

                                                                                                                                                                                                                           [133]  

Madrigal

1667

Dans lequel l’auteur fait parler Marie-Thereze d’Autriche Reine de France pend.t que le Roy Louis XIV son mary faisoit la conqueste de plusieurs villes dans les pais bas l’an 1667.

 

Tous cedde à mon epoux (1) quoiqu’il puisse entreprendre,

Armé pour ma querelle, (2) il me montre aujourdhuy (3)

            Que voir une place et la prendre

            Et la meme chose pour lui.

            Mais helas ma peine est extreme,

Que partout il s’expose, il fait tout par lui même

            Ce qu’il peut faire par autruy.

Ô Dieux s’il faut souffrir les mortelles allarmes

            Pour voir les Flamans sous nos loix

Je ne veux plus d’un bien qui coute tant de l’armes

            Et je renonce a tous mes droits.

 

(1) Louis 14. Roy de France, rien ne lui resista aux pais bas et il prit depuis le 24 May qu’il se mit en Campagne jusques au 7. Septembre qu’il arriva a St. Germain en Laye toutes les villes qu’on a specifiées plus haut.

(2) On a desja dit plus haut que le pretexte dont se servit le Roy pour cette guerre fut les pretentions que la Reyne

                                                                                                                                                                                                                           [134] 

sa femme avoit sur le Brabant par le droit devolution aprés la mort du Prince Baltazar d’Autriche son frere, mort le 9 octobre 1646.

(3) Lisez l’article cy dessus.

                                                                                                                                                                                                                            [135] 

Chanson

Sur l’Air: Une Simple Bergame.

Sur Louis 14. Roy de France.

1667

Admire mon Compere (1)

La bonté du grand Roy

Qui dit au gros Louvois, (2)

Faisons le pensionnaire

Cela nous reviendra

Felix (3) dit qu’il mourra.

 

(1) Cette Chanson fut faite pendant la Campagne de l’an 1667 par un officier de l’Armée du Roy, sur cequ on dit que sa M.té donna une pension a un officier qui etoit blessé a mort.

(2) François-Michel le Tellier Marquis de Louvois Ministre et secretaire d’Etat au Departement de la guerre en survivance de Michel le Tellier son pere et qui commençoit desja a faire les fonctions de cette charge.

(3) C’est le 1.er Chirurgien du Roy.

 

                                                                                                                                                                                                                           [137]  

Chanson

Sur l’Air: Croyés moy hâtons nous ma Silvie.

1667

Sur Madelaine d’Angennes-de la Loupe femme de Henry de Senecterre, Duc de la Ferté, Pair a Maal de France etc. dont Louis de Mornay Marquis de Villarceau cessoit d’etre amoureux, et que l’auteur introduit parlant a cette Dame.

 

Je ne veux plus songer à vous plaire:

En amour vos beaux jours sont passés.

La Ferté vous êtes legere ;

Et je scais quoique l’on puisse faire,

Qu’un pauvre amant pour vous n’est pas assez.

Vous pouvés contenter vos souhaits:

De bon coeur j’abandonne la place

A qui veut labourer vos guerets,

Car pour vous je suis tout de glace,

Et vos yeux n’ont pour moy plus d’atraits

 

La Marechale de la Ferté, et la Comtesse d’Olonne peuvent se vanter d’avoir eté deux plus grandes putains de leur siecle.

 

                                                                                                                                                                                                                            [139] 

Chanson

Sur l’Air: Frere frappart.

Sur..........demoiselle de Maugiron

1667

 

 

La Maugiron se desespere,

Et se tourmente nuit et jour,

Voyant qu’incessamment sa mere,

Luy reproche son peu d’amour;

Tu a ruiné notre famille,

Ne mettant point ton corps a labandon;

Il falloit faire l’amour ma fille,

Quand ti devrois n’avoir point de pardon.

 

Cette Chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

                                                                                                                                                                                                                           [141]  

Chanson

1667

Sur..... du Prat appellé le Chevalier de Nantouillet, et sur le S.r Chapelle.

 

Je suis le tres humble valet,

Du Chevalier Nantouillet,

Qui toujours se rengorge,*

Et de Chapelle qui s’egorge.+

 

* Le Chevalier de Nantouillet avoit la mauvaise habitude de se rengorger toujours. C’etoit un des hommes du monde qui avoit le plus d’esprit, de scavoir et d’agrement.

 

+ Chapelle etoit dit on bastard d’un Bourgeois de Paris appellé Luillier;  c’estoit sans contredit le plus bel esprit de son siecle, rien n’echapoit a sa netteté. il etudia la Philosophie sans le fameux Gassendi où il fit un progrés merveilleux, tant du coté du scavoir, que du costé de la conduitte de sa vie qu’il menoit philosophiquement jusques a sa mort, meprisant le bien et les honneurs, cherchant uniquement la liberté, le repos, la douceur de la vie, la joye et les plaisirs, a la verité il etoit tres sujet a l’ivrognerie, et la vivacité de son esprit et vit telle qu’il falloit peu de vin pour troubler sa raison et que souvent meme il s’en yvroit a force de parler, un jour etant yvre, il voulut s’egorger et se donna meme quelques coups de couteau dans la gorge avant qu’on le put retenir, et c’est ce que l’auteur veut dire, il n’a parû aucuns ouvrages de lui qu’un voyage qu’il avoit composé avec M.r le Coigneux de Bachaumont, il avoit neantmoins composé d’autres ouvrages qu’il brula un soir etant revenu yvre chez lui.

 

                                                                                                                                                                                                                            [143] 

Chanson 1667

Sur L’Air de: Mon Chapeau de paille

Sur Marie-Charlotte de Castelnau, qui aimoit Antoine-Charles d’Aure de Grammont Comte de Louvigny.

 

 

On scait aimer de-dans notre Famille, (1)

            Et le laid et le beau.

Le vieux Nouveau, (2) et Jeannin de Castille (3)

            Termes, (4) et Tambonneau, (5)

Si dans le bal (6) Louvigny m’a sceu plaire

            J’imite ma mere moy,

            J’imite ma mere.

 

(1) C’est Mademoiselle de Castelnau qui parle.

(2) Hierosme Nouveau Grand Tresorier de l’Ordre du St. Esprit, et Surintendant general des Postes, mort a Paris le 24 Aoust 1665 lequel avoit eté aimé de Marie Girard de l’Espinay veuve de Jacques Marquis de Castelnau Marechal de France et mere de M.lle de Castelnau. Mr. de Nouveau avoit epousé la soeur de la Marechale de Castelnau.

(3) Nicolas Jeannin de Castille cy devant Sceret.re de l’Ordre du St. Esprit et Tresorier de l’Espagne autre amant de la Maal de Castelnau.

(4) ..........de Gondrin de Pardaillant Maquis de Termes que la Marechale de Castelnau aimoit.

(5) Antoine Tambonneau qui avoit eté aimé de Mad.e. de Nouveau soeur de la Marechale de Castelnau.

(6) Ce fut dans un bal a la Cour que Mad. lle de Castelnau sentit la 1re fois

                                                                                                                                                                                                                           [144] 

 

de l’amour pour le comte de Louvigny, qu’Elle epousa depuis le 15 May 1668.

 

                                                                                                                                                                                                                            [145] 

            Chanson

Sur L’Air: Sur mon pallier de Province.

1667

Sur.......de Fienne fille d’honneur de Henriette-Anne d’Angleterre Duchesse d’Orleans, et sur Philipes de Lorraine appellé le Chevalier de Lorraine qui en etoit amoureux.

 

Ah petite de Fienne,

Je ne l’eusse jamais crû,

Le Chevalier de Lorraine ;

Ah petite de Fienne

Vous a donc pris sans mitaine

Vôtre petit cul tout nu ;

Ah petite de Fienne

Je ne leusse jamais crû.

 

Cette Chanson n’a pas besoin de commentaire.

 

 

                                                                                                                                                                                                                            [147] 

Sonnet

A M. le Prince 1667.

En bouts rimez sur ce que le Roy Louis 14. aprés les Conquestes qu’il fit en Flandres l’an 1667 nomma sur la fin de cette année, Louis de Bourbon Prince du Sang, et de Condé, Grand M.e de France Chevalier de ses Ordres etc. pour commander ses Armées sous luy.

 

***M. a Qu’on en verra le **

 

Il va donc à son tour aussi faire..........Bihouac,

Ce heros (1) plus fameux que n’est celui d’..........Afrique, (2)

Flamans preparez vous a chanter en...................musique,

Qu’il va deconcerter tout votre.............................miquemac.

 

Vous Allemans beuvés et fumés du.........Tabac,

C’est là le juste employ de votre...............politique,

Au lieu de rebâtire des vieux remparts de.......brique,

                                                                                            

(1) Le Prince de Condé fameux par tant de Victoires et de grandes Actions.

(2) Cornelis Publicus Scipio, surnommé L’Africain, fameux gnal Romain qui prit Cartage, par où il merita ce Titre.

(3) Les Imperiaux Allemans et Flamans retablissoient egalement les Fortifications de leurs places qu’ils avoient fort negligées pendant 7 années de paix, ne scachant où Louis 14 iroit fondre la Campagne prochaine avec toutes les forces, comme il fit en Flandres celle cy.

                                                                                                                                                                                                                            [148] 

Pour nous faire la guerre et.......... ab hoc et abhac.

 

Demeurés en repos c’est l’unique.........remede,

De conserver l’Oiseau qui ravit ............Ganimede, (4)

C’est à dire l’Empire, (5) en stile de..........rebus.

 

Condé vous a desja tant daubé sur....... l’Eclanche (6),

 

(4) L’Aigle dans lequel les Payens disoient que Jupiter se Metamorphosa pour enlever Ganimede.

(5) Les Armes de l’Empire soint un aigle.

(6) Ce Prince né a Paris le 8 septembre 1621 etoit fils de Henry de Bourbon Prince de Condé, 1er Prince du sang, et de Charlotte Marguerite de Montmorancy, il porta du vivant de son pere la qualité de Duc d’ Enghien et sous ce titre il fit ses 1.res armes au siege Damas l’an 1640. L’an 1642 il se trouva a celuy de Perpignan, et ayant êté fait gnal des Armées du Roy il gagna la Bataille de Rocroy le 19 May 1643. Il remporta de grands avantages sur l’Armée Bavaroise aux Combats de Fribourg les 3 et 5 Aoust. J’oubliois a dire qu’il prit Thionville le 10 Aoust de l’année precedente. L’an 1645. Il gagna la Bataille de Norlingue le 3 Aoust l’an 1647 il assiega Lerida en Catalogne et fut obligé d’en lever le siege, il ne laissa pas de prendre le Chateau d’Arger sur les frontieres d’Arragon et de faire lever le siege de Constantin aux Espagnols. L’an 1648 il gagne en Flandre la Bataille de Lans le 20 Aoust; mais sa puissance etant devenue redoutable au Card.l Jules Mazarin 1.er Ministre pendant la minorité du Roy Louis 14 il fut arresté avec le Prince de Conty son frere, et le Duc de Longueville son beaufrere le 18 Janvier 1650 et conduit au Bois de Vincennes, le 28 Aoust a Marcoussy le 26 Novembre au havre de Grace, et mis en liberté le 13 Fevrier 1651 pour se venger de cette prison il se retira en Guienne dont le Roy lui avoit donné le Gouvernement, il y excita des troubles aussi bien

                                                                                                                                                                                                                           [149] 

que dans le reste du Royaume, chef de la guerre civile qu’il avoit causée, il donna le 2 Juillet 1652 le Combat de St. Antoine contre l’armée du Roy et se sentant trop foible pour y resister d’avantage il se retira en Flandres au service ses Espagnols, il se jetta dans Cambray, il fit des merveilles l’an 1654 lorsque les Francois firent lever le siege d’Arras qu’il avoit assiegé avec Leopol Archiduc d’Autriche Gouverneur gnal des pais bas Espagnols, se retirant pendans 4 lieues a la veue des Victorieux sans perte. L’an 1656 il fit lever le siege de Valenciennes assiegé par les François en forçant les lignes il se jetta dans Cambray-assiegé par les armées du Roy au mois de May 1657 et le secourut. L’an 1658 il fit des merveilles a la Bataille des Dunes qu’il perdit neanmoins, et la paix s’etant faite entre la France et l’Espagne l’an 1659. Le Roy Louis 14 lui pardonna et il revint en France.

 

Qu'il pourroit a la fin quelque jour de.... Dimanche,

Attraper dans Vienne (7) un Caezar (8) de...... Bibus.

 

(7) La ville capitalle d’autriche sejour de l’Empereur.

(8) Les Empereurs ont toujours porté dans leurs qualitez le nom de Caezar depuis Jules Caezar 1er Empereur Romain.

(9) Les Empereurs icy sont si eloignez des anciens Caezars-que c’est avec raison que l’auteur les apelle des Caezars de Bibus.   

 

                                                                                                                                                                                                                           [151] 

Chanson

1668

Sur l’arrivée en France de...... Duc de.........Montmout

 fils naturel de Charles II Roy d’Angleterre l’an 1668.

 

 

De L’Isle d’Angleterre

Arrive un Prince tout nouveau, (1)

Il est homme de guerre,

Charmant et beau, (2)

D’une Divine (3),

Il a la mine,

Detre aimé sans en dire mot.

 

Il veut une conqueste

Digne de faire tout souffrir

Il a dans la teste

Vaincre ou mourir

L’amour peut être

Qui le fit naitre (4)

prendra soin de le secourir.

 

(1) Le Duc de Montmouth.

(2) Il etoit tres bienfait et de tres bonne mine dansoit enperfection et etoit a droit a tous.

(3) Henriette Anne d’angleterre 1.er femme de Philippe de France Duc d’Orleans, Princesse charmante et qui trouvoit le Duc de Montmouth fort a son gré ce qui fit grand bruit a la Cour.

(4) Il devoit sa naissance a l’amour puisqu’il etoit fils naturel de Charles II Roy d’Angleterre.

 

                                                                                                                                                                                                                           [153] 

Chanson

Sur l’Air: de la Rochelle

1668

Sur l’Arrivée en France du Duc de Montmout fils Naturel de Charles II Roy d’Ang. re

 

Les Dames se servent de tout

Pour faire honneur au beau Montmouth; (1)

Elles sont toutes sous les armes,

Mais pour mieux le recevoir,

Il falloit lui montrer vos charmes (2);

Rien n’est si bon a faire voir.

 

Son coeur est sensible a l’amour,

Où fil arrive quelque jour,

Qu’il vous rencontre sur sa route ;

Son pere aura beau le presser,

La mer lui paroitra sans doute

Bien difficile a repasser.

 

Qu’il partcoure tous les climats

Qu’il cherche a signaler son bras

Parmy les honneurs de la guerre

Qu’il vole au peril en tous lieux

Il ne verra riend sur la terre

Plus a craindre que vos beaux yeux.

 

(1) On a veu cydevant comme il venoit d’arriver en France.

(2) Cecy s’adresse a.........

 

                                                                                                                                                                                                                            [155] 

Chanson

Sur l’Air: Gagne petit

1668

 

Dedans l’Esté la Flandre,

De dans l’Esté la Flandre,

En hyver la Franchecomté,

Se sont faits d’Alexandre,

Tout bien compté tout bien compté,

Si l’amour même

D’un soin extreme

Ne s’en mesle, il est indompté.

 

Sur le Roy par Mad.e 1ere femme de Monsieur aprés la prise de Dole et de toute la Franche-Comté.

                                                                                                                                                                                                                            [157] 

Vers 1668

En Echo apellez vers begues faits par l’Abé Bourdelot Medecin de Louis de Bourbon Prince de Condé, sur Toussaint Rose Secret.re du Cabinet du Roy Louis 14. Et qu’il receut l’an 1668. étant avec sa Majesté au 1er voyage qu’elle fit en Franche comté le 6 Fevrier.

 

Pour notre amy, Muse faut un effort..........fort,

On ne se doit pour ce grand Secretaire.....taire,

Tant il a sceu d’acquis et de scavoir............avoir,

Il estt profond, subtil, laborieux...................rieux

Et qui scait bien toute penible affaire........faire,

De le louer qu’on ne cesse jamais...............mais

Il ne faut pas pour cela des talens..............lens

Ce cas me veut homme d’Accademie(1)..... mie

Ains un grand sens avec quelques discours...cours.

L’on peut pour lui faire sans aucun crime.......rime

Il en est digne et merite au surplus....................plus

Comme pour lui je suis un grand esmoy..........moy

Je fais des vers pour cet homme important.....tant,

Et d’Helicon du doux ruisseau j’arrosse..........Roze.

 

(1) Le St. Roze etoit de l’Accademie Francoise, et Bourfelot le raile icy sur les Ouvrages de l’Accademie qui ne finissoient point et entr’autres le grand Dictionnaire de la langue Francoise

                                                                                                                                                                                                                           [158] 

qu’elle avoit commencé depuis si longtems, et du tems meme du Cardinal de Richelieu, et dont on ne revoyoit pas la fin, quoique les Accademiciens y travaillassent toujours.

 

Ces vers furent leus par Mr. Rose comme on attendoit le lever du Roy a Chahours lundy 6 Fevrier 1668 et M. le Duc qui l’en avoit prié lui ayant demandé s’il ne vouloit point faire reponse il temoigna que non, on partit bientost aprés et Mr. Pelisson fit la reponse suivante a cheval sur l’heure même.

 
                                                                                                                                                                                                                           [159] 

                                                                                                                                                                                                                                                                     

Réponse de M.r Pelisson

 

Pour Bourdelot (1) je ne rimay jamais........mais,

Pour mon grand Roy (2) qui tous les Rois surpasse...passe

Tout autre Prince en tombe en pamoison......oyson

Et tient celui qui l’attend au passage ...............sage

Grecs et Romains heros des tems passez.......passez

C’est de lui seul que ma muse begaye.............gaye.

Quel air, quel port! quel regard etonnant’...... tonnant,

Bon, genereux, mais si quelqu’un s’egare (4).....gare

Cher Bourdelot, qui sans cesse ordonnez (5)...... donnez,

Au moins vos vers au Roy qui seul arrose........Rose (6)

Dans ce combat auquel toute sa Cour........accourt

Je vous suivray, votre Duc (7) me l’ordonne......donne.

 

(1) L’Abé Bourdelot voyez l’argyment des vers precedents.

(2) Le Roy Louis XIV.

(3) On appelloit cette maniere de vers ces Begayeurs.

(4) Lui manque de respect où ne fait pas son devoir.

(5) Estant Medecin.

(6) Toussaint Roze secretaire du cabinet du Roy, a sui les vers precedents sont adressés, et a qui sa Majesté faisoit forces graces.

(7) Henry-Jules de Bourbon Duc d’Enguien Prince du sand qui etoit alors avec le Roy en Franche comté.

 


                                                                                                                                                                                                                           [161]  

Jugement sur les pauvres vers begues des S.rs Bourdelot et Pelisson.

 

Grands Begayeurs (1) de qui la Muze.........muse

Et qui voulez pour les Grands (2) contenter......tenter,

Si quelque vers pourra bien vôtre affaire.........faire,

Ne rendez point de Parnasse l’Empire...............pire,

Et tel qui veut dire son sentiment.......................ment

Car n’osant pas le los du Secretaire (3)............taire

De Bourdelot (4) il vantera l’effort...................fort,

Mais ne voudroit de sa mine Alchimie (5).....mie.

Pour Pelisson qui sortant du Martire (6).......tire.

Vers la faveur dont jadis il decheut (7)..........cheut,

C’est pour Louis que la trompette entonne...tonne;

Mais son ton est pour les fameux combats....bas

Et les Caezars veulent d’autres Virgiles..........giles,

Dont pour Echo d’un esprit faineant................neant.

Et mon avis leur donne pour salaire...............l’aire.

 

(1) Cette espece de vers s’apellent vers Begayeurs, l’auteur apelle de meme ceux qui ecrivent en ce genre grands Begayeurs et leur adresse ceux cy.

(2) Les Grands de la Cour.

(3) Toussaint Rose secretaire du cabinet un de ceux qui a ecrit en ce genre, voyez cy dessus les 1ers vers de cette espece. Ils sont de lui.

(4) L’Abbé Bourdelot qui a escrit des vers de cette espece qui font les seconds.


                                                                                                                                                                                                                           [162] 

(5) C’est a dire par le haut, Bourdelot etoit tel.

(6) Paul, Pelisson qui fait les vers precedens et qui ayans eté 1er commis de Nicolas Fouquet surintendant des Finances avoit souffert le Matire d’une longue prison a la disgrace de son maitre.

(7) Cest la meme chose que l’article precedent.

 


                                                                                                                                                                                                                           [163] 

Vers en Echo, ou vers begues, sur le voyage de

Franche comté que fit le Roy Louis 14en Fevrier 1668 par l’Abbé Bourdelot.

 

Loüer mon Roy (1), qui seul vaut plus de trois...Rois,

Qui le pretend faire aussi bien qu’il faut..............faut,

Quand il auroit la Muse comme homere..............mere,

C’est ce qu’a tous sa splendeur infinie..................nie,

Nous ne devons l’admirer qu’a genoux................nous.

Muses venez et chantez ses Trophées..................fées,

Vous beaux Esprits qu’un Roy si magnanime...anime

Qui d’Helicon voyez les beaux Cyprés................. prés

Pourquoi toujours l’agreable verdure.................dure,

Chantez ce Prince ainsi qu’autant d’Insignes. Cignes

Que de ses faits vous êtes enchantez................chantez,

Qui ne le prend pas pour un Dieu sur terre.........erre

Ce heros a le present et passez.................................passez

Son discours est en guerre au cabinet..................net

Qui jamais mieux projet dans son esprit..............prit,

S’il faut aller il part comme un Eclair....(2).............clair

On croit ses gens en Flandres embarrassez............assez.

 

(1) Louis XIV, Roy de France.

(2) C’est a dire qu’on croyoit que le Roy avoit assez a faire d’achever la conqueste des pais bas Espagnols qu’il avoit commencé par ses Victoires des l’an 1667. On peut voir les piecees de cette année dans ce Recueil.

 


                                                                                                                                                                                                                           [164]  

On n’avoit point sur la Franche-Comté......comté

Pourtant il part trouvant des Aquilons......longs, (3)

Ayant sous soy dans tout celong manege....nege,

Tous ces Ecueils n’arrêteront ses pas.........pas

Ainsi il paroist plus, il a fatigué..................guay,

Il marche et dit qu’il n’est pas a minuit......nuit,

Ceque tu fais ô gloire, est-ce courage .......ou rage

Le bruit s’épand qu’il porte au Bourguignon (4) guignon

Ce bruit n’est pas dessus le Fleuve doux (5)..........doux

Ne croire pas qu’il porte la terreur..........................erreur

Nul n’est au nom de ce Victorieux..........................rieux,

Vous avez tort de le craindre pourtant.................tant

Si votre coeur a tout cequ’il ordonne...................donne

Qui n’a jamais d’un moment l’equité....................quitté

Vous le verrez autant qu’on peut attendre..........tendre

Lorsqu’a ses pieds il a ses Ennemis........................mis

Qui dit qu’il est severe et non Clement.................ment,

Le trouve bien qui l’ose deffier................................fier

Qui sans raison ce qui nous apartient..................tient

O grand Dieu Mars, toy qui tous les Gensdarmes.... armes

 

(3) C’est a dire trouvant le printems trop long a venir les Aquilons, sont les vents de midy qui soufflent plus auprintems qu’en une autre saison.

(4) Franche comté ou Comté de Bourgogne c’est la même chose, ainsy Bourguignon en cet endroit veut dire les habitans de la Franchecomté.

(5) Le doux est une Riviere qui traverse la Franchecomté.

 
                                                                                                                                                                                                                           [165] 

Vis-tu jamais un Soldat plus hardy..............dy,

Qui plus la presse alors qu’on se defend.....fend,

Ceux que l’on croit qui voyent l’avenir.........venir,

Combats heureux, villes par entreprises.......prises

D’Etat conquis les hommages rendus.............deus;

Vont promettant a ce Roy tres puissant.............cent

Muzes chantés un Renom immortel....................tel,

Et vous aussi chantez a vos Echos...............Echos,

Vous beaux Esprits qui des oeuvres parfaites.....faites

Qui parroissés a dire des loüanges.....................Anges,

Faites pour ce Dompteur de l’Univers..............vers;

Il faut avoir pour ce grand dessein force.........force,

Je suis Soiblet depuis trop peu ma Muze.........muze

Du Mont sacré (6) je suis un petit fiere.............fiere,

Aqui de l’eau la jeune soeur converse..............verse.

                                                                                  Par Bourdelot

 

Ayant pris sa source dans le Mont Jura, Elle y passe a Bezançon a Dole, et se jette dans la Soane a Nerdun en Bourgogne.

(6) Le Parnasse

 


                                                                                                                                                                                                                           [167]  

Vers en Echo, ou vers begues, sur la 1ere Conqueste que le Roy

Louis 14 fit de la Franchecomté, pendant l’hyver de 1668 en Fevrier, pour le.....le laboureur Bailly de Montmorency.

 

Prés de Louis (1) sont les plus grands heros......zeros,

On croit ses Armes qprés tant de Trophés ........feés,

Malgré l’hyver il a pris le comté............................contez,

Cequ’il prendra en saison moins maligne, Maligne,

Il abattra ton orgueil arrogant..........................Gand!

Il prendra Mons, il rendra Valencienne sienne,

Et montrera que contre lui Namur............n’a mur;

Même s’il veut pousser par la Savoye........sa voye,

Nous le verrons achever dans Milan................l’an,

Outre qu’il a dequoi semblable affaire.............faire,

C’est quen ces lieux ce Conquerant adroit......adroit,

Il peut tout faire et detout Royaume être.......maitre;

Mais il est juste, et ne veut que ses droits.......Rois!

Desirez-vous qu’il tourne en sa carriere..........arriere,

Restituez, faites votre examen.............................Amen.

 

1. Louis XIV Roy de France.

 

 

 


                                                                                                                                                                                                                           [169]  

Vers 1668

Au Roy Louis 14 sur la 1.re conqueste de la Franchecomté, faite par sa Maj.té pendant l’hyver de 1668.

 

Quoy’ tout le Franchecomté,

Gray (1), Salins, (2) Bezançon, (3), et Dole, (4)

Vous avoir si peu resisté (5)

Aprés avoir bien medité

Surtout ce qu’on m’en a conté

Ma Muse est au bout de son rolle.

 

(1)-(4) Le Roy fit la conquête de toute la Franchecomté avec une rapidité incroyable dans le coeur de l’hyver car etant parti le 2 Fevrier de St. Germain en Laye il arriva le 7 a Dijon, et le meme jour les habitans de Bezançon ouvrent leurs portes au Prince de Condé qui avoit precedé sa Majesté et les avoit sommés de se rendre en meme tems le Duc de Luxembourg entra dans Salins. Dole fut investy le 9 du même mois. Les châteaux de Joux et de S.te Anne se rendirent de maniere que sa M.té n’ayant êté que 22 jours en tout son voyage arriva a St. Germain le 24 du mois dont il etoit parly le 2.

(5) Quelques gens ont voulu et pretendu que par le moyen du Prince de Condé qui avoit conservé de grandes relations dans les pais bas Espagnoles, où il avoit eté plusieurs années, le Marq.s d’Hyenne Gouverneur de la Franchcomté pour le Roy d’Espagne fut seduit et vendit au Roy son Gouvernement et sa patrie. Car il etoit Francomtois. Ce qui est de certain, c’est que les Espagnols l’en soubconnerent et que cette Province etant revenue au Roy d’Espagne par le Traité de paix signé a Aix la Chapelle le 2 May de la même année 1668 qui laissa au Roy de France tout cequ’il avoit conquis en Flandres l’année precedents; le Marq.s d’Hyenne


                                                                                                                                                                                                                           [170] 

fut obligé d’en sortir et de venir en France; il  est mort quelques années aprés a Paris faisant assez triste figure, et y voyant fot mauvaise Compagnie.

 

Cette étonnante nouveauté

M’oste l’esprit et la parole

Prés de vous rien n’est si frivole

Que tout ce que nous a chanté

La fabuleuse antiquité,

Il n’est trompette, lyre, violle,

N’y Theorbe assez haut monté

Qui puisse sans temerité

Chanter un exploit tant vanté

Une choses au moins me console,

Je puis sans que je vous cajole

Sans être a la posterité

Suspect de vous avoir flatté,

Aller plus loin que l’hyperbole

Sans craindre que ma Muze vôle,

Au delà de la verité,

Je puis dire avec liberté

 

Fut obligé d’en sortir et de venir en France. Il est mort quelques années aprés a Paris faisant assez triste figure, et y voyant fort mauvaise Compagnie.

 
                                                                                                                                                                                                                           [171] 

Que sans nul éclat emprunté

Prés de vous toute autre clarté,

Est moindre qu’une Girondole

Prés de Phoebus en plein Esté,

Que Louis est plus respecté

Que le grand Dieu* du Capitole,                           *Jupiter

Qu’il est plus fort plus redouté

Que l’invinvible amour d’Idole,(6)

Toute la Campagne Espagnole

Surpasse la rapidité

Des meilleurs postillons d’Eole,(7)

Ou d’un torrent precipité

Aussi ceque dans la Boussole

L’eguille ressent pour le Pole(8)

Ceque sent un coeur enchanté

D’une surprenante beauté,

(6) Hercules car etant amoureux d’Iole fille du 2.d lit d’Eurités Roy d’Octolie, il emmena cette Princesse prisonniere aprés avoir tué le Roy son pere qui la lui avoit refusée en mariage deuis il l’a donna a son fils Hillus, mais Dejanire femme d’Hercules eut tant de depit de cet amour, qu’elle fit mourir son mary avec une chemise empoisonnée du sang de Nessus le cantaure.

(7) Les vents. Eole selon les payens etoit le Roy des vents.

(8) Les aiguilles des Boussoles du moment quelles sont Aimantées se tournent toujours vers le Pole.

 
                                                                                                                                                                                                                           [172] 

Un avare pour la pistole

Chaque mortel pour son Idole

Mon coeur de zele transporté

Le sent pour votre Majesté.


                                                                                                                                                                                                                           [173]  

 
                                                                                                                                                                                                                
 

Chanson                                  

1668      

Sur l’Air: d’une Danse d’Angleterre,

appellée la Jamaique.

 

Au Roy Louis XIV lors qu’il etoit au mois de Feverier 1668, a la teste de ses Armées en Franchecomté et qu’il la conquit la 1re fois.

 

Revenez, grand Monarque,

Nous en avons besoin,

Vous menez bien la barque, (1)

Mais elle va trop loin,

L’Eté tout a son aise,

Le Dieu Mars a son cours,

Mais ne vous en deplaise,

L’hiver est pour les amours.

 

Votre cadet (2) s’empresse

A vous suivre, et craint bien

Que votre coeur ne laisse

Peu de matiere au sien,

Sur vos routes celestes,

 

(1) C’est a dire vous gouvernés bien vos Etats.

(2) Monsieur Duc d’Orleans frere unique du Roy.

 

                                       
                                                                                                                                                                                                                           [174]

Peut être il court en vain,

Car s'attendre a vos restes,

C'est pour mourir de faim.

 

Deux grands Princes il mene,

Pour suivre vos Exploits,

L'un du sang de Lorraine, (3)

L'autre du sang Anglois, (4)

Tout deux remplis de flames,

Font fort grand bruit icy, (5)

Et t'on ne voit que Dames

Entre Londre et Nancy (6)

 

(3) Charles-Henry legitimé de Lorraine, Prince de Vaudemont fils de Charles III. Duc de Lorraine et Beatrix de Cusance Princesse de Cantecroix, ce Prince etoit venu en France, pour voir la guerre, il etoit fort bien fait et jeune.  

(4) ......... Duc de Monmouth, fils naturel de Roy de la grand Bretagne Charles II.

(5) Les Dames de la cour trouvoient ces deux Princes fort a leur gré. 

(6) C'est a dire que les Dames prenoient toutes party pour le Duc de Monmouth anglois, ou pour le Prince de Vaudemont Lorrain, Londres est la ville capitalle d'Angleterre et Nancy celle de Lorraine. 

 

                                                                                                                                                                                                                           [175]                                                                                                                                                                       

Chanson

1668 

Sur L’Air......................

 

Sur la 1.re Conqueste de la Franchcomté faite par le Roy Louis XIV dans le mois de Fevrier 1668.

 

Luxembourg (1) prendra Dole (2),

Apr luis Salins (3) est desja pris (4),

Sans beaucoup de parole,

Prince Tingry (5),

Prince Tinfry,

S’une province (6)

Qui n’est pas mince,

Tu gagneras tout le credit.

 

(1) Henry de Montmorancy Luxembourg, Duc de Pinay, Pair de France appellé le Duc de Luxembourg.

(2) Il servoit de Lieutenant general des Armées du Roy, et il etoit devant la ville de Dole, qu’il avoit investie par ordre de S. M.té le 9 Fevrier.

(3) La ville de Salins lui avoit auparavant ouvert ses portes.

(4) C’est la meme chose que l’article precedent.

(5) Le Duc de Luxembourg a la principauté de Tingry, donc son fils aîné porte le nom.

(6) La Franchecomté.

                                                                                                                                                                                                                            [176]

Louis (7) est devant Dole (8),

Nous scavons qu’est ce conquerant, (9)

Nul dessein n’est frivole,

Dans un moment,

Dans un moment

Sur ma parolle,

S’il font les drolles

Ils en auront le chastiment.

 

Les Dames (10) sont en peine,

Si le Marquis de Villeroy (11)

Porte toujouts sa Chaisne (12)

Et si sa foy,

Et si sa foy,

Dedans la guerre

Vuidant le verre

N’est point un peu en desarroy.

 

(7) Louis XIV Roy de France.

(8) Le Roy assiegea en personne la ville de Dole, que le Duc de Luxembourg avoit investie le 9 Fevrier, et qui se rendit le 14 du meme mois.

(9) On a pû voir plus haut comme le Roy Louis XIV, l’année precedente avoit pris en Flandres en 3 mois de tems, Charleoy, Ath, Douay, Tournay, Alost, Audenarde, Lill etc.

(10) Les Dames de la Cour du Roy Louis XIV.

(11) Francois de Neuville Marg.s de Villeroy Colonel du Regim.t Lionnois Gouverneur de la ville de Luin pais Lionnois. Forets et Beaujolois en survivance de Nicolas de Neuville Duc de Villeroy Pair et Maal de France etc. son pere.

(12) Le Marquis de Villeroy etoit a lors amoureux de...........

                                                                                                                                                                                                                            [177]

Grammont (13) dedans la ville (14)

Capitulés diligemment,

Car tout vous est facile,

Ou comme amant,

Ou comme amant, (15)

Ou comme habile (16)

Tout est utile

Tout se rend a votre agréement; (17)

 

Un Prince d’Angleterre (18),

Est depuis peu venu icy. (19)

Qui mettra tout par terre (20),

Que de soucy,

Que de soucy,

Il fera naitre

 

(13) Philbert, Comte de Grammont.

(14) Le Roy l’envoya dans la ville lorsquelle demanda a capituler, a fin de regler la Capitulation avec le Gouverneur et les Bourgeois.

(15) Il n’est pas possible de scavoir de qui le Comte de Grammont etoit alors amoureux, car c’est un homme si extraordinaire que peut être ne le scavoit il pas lui meme; cequi est de certain, c’est qu’en ce tems l’a comme dans tout le reste de sa vie il en contoit a toutes celles qu’il trouvoit.

(16) Le Comte de Grammont etoit plein d’esprit.

(17) Jamais homme n’a eté plus agreable.

(18) Le Duc de Monmouth, fils naturel de Charles II Roy d’Angleterre.

(19) Il êtoit depuis peu passé en France et avoit suivy la Cour au voyage de Franchecomté.

(20) L’auteur veut dire deux choses en cet endroit car il veut dire qu’il renversa tout a la guerre par sa valeur, et qu’il subjuguera toutes leurs femmes par ses charmes qui etoient grands.

                                                                                                                                                                                                                            [178]

Helas peut être

Le bel air (21) lui criera mercy.

 

(21) C’est a dire les gens du bel air, qui sont a la Cour.

(22) parceque Mr. le Duc de Montmouth plaisoit a toutes les femmes, cela ne se pouvoit gueres autrement, puisqu’il etoit tres agreable et qu’il etoit le dernier venu.

 

                                                                                                                                                                                                                            [179] 

Chanson

1668 

Sur L’Air: Mon Chapeau de paille

 

Sur la Prise de la Franchecomté l’an 1668 par le Roy Louis XIV dans laquelle sa M.té fit servir Louis de Bourbon Prince de Condé, 1er Prince du sang, Grand Maistre de France etc. qui fut general de l’Armée que le Roy commandoit en personne.

 

Le grand Condé, que le Dieu Mars fit naitre

Pour être son second (1),

Aux Francontois aujourd’huy fait connoitre,

Que son illustre nom,

Comme jadis n’est pas un nom frivole,

Il prendroit Fontarabie, (2)

Comme il a prit Dole.

 

(1) Louis de Bourbon Prince de Condé a eté le plus grand capit.e de son siecle, et l’auteur de la chanson a raison de le traiter de second du Dieu Mars.

(2) Pour comprendre cecy il faut scavoir que l’an 1636. Henry de Bourbon Prince de Condé, et pere de Louis en question, general de l’Armée du Roy Louis XIII assiega la ville de Dole au mois de may et en leva le siege le 15 Aoust suivant que le meme Prince assiegea encore la ville de Fontarabie l’an 1638 et fut obligé d’en lever le siege le 17 septembre et que les soldats de son armée firent pendant le siege de Fontarabie une chanson sur le meme air que celle cy, et qui finissoit par ces mots, Il prendra Fontarabie

                                                                                                                                                                                                                             [180]

Que les Anglois, les Gots et les Hollandois,

Avec d’autres Etats,

Fassent entr’eux une Ligue fort grande

Touchant les pais bas (3),

Nous les auront, Condé prend la Campagne,

N’argue de l’Espagne et d’eux

Nargue de l’Espagne.

 

Comme il a pris Dole, l’auteur se servant des memes paroles et de la pensée contraire, dit icy que Louis de Bourbon Prince de Condé plus heureux ou plus habile que son pere prendroit Fontarabie comme Dole fut pris par l’armée du Roy dont il etoit general sous sa M.té le 14 Fevrier 1668.

(3) L’Angleterre, la Suede et la Hollande, firent l’an 1668 une alliance deffensive avec le Roy d’Espagne pour la conservation des pais bas que Louis XIV eut pris sans cela. Cette triple alliance obligea le Roy de faire le traité de paix d’Aix la Chapelle au mois de May suivant et de rendre la Franchecomté a l’Espagne en conservant les places Conquises aux pais bas.

 

                                                                                                                                                                                                                             [181]

Bouts Rimez

1668 

par M.r Roses, Sur Mr. de Turenne en 1668

a St. Germain en Laye.

 

Stance

 

Vestu fort simplement d’un drap de............Carcassonne,

L’Air assez negligé le poil tout de..................guingois,

Par sa vertu chez lui presque toujours........patronne,

Il s’est fait estimer des peuples et des...........Rois.

 

Tout fripon lui deplait mais non toute.............friponne,

Alla guerre il scait plus que les anciens...........Gregeois

On diroit qu’en parlant quelque fois il a .........none

Mais son discours est net, solide point..........Bourgeois;

 

Entouré des heros tous Cadets de..............Canaples,

Il raisonne en narquois sur la Flandre et sur......Naples

Puis il va faire un tour au parc et au .............tripot.

 

Il revient sur le soir et jusqu’a sa ............chemise,

N’est pas en seureté, ny son lit, ny son ........pot,

S’il trouve a son retour sur table c.............. Artemise.

                                                                                                                                                                                                                             [183]

Madrigal

Sur la 1.re conqueste de la Franchecomté,

que fit le Roy Louis XIV pendant l’hyver de l’an 1668.

 

            Les heros de l’antiquité

            N’etoient que (1) des heros d’Esté

Qui suivoient le beau temps comme les hirondelles

La victoire en hyver pour eux n’avoit point d’Aisles

Mais malgré les frimats, la neige et les glaçons

Louis est un heros de toutes les saisons.

 

Ce Madrigal n’a pas besoin de Commentaire, veu cequi le precede sur la conqueste de la Franchecomté faite en 1668 par le Roy Louis 14.

 

                                                                                                                                                                                                                            [185] 

Chanson

Sur l’Air: Des Moyeux.

1668

Sur Anne-Lucie de la Mothe-Houdancourt fille d’honneur de la Reine Marie-Thereze d’Autriche, et sur Charles de Lorraine comte de Vaudemont fils legitimé de Charles III. Duc de Lorraine et de Bar, et de Beatrix de Cusances Princesse de Cantecroix qui etoit amoureux d’Elle. Nota Que ce comte etoit lors a la Cour du Roy Louis 14 qu’il avoit suivi sa M.té en Franchecomté qu’Elle prit cette meme année 1668 en 3 semaines d’hyver; mais le Duc de Lorraine son pere ayant eu demeslé avec le Roy, le comte de Vaudemont s’en retourna en Lorraine et passa depuis en Flandres au service du Roy d’Espagne Charles II où le Duc de Lorraine lui donna les terres qu’il possedoit dans les pais bas, où il s’y etablit.

 

Trousse ma cotte

Vaudemont,* dit la Mothe,

Trousse ma cotte,

Vaudemont vistement,

Ah je suis morte.

 

*Le Comte de Vaudemont aima si passionnement cette D.lle qu’il la voulut epouser, mais Ellene voulut pas se contenter du mariage secret, et le Roy ne voulut pas consentir a un mariage dans les formes.

                                                                                                                                                                                                                            [186] 

Le plaisir me transporte,

Ah je suis morte

Depesche promptement.

 

Helas, mon Prince (1)

Que votre ardeur est mince,

Helas mon Prince

Vous f.........mollement,

Parbleu, j’arrive (2),

Ah que vous etes vive

Parbleu, j’arrive

Attendez un moment.

 

Dans la Lorraine,

On n’a pas tant de peine,

Dans la Lorraine

On va plus lentement,

Helas j’arrive

Ah que vous etes vive

Helas j’arrive

Attendez un moment.

 

(1) C’est le Comte de Vaudemint

(2) C’est a dire je vais dech........ger.

                                                                                                                                                                                                                             [187]

L’amour me presse,

J’ay beaucoup de tendresse,

L’amour me presse

Ecoutez un amant,

Helas j’arrive

Dieux! Que vous êtes vive!

Helas j’arrive

Attendez un moment.

 

Dans la Lorraine

On n’a pas tant de peine,

Dans la Lorraine

On va plus doucement,

Helas beau Prince

Que vôtre amour est mince,

Helas beau Prince

Faites donc vistement.

 

                                                                                                                                                                                                                            [189] 

Chanson

Sur l’Air: de Joconde

1668

Sur Anne-Henriette d’Angleterre femme de Philippes Duc d’Orleans etc. laquelle etant dans la maison du Prince son mary a st. Clous l’Eté, se le voit fort matin pour se promener, et aller reveiller tout le monde.

 

Dés les quatres heures du matin,

Madame se reveille

Plus fraiche que dans un Jardin

N’est la Rose vermeille,

Aprés, Madame monte en haut

Pour reveiller les belles,

Ce n’est pas le premier repos

Qu’Elle a troublé chez Elle

 

Cette chanson n a pas besoin de commentaire il suffit de l’argument.

 

                                                                                                                                                                                                                            [190] 

Chanson

Sur l’Air: Des Moyeux

1668

En forme de Dialogue entre.......et Louis de Lorraine Comte d’Armagnac Grand Escuier de France, Senechal de Bourgogne, Gouverneur d’Anjou, ville et château, d’Angers et des Ponts de Cé.

 

Mon coeur soupire

Et s’en va vous le dire,

Mon coeur soupire

Pour vous Monsieur le Grand,

Helas mon Prince

Que votre amour est mince,

Helas mon Prince

Baisez moy vitement.

 

Je suis timide*                      * C’est Mr. le Grand qui repond.

Et ne vas point sans guide,

Je suis timide

Et je vas l’entement

Mais j’ay deux freres,*           * Ces 2 Freres sont Philippes de Lorraine appellé le

Si vous pouvez leur plaire,       Chevalier de Lorraine et Charles de Lorraine Comte

Mais j’ay deux freres                    de Marsan.

Qui vous payeront comptant.

                                                                                                                                                                                                                             [191]

 

Chanson

Sur l’Air..............1668

Sur Hortense Mancinic Duchesse de Mazarini, et.........de Marolles Marquise de Courcelles que Charles de la Porte Mazarini Duc de Mazarini Pair de France etc. et de............de Champlaix Marquis des Courcelles avoient fait enfermer dans un Couvent pour leur galanterie.

 

Mazarin et Courcelles

Sont dedans dans un Couvent,*

Mais elles sont trops belles,

Pour y etre longtemps,

Si l’on ne les retire,

On ne verra plus rire,

De Dames, asseurement.

 

* C’etoit le Couvent des filles de S.te Marie, de la vue St. Antoine a Paris.

 

                                                                                                                                                                                                                             [193]

Chanson 1668

Sur l’Air: du Traquenard

 

Sur les differentes personnes

 

Dites-nous belle Ricouart (1),

Scavez-vous le Traquenard (2),

Ouy, ouy je le scais,

Le gros Louvois (3) me le fait faire,

Ouy, ouy je le scay.

Le gros Louvois me l’a montré.

Toucy, tout ça l’on va, l’on vient

Dans la Chambre du Dauphin (5),

La fille, et le galant (6),

 

(1)......de la Bretonniere femme de................de Ricouard.

(2) C’etoit une danse fort a la mode alors qu’on dansoit sur cet air cy et l’auteur joue sur le mot Traquenard par lequel on peut entendre le mouvement du deduit.

(3) Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois secret.re d’Etat au Departement de la guerre qui avoit eté amoureux de Mad.e de Ricouard.

(4) L’Auteur veut parler ice de Marie-Isabelle, Gabrielle Angelique de la Mothe-Houdancourt apellée Mad.lle de Toucy 3.e fille de Philippes de la Mothe Houdancourt Duc de Cardonne Maal de France, et de Louise de Prie sa veuve Gouvernante de Mgr le Dauphin, cette D.lle aimoit Charles de Lorraine Comte de vaudemont fils de Charles 3.e Duc de Lorraine. Tout cy, tout ça est un jeu de mot sur le nom de cette Demoiselle.

(5) Madem.lle de Toucy logeoit avec la Maale de la Mothe dans l’apartement du Dauphin.

(6) C’est qu’on pretend que la Mareschale de la Mothe avoit été coquette en son tems et l’auteur entend que le Comte de Vaudemont etoit le galant de M.lle de Toncy qui avoit le talent de cette Mareschale, c’est a dire davoir le coeur tendre.

                                                                                                                                                                                                                             [194]

De la mere, de la mere,

La fille et le Galant

De la mere ont le talent

 

De Beringhen (7) jusqu’a Sault (8),

La Toucy (9) n’a fait qu’un saut,

Mais l’un veut epouser (10),

Non pas l’autre, non pas l’autre (11),

Mais l’un veut epouser

Et l’autre la veut baiser.

 

(7) Henry de Beringhen receu en survivance en la Charge de1er Ecuyer du Roy.

(8) Francois-Emanuel de Bonne-de crequy-d’Agout-de Vese-de Montauban, comte de Sault, fils aîné du Duc de Lesdiguieres.

(9) La meme Marie-Isabelle-Angelique de la Mother-Houdancourt.

(10) Le marquis de Beringhen.

(11) Le comte de Sault.

                                                                                                                                                                                                                             [195]

Chanson

Sur l’Air: du Traquenard

1668

Sur........... Garnier femme de.......comte de Brancas.

 

La Brancas depuis vingt ans,

A fait plus de cent amans

Voicy le nom de ceux

Qui l’ont baiseé, qui l’ont baiseé

Voici de tous le nom

Hormis celui de Bourbon (1).

 

Commençons par les Seigneurs,

A tous Seigneurs tous honneurs;

Elbeuf (2), et Beaufort (3),

L’ont baiseé, l’ont baiseé

Elbeuf et Beufort

L’ont baiseé sans nul effort.

 

(1) Par le sang de Bourbon, l’auteur entend le Roy Louis XIV, qu’on disoit avoir couché avec la Comtesse de Brancas.

(2) Charles de Lorraine Duc d’Elbeuf Paire de France, Gouverneur de Picardie et Artois, païs conquis et reconquis et des villes et en une citadelle de Montreuil surmert.

(3) Francois de Vendosme Duc de Beaufort Pair et amiral de France chevalier des ordres du Roy etc.

                                                                                                                                                                                                                             [196]

D’Albret (4), Lauzun (5) et Matha (6),

Harouys (7) et Fisica (8),

Monnerot (9), et Fouquet, (10)

L’ont baiseé, l’ont baiseé

Monnerot et Fouquet

Et le Brie son grand valet (11).

 

(4) On ne scait si l’auteur veut parler icy de Cezar-Phoebus d’Albret Marechal de France, ou de Charles-Amanieu Marquis d’Alret son neveu et son gendre.

(5) Antoine Nompar de Caumont comte de Lauzun qui s’appelloit un peu auparavant le Marquis de Peguillem Capitaine des 100 Gentils-hommes de la Maison du Roy at Colonel general des Dragons.

(6) ....................de Bourdeilles Comte de Matha.

(7).....................de Harouys Tresorier gnal des Etats de Bretagne.

(8)...........................

(9)...................... Monnerot Partisan.

(10) Nicolas Fouquet cy devant surintendant des Finances et Ministre d’Etat lors emprisonné dans la citadelle de Pignerol depuis l’an 1664.

(11) Un laquais de cette Dame appellé la Brie.

 

                                                                                                                                                                                                                            [197] 

Chanson

Sur l’Air: J’ay dans ma pochette

1668

Le 2.d couplet est sur Jacques Déffita Lieutent. Criminel du Chastelet de Paris.

 

Dans notre village,

Un bon paysan,

Quitta son potage,

Pour faire un, tourlourirette,

Pour faire un, lanladerirette,

Pour faire un Enfant.

 

Pour un pucelage,

Notre Lieutenant, (1)

Cimme un homme sage,

En feroit, tourlourirette,

En feroit, lanladerirette,

En feroit autant (2).

 

(1) Le Lieutenant Criminel Deffita.

(2) Il etoit fort paillard et grand fripon.

 

                                                                                                                                                                                                                            [199] 

Chanson

Sur l’Air: Laissons la nos Ayeuls

1668

Faite par Philippes-Emanuel de Coulanges, Sur les Alliances qu’il avoit.

 

Parlons de nos parens,

J’en ay de consequence.

J’ay du Rabutin (1),

Du Crissé-Turpin (2),

De dans mon alliance.

Mon frere ainé s’apelle de la Mousse (3),

Et la soeur

De mon pere eut l’honneur,

D’epouser un la Trousse.

 

(1) Francoise de Rabutin veuve de............. Marquis de Sevigné, etoit Cousine germaine du St. de Coulanges etant filles de.........Coulanges sa Tante.

(2)............de Coulanges avoit epousé.............de Turpin-Crissé comte de Sauzay.

(3) C’etoit un Bâtard de Philippes de Coulanges M.rs des Comptes a Paris pere de l’auteur, lequel Bâtard s’appelloit de la Mousse et étoit prestre.

(4) ........de Coulanges Tante de l’auteur avoit epousé........le hardy Marquis de la Trousse.

 

                                                                                                                                                                                                                             [201]

 

Sonnet

A........ Esprit 1.er Medecin de Philippe de France Duc d’Orleans frere unique du Roy etc. sur la guerison de......de Ludre,..... chanoinesse de Poussé en Lorraine, l’une des filles d’honneur de Henriette-Anne d’Angleterre Duchesse d’Orleans. 1668

 

Esprit qui de si loin ramenez la santé,

Qui penetrez les maux par une seule oeillade,

Et qui rectifiez avec seureté,

Cet Art qui scait si bien faire un mort d’un malade (1).

 

Vous avez gueri Ludre, et je me persuade,

Que vous en concevez une noble fierté,

Deja son teint revient desja tout paroist fade,

Auprés de cette jeune et charmante beauté.

 

De quelle consequence est une telle cure,

Il n’est point d’accident que je ne me figure

Au dessous du malheur dont vous nous preservez.

 

(1) La Medecine qui tue plus de gens qu’Elle n’en guerit.

 

Helas sa guerison n’est gueres moins funeste,

Et pour une personne icy que vous sauvez,

Peut être coupez vous la gorge a tout le reste (2).

 

(2) Parceque les charmes de Madame de Ludre feront mourir beaucoup de gens d’amour (pensée Poëtique).

 

                                                                                                                                                                                                                            [203] 

Chanson

Sur l’Air: Marais vray quartier de la rejoüiss.ce

1668

Faite par Philippes Emanuel de Coulanges, sur ce que le feu S.r du Bouchet faisant l’histoire de la Maison de Courtenay l’an 16....avoit trouvé que l’auteur venoit par les femmes de Louis VI. du nom dit le Gros, Roy de France, et lui envoya le Memoire qui est a la suitte de cette chanson, dans lequel, outre cette descente de Louis le Gros, on verra comme quoy les moindres Bourgeois peuvent venir de Rois, et par consequent des Rois de Bougeois ce qui doit bien de sabuser l’entestement des Genealogistes.

 

Faut il que le petit fils d’un grand Roy de France (1)

Se trouve en decadence,

Et qu’il ait perdu le rang

Des Princes de son sang?

                                  

 

(1) L’auteur parle de lui en plaisantant

 

                                                                                                                                                                                                                            [204]  

Robert comte de Dreux (2),

Fut le premier de mes nobles Ayeux,

Qui pouvoit me rendre heureux;

Mais Soissons et Sancerre

Connus par toute la terre

            Par hazard,

Tomberent par Melun dans Vaudetar

Mon Ayeul Prevost, avec cette Maison

Joignot son Ecusson

Le destin qui me fait la guerre,

M’attache* a celui d’Ormesson.

                                               * alias Me font ramper en Limaçon.

 

(2) C’etoit S.t fils de Louis le Gros dont l’auteur est decendu par femmes, comme on verra par le Memoire Genealogique suivant qui est le meme dont il est parlé dans l’Argument et qui explique suffisamment tout cequi est dit dans le reste de la Chanson des Maisons de Soissons, de Sancerre, de Melun, de Vaudetard, de Prevost, et d’Ormesson dont etoit la mere de l’auteur.

 

                                                                                                                                                                                                                            [205] 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Memoire Genealogique, qui fait voir comme Philippes-Emanuel de Coulanges descend par femmes de Louis VI dit le Gros, Roy de France.

 

Louis VI Roy de France dit le Gros surnommé

            Le Grand deffenseur de l’Eglise et le Batailleur,

            Epousa Adele, ou Alix de Savoye, dont il eut

            Entre autres Enfans.

 

Robert de France, comte de Dreux qui epousa

 en 2.des noces harvise de Saresberg en Angleterre,

dont il eut.

Alix de Dreux qui etant veuve de trois maris,

            Epousa en 4.rs noces Raoul II. Comte de Soissons,

fils du comte Raoul 1. Chastelain de Bru

ges dont elle eut.

Eleonor de Soissons qui epousa Etienne de

            Sancerre, Sgr. De Chastillon sur loing, dont elle

            eut

N.................Comtesse de Sancerre qui epousa

            Adam III. Vicomte  de Melun. Sgr de montreuil-

            Bellay, dont Elle eut.

Adam III.e du nom, vicomte de Melun, et Sgr

            De Montreuilbellay qui epousa Jeanne de

            Sully, fille de Henry II. Sgr et Dame de Sully

                                                                                                                                                                                                                            [206] 

            et de Perneille de Joigny dont il eut plusieurs

            enfans et entre autres.

            Charles de Melun qui epousa Agnés Dame

            D’Issy, dont il eut une fille unique.

            Yolande de Melun Dame d’Issy et de la Boëssiere

            qui epousa Guillaume de Vaudetard 1.er valet

            de Chambre du Roy Philippes de Valois, dont

            il eut.

            Pierre de Vaudetard+ Sgr de Pouilly, valet de        

            Chambre du Roy Charles VI qui epousa Marguerite  

            De Chanteprime fille de Jean, General des                     

            Finances, et de Gilette de Dormans dont il

            eut,  

           

+ Jean de Vaudetard Sgr de Pouilly, valet de Chambre des Rois Charles V et  Charles VI qui epousa Perenelle des Landes dont il eut.

 

Jean de Vaudetard Sgr de Pouilly Vidame de

            Meaux, qui epousa Marguerite Claustre, dont

            Il eut,

Pierre de Vaudetard Conseiller au Parlement receu

            Le 3 Juin 1478 qui epousa Antoine Baillet

            Fille de Jean Baillet M.e des Requestes, et de

            Colette de Fresnes, dont il eut entre autres

            Enfans.

Jeanne de Vaudetard qui epousa Jean le Clerc

            Sgr d’Armenonville, dont il eut,

Anne le clerc qui epousa Jean le Prevost Presid.t

            En la S.e Chambre du Parlement de Paris dont elle

                                                                                                                                                                                                                            [207] 

            eut entre autres Enfans.

Nicolas le Prevost Sgr d’Amboille, M.e des

Comptes qui epousa Marie le Mairat, fille

de Jean Sgr. De Brou en champagne dont il

 eut.

            Anne le Prevost Dame d’Amboille qui Epousa

                       André le Febvre Sgr d’Ormesson, Doyen

                       Des Conseillers du Roy, dont Elle eut entre

                       autres Enfans.

            Marie le Febvre d’Ormesson, qui epousa...

            Philippes de Coulanges Con.er du Roy en

            Ses conseils et M.e ord.re en sa Chambre des

            Comptes à Paris, dont entre autres Enfans,

            Philippes-Emanuel de Coulanges Con.er au

                       Parlement de Paris, et depuis M.e des Req.tes

                       qui a epousé Marie-Angelique du Gué, et

                       qui est l’auteur de cette Chanson.

 

 

                                                                                                                                                                                                                            [209]  

Chanson

Sur l’Air: La Taponne.

1668

Sur Catherine-Henriette d’Angennes

de la Loupe femme de Louis de la Trimouille Conte d’Olonne, et sur Madelene d’Angennes sa soeur, femme de Henry de Senecterre duc de la Ferté, Pais et Marechal de France, Chtr des Ordres du Roy, Gouverneur des ville, Citadelle, et Evesché de Metz, pais Messin, Eveché de Verdun, Vic, et Moyenvic, apellée la Marêchalle de la Ferté.

 

 

La d’Olonne,

N’est plus bonne

Qu’a baiser par des Laquais,

Et sa soeur la Marêchalle,

Ressemble a une Cigale,

Que l’on baise a peu de frais.

 

Cette Chanson n’a pas besoin de commentaire. Il suffit de l’Argument.

 

                                                                                                                                                                                                                            [211]  

 

Chanson

Sur l’Air: Marais vray quartier de la rejouissance.

1668

N. a Que cette Chanson ne parle que des Anciens, et n’est icy que par ce que la suivante en est une imitation.

 

Amis imitons ces grands personnages,

La gloire de leurs aages,

Qui preferent au fron,

Le nez d’un beau garçon;

Neron ayma Sporus,

Le Roy Henry trois epousa Quelus,

Galba baisoit Icellus,

Coezar fut d’un coup (v....) roide,

Bastonné(enculé) par Nicomede,

Et Platon;

Ne laissoit pas le jeune Agathon,

Alexandre brûloit pour Ephestion,

Et quand le grand Ammon,

Eut tasté du beau Ganimede,

Il ne baisa (qu’en C..... ) plus la Junon.

 

Oreste baisoit son bon amy Pilade

                                                                                                                                                                                                                            [212] 

Socrate, Alcibiade,

Catulle, adoroit(f.....) Illus,

Horace, Lysiscus,

Les plus grands des Romains,

Les plus grands des Grecs et des Affricains,

Baisoit tous de beaux blondins;

Le front (c....) de dans Carthage,

Fut traité de Gargotage,

Asdrubal,

Ny baisoit (f.....) il pas le grand Hannibal,

Batillus y fut aimé d’Anacreon,

Et poue le beau Giton

Chacun scait la lubrique rage

D’Ascillos et d’Encolpion.

                                                                                                                                                                                                                             [213] 

Chanson

Sur l’Air de la precedente,

et a son imitation.

1668

 

Amis reglons nous dessus le siecle nôtre,

Sans rien chercher dans l’autre (1),

Les Exemples de ce temps

Passent les Conquerants,

Monsieur (2) aime Sallart (3),

Le Roy Louis treize brûloit pour Cinqmars (4).

 

(1) Dans le siecle Ancien.

(2) Philippes de France Duc d’Orleans frere unique du Roy, ce Prince prend plaisir d’etre aimé comme une femme.

(3) Gentilhomme de Bearn aimé par Monsieur des lorsqu’il etoit page de la petite Ecurie et pour le present Lornette des chevaux Legers de Monsieur.

(4) Le Roy Louis XIII, pere du Roy Louis XIV aima henry Ruzé Marquis de Cinqmars qu’il eleva a la charge de Grand Esedier de France. Le Cardinal de Richelieu avoit mis ce jeune homme prés du Roy, mais ce Marquis ingrat s’etant engagé dans une intrigue contre ce Ministre et en quelque façon contre l’Etat, il eut la teste tranchée a Lyon le 12 septembre 1642.

                                                                                                                                                                                                                             [214] 

Et pour Bouquinkam (5), Stuart (6)

La Maison de Lorraine (La Reyne),

Fournit une belle scene,

Maintenant

Le Chevalier (8) Armagnac (9), et Marsan (10),

Si le Roy (11) goutoit ce plaisir si charmant.

Indubitablement,

Il quitteroit bientost sans peine,

Et la Valiere (12), et Montespan (13).

 

(5) Le Duc de Bouquinquan favory de Charles 1. Roy d’Angleterre, qui fut assassiné par un nommé Felton a Londres au mois d’Aoust 1628.

(6) Charles I Roy d’Angleterre et de la Maison de Stuart, cette Maison etoit sur le Trosne d’Angleterre, depuis Jacquert 1. qui succeda l’an 1608 a la Reyne Elisabeth et etoit pere de ce Prince.

(7) C’est a dire ceux de cette Maison etablis en France.

(8) (9) (10) Philippes Chevalier de Lorraine, Louis de Lorraine Comté d’Armagnace Grand Escuier de France son frere ainé Charles de Lorraine Comte de Marsan leur cadet, tous trois de meme gout, ce dernier par le favory de Monsieur.

(11) Louis XIV. Roy de France grand ennemy de ce crime

(12) et (13) Maitres du Roy.

                                                                                                                                                                                                                             [215] 

Chanson

Sur l’Air: Du Traquenard

1668

Sur differentes personnes de la Cour et de la ville de l’un

et de l’autre Sexe.

 

L’Archevesque de Paris (1)

Dit l’autre jour a Louis (2),

Quittez la Montespan (3),

La Valiere (4), la Valiere

Quittez la Montespan,

Il y va de vôtre dam.

 

Lors les Dames en couroux

Dirent Hardouin taisez vous,

Eh! Quoi donc grand Prelat

A nôtre age, a notre age,

Eh! Quoi donc grand Prelat

Gardiez-vous le celibat (5).

 

(1) Hardouin de Perefix Archevesque de Paris cy devant Precepteur du Roy Louix XIV.

(2) Louis XIV.

(3) Francoise-Athenaise de Rochechouart de Mortemart femme de Henry-Louis de Gondrin de Pardaillan Marquis de Montespan.

(4) Jeanne de la Baume-le Blanc Duchesse de la Valiere.

(5) Cet Archevesque avoit eté autrefois galant.

                                                                                                                                                                                                                            [216]  

 

La Valiere(6) dit au Roy (7)

Sire baisés moy trois fois,

Trois fois dit le Roy,

Qu’est ce que diroit la Reyne (8),

Trois fois dit le Roy,

Par ma foy je ne scaurois.

 

Madame de Montespan (9)

Scavez vous le mouvement,

Ouy, ouy je le scais,

Le grand Louis (10) me l’a fait faire

Ouy, ouy je le scais

Le grand Louis me l’a montré

 

Belle Princesse d’Harcourt (11),

Vous donnez beaucoup d’amour;

Mais helas votre coeur,

 

(6) Jeanne de la Baume le Blanc Duchesse de la Valiere.

(7) Louis XIV.

(8) Maire-Thereze d’Autriche.

(9) Françoise-Athenaise de Rochechouart etc.

(10) Le Roy Louis XIV.

(11) Marie Francoise de Branca femme d’Alphonse- Henry-Charles de Lorraine Prince d’Harcourt.

                                                                                                                                                                                                                             [217] 

Pour tous ceux qui vous adorent,

Mais helas vôtre coeur

Est toujours plein de rigueur.

 

Brancas (12) vend sa fille au Roy (13),

Et sa femme (14) au gros Louvoy (15),

Le Maistre et le valet

De la mere et de la fille (16),

Le Maistre et le valet

N’ont pas trouvé le cas net.

 

L’on scait partout que Brancas (16),

De sa fille (17) vend le cas,

Et que fort devotement

Il l’enferme, il l’enferme,

Et que fort devotement

Il l’enferme avec l’amant.

 

(12) Charles Comte de Brancas cy devant Chevalier d’honneur de la Reine Mere, Anne d’Autriche.

(13) Louis XIV.

(14) Suzanne Garnier Vomtesse de Brancas.

(15) Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois secretaire d’Etat en survivane de Michel le Tellier son pere.

(16) Cette fille est Marie-Francoise de Brancas Princesse d’Harcourt.

(16) Charles Comte de Brancas etc.

(17) Marie-Francoise de Brancas etc.

                                                                                                                                                                                                                            [218]  

 

Ventadour (18), et Meckelbourg (19),

Vont tous deux tous seuls au Cours,

Ce n’est pas que l’amour,

Leur tourmente la cervelle,

Mais c’est qu’a la cour

On les fuit comme deux ours,

 

La Comtesse de Mailly (20)

A mal au C........... Dieu mercy,

Mais helas elle n’a pas

La pauvrette, la pauvrette

Mais helas elle n’a pas

Pour faire penser son cas (21).

 

Dites-nous un peu Fouilloux (22),

Pourquoi les recevoir tous,

Helas c’est qu’un amy

Ne m’en donne, ne men donne

Helas! c’est qu’un amy

Ne m’en donne qu’a demy.

 

(18)Louis-Charles de Levis Duc de ventadour Pair de France, bossu, begue, boiteux et le plus laid homme du monde, il avoit de l’Esprit, mais fort debauché.

(19) Christien-Louis Duc et Prince de Mckelbourg Chtr des ordres du Roy, parfaitement bien fait, mais son esprit.

(20) Marguerite d. Mouchy-Moncavrel, femme de .........comte de Mailly.

(21) Elle n’etoit pas riche.

(22) ...... Meaux-du Fouilloux femme de Paul d’Escoubleau de Sourdis Marq.s d’Halluye, Gouverneur d’Orleans, Orleanois, Blaisois, et Chartrain.

                                                                                                                                                                                                                             [219] 

Chez Sanguin Maistre d’hostel, (23)

On y vit (f.....) comme au bordel,

La Coudray (24), la Sourdid, (25)

Baisent (F...tent) en C..... et en cuisses,(fesses)

La Coudray, La Sourdis,

Baisent et branlent des v.........

 

Le Prestre vit de l’Autel,

Et la putain du bordel,

Mais nôtre ami Bodeau (26),

Vit de l’un comme de l’autre,

Mais nôtre amy Bodeau

Est Prieur et Maquereau.

 

(23)......... Sanguin M.e d’hostel ord.re du Roy, depuis 1er M.e d’hostel.

(24)..........de Geniers appellée Mademoiselle du Coudray.

(25) ..........d’Escoubleau de Sourdis.

(26).......... homme de basse naissance fort connu dans le monde.

                                                                                                                                                                                                                            [221] 

Chanson

Sur l’Air: Ces Oiseaux vivent sans contrainte.

1668

Sur........ Sanguin S.r de St. Pavin Prieur de St. Cosme prés Meulan.

 

Saint Pavin Bourgeois de Sodome,

Voyant Dom Cosme (1),

Dit en couroux

Cagots sont toujours en prieres

Vers le ciel ils font les yeux doux,

La raison ne leur sert de gueres,

En secret ils sont tous

Plus Bougres (2) que nous.

 

(1) Dom Cosme Religieux Feuillant, il etoit alors general de cette congregation et fut depuis Evesque de Lombes. C’etoit un excellent Predicateur.

(2) C’est a dire sodomites.

 

                                                                                                                                                                                                                            [223]  

Chanson

1668

Sur l’Air: A petits coups mon cher Camarade.

 

Sur Hortense de Mancini Duchesse de Mazarin qui s’en etant fuit de la Maison de Charles de la Porte Mazarini son mary le....... de Juin 16....... prit pour conducteur l’Escuier de Louis Rohan dit le Chevalier de Rohan.

 

Du Chevalier

Aimable Duchesse,

Du Chevalier

Rendre l’Ecuyer,                           Prendre l’Ecuyer,

Cela n’est pas d’une beauté trop fiere,

Si votre coeur va toujours en arriere,*

Helas! a quoi bon tant d’appas.

 

* Elle avoit aimé le Chevalier de Rohan, l’homme du monde le mieux fait, et les medisans vouloient qu’elle aimast alors cette Escuier.

 

                                                                                                                                                                                                                             [225] 

Epigramme

1668

Sur Charles de la Porte Mazarini Duc

 de Mazarini Pair de France, et lorsque

Hortense Mancini sa femme s’enfuit

de chez lui, l’an 16.........

 

Mazarin dit au Roy, triste, pasle, interdit,

Sire ma femme helas, qu’est-elle devenüe:

La chose, dit le Roy, vous est elle inconnüe,

L’Ange qui vous dit tout, ne vous l’at’il point dit?

 

Pour bien entendre cette Epigramme, il faut scavoir que le Roy de France Louis XIV, etant dans le fort de sa jeunesse et de sa passion pour Jeanne de la Baume-le Blanc depuis Duchesse de la Valiere, le Duc de Mazarin poussé par une devotion outrée et un zele indiscret qui l’ont conduit a l’extravagance, s’avisa d’aller dire au Roy qu’il avoit en revelation que son attachement pour cette Demoiselle perdoit son ame. Sa Majesté usant de moderation se contenta de lyi repondre froidement qu’il se meslat de ses affaires, de peur qu’il ne lui vint quelqu’autre revelation d’aller a la Bastille. L’an 166. Hortense Mancini sa femme s’etant sauvée de l’hostel Mazarin, et aprés pris la route d’Italie, M.r de Mazarin qui ignoroit de quel coté Elle etoit allée fut s’en plaindre au Roy, et lui demander sa protection; sa Maj.té ne pût s’emêcher de lui demander a son tour, comment l’ange qui lui donnoit des revelations ne lui en avoit pas donné sur l’enlevement de sa femme et sur le chemin qu’Elle avoit tenu.

 

 

                                                                                                                                                                                                                             [227] 

 

Chanson

1669

Sur l’Air: Croyés moy Hastons nous ma

 Silvie.

Sur le mariage de Françoise-Marguerite

De Sevigné avec Francois Adhemar-de

Monteil Comte de Grignan, et les alliances

qu’il donnoit à Philippes-Emanuel de

Coulanges M.e des Requestes Oncle a la mode

de Bretagne de la mariée et auteur de cette

Chanson.

 

Je fais cas de Genealogie,

J’estime les plus grandes Maisons,

Je les chante, et je les publie,

Me deut on accuser de folie

Et tout cela passer pour vision,

Adhemar-de Monteil-de Grignan,

Ces trois noms entés sur Castelane,

Valent bien et Laval, et Rohan,

Rabutin marche avec Tavannes,

Sevigné marche avec Guebriant

 

 

                                                                                                                                                                                                                             [228] 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                       1669

Autre

Sur l’Air: Le chat a mangé mon fromage.

 

Sur le même sujet que la precedente.

 

Il n’a pris qu’un rat dedans ma goutiere,

Le vilain Matou, dit Sevigné,

Sans m’amuser je le laissois faire,

Suivant le Conseil de ma chere mere

Helas! ce matou écumant de rage

Na fait que sentir mon fromage.

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                             [229] 

Vers Intitulez

L’Arriereban de l’Eglise Militante.

1669

Sur le secours que le Pape Clement IX sollicitoit chez tous les Princes chrestiens pour chasser les Tuecs de devant la ville de Candie que le Grand Vizir tenoit assiegée depuis le 22.e May 1667 et que le Marquis Villa defendoit pour les venitiens a qui Elle appartenoit.

Nota Que le Roy de France Louis XIV y envoya un secours considerable qui partit de Toulon le 6 Juin 1669 commandé par Francois de Vendosme Duc de Beaufort Pair et Amiral de France, chtr des Ordres du Roy etc. et Par Philippes de.... Montault Duc de Navailles, Chtr des Ordres de sa M.te et Lieutenant general de ses Armées, et composé de quantité de gens de la 1re qualité et des troupes choisies, même de la Maison du Roy; que cette flotte entra dans la Rade de Candie le 19.e du même mois; que les Francois attaquerent les Turcs par une sortie des le 25 que le feu ayant pris a un Magazin de Poudres fit perir plusieurs Chrestiens, entr’autres le Duc de Beufort, mais que l’esperance de defendre 

                                                                                                                                                                                                                             [230] 

plus longtems, la place etant perdue, le Duc de Navailles se rembarqua avec cequi restoit de Francois, parmy lesquels êtoient les comtes de Montbrun et de Choiseul Marechaux de camp le 20 Aoust suivant et revint en France la Place Capitula le 8 Septembre de la meme année et un Historien Anglois a obervé que durant ce siege le plus fameux de ce siecle les venitiens perdirent 39085 hommes, et les Turcs 118700.

            N. a aussi que ces vers sont ironiques et plaisants sur les Moines que l’Auteur dit que le Pape vouloit mener en Candie. C’est une maniere de Bulle en Burlesques et satirique, sur le clergé de France.

 

Clement Neuf par la Providence,

Du Createur de l’Univers,

Chef de mille peuples divers (1)

Soumis a votre obeissance.

A tous ceux qui liront ces vers,

Salut et pleniere indulgence.

Aprés que par notre Clemence

Nous avons etablis la paix

Dont jouit l’Eglise de France,

Et qui ne finira jamais,

 

(1) On ne scait si par peuples divers l’auteur entend les Moines, ou s’il veut parler de la pretension chimerique des Papes qui ont voulu, longtemps et veulent peutetre encore que les Etats chestiens leur soient soumis et pouvoir mettre les Rois et les souverains en interdit et meme declarer leurs Couronnes vaccantes, historie nous fournit une infinité d’exemple de cette pretention.  

                                                                                                                                                                                                                            [231] 

Par le pouvoir Apostolique

Dont la plenitude est en nous. (2)

Aprés avoir flechi devant Dieu les genous,

Nous voulons qu’au grand Dieu dans notre basilique, (3)

La milice Ecclesiastique (4)

Vienne se prosterner par un arriereban,

Pour de là s’en aller en Crête, (5)

Où notre Thiarre decrete (6)

D’aller triompher du Turban (7)

            Nous choisissons pour generaux

Nos bons freres les Cardinaux,

Gens qui ne font rien qu’apropos,

Et dont l’infaillible science

Fair au plus fort tourner le dos (8)

            Nous nommerons pour Lieutenant

Les Evesques, ces braves gens

Qui n’aiment point la residence (9).

(2)L’auteur veut parler des desordres que la pretendue heresie du Jansenisme avoit causée en France en 1663,64, et 65. Lisez sur cela des stances qui sont dans ce Recueil a l’an 1666.

(3) L’Eglise St. Pierre a Rome.

(4) C’est a dire tous les Ordres Ecclesiastiques que le Pape avoit convoqués pour aller en Candie.

(5) Candie s’appelloit anciennement crete, ainsy crete et Candie c’est la meme chose.

(6) La Thiarre est la Coiffure a triple couronne des Papes. Ils ne la mettent sur leur teste que le seul jour de leur couronnement. C’est la marque de leur dignité.

(7) C’est a dire des Turcs, le Turban est la Coiffure des Turcs.

(8) Cela est plaisant, c’est que les Italiens sont d’ordi.re Sodomites et par consequent font tourner le dos aux Bardaches. Ses card.s sont italiens- pour la pluspart et en fontautant l’auteur joue la dessue et di que les Card.s etant accoutumés a faire tourner le dos, feront faire la meme chose aux Turcs pour fuir.

(9) Il y a longtems que les Evesques sont accusez de ne pas aimer a resider dans leurs Dioceses.

 

                                                                                                                                                                                                                             [232] 

L’on sçait comme ils sont vigoureux, (10)

Et combien leur verte puissance (11)

Met tous les jours des gens sous Eux. (12)

      Pour les aides de camp, nous choisissons sans brigue

Les Evesques In partibus, (13)

Gens de modiques revenus (14)

Et qui sont faits a la fatique (15)

      Tous les Abbez commandataies

N’auront aucun commandement,

Mais ils marcheront seulement

En qualité de volontaires (16).

      Les Chanoines ces peuples gras

A qui l’aise a molit les bras (17),

 

(10) La vigueur des Prelats en fait d’amour est connue de reste, l’auteur en parle icy avec equivoque, disant que cette vigueur si connuë sera bonne a employer contre les Infidelles.

(11) Autre equivoque, la couleur des Evesques est le vert. Ils porternont un chapeau vert sur leurs armes et quelques fois sur leurs testes, le cordon vert a leur chapeau. On celebre avec les ornements vers la feste des Saints Evesques dans les Eglises etc mais vert veut aussi dire Vigoureux, et c’est par ce jeu que l’auteur parte encore en cet endroit de la vigueue des Evesques.

(12) Quand on f...... d’Ordinaire on met des gens sous sou, et c’est un plaisir que les Eveques de donnent souvent.

(13) Les Evesques In partibus Infidelium. Ce sont des Evesques sacrez sur des litres dans les pais occupés par les Infideles ou les heretiques et qui n’ont que le caractere Episcopal sans diocese.

(14) N’ayabt point de Diocese ils n’ont point de revenu.

(15) Les Card.s Evesques et les Evesques Souverains ont d’ord.re des Evesques In Partibus a gages pour faire les fonetions Episcopales dans leurs dioceses.

(16) Rien n’est plus volontaire ou pour prendre le sens de l’auteur, plus libertin que les Abez commendataires surtout en France.

(17) Les Chanoines accoutumés a un Office reglé suposé qu’ils y aillent souvent et exactem.t sont gens fort mols et forts douillets

 
                                                                                                                                                                                                                             [233] 

Ces faineans farcis de bisques et de souppes,

N’estans pas propres aux combats,

Nous les nommons pour être Aumôniers ;

Les Curez y seront les premiers Officiers,

Et leurs Vicaires Brigadiers ;

Ils meneront les Seminaires

Comme troupes Auxiliaires.

            Les Peres au petit colet (18),

De qui la mine est si beate,

Et le naturel si douillet (19) ;

Quitteront leur colet pour prendre la cravate,

Et n’etant ny poissons ny chaire (20),

Mais une Recruë amphibie,

Ils viendront au plustost et par terre et par mer

Donner le secours a Candie.

            Les Jesuittes soldats fougueux (21)

Seront les Dragons de l’Armée;

Mais parceque souvent leur feu tourne en fumée (22),

 

(18) Les Peres de l’Oratoire qui ont de forts petits colets.

(19) Ils menent une vie fort douce et fort aisée.

(20) Ils vivent en Communauté et en Congregation, puisqu’ils ont un Superieur general et des Superieurs particuliers, mais ils ne font aucun voeu et quittent meme l’Oratoire quand il leur plaist.

(21) Il ny a point de gens plus violents, ny plus glorieux que les Jesuites.

(22) C’est l’esprit impetueux et hautain des Jesuittes qui leur fait souvent entrependre avec Chaleur des choses qui par la suitte se trouvent n’etre rien au fonds temoin l’affaire du Jansenisme. Lisez l’article 2 de ce Commentaire.

 


                                                                                                                                                                                                                             [234]  

Il sera tres bon pour eux

De servir sous la discipline

Du Grand Archevesque de Sens (23),

Homme de coeur et de bon sens,

Et de qui la conduitte aussi forte que fine

Tiendra toujours dans le devoir

Ce Regiment bizare et noir.

            Les Benedictins, moines riches (24),

D’ailleurs hommes d’epargne et chiches (25)

Qui pour avoir du bien plus que suffisamment,

N’en vivent pas plus grassement (26)

Sont mis pour nous en exercice

De Tresoriers de la milice.

            Nous ne jugeons pas que les Carmes

 

(23) Louis Henry de Gondrin et de Pardaillan Archevesque de sens, Prelat aussi glorieux et aussi vif que les Jesuittes, instruit de sa naissance, d’ailleurs scavant et ferme, ne s’etoit pas contenté dans les Assemblées du Clergé où il avoit presidé comme l’an 1655 de tenir teste a la Cour. Il se mit depuis a la teste des Jansenistes fut un de leur plus forts Ramparts contre les Jesuittes qu’il desola par sa fermeté. Il fut cependant obligé de quitter la Cour, pour son Dioceze, malheur a tout Prelat François, et il mourut a sens le.........

(24) Il n y a point dans l’Eglise d’Ordre si riche que celui de St. Benoist.

(25) L’Auteur veut parler icy des Benedictins de la congregation de St. Maur gens avares et fort interressés.

(26) Les moines de cette congregation mangent toute l’année maigre.

 
                                                                                                                                                                                                                             [235] 

Soient propres a porter les Armes,

Ainsi nous trouvons a propos

Reglant leurs emplois sur la mine

De les commettre a la Cuisine (27)

Comme vivandiers gros et gras.

            Les Capucins dans les milices,

Se mesleront avec les Suisses; (28)

Les Piquepuces ces barbons (29)

Porteront tous des Hallebardes,

Et les Recolets bons garçons,

Seront du Regiment des Gardes.

            Les Cordeliers moines dodus

Qui frapent d’Estoc et de taille (30),

Nous les mettons dans la bataille

Au nombre des Enfans perdus (31).

Les Minimes ce gens huislez (32)

Si grotesquement habillez,

 

(27) Il y a un proverbe qui dit, Carme et Cuisine et cela parcequ’ils ne sont bons a rien.

(28) Les Capucins ne vont qu’a pied, c’est un de leurs statuts, et il n’ya de troupes Suisses que d’Infanterie.

(29) Les Peres du tiers ordre de St. Francois apellez vulgairement les Piquepuces parcequ’ils se sont etablis au village de Piquepuce prés Paris. Ils ont la barbe longue comme les Capucins.

(30) C’est que les Cordeliers sont Paillards enormes.

(31) C’est qu’ils sont effectivement perdus de Debauches et reconnus et renommez pour tels.

(32) Les Minimes mangent tout avec de l’huisle sans graisse ny beure etc.

 
                                                                                                                                                                                                                             [236] 

 Seront bons canonniers peut etre,

Car ils sentent fort le Salpestre (33).

            Les Jacobins Inquisiteurs (34)

Feront punir les deserteurs.

            Les Augustins gens sans soucy,

Pourront monter sur nôtre Flotte,

Car ces gros moines Dieu mercy

Ont l’humeur assez Matclotte (35),

            Les Mathurins a beaux deniers,

Rachepteront les prisonniers (36),

            Les Chartreux auront soin des Mines (37).

Les Premontrez, et les Feuillants

Et tous les autres Moines blancs,

Nous entretiendront de Farines (38).

            Les Peres de la Mission (39),

Qui sont toujours en action,

 

(33) Ils sont fort puans.

(34) Les Jacobins sont chefs de l’Inquisition par tout où Elle est, et apellez Jacobins a cause de la rue St. Jacques.

(35) Les Augustins sont gros et gras, mauvais Religieux grands Paillards, mais moins que les Cordeliers.

(36) L’Institut des Religieux de la Trinité apelés Mathurins en France, parceque leur maison est dans la rue St. Mathurin est de rachepter les captifs chés les Infideles.

(37) Parceque les Chartreux sont toujours cachez.

(38) Parcqu’etant habillez de blanc, la Farine ne gastera pas leurs habits.

(39) La Congregation des Peres de la Mission dite de St. Lazare a Paris.

 
                                                                                                                                                                                                                             [237] 

 

Troupes aux Courses accoutumés (40),

Seront les Coureurs des Armées.

            Les Hermites gens separez,

Et dans les deserts retirez,

Se joindront au camp des fideles

Pour y servir de Sentinelles (41).

            Les Peres Theatins seront passevolans (42),

Les Bernardins pouront escorter le bagage (43),

Les Nones auront l’avantage

De suivre nos armées en quittant leurs couvents,

Pour selon leur pieux usage

Gouverner les blessez qui seront dans nos Camps.

            Tous les Freres (44) Convers quitteront leur parterre,

Pour recueillir les morts et les porter en terre.

            Mais pendant que ces gens d’Eglise

S’enrollent sous nos Estendars,

Et pour une juste entreprise,

Se vont exposer aux hazars.

 

(40) Il sont etablis pour aller faire des Cathechismes et instruire le peuple a la campagne.

(41) Les hermites sont seuls dans leurs hermitages, comme les Sentinelles sont seules.

(42) Les Theatins vivent de ceque la Providence leur fournit, voila porquoi l’auteur en fait des Passevolants.

(43) C’est qu’ils ne sont bons a rien.

(44) Dans les Couvents, ce sont d’ordinaire les freres Convers qui travaillent au Jardin.

 
                                                                                                                                                                                                                             [238] 

Nous exhortons les gens du monde

A montrer leur vertu feconde,

Reparant par Venus le desordre de Mars.

 


                                                                                                                                                                                                                             [239]  

Chanson

1669

Sur l’Air...........

         Marguerite de Choiseul D.lle de Meuse, fille de Francois de

         Choiseul Baron de Meuse,- Marquis de Germai, Sgr de Sorei

         Prés Commercy, et de catherine-Marguerite de Florainville,   mariée le 11 octobre de l’an 1673 avec Pierre de Ponts Chtr

         Sgr de Renepont, Elle etoit fort jolie, fort piquante, et fort

         simple, et avant son mariage Elle avoit êté maitresse du

         du Cardinal de Retz, Jean-François-Paul de Gondy qui lui

         donna plusieurs Festes dans les Bois de Commerci l’an 1669         et ce fut au sujet de ces amours que l’on fit alors dans le pais

         les 2 couplets de Chanson suivant.

 

            D’une Eminence

Vous causés la souffrance,

            D’une Eminence,

Vous possedés le coeur,

            Magnificence

Atire recompense,

            Magnificence

Détruit vôtre rigueur.


                                                                                                                                                                                                                             [240] 

            De vôtre mere

Qui ne fut jamais fiere,

            De vôtre mere

Ecoutez les avis,

            Laissés vous faire,

Il y a du salaire

Laissés vous faire

Vos sens seront ravis.

 

Cet Amusement du Cardinal de Retz procura a Mad.lle de Meuse quelques avantages pour sa dote, et cela servit au mariage qu’Elle fit ensuitte avec le Clitr de Renepont qui avoit tres peu de fortune.

 

 
                                                                                                                                                                                                                             [241] 

Chanson

1669

Sur l’Air: Laissez paitre vos bêtes

 

Sur Francsoise Marguerite de Sevigné femme

De Francois Adhemar-de Monteil de Grignan,

Comte de Grignan etc.

 

C’est être bien habile,

Que d’avoir eu plus d’un amant,

Et d’avoir parû fille

A votre epoux Grignan,

Je vous plains fort pauvre matou (1),

L’on avoit bien fait les yeux doux,

Avant de se donner a vos,

On n’etoit pas cruelle

Je m’en raporte a Villeroy (2)

Qui meprisa la belle

Aussi bien que le Roy.

 

(1) On appelloit par plaisanterie le Comte de Grignan, le Matou.

(2) Francois de Neuville Marquis de Villeroy Colonel du Regiment Lionnois, Gouverneur de la ville de Lion, pais Lionnois, Forez et Beaujolois en survivance de Nicolas de Neuville Duc de Villeroy, Pair et Marechal de France son pere.

(3) Louis XIV.

 

 
                                                                                                                                                                                                                             [243] 

Chanson

1669

Sur l’Air: O Filii & Filiae.

 

Sur Gabriel de Rochechouart Duc de Mortemar, Pair

De France, Chevalier des Ordres du Roy, Gouverneur de

Paris etc et sur Françoise-Athenaise de Rochechouart sa fille,

Femme de Henry-Louis de Gondrin de Pardaillan Marquis de Montespan, maitresse du Roy.

 

Quand Mortemar eut aperceu

Que Montespan avoit conceu (1)

Il prit son Theorbe, et chanta (2)

                       Alleluia.

 

(1) C’est qu’Elle parut alors grosse de Louis Auguste Due du Maine qui n’acquit le 31 Mars 1670 et qui fut depuis Chtr des Ordres du Roy, Colonel gnal des Suisses et Grisons General des Galeres, Gouverneur de Languedoc, et legitimé le 19 Decembre 1673 sans que le Roy Louis XIV qui le reconnoissoit pour son fils, fit mention du nom de la mere et cela parcequ’Elle etoit mariée et que son mary etoit vivant.

(2) Mr. le Duc de Mortemart aimoit fort la musique et etoit ravy que sa fille fut maitresse du Roy.

 

 
                                                                                                                                                                                                                             [245] 

Chanson

1669

Sur l’Air: Des Contreveritez

 

Sur Anne-Lucie de la Mothe-Houdancourt

fille d’honneur de Marie-Thereze d’Autriche,

laquelle a ce qu’on pretend avoit grande envie

d’etre Maitresse du Roy.

 

Climene (1) soupire

Plus elle entend dire

Que le Roy (2) n’est pas impuissant

Plus son feu va croissant

Son air dans l’attente

Devient languissant

La pauvrette seroit contente

D’un coup en passant.

 

(1) C’est Mademoiselle de la Mother que l’Auteur entend par le mot Climene.

(2) Le Roy Louis XIV.

 


                                                                                                                                                                                                                             [247]  

Chanson

1669

Sur le même Air.

 

Sur Julie-Marie de S.te Maure, femme

d’Emanuel de Crussol depuis Duc d’Ysez.

 

D’une douce haleine,

Zephir dans la plaine,

Faisoit un amoureux printemps

Et Nantia (1) content

De sa tourterelle

Lui dit ma Crussol

Je ne scaurois voir ta prunelle (2)

Sans un parasol.

 

(1)....... S.r de Nantia Gentilhomme de Limosin Escuier ord.re de la Reine Marie-Therese d’Autriche, fort laid, fort desagreable et mediocrement honneste homme, l’on avoit descouvert qu’il etoit amoureux de Madame de Crussol, la plus laide, la plus puante et la plus degoutante femme qui fut jamais.

(2) ..... Madale de Crussol avoit un oeil de travers.

 


                                                                                                                                                                                                                             [249]  

Chanson

1669

Sur l’Air: Mon chapeau de paille.

 

Sur Louis de Beauvais etc. Maître d’Hostel du Roy

 qu’on appelloit ordinairement le Baron

de Beauvais.

 

Sans me piquer d’une haute naissance (1),

On m’apelle Baron;

Ce ne sont point de ces anciens de France

Dont on connoist le nom,

Fort incertain du costé de mon pere (2).

J’imite ma mere (3) moy,

J’unite ma mere.

 

(1) Louis de Beauvais etoit de fort basse naissance il s’etoit elevé par Catherine.......sa mere, 1re femme de Chambre et favorite de la Reine mere Anne d’Autriche.

(2) Cette Catherine.........sa mere etoit fort dereglée, ainsi il n’etoit pas bien seur que le Baron de Beauvais fut fils du mary de sa mere, il ressemblait meme tant a Clair-Gilbert d’Oraison S.r de Chamarande, 1er valet de chambre du Roy Louis XIV qui avoit eté longtems entretenu par Mad.e de Beauvais que personne ne doutoit qu’il n’en fut fils.

(3) Le Baron de Beauvais etoit fort debauché et se faisoit baiser aussi bienque sa mere.

 


                                                                                                                                                                                                                             [251]  

Chanson

1669

Sur l’Air, Marsain est aimable.

 

Contreverités.

 

Crussol est alerte,

Crequy pour la perte

Ne temoigne point de douleur,

D’Alluy n’eut jamais peur,

Dangeau pour la guerre

A un beau talent,

Et le Marqui de Senneterre

Est par trop galant.

 

D’Aumont est affable,

D’Ayen agrable,

Montpesat n’est point fanfaron,

Bien mieux que Ciceron

Du Marais harangue,

Raune est eloquent,

Terme se sert bien de sa langue

D’Alluy est vaillant.

 

Crussol est trop belle,

Brissac naturelle,

La Baume a un peu trop de foy,


                                                                                                                                                                                                                             [252] 

Harcourt n’aime que soi,

La Gesvre est sauvage ;

Mais pour la Coatquen,

Elle paroît a tous si sage.

Que l’on n’en dit rien.

 

Grignan est trop franche,

D’Elbeuf la dent blanche,

La Bade a d’amis quantité,

Mais pour la Ferté

Elle est par trop prude,

Ludre est sans beauté,

Bregis l’esprit un peu rude,

Soubise esclairé.

 

Pour la Marêchalle*           * de Castelnau

C’est une vestalle,

Termes n’est plus dans sa maison,

Et de Foix a raison,

De vivre a son aise

Il est sans soupçon,

Montreau traite sans cesse

Marsan d’un oison.

 

De Sault cherche a plaire,


                                                                                                                                                                                                                             [253] 

Et ne le peut faire,

Ragny ne dit pas cequ’il sent,

Mais pour Monsieur le Grand,

Il est tout mistere,

Tant il est galant,

Il a comme la Valiere

L’esprit penetrant.

 

Grignan est trop aigre,

D’Auvergne est trop maigre,

Charost epargne son prochain,

Le poly Lavardin

Porte la figure

D’un homme bien sain

A la Cour la vertu la plus pure

Est un Peguillin.

 

Grignan est aimable,

Genlis adorable,

L’avardin plaît en mille lieux,

Lauzun a de beaux cheveux,

Louvois est affable,

Crequy gracieux

Crussol a de l’esprit comme un Diable

Ventadour vaut mieux.

 
                                                                                                                                                                                                                             [254] 

Marsillac est tendre,

Menu Monsieur d’Ambre,

Thury des Dames bien traité

Pour le vieux la Ferté

Il n’a point de Cornes

Marsan est châtre

Rouannez a l’esprit un peu morne

Beuvron est Lettré.

 

S.t Aignan est sage

Danser a son âge

N’est pas manquer de jugement,

Tous les jours Beringhent,

Mazarin, Navailles,

D’Albon, Charost,

Vont s’ennyvrer avec Noailles

Chez le Grand Prevost.

 

St. Gelais est belle,

Et n’est point cruelle,

La Mark n’a point d’agrement

Ni certain enjouement

Qui scait si bien faire

Languir un amant,

Lanoy ne scauroit se défaire

De son air flaman.

 
                                                                                                                                                                                                                             [255] 

La Riche Cherziere

Fuit la bonne chere,

Et traite mari comme un chien,

Le petit Saint Aubin,

A l’air d’un gros frere

Qui se porte bien,

L’Abé* n’entent point ses Affaires        * de Coulanges

Et mange son bien.

 

Marsan est aimable,

St. Paul adorable,

Villeroy plait en mille lieux,

Termes a se beaux chevaux,

Dangeau est affable,

D’Albret un morveux,

Benhart a de l’Esprit comme un Diable

Mais Saucourt vaut mieux.

 

La Guise est si sage

Que son pucelage

Est tout moisi dedans son corps

Et jamais Montresor

N’entama la piece,

Et tout ce qu’on dit

De Tartufe, et de son altesse

N’est rien qu’un faux bruit.

 
                                                                                                                                                                                                                             [256] 

Poussé est coquette

Et toujours caquette,

La Guise se plaît en mille lieux,

Elle est sans serieux,

La Granccy maltraite

Si fort ses amans

Qu’elle a rebuté la Fleurette

D’un Prince du sang.

 

Rouville est affable,

De Jars est traitable,

D’Ambre caquette en mille lieux,

Beaufort parle des mieux

Vineuil est bon homme,

D’Olonne ennuyeux

Rochefort au temps ou nous sommes

N’a point d’Envieux.

 

Le Roy est affable,

La Reine est aimable,

Monsieur des Dames est amoureux,

D’Anguien est ennuyeux

Madame est sans charmes

Condé est peureux

La Guise d’amour a les armes

Dedans ses beaux yeux.

 

 
                                                                                                                                                                                                                             [257] 

Chanson

1669

Sur l’Air: Valençay par son vieil eclat

 

Ou l’autheur fait parler Louis de la Trimouille Comte d’Olonne à Madelene d’Angennes de la Louppe sa belle soeur femme de Henry de. Sennecterre Duc de la Ferté, Pair de Marechal de France, Chevalier des Ordres du Roy.

 

 

Le petit Saint Paul (1) est party

La Ferté, viens que je t’enco..........,

Tu dois accepter le party,

Je suis ton pis aller d’Olonne (2)

Ne me fais point la grimace (3)

 

(1) Charles-Paris d’Orleans Comte de St. Paul qui venoit de partir pour aller en Candie, comme il a eté dit dans l’argument de vers precedent. Ce Prince etoit amoureux et aimé de la Marechale de la Ferté a qui il fit meme un Enfant dont elle accoucha sans que mary le sceut.

(2)Le Comte de St. Paul etant party. La Marechalle se trouvoit sans amant, et le comte d’Olonne son beau frere se presenta pour remplir cette place.

(3) La Marechalle ne trouva pas son beaufrere agreable, ils s’accommoderent neantmoins par la suitte.

 
                                                                                                                                                                                                                             [258] 

Ne me fais point la grimace,

Dis donc, que ne m’ouvres-tu,

Est-ce d’Olonne la garce (4)?

Ou d’Olonne le cocu (5)?

 

(4) L’auteur fait parler la Marechalle avec mepris au Comte d’Olonne, et pour l’insulter lui demande si c’est lui qui parle ou Catherine-Henriette d’Angennes sa souer femme de ce comte, qui etoit aussi grande putain.

(5) Si la Comtesse d’Olonne etoit garce, il est de toute necessité que son mary etoit cocu.

 

 
                                                                                                                                                                                                                             [259] 

Chanson

1669

Sur l’Air: Quand la belle est malsatisfaite.

Dans la Cour, et dans la Gazette

On dit assez ceque vous faites,

Ne vantez plus vous même vos Exploits,

Il sied mal aux grands Rois

De conter des Sornettes;

Dans la Cour et dans la Gazette

On dit assez ce que vous faites

Lorsqu’on se sent les Affaires biennettes

On ne craint point de manquer de trompettes,

Dans la Cour et dans la Gazette

On dit assez ceque vous faites.

 

Cette Chanson est ironique ou bien fausse car ce Prince etoit fort modeste.

 


                                                                                                                                                                                                                             [261]  

Epigramme

1669

Sur la mort de Marie-Henriette de France Reine Douairiere d’Angleterre, arrivée le 10e Septembre 1669 dans sa Maison de Colombe prés Paris.

 

Le croiriez vous race future!

Que la Fille du Grand Henry (1),

Eut en mourant meme avanture

Que feu son pere (2), et son mary (3),

Tous trois sont morts par assassin

Ravaillac (4), Cromwel (5), Medecin (6),

 

(1) Marie Henriette Reine d’angleterre etoit 3.e et derniere fille de Henry le Grand IV.e du nom Roy de France.

(2) Le Roy Henry IV.

(3) Charles I Roy d’Angleterre.

(4) Francois Ravaillac natif d’Angoulesme qui assassina le Roy Henry IV. D’un coup de couteau, a Paris dans le Rue de la Feronerie le vendredy 14 May 1610.

(5) Olivier Cromwel anglois, lequel s’etant mis a la test du party des Rebelles contre Charles Ier Roy d’Angleterre fit etablir une haute cour de justice par le Parlement qui fit trancher la teste a ce Prince le 9 Fevrier 1649 sur un Echaffaut par la main du Boureau. Il y avoit 3 ans que les Ecossois parmy lesquels il s’etoit retiré l’avoient arresté et livré a Fairefax general des Parlementaires.

(6) Vallot Medecin du Roy fut accusé d’avoir causé la mort de la


                                                                                                                                                                                                                             [262] 

Royne Douairiere d’Angleterre, pour lui avoir donné de l’Opium pour le faire dormir, dont elle ne reveilla pas.

 

Henry d'un coup de Bayonette, (7)

Charles finit sur un billot, (8)

Et maintenant meurt henriette

Par l'ignorance de vallot. (9)

 

(7) Les historiens disent un couteau ordinaire et même assez petit.

(8) En Anglerre on tranche la teste avec une hache sur un Billot.

(9) Voyez l’article 6.

                                                                                                                                                                                                                              [263] 

Chanson

1669

Sur l’Air: Ton relon etc.

 

Sur les filles d’honneur et les principalles Dames de la Maison de Henriette-Anne d’Angleterre 1.re femme de Philipes de France Duc d’Orleans etc.

 

Entre nous deux Marèchale (1) mamie,

Vous sentez vous Dame d’honneur ou non

Vous affectez beaucoup de pruderie (2),

Mais vous avez un petit air fripon (3)

Ton relon ton ton etc.

 

Ne soyez plus desormais si distraite,

Songez a vous, Madale de Gourdon (6)

 

(1) Colombre le Charon femme de Coezar Duc de Choiseul Pair et M.al de Fr.ere Chtr des Ordres du Roy, Gouverneur dupois et Eveché de Toul, Surintend.t de la Maison et 1.er Gentilhomme de la Chambres de Philippes de Fr.ce Duc d’Orleans. Il s’apelloit le Maal du Plessis Praslain, la Maale sa femme etoit D.e d’honneur de Madame femme de ce Prince.

(2) C’etoit une dame de beaucoup de vertu et de fort peu d’Esprit.

(3) Cela est mis par Ironie, car Elle etoit fort laide, et loin d’avoir l’air fripon ell l’avoit stupide.

(4) Suzanne Charlotte de Grammont veuve de Henry Mitte Marqui se St. Chaumont Gouvernante de Marie-Louise d’Orleans est d’Anne d’Orleans filles de Monsieur et de Madame sa 1.re femme.

(5) Elle etoit fort aimable quoiqu’elle fut sur le retour.

(6)........de Goudon Dem.lle Ecossoise Dame D’atour de Madame.

                                                                                                                                                                                                                              [264] 

Vous devriez bien votre noce (7) etant faite

Avoir desja du lait dans le teton (8),

L’on relon ton ton etc.

 

Levant Bellay (9) quelquebas qu’on soupire,

Sa fine Oreille entend bien ce jargon,

Mais de Soyecourt (10) prenant plaisir a rire

Elle se tien seure de son baston (11),

Ton relon etc.

 

Avecque vous Dampierre (12) qu’elle affaire

Pourroir avoir un succés qui fùt bon,

Je vous connois votre humeur est severe,

A vos yeux prés vous semblez, un Caton (13),

Ton relon ton ton etc.

 

(7) Elle etoit fille et commençoit fort a se passer, c’est pourquoy l’auteur dit qu’elle auroit dû être mariée.

(8) C’est a dire avoir desja eu des Enfans.

(9) ........du Bellay fille d’honneur de Madale elle se disoit de la Maison du Bellay d’Anjou mais elle n’en etoit pas quoiqu’elle en portât le nom et les Armes.

(10) Maximilien de Belleforiere Marquis de Soyecourt Chtr des Ordres du Roy, M.r. de sa Garderobe, connu sous le nom du Grand joyecourt, il etoit amoureux de Mad.lle du Bellay qui l’écoutoit.

(11) L’Auteur par le mort de baton donne a entendre le V.... de M.r Soyecourt qui ne manquoit pas au besoin.

(12) De Dampierre fille d’honneur de Madame.

(13) Elle avoit de fort beaux yeux et n’etoit pas belle du reste, mais elle etoit fort sage et pleine de vertu.

                                                                                                                                                                                                                              [265] 

Sans me tromper en Fienne (14), je soubçonne

Que tout est beau du front jusqu’au talon,

Heureux celui qui dans cette personne

Pourroit jouir d’une autre rime en on (15),

Ton relon etc. 

 

Il vous faudroit pour vous guerir du Ludre (16),

Que le Pasteur vous mis au doigt un jon (17),

Vous avez l’air entre doux et lugubre,

Une Pigeonne a besoin d’un Pigeon (18).

Ton relon etc.

 

De votre mal (19) sans cesse je m’afflige

A Morisset (20) je m’en plains tout de bon,

Helas Monsieur que faudroit il lui dis je,

Pour la guerir, Moricet me repond.

Ton relon etc.

 

(14) ........de Fiennes fille d’honneur de Madame, Elle etoit tres Jolie et peu cruelle.

(15) C’est a dire le C............

(16) ........de Ludre chanoinesse de Poussé en Lorraine, fille d’honneur de Madame, Elle etoit belle comme le jour, aussi le Roy Louis XIV en fut il depuis amoureux.

(17)C’est a dire la marier pour la guerir d’une espece d’ebullition de sang qui de tems en tems lui elevoit et rougissoit toute la peau du corps comme une Eresipele.

(18) Elle parloit gras et prononçoit mal le mot de Pigeon, c’est pourquoy l’auteur a affecté de le mettre icy.

(19) L’auteur parle toujours a Madame de Ludre.

(20) C’estoit un des Medecins de Madame.

                                                                                                                                                                                                                              [266] 

Dessus Marce’ (21) vous l’emportez Nicole (22),

De son employ vous avez tout le bon,

Et du troupeau croyez sur ma parole

Que vous gardez le plus joly Mouton (23).

Ton relon ton ton etc.

 

(21) Madame de Marcé etoit la Gouvernance des filles d’honneur de Madame.

(22) Mad. lle Nicolle etoit la sous Gouvernante des filles d’honneur de Madame.

(23) Lorsque cette chanson a eté faite Madame de Ludre étoit malade, elle etoit hors de l’appartement de ses compagnes pour se faire guerir, et Mad.lle Nicole etoit avec Elle, C’est pourquoy l’auteur dit que la Sous Gouvernante l’emporte sur la Gouvern.te parcequ’elle garde Mad.e de Ludre la plus belle des Filles.

 

                                                                                                                                                                                                                              [267] 

Chanson

1669

Sur l’Air: des Branles de Mets

 

Sur........... Damoiselle du Chemin

 

Du chemin croit ête belle

Puisque Monsieur de Nanteuil (1)

Soupire pour son bel oeil,

Lui seroit elle cruelle

Non, car il est bien plus beau

Que le Bourgeois Tamboneau (2).

 

(1) Francois-Annibal d’Estrées Comte de Nanteuil fils ainé de Francois-Annibal d’Estrées Marquis de Coeuvres, depuis Duc d’Estrés Pair de France.

(2) Antoine Tamboneau Bourgeois de Paris qui avoit êté aimé de Madem.lle du Chemin.

 

                                                                                                                                                                                                                             [269]  

Chanson

1669

Sur l’air: des Branles de Metz

 

Sur François de Clermont-Tonnerre Evesque et Comté de Noyon, Pair de France.

 

D’un air fade et detestable,

Monsieur de Noyon disoit

A quelqu’un qui lui parloit

Des bien dont l’amour l’accable

Quand on n’a point de Pôumon

C’est en vain qu’on est aimable,

Quand on n’a point de Poumon

En vain l’on est beau Garçon.

 

                                                                                                                                                                                                                             [271]   

 

Chanson

1669

Sur l’Air: du Traquenar.

 

Chanson allegorique sur les Ministres et les Maitresses de Louis XIV Roy de France

 

L’Auclage du Soleil (1)

N’aura jamais son pareil

Il est de quatre chevaux (2)

Precedés de deux cavalles (3),

Il est de quatre chevaux

Bien meilleurs qu’ils ne sont beaux.

 

On scait bien que le premier (4)

Est un certain vieux routier

Qui va toujours par compas

En fournissant sa carriere

 

(1) Le Roy Louis XIV avoit pour devise un soleil qui eclairoit un Globe terrestre avec ces mots latins, nec pluribus impar, depuis qu’il l’avoit prise tous les poëtes le comparoient au soleil ainsy c’est ce Prince qu’il faut entendre par le Soleil.

(2) Ce sont les quatre Ministres de Louis XIV cy aprés.

(3) Ce sont les Maitresses du Roy Louis XIV cy aprés.

(4) Michel le Tellier Ministre et Secretaire d’Etat au Departement de la guerre, il etoit tres sage, tres fin, tres eclairé et tres habile, il fut depuis Chancelier.

                                                                                                                                                                                                                              [272]  

Qui va toujours par compas,

Et ne fait point de faux pas.

 

Le second (5) quoique son fils,

Est emporté comme six,

Il est toujours furibond,

Le compere le compere,

Il est toujours furibon

Et va par aults et par bonds.

 

Le troisieme (6) est cheval fin,

Dont on ne peut voir la fin,

Et quoiqu’il soit fort gouteux

Il devance, il devance,

 

(5) François-Michel le Tellier Marquis de Louvois, fils de Michel le Tellier, il etoit receu en survivance de la charge de Secretaire d’Etat, de son pere sés l’année 1655 et il l’exerçoit alors, c’etoit un homme violent emporté audacieux, vain, injuste malfaisant et avec cela homme d’un grand detail.

(6) Jean Baptiste Colbert Ministre et secretaire d’Etat au Departement de la Marine, de la Maison du Roy et du clergé, controlleurs general des Finances, Surintendant et Manufactures, Tresorier de l’Ordre du St. Esprit, il etait laborieux, et le plus habile Ministre qui ait jamais eté pour les Finances, il avoit eté autrefois simple commis de M.r le Tellier, dont il etoit alors le colegue et le competiteur jusques là qu’en 1672, la charge de Chancelier, de France vaccante par la mort de Pierre Seguier fut donnée a Estienne d’Alégre Doyen des conseillers d’Etat de peur de faire de jalousie entre M.rs le Tellier et Colbert qui tous deux y pretendoient.

                                                                                                                                                                                                                               [273]  

Et quoi qu’il soit fort gouteux,

Il devance tous les deux.

 

Le quatrieme (7) est felon,

Furieux comme un Lyon,

On scait que d’un coup de pied

Il a renversé Brienne (8),

On scait que d’un coup de pied,

Il l’a tout estropié.

 

Les Juments (9) sont a deux mains

Toutes deux fortes de reins,

 

(7) Hugues de Lionne Ministre et secretaire d’Etat au Departement des Affaires Estrangeres, c’estoit un tres bel esprit et un tres habile Ministre.

(8) Henry-Auguste de Lomenie Comte de Brienne et Louis henry de Lomenie son fils possedoient et exerçoient la Charge de Secret.re d’Etat des Affaires Estrangeres depuis 1643 jusqu’en 1663 qu’on les obligea de s’en demetre en faveur de M. de Lionne qui etoit lors secretaire des Commandements de la Reine mere Anne d’Autriche, on eut d’autant plus de raison de disgracier Mrs. De Brienne , que le pere etoit fort vieux et que le fils etoit un extravagant, qu’il fallut depuis en fermer a St. Lazare par l’avis de ses parents.

(9) Le Roy Louis XIV avoit lors 2 Maitresses declarées, scavoir Jeanne de la Baume- le Blanc Duchesse de la Valiere, et Françoise-Athenaise de Rochechouart de Mortemar, femme de henry-Louis de Gondrin de Pardaillan Marquis de Montespan, mais Mad.e de Montespan etoit alors la favorite, et le tems de Mad.e de la Valiere etoit passé, celle cy fut meme obligée peu aprés de quitter le monde et de se retirer aux carmelites du Fauxbourg St. Jacques a Paris où Elle prit l’habit et se fit Religieuse, et on l’apella

                                                                                                                                                                                                                              [274]  

depuis soeur Marie-Louise de la Misericorde.

 

L’une (10) est maigre au dernier point,

Toutes deux sont poulinieres (11),

L’une est maigre au dernier point,

L’autre creve d’embonpoint (12).

 

           

(10) Madame de la Valiere etoit fort maigre.

(11) Le Roy avoit eu des Enfans de toutes les deux, car de Madeleine de la Valiere il a eu Marie Anne de Bourbon depuis Princesse de Conty et Louis de Bourbon Comte de Vermandois Admiral de France, et de Madame de Montespan il a eu Louis Auguste de Bourbon Duc du Maine, Louis-Caezar comte de Vernandois, Louise-Francoise, Louise Marie Anne, Louis-Alexandre Comte de Toulouze et Françoise-Marie.

(12) Madame de Montespan etoit fort grasse.

 

                                                                                                                                                                                                                              [275]   

Chanson

1669

Sur un Air de Ballet apellé depuis l’air des Contreverités.

 

Par contreveritez sur plusieurs personnes de la Cour du Roy Louis XIV.

N.a Que les Commentaires expliqueront seulem.t les noms et les qualitez de ceux et de celles qui sont enoncez dans la Chanson, car pour les caracteres des uns et des autres, il suffit de scavoir que tout est icy par contr veritez pour voir qu’elle a êté l’intention de l’Auteur sur chaque particulier.

 

Le Roy (1) est affable,

La Reyne (2) est aimable,

Monsieur (3) des Dames est amoureux,

D’Anguien (4) est ennuyeux,

 

(1). Louis XIV; du nom Roy de France et de Navarre fils du Roy Louis XIII et de la Reine Anne d’Autriche.

(2) Marie Thereze d’Autriche Reine de France, femme du Roy Louis XIV fille de Philippes IV Roy d’Espagne, et d’Elisabeth de France son Epouse.

(3) Philippes de France Duc d’Orleans, de Chatres et de Valois, Pair de France, frere unique du Roy Louis XIV. Chtr des ordres de sa M.té ce Prince êtoit sodomite.

(4) Henry-Jules de Bourbon Prince du sang,  , Paires Grand Maître de France et Gouverneur de Bourgogne en survivance aprés Louis de Bourbon Prince de Condé son pere, Chtr des ordres du Roy.

                                                                                                                                                                                                                               [276]  

Madame (5) est sans charmes,

Condé (6) est peureux,

La Guise (7) d’amour a les armes

Dedans ses beaux yeux.

 

La Motte (8) est trop rude,

Crevan (9) est trop prude,

Elle a unpeu trop d’embonpoint,

Theobon (10) n’en a point,

Elle est trop severe,   alias La Ludre est trop fiere,

Mais pour Coetlogon (11)

D’aimer ce n’est pas une affaire

Elle est en prison (12).

 

(5) Henriette Anne d’Angleterre 1re femme de Philippes de France Duc d’Orleans, cette Princesse etoit fille de Charles 1.er Roy d’Ang.re et de henriette Marie des France son Epouse.

(6) Louis de Bourbon II. du nom Prince de Condé 1er Prince du sang, Pair de Fr.re Duc d’Enguien, de  Chateauroux, de Montmorency et de Sevre, Chlr des Ordres du Roy, Gouverneur de Bourgogne et le plus grand capit.e de son siecle.

(7) Elisabeth d’Orleans petite fille de France, femme de Louis Joseph de Lorraine Duc de Guise.

(8) Anne-Lucie de la Mothe-Houdancourt fille d’honneur de la Reine Marie-Thereze d’Autriche, Elle a depuis epousé René Francois Marquis de la Vieuville recu en survivance aux Charges de Chtr d’honneur de cette Reine et de Gouverneur de Poitou que possedoit Charles Duc de la Vieuville son pere.

(9)………. de Crevan fille d’honneur de la Reine Marie Thereze d’Autriche.

(10)…….. de la Motte-Theobon fille d’honneur de la Reine Marie-Thereze d’Autriche. Elle a depuis epousé Charles de Harcourt Comte de Beuvron.

(11) ……… de Coetlogon fille d’honneur de la Reine, Elle a depuis epousé Louis-Roger Marq.s de Cavoys grand Maal des Logis de la Maison du Roy, qu’Elle aimoit depuis longtemps.

(12) Cecy n’est pas une Contreverité, car le Marquis de Cavois etoit actuellem.t en prison pour s’estre batu en Duel contre le marquis de Courcelles.

 

                                                                                                                                                                                                                              [277]   

Saint Gelais (1) est belle

Et n’est pas cruelle,

La Marek (2) n’a point  d’agrément

Ny certain enjouement

Qui scait si bien faire

Languir un amant,

Lannoy (3) ne sçauroit se defaire

De son air Flamand (4).

 

D’Auvergne (5) est trop maigre,

Grignan (6) est trop aigre,

Charost (7) menage son prochain,

Le poly Lavardin (8)

 

(1)…………de……………de S.t Gelais fille d’honneur de la Reine Marie-Thereze d’Autriche. Elle se fit depuis Carmelite.

(2) Marie-Francoise Echallard de la Marck fille d’honneur de la Reine Marie Thereze d’Autriche. Elle a depuis epousé……… de……… Comte de Lannion Capitaine Lieutenant des Gensdarmes de la Reine.

(3)…………… de Lannoy fille d’honneur de la Reine Marie Thereze d’Autriche. Elle a depuis epousé Jacques de la Baume Comte de Mont-Revel.

(4) Elle etoit Flamande prres la ville de Fournay ou sa beauté et sa naissance la firent prendre lorsque la Cour y passa aussitost que le Roy Louis XIV L’eut prise.

(5) Federic-Maurice de la Tour-d4auvergne Comte d’Auvergne. Il fut depuis Colonel gnal de la Cavalerie legere, et Gouverneur de Limosin.

(6) Francois Adhemar de Monteil Comte de Grignan Lieut. gnal en Provence. Il fut depuis Chtr des orders du Roy.

(7) Armand de Bethune Marq.s de Charost recu en survivance et exerçant La Charge de Capitaine des Gardes du corps du Roy pour Louis de Bethune Comte de Charost son pere. Il a depuis eté Duc et Pair de France. Lieut.t gnal en Picardie, Gouverneur de Chlais, et Chtr des Ordres du Roy.

(8) Henry-Charles de Beaumanoir Marquis de Lavardin, Lieut.t general en Bretagne, il fut depuis Ambassadr a Rome et Chlr des orders du Roy

                                                                                                                                                                                                                               [278]  

Porte la figure

D’un homme fort saint,

De la cour la vertu la plus pure

Est en Peguillain (1).

 

Grignan (2) est trop franche.

D’Elbeuf (3) la dent blanche

La Bade (4) a d’amis quantité

Mais pour la la Ferté (5)

Elle est par trop prude,

Ludre (6) est sans beauté,

Bregy (7) a l’esprit un peu rude,

Soubize (8) éclairé.

 

(1) Antonin de Caumont-Lauzun Marquis de Peguillain.

(2)  Francoise-Marguerite de Sevigué femme de Francois Adhemar de Monteil Comte de Grignan, Lieutenant general en Provence. L’Aut.r se meprend icy, car Elle n’est que trop franche.

(3) Elizabeth de la Tour d’Auvergne, 2 de femme de Charles de Lorraine Duc d’Elbeuf Pair de France, Gouverneur de Picardie et Artois.

(4) Louise-Chrestienne de Savoye veuve de Ferdinand Maximilien Prince de Bade, Dame du Palais de la Reine Marie Thereze d’Autriche.

(5) Madelene d’Angennes- de la Loupe femme de Henry de Seuecterre Duc de la Ferté, Pair et Mareschal de France, Chevalier des Ordres du Roy, Gouverneur des ville et citadelle de Metz etc.

(6) De Ludre Chanoinesse de Poussé en Lorraine, fille d’honneur de Henriette – Anne d’Angleterre Duchesse d’Orleans.

(7) ………….. femme de…………. De Flexelles Marquis de Bregy.

(8) Anne Chabot de Rohan femme de Francois de Rohan Prince de Soubize, L’Auteur se meprend en cet endroit, Car Madame de Soubize a beaucoup d’esprit a la verité, Il n’est pas brilliant.

                                                                                                                                                                                                                              [279]  

Castelnau la mince

N’aime point les Princes, (2)

C’est une farouche beauté

Et sans la cruauté

On verroit chez Elle

St. Paul arresté (3)

Chacun nous dit que la belle

L’a fort maltraité.

 

Pour la Marêchale (4)

C’est une vestale,

Termes (5) n’est plus dans sa maison,

De Foix (6) a bien raison

De vivre a son aise.

 

(1) Marie Foucault fille de Louis Foucault Maal de France femme de Michel Marquis de Castelnau Gouverneur de Brest.

(2) L’auteur entend par l’a Charles-Paris d’Orleans Duc de Longueville et d’Etouteville Prince Souverain de Neufchatel et de Wallengin en Suisse, Comte de St. Paul, Gouverneur de Normandie; Il fut tué sans être marié au passage du Rhin le 12 de Juin 1672.

(3) C’est le même Charles Paris d’Orleans etc. qu’on appelloit le Comte de St. Paul avant que Jean Louis d’Orleans son frère aîné se fut fait d’Eglise.

(4) Marie Girard D’Efpinay veuve de Jacques de Castelnau Maal de France, Gouverneur de Brest.

(5) Coezar-Auguste de Gondrin Marquis de Termes.

(6) Henry-Charles de Foix Duc de Rendan Pair de France, apellé le Duc de Foix Marquis de Senecey, Captal de Buch, Comte de Flers etc.

                                                                                                                                                                                                                               [280]  

Sans aucun soubçon,

La Montereau (1) traite sans cesse

Marsan (2) d’un Oison.

 

D’un amiable couple

De deux esprits souples,

On voit un digne rejetton,

La Cruffol (3) est sans C…,

Mais en recompense

Elle sent fort bon,

Et son mary (4) pour Elle je pense

A le V…..trop long.

 

(1)…………….de………….femme de……………… Garnier S.r Montereau President du Parlement de Metz.

(2) Charles de Lorraine Comte de Marsan Enseigne de la 2.de Compagnie des Mousquetaires du Roy Louis XIV et depuis Chtr. De ses Ordres. Il a depuis aussi epousé Marie d’Albret fille unique de Coezar-Phoebus d’Albret Marechal de France.

(3) Julie-Marie de S.tes Maure Comtesse de Crussol et depuis Duchesse d’Usés. Elle etoit fille de Charles de S.te Maure Duc de Montauzier Pair de France Chtr des ordres du Roy. Gouverneur de Xaintonge et Angoumois. Lieutenant general en haute et basse Alsace,- Commandant en Normandie, depuis Gouverneur de cette Province et de la personne de Louis Dauphin de France et de Julie-Lucie d’Angennes de Rambouillet, Mr. de Montauzier avoit l’Esprit fort dur, et c’est pour cela que l’auteur apelle la Comtesse de Crussol sa fille rejetton d’Esprit souple.

(4) Emanuel Comte de Crussol depuis Duc d’Usez Pair de France.

                                                                                                                                                                                                                               [281]  

Crequy (1) est coquette,

De Luines (2) est Solette,

Vibrays (3) a quantité d’amans,

Mais pour la Saint Geran (4)

Chacun la rebutte

Car Elle a cent ans,

Sully (5) a l’esprit par trop brute

Marey (6) est sans dents.

 

Montglat (7) est un ange,

La chaste Thiange (8)

Est un exemple de vertu,

D’Olonne (9) n’a point f……..

 

(1) Armande de St. Gelais et de Lusignan, femme de Charles Duc de Crequi Pair de France Dame du Palais de la Reine Marie Thereze d’Autriche et depuis sa Dame d’honneur.

(2) Anne de Rohan femme de Louis-Charles d’Albert Duc de Luines Pair de France etc. elle etoit tante de son mary qu’elle epousa par dispense du Pape Alexandre VII.

(3) ……… Le Coigneux femme de……… Hurault Marquis de Vibrais, Elle fut depuis D.e d’honneur d’Elizabeth d’Orleans Duchesse de Guise et d’Alençon petite fille de France.

(4) Madelene de Wargnés de Monferville femme de Bernard de la Guiche Comte de St. Geran et de la Police. Elle fut depuis D.e du Palais de la Reine Marie Thereze d’Autriche.

(5) Marie-Antoinette de Servien femme de Maximilien-Pierre Francois de Berhune Duc de Sully Pair de France.

(6) Marie Louise Rouxel de Grancey veuve de Joseph Rouxel Comte de Marey, son cousin.

(7) Elizabeth Hurault de Chiverny femme de Francois de Paule de Clermont Marquis de Montglat, chtr des ordres du Roy.

(8) Gabrielle de Rochechouart de Mortemar, femme de Claude-Eleonor de Damas Marquis de Thianges.

(9) Catherine Henriette d’Angennes de la Loupe, femme de Louis de la Trimouille Comte d’Olonne.

                                                                                                                                                                                                                               [282]  

Sa soeur (1) trouve etrange

Qu’on la f……. en cu,

La Baume (2) de v……. ne change

S’il n’est plus menu.

 

Marsillac (3) est tendre,

Menu Monsieur d’Ambres (4),  

Thury (5) des Dames est bien traité,

Pour le vieux la Ferté, (6)

Il n’a point de cornes,

Marsan (7) est Châtré,

 

(1) Madelene d’Angennes de la Loupe femme de Henry de Senecterre Duc de la Ferté Pair et Maréchal de France Chtr des ordres du Roy, Gouverneur des ville et citadelle et Evêché de Mets pais Messin, Evêché de Verdun vie, et moyenvie etc. N.a Que ces deux soeurs etoient les deux plus debordés creatures dont on ait jamais ouy parler depuis Messaline.

(2) ……..de Bonne, femme de……..Comte de Tallard.

(3) Francois de la Rochefoucault Prince de Marsillac depuis Duc de la Rochefoucault Pair de France Grand Al.e de la Garde: robe du Roy, Gouverneur de Berry Grand Veneur de France Chtr des ordres de sa Majesté.

(4) ………….. de Gelas et de Voisins Marquis d’Ambres.

(5) Louis de Harcourt Marquis de Tury.

(6) Henry de Senecterre Duc de la Ferté Pair et Marêchal de France Chte des Ordres du Roy, Gouverneur des ville Citadelle et Evesché de Metz, pais Messin Eveché de Verdun Vie et Moyenvie.

(7) Charles de Lorraine comte de Marsan, Enseigne de la 2.de Compagnie des Mousquetaires du Roy, depuis Chte de ses ordres.

                                                                                                                                                                                                                               [283]  

Rouannes (1) a l’esprit triste et morne,

Beuvron (2) est Lettré.

 

Grignan (3) est amiable,

Genlis (4) adorable,

Lavardin (5) plait en mille lieux,

Lauzun (6) aux beaux cheveux,

Louvois (7) est affable,

Crequy (8) gracieux,

Crussol (9) a de l’esprit comme un Diable,

Ventadour (10) vaut mieux.

 

(1) Francois d’Aubusson de la Feuillade Duc de Rouanneis depuis Marêchal de France, Colonel du Regiment des Gardes Francoises, Gouverneur du Dauphiné et Chlr des Ordres du Roy.

(2) Francois de Harcourt Marquis de Beuvron Lientenant gnal en Normandie. Gouverneur du vieux Palais de Rouen, depuis Chevalier des Ordres du Roy.

(3) Francois Adhemar de Monteil Comte de Grignan Lieuten.t gnal en Provence, depuis Chtr des Ordres du Roy.

(4) Brulard Marquis de Genlis, Gouverneur du Fort Baraut. Capitaine Lieutenant des Gendarmes de M. le Duc d’Anjou.

(5) Henry Charles de Beaumanoir Marquis de Lavardin Lieutenant general en Bretagne.

(6) Antonin- Nompar de Caumont comte de Lauzun Capit. E des Gardes du Corps du Roy. Il etoit alors son favory.

(7) Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois receu en survivance Secret.re d’Etat au Departement de la Guerre aprés Michel le Tellier son pere. Il fut depuis Chan.er des Ordres du Roy et Ministre d’Etat.

(8) Charles Duc de Crequy Pair de France Chtr des Ordres du Roy, 1er Gentilhome de sa Chambre, Gouverneur de Lesdin.

(9) Emanuel Comte de Crussol depuis Duc d’Ysés Pair de France Chtr des Ordres du Roy, Gouv.r de Xaintonge et Angoumois.

(10) De Levy Duc de ventadour Pair de France.

                                                                                                                                                                                                                               [284]  

*Marsan (1) est aimable,

St. Paul (2) adorable,

Villeroy (3) plaist en mille lieux,

Termes (4) a de beaux cheveux

D’Angeau (5) est affable,

Albret (6) gracieux

Bernard (7) a de l’esprit comme un Diable

Mais Soyecourt (8) f………. mieux.

 

* Ce couplet cy est par verité et non pas par contreverité et c’est une parodie du precedent.

 

(1) Charles de Lorraine Comte de Marsan lors Enseigne de la 2.de Compagnie des Mousquetaires du Roy, depuis Chevalier de ses Ordres.

(2) Charles-Paris d’Orleans, lors apellé le Comte de St. Paul depuis Duc de Longueville et d’Etouteville Prince Souverain de Neufchastel et Wallengin en Suisse.

(3) Francois de Neuville Marquis de Villeroy, depuis Duc de Villeroy, Pair de France, Chtr des ordres du Roy et Gouverneur de Lyon, Lionnois, Forez et Beaujolois.

(4) Charles de Gondrin Marquis de Termes.

(5) Philippes de Coursillon Marquis de Dangeau Gouverneur de Touraine, depuis Chevalier d’honneur de Marie-Anne-Christine-Victoire de Baviere Dauphine de France et Chevalier des ordres du Roy.

(6) Charles-Antanieu d’Albret.

(7) Bernard de Longueval Marquis de Manicamp.

(8) Antoine-Maximilien de Belleforiere Marquis de Soyecourt M.e de la Garderobe du Roy, Chtr de ses ordres, puis aprés Grand Veneur.

                                                                                                                                                                                                                               [285]  

La Guise (1) est si sage

Que son pucelage,

Est tout moisy dedans son corps,

Et jamais Monthresor (2)

N’entama sa piece,

Et tout cequ’on dit

De Tartuffe (3) et de son Altesse (4).

N’est rien qu’un faux bruit.

 

D’Olonne (5) soupier

Et ne l’ose dire,

C’est un fort discret amoureux

Moreuil (6) fait beaucoup mieux,

 

(1). Marie de Lorraine appellée Madem.lle de Guise. Elle fut depuis heritiere de tous les biens de la Branche de Guise par la mort de Louis-Joseph de Lorraine Duc de Guise, Pair de France, son neveu laquelle arriva le 30 Juillet 1671 et par celle de……. De Lorraine son fils arrivée le…………

(2)……….de Bourdeilles S.t de Montresor tout le monde le croyoit marié avec Madem.lle de Guise.

(3) Gabriel de Roquette Evesque d’Autun, c’étoit un grand hypocrite, et l’on disoit meme que J.B. Moliere l’avoit pris pour le modele de son Tartuffe.

(4) Mad.lle de Guise

(5) Louis de la Trimouille Comte d’Olonne et de Royan, Senechal de Poitou.

(6) Alphonse de Moreuil Comte de Moreuil 1.er Escuier de Louis de Bourbon Prince de Condé 1er. Prince du sang etc.

                                                                                                                                                                                                                               [286]  

Il dit son martire

Il offre ses voeux,

Guitaut (1) bien plus fin se retire

Et se moque d’Eux.

 

Rouville (2) est affable,

De Jars (3) est traitable,

D’Ambres (4) caquette en mille lieux,

Beaufort (5) parle des mieux,

Vineuil (6) est fort bon homme,

D’Olonne (7) ennuyeyx,

Rochefort au tems où nous sommes

N’a point d’envieux.

 

(1) Guillaume de Pechepeyrou de Comenges S.r de Guitaut 1.er Gentilhomme de la Chambre de Louis de Bourbon Prince de Condé 1.er Prince du sang etc. il etoit Chevalier des Ordres de Roy.

(2)* …….de…………… Marquis de Rouville.

(3) ………de Rochechouart Commandeur de Jars Chtr de Malte.

(4) ……………de Gelas et de Voisins Marquis d’Ambres.

(5) Francois de Vendosme Duc de Beaufort Amiral de France, Chtr des Ordres du Roy.

(6) …… Hardier S.r de Vineuil Bourgeois de Paris, maire qui etoit toujours avec les gens de la cour.

(7)……….de la Trimouille comte d’Olonne.

(8) Henry-Louis d’Alongny Marquis de Rochefort, capitaine des Gardes du corps du Roy, il etoit cousin germain par sa femme de M.r de Louvois qui le fit depuis Gouverneur de Lorraine, et Marechal de France.

                                                                                                                                                                                                                               [287]  

De Sault (1) cherche a plaire

Et ne le peut faire,

Ragny (2) ne dit que ce qu’il sent

Mais pour Monsieur le Grand (3)

Il est tout mistere,

Tanti l est Galand,

Il a comme la Valliere (4)

L’Esprit penetrant.

 

Crussol (5) est trop belle,

Brissac (6) naturelle,

La Baume (7) a trop de bonne foy,

 

(1) Francois-Emanuel de Bonne de Crequy, d’Agout, de Vese, Montlaur et de Montauban Comte de Sault depuis Duc de Lesdiguieres Pair de France, Gouverneur de Dauphine, ville et Arsenal de Grenoble.

(2) Charles-Nicolas de Bonne de crequy, d’Agout, de Vese, Montlaur et de Montauban, Marquis de Ragny, frère cadet de Francois Emanuel Comte de Sault.

(3) Louis de Lorraine Comte d’Armaignac Grand Escuier de France et pour ce la appellé M.r le Grand, Senechal de Bourgogne, Gouverneur d’anjou, ville et chateau d’Angers et de Ponts de Cé.

(4) ……….de la Baume-le Blanc Marquis de la Valiere Gouverneur de Bourbonnois et de la Ville de Moulins. Il etoit frère de Jeanne de la Baume le Blanc Duchesse de la Valiere Maitresse du Roy Louis XIV.

(5) Marie-Julie de S.te Maure femme d’Emanuel Comte de Crussol depuis Duc d’Vsez Pair de France etc.

(6) Gabrielle Margueritte-Louise de St.Simon I.re femme de Henry Albert de Cossé Duc de Brissac, Pair de France.

(7) ……….de Bonne, femme de……..comte de Tallart.

                                                                                                                                                                                                                               [288]  

Harcourt (1) n’aime que soy,

La Gesvre (2) est sauvage,

Mais pour la Coetquen (3)

Elle a toujours été si sage

Que l’on n’en dit rien.

 

Poussé (4) est coquette,

Et toujours coquette,

La Guise (5) plaît en mille lieux,

Elle est sans serieux

La Grancey (6) maltraite,

Si fort ses amans,

 

(1) Francoise de Brancas femme de Alphonse de Lorraine Prince de Harcourt Dame du Palais de la Reine Marie-Thereze d’Autriche.

(2) Marie-Francoise du Val de Fontenay Mareuil femme de Leon Potier Marquis de Gesvres, 1er Gentilhomme de la Chambre du Roy, Gouverneur de Monteaux, depuis Duc et Pair de Fr.

(3) Marguerite-Gabrielle Chabot de Rohan femme de……. Marquis de Coëtquen, Gouverneur de St. Malo.

(4) Clair-Clemence de Raguier de Poussé appellee Madem.lle de Poussé

(5) Elisabeth d’Orleans petite fille de France, femme de Louis Joseph de Lorraine Duc de Guise et d’Alençon Prince de Joinville etc.

(6) Marie-Louise de Rouxel de Medavy appellée lors Mad.lle de Grancey. Elle fut depuis Dame d’atour de Marie-Louise d’Orleans petite fille de France Reine d’Espagne. Et depuis on l’apella Madame de Grancey quoiqu’elle ne fut pas mariée.

                                                                                                                                                                                                                               [289]  

Qu’elle a refusé la fleurette

D’un Prince du sang (1).

 

Crussol (2) est alerte,

Crequy (3) pour la perte

Ne montre jamais de douleur,

D’Halluye (4) n’eut jamais peur

Dangeau (5) pour la guerre

A de beaux talens

Et le Marquis de Senecterre (6)

A l’esprit galand.

 

(1) Philippes de France Duc d’Orleans, c’est la seule femme dont ce Prince ait été amoureux.

(2) Emanuel comte de Crussol, depuis Duc d’Usés, Pair de France, Chevalier des Ordres du Roy, Gouverneur de Xaintonge et Angoumois.

(3) Charles Duc de Crequy Pair de France, Chevalier des Ordres du Roy, 1.er Gentilhomme de sa Chambre, Gouverneur de Hesdin.

(4) Paul d’Escoubleau de Sourdis Marquis D’Alluy, Gouverneur d’Orleans Orleanois pais chartrain et Blesois.

(5) Philippe de Cousillon Marquis de Dangeau, Gouverneur de Touraine, depuis il fut fait Chtr d’honneur de Marie-Anne-Chrestiene-Victoire de Baviere Dauphine de France et Chevalier des Ordres du Roy.

(6) Henry Marquis de Senecterre et de Chasteaunneuf Vicomte de Lestrange appelé le Marquis de Senecterre.

                                                                                                                                                                                                                               [290]  

St. Aignan (1) est sage,

Danser a son âge,

N’est pas manquer de jugement

Tous les jours Beringhen (3),

Mazarin (4), Navailles (5),

D’Albon, et Charost (7),

Vont s’enyvrer avec Noailles (8)

Chez le Grand Prevost (9).

 

(1)François de Beauvillier Duc de St. Aignan, Pair de France, Chevalier des Ordres du Roy, 1.er Gentilhomme de sa Chambre, Gouverneur des ville et citadelle du havre de Grace.

(2) Il avoit plus de 70 als qu’il dansoit dans les Balets du Roy aussi etoit il aussi fol que Paul de Beau villier son fils etoit sage.

(3) Henry de Beringhen, Chevalier des Ordres du Roy, 1er Ecuier de sa petite Ecurie, et Gouverneur de la Citadelle de Marseille.

(4) Charles de la Porte-Mazarin Duc de Mazarin, et de las Meilleraye, Pair de France, Gouverneur d’Alsace, de Brissac, la Fere, de Port Louis, et de Vincennes, depuis Chevalier des Ordres du Roy.

(5) Philippes de Montaut Duc de Navailles Chtr des Ordres du Roy, Gouverneur de la Rochelle et pais d’Aunis, depuis Marêchal de France.

(6) ……………..de………….. Comte d’Albon Chtr d’honneur de Henriette-Anne d’Angleterre Duchesse d’Orleans.

(7) Armand de Bethume Marq.s de Charost receu en surviv.ce de la charge de Capit.e des Gardes du Corps du Roy que possedoit son pere depuis Duc et Pair.

(8) Anne Duc de Noailles Pair de France Chtr des Ordres du Roy, capit.e de la 1re. comp. des Gardes de son Corps.

(9) Jean du Bouchet Marq.s de Sourches g.l Prevôt de France.

                                                                                                                                                                                                                              [291]  

Le Riche Cheziere(1),

Fait la bonne chere

Et traite Mery(2) comme un chien,

Le petit saint Aubin(3),

A l’air d’un gros frère

Qui se porte bien

L’Abé(4) n’entend point ses affaires

Et mange son bien.

 

………..est aimable,

Quand il est a table

Le verre a la main il fait bruit,

Mais leve t’on le fruit

Le sommeil l’accable,

Il voudroit son lit,

Le Soleil le plus agreeable

Luy………………

 

(1)………..de Coulanges S.r de Cheziere.

(2) Suzanne le Hardy de la Trousse appellée Madelene de Mery soeur de Philippes le Hardy Marquis de la Trousse qui fut depuis Capitaine Lieutenant des Gendarmes de Mr. le Dauphin, Gouverneur d’Ipres en Chtr des ordres du Roy.

(3)……….de Coulanges S.r de S. t Aubin.

(4) ………..de Coulanges Prestre abbé de l’Abaye de Livry.

            N. a que tous ceux qui sont enoncés dans ce Couplet, sont plustost gens de la Ville que gens de la Cour.

 

                                                                                                                                                                                                                               [293]  

Chanson

1669

Sur l’air: Si d’une Fiévre ou d’une colique.

 

Sur Henry de Senecterre Duc de la Ferté-Senecterre, Pair et Marechal de France, Chtr des Ordres du Roy.

 

La Ferté tu fais bien le farouche,

Le mechant le fier et le bouru,

Mais tu n’est pourtant qu’un bon cocu

De baiser si souvent la bouche

Qui de Villarceaux baise le cu.*

 

* L’auteur entend par là, Madelene d’Angennes de la Loupe femme du Marêchal Duc de la Ferté qui aimoit N……… de Mornay Marquis de Villarceaux.

 

                                                                                                                                                                                                                              [295]  

Chanson

1669

Sur l’air: Mais.

 

Sur Louise-Renée de PenenKouët appellée

Mad.lle de Kerouald, fille d’honneur de

Henriette Anne d’Angleterre I.re femme

de Philippes de France Duc d’Orleans.

 

Chapelle (1) a dit à Kerouald sa Cousine

Monsieur (2) le Grand, il a fort bonne mine

Mais

Il a trop petite pine

Ne vous en servez jamais.

 

(1) ……………..

(2) Louis de Lorraine Comte d’Armaignac Grand Escuier de France, Senechal de Bourgogne, Gouverneur d’Anjou, ville Chateau d’Angers et des Ponts de Cé.

 

                                                                                                                                                                                                                              [297]   

Chanson

1669

Sur l’air: Laissez paitre vos bestes.

                         

Sur l’emprisonnement de Philippes Chtr de Lorraine favory de Philippes fils de France Duc d’Orleans que le Roy de France fit arrester l’an 1669 et conduire au Château de Pierre-Ancise de Lyon.

 

Laissez à Pieere-Ancise

Le Chevalier Italien (1),

Laissez a Pierre-Ancise

Ah, mon Dieu, qu’il est bien.

 

(1) L’auteur apelle le Chevalier de Lorraine Italien parcequ’il etoit grand Sodomite, et c’est ce qui lui avoit merité et donné la faveur de Philippes de France Duc d’Orleans frère unique du Roy etc dont il etoit a lors le favory et en un tel pouvoir qu’il le gouvernoit absolument, c’est en partie cequi causa sa disgrace. Car il traversoit entout Anne-Henriette d’Angleterre 1.re femme du Duc d’Orleans pour qui le Roy Louis XIV avoit une grande considertion. Le sujet qui causa son emprisonnement fut tel: Louis Barbier de la Riviere Evesque Duc de Langres Pair de France etc. venoit de mourir. Il avoit plusieurs Abayes entr’autres celle de St. Benoit sur L’Oire et celle de……… qui etoit dans l’apanage de Monsieur, c’estoit au Prince a les donner, et il engratifia le Chevalier de Lorraine. Le Roy qui le chaissoit, voulut que Monsieur fit un autre choix, Monsieur ne le voulut pas, la chose s’echauffa et le Chevalier ayant tenu quelq.

                                                                                                                                                                                                                              [298]  

propos peu respectueux du Roy a cette occasion, le Roy le sceut et fit arrêter le Chevalier de Lorraine, on le conduisit au chateau de Pierre-encise a Lyon, et de là au Chateau d’If, d’où aprés son elargissement il alla a Rome, Monsieur chagrin de l’emprisonnement de son favory se retira a Villiers-Coterets et y fut peu. Par la suite l’affaire s’accomoda, le Chevalier eut ses Abayes; mais il faut remarquer qu’il étoit encore a Pierre-Ancise quan cette chanson fut faite.

 

 

Hors Fienne (2) qui brûle d’amour

Les plus importans de la Cour

S’en rejoüiront tour a tour,

La petite Fayette (3)

En rit desja secretement

Clerembault (4) le regrette,

Mais moins que son argent (5).

 

Quand la Saint Chaumont (6) le scaura,

 

(2) de Fienne fille d’honneur de Madame qui aimoit le Chtr de Lorraine.

(3) Madelene Pioche de la Vergne e veuve de Francois comte de la Fayette, laquelle n’aimoit pas le Chtr de Lorraine.

(4) Louise-Françoise le Bouthillier de Chavigny, veuve de Philippe de Clerembaut Maal de France, Gouvernante des Enfans de Monseur, j’ay veu qu’on metoit icy….. Gillier, Marquis de Clerembaut.

(5) On pretend qu’Elle avoit donné de l’argent au Chevalier de Lorraine pour être Gouvernante des Enfans.

(6) Suzanne-Charlotte de Grammont veuve de Henry Mitte Marquis de St. Chaumont.

 

                                                                                                                                                                                                                              [299]  

Asseurement elle dira,

Voyez le Grand et cetera (7),

Qui causa ma disgrace (8),

Et que la fortune a mis bas

Il a vendu ma place

Et n’en est pas plus gras (9).

 

Grammont (10) qui n’en est pas marry

En parlant de ce favory.

Voyez un peu quell hourvary,

Diable, quel benefice,

Langres (11) lui laisse aprés sa mort,

Le bon Dieu le benisse

Il le meritoit fort.

 

(7) Le grand Bourgre

(8) Elle etoit Gouvernante des enfans de Monsieur avant la Marechalle de Clerembaut et fort aimée de Madame le chevalier de Lorraine l’a brouilla avec Monsieur et la fit chasser.

(9) Voyez l’article 5.

(10) Philbert Comte de Grammont frère de la Marquise de St. Chaumont.

(11) Louis Barbier de la Riviere Evesque Duc de Langres Pair de France etc. voyez l’article 1er de ce commentaire.

 

                                                                                                                                                                                                                               [301]  

Chanson

1670

Sur l’Air………………

Sur Marguerite-Gabrielle-Louise de St. Simon 1.re femme de Henry-Albert de Cosse Duc de Brissac Pair de France, laquelle ne pouvoit, disoit, on, retenir son urine.

 

La jeune Brissac* pisse

Tous les jours dans son lit

Ce n’est pas par malice,

Ni qu’il soit trop petit

A ce que chacun dit.

 

* L’auteur l’apelle la Jeune parceque Marguerite de Gondy Duchesse de Brissac sa belle mere vivoit encore.

 


                                                                                                                                                                                                                               [302]   

Chanson

1670

Sur l’Air: du Traquenard.

Sur Margueritte-Gabrielle-Louise de St. Simon 1.re femme de Henry-Albert de Cossé Duc de Brissac Pair de France laquelle ne pouvoit, disoit on, retenir son urine.

 

A Madame de Brissac

Il lui faut un petit sac

Afin de recevoir

L’Eau subtile

Qui distille,

Afin de recevoir

L’eau de son Ducal Pissoir.

 

Le titre de la chanson lui sert de commentaire.

 
                                                                                                                                                                                                                               [303]  

 

Chanson

1670

Sur l’air: objet charmant et beau

 

Sur Margueritte-Gabrielle-Louise de St. Simon 1.re femme de Henry-Albert de Cossé Duc de Brissac, Pair de France.

 

Je serois bien fâché

Je serois bien faché

De manquer au respect qu’on doit a la Duché.

Mais le C…..de Brissac n’est pas bien desseché.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire il suffit de la precendente a laquelle le lecteur est renvoyé.

 


                                                                                                                                                                                                                               [305]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

A Philippe de Lorraine dit le Chevalier

 de Lorraine.

 

Beau Prince de Lorraine

Où Diable vas tu tant courir,

On veut t’enlever Fienne (1),

Viens t’en la secourir (2),

La place est belle, et si l’on tient

Qu’elle se defendra fort bien,

Pourveu qu’il ne lui manque rien,

Mais bientost la famine

L’a va faire capituler,

Si tu ne t’achemines

A la ravituailler.

1………….de Fiennes fille d’honneur de Henriette- Anne d’Angleterre Duchesse d’Orleans.

 

2. Le Chevalier de Lorraine etoit alors en Italie relegué par ordre du Roy.

 


                                                                                                                                                                                                                               [307]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Sur Margueritte-Gabrielle-Louise de St. Simon 1.re femme de Henry-Albert de Cossé Duc de Brissac Pair de France.

 

La coquette Duchesse

Abandonne son Duc François (1)

Et ses vieilles tendresses

Pour plaire a son Anglois, (2)

Aprés avoir envain tenté

D’assujetir sa Majesté

Qui n’a pas daigné l’ecouter

Elle est enfin reduitte

A minauder (4) des Estrangers

Celuy qui l’a seduitte

A des plaisirs legers.

 

(1)Armand-Jean du Plessis de Richelieu Duc de Richelieu, Pair de France.

(2) Milord Comte de Montaigu 1.er Escuier de la Reine d’Angleterre, Ambassadeur de cette Couronne en France.

(3) Louis XIV Roy de France.

(4) Madame la Duchesse de Brissac etoit fort grande minaudiere.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [309]  

Chanson

1670

Sur l’Air: Or nous dites Marie.

 

Sur……..du Chemin.

 

Du Chemin, je vous prie

Parlez nous franchement,

N’avez vous point envie

De faire un autre amant,

Il faut bien que j’en fasse,

J’ay perdu Tamboneau, (1)

Mormand (2) prendra sa place

Je le trouve plus beau.

 

(1) Antoine Tambonneau.

(2)…….le Febvre de Caumartin, Sr. Mormand, Escuier de la Reine Marie-Thereze d’Autriche.

 
                                                                                                                                                                                                                               [310]  

Autre sur la même

 

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Du Chemin fait la fiere                * Fille du Tresorier de M.lle de Montpensier

D’epouser un mary barbon (1), * Le M.is de Nantouillet

Qui fut mis dans l’affaire

Du malheureux Chausson (2)

Son pere êtoit jadis Laquais (3)

Sa mere vendoit au Palais,

Ruban de fil et de Lacets,

Tous ses parents enpestent,

Mais s’il eut été jeune et beau,

Eut il voulu le reste

Du bourgeois Tambonneau.

 

                                                                                                                                                                                                                               [311]  

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Sur Françoise de Montalais veuve de Jean de Bueil comte de Marans S.r de Vaujours

Grand Echanson de France

 

 

Je serois étonée*

Si cette enragée de Marans,

Avecques ses années

Trouvoit un pauvre amant,

Elle aura beau se requinquer,

Il faudroit être un insensé,

Pour faire avec elle un peché,

Sa mine effarouchée

Les feroit bien tost écarter,

Ainsi laide et fardée

Tu n’as qu’a te grater.

 

* C’etoit la plus grande folle, la plus medisante, et la plus mechante, femme du monfe, le reste de cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 


                                                                                                                                                                                                                               [313]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Sur ……. de Bailleul veuve de……….du Blé Marquis d’Huxelles, Lieutenant general des Armées du Roy et en Bourgogne, Gouverneur des ville et citadelle de Châlons sur Saone.

 

Cessez vieille Marquise

De vouloir avoir des amans;

Cessez vieille Marquise

D’aimer les jeunes gens,

Aux rendez vous de vos soupers,

C’est en vain que vous pretendez

Les render amans de vos beauties,

Climene a teste grise

Rencontre rarement son fait,

Et l’on n’est plus de mise

Qu’avec un Chapelet.

 

Cette chanson n’a pas besoin de Commentaire.

 


                                                                                                                                                                                                                               [315]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Sur ………. Brussart S.r du Broussin.

 

Pour suivre les Maximes

D’un homme de coeur et de bien (1),

Pour suivre les maxims

Imite le Broussin.

Tu piperas quand tu joueras,

Mettras ta femme entre les bras,

De tous ceux qui n’en sont pas las,

Tu boiras a la glace (3),

Et pour mieux t’asseurer du bien

Epouseras la grace

De tout le genre humain.

 

(1) C’est que le Broussin est un des grands fripons et un des plus malhonnestes hommes du monde, comme on verra par la suitte de cette chanson.

(2)………

(3)………..

 


                                                                                                                                                                                                                               [317]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Sur Anne-Lucie de la Mothe-Houdancourt fille d’honneur de Marie Thereze d’Autriche Reine de France, et depuis Marquise de la Vieuville.

 

Baisez belle la Mothe,

Estrades (1), Dangeau (2), et Lauzun (3),

Baisés belle la Mothe,

Car trois valent mieux qu’un,

Si le premier est indigent,

En amour il est grand Agent,

Les deux autres ont de l’argent,

Vous n’êtes point trop dupe,

L’un contente vôtre desire

Deux vous donnent des Jupes,

Et tous trois du plaisir.

 

(1)…….. Marquis d’Estrades receu en survivance au Gouvernem.t de Dunkerque qu’avoit Godefroy Comte d’Estrades son pere.

(2) Philippe de Cousillon Marquis de Dangeau, Gouverneur de Touraine.

(3)……… Nompar de Caumont Comte de Lauzun Capitaine des 100. Gentilhommes de la Maison du Roy Louis XOV et des Gardes du Corps de sa Majesté, dont il etoit pour lors favory, il fut depuis disgracié.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [319]  

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paitre vos bestes.

 

Sur Marie-Louise Rouxel veuve de Joseph Rouxel, Comte de Marcy son Cousin, et sur Marie-Louise Rouxel nommée Mad.lle de Grancey soeurs, l’une et l’autre filles de Jacques Rouxel Comte de Grencey et de Meadavy, M.al de France, Chtr des Ordres du Roy, Gouvern.r de Thionville et de Charlotte de Mornay.

 

Laissez baiser vos filles

Illustre mere de Grancey (1)

Laissez baiser vos filles

Leur coeur est bien placé (2)

Leur Bonheur n’eut jamais d’egal

C’est lui qui fait par leur canal,

 

(1) Charlotte de Mornay de Villarceaux Marechale de Grancey.

(2) La Comtesse de Marcy avoit pour amant Henry-Jules de Bourbon Duc d’Enguien Prince du sang, et Madem.lle de Grancey etoit aimée de Philippes fils de France Duc d’Orleans frère unique du Roy. On etoit persuade que ce Prince grand Sodomite ne demandoit pas de grandes faveurs a cette Demoiselle tres proper neantmoins a lui en accorder ce qui la faisoit appeller par les plaisans de la Cour, la Pucelle d’Orleans.


                                                                                                                                                                                                                               [320]  

Couleur chez vous le sang Royal,

Ces deux beautez si tendres

Pouvoient elles dans leur saison

Vous procurer deux gendres

De meilleure Maison.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [321]  

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paître vos bestes.

 

Sur……..de la Mothe-Theobon appellée Mad.lle de Theobon fille d’honneur de la Reine Marie Thereze d’Autriche, depuis Comtesse de Beuvron.

 

Theobon brutalise

Quand on lui parle d’un amant,

Theobon brutalise,

C’est son plus beau talent,

Elle nous dit que la rigueur

Est le partage de son coeur,

Mais nous connoissons son vainqueur

C’est un Abbé qui baise

Qui prêche et pratique en amy

Pourveu  (qu’un amant) quel amour plaise

Tout plaisir est permis.

 
                                                                                                                                                                                                                               [323]  

 

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paître vos bestes.

 

Sur la même personne que la precedente.

 

Dans la chambre des filles*

On voit la large Theobon,

Dans la chambre des filles

Avec un pied de C………..,

Il est barbu, il est profound,

Il est humide il se confound,

Dedans un large entrefesson,

Il n’est point Gentilhomme

Qui porte chaussure a son pied

Et pour etre son homme*

 

*Les filles d’honneur de la Reine.

Elle epousa depuis Charles de Harcourt Comte de Beuvron.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [325]  

Chanson

1670

Sur l’Air: Ay que locura con tanto rigor.

 

Sur la meme personne que la precedente.

 

Quelle nature

Porte Theobon,

Quelle nature

Quelle nature

Porte Theobon

Quelle motte, quel C……

Il passe Mercure,

Cette creature

L’a par trop profond

Il passe mesure,

Cette creature

L’a par trop profond,

Quelle nature

Ah, ah ah!

Quelle nature Elle a.

 

Mademoiselle de Theobon epousa depuis Charles de Harcourt Comte de Beuvron, dont Elle n’a point eu d’Enfans.

 


                                                                                                                                                                                                                               [327]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Laissez paître vos bestes.

 

Sur……… d’Harcourt veuve de……..Comte de Fiesque, Marie-Antoinette de Servien, femme de Maximilien-Pierre-Francois de Bethune Duc de Sully Pair de France, et Marguerite Gabrielle Chabot-de Rohan femme de………….

Marquis de Coctquen, Gouverneur des ville et Chasteau de St. Malo.

 

Pour la bonne Comtesse, (1)

Elle a choisy comme Sully (2),

Avec beaucoup d’adresse,

Cavois (3) pour favory

De la Coctquen (4) je ne dis rien,

L’on connoist a son air chagrin

Qu’asseurement Elle aime bien, (5)

 

(1) La Comtesse de Fiesque

(2) La Duchesse de Sully.

(3) Louis Dauger Marquis de Cavoye.

(4) La Marquise de Coetquen.

(5) Elle aimoit eperduement Philippe de Lorraine dit le chevalier de Lorraine.

 
                                                                                                                                                                                                                               [328]   

Elle voudroit être homme

Pour cheminer par le pais,

Elle iroit droit a Rome (6)

Pour charmer ses Ennuis.

 

(6) C’est que le Chevalier de Lorraine etoit alors a Rome disgracié par Henriette-Anne d’Angleterre femme de Philippes de France Duc d’Orleans dont le credit auprés du Roy l’avoit fait sortir du Royaume a cause des mauvais offices qu’il rendoit a cette Princesse quprés du Duc d’Orleans son mary-dont il etoit le favory et qu’il gouvernoit absolument.

 


                                                                                                                                                                                                                               [329]   

Chanson

1670

Sur l’air de la dernière moitié de; Laissez

paître vos Bestes.

 

Sur differentes personnes.

 

La Soissons (1) n’a pû menager

Le petit Ange (2), ny changer

Son coeur pour un autre berger, (3)

C’est d’une autre maniere

Qu’Elle sert notre Potentas (4),

En conservant son frère (5)

Tranquille dans l’Etat (6).

 

Le vieux credit de la Bordeaux (7)

Chez la Mare (8) tombe en deffaut,

 

(1) Olimpe Mancini femme d’Eugene Maurice de Savoye Comte de Soissons Colonel gnal des Suisses et Grisons, Gouverneur de Champagne et Brie.

(2) Marie Louise Rouxel d.lle de Grancey appellee le petit ange parcequ’elle etoit tres aimable.

(3) Pour l’intelligence de ce cy il faut scavoir que Philipes de France duc d’Orleans frère unique du Roy etoit alors amoureux de M.lle de Grancey et en etoit aimé car elle n’etoit pas cruelle. Le Roy eut envie d’en taster, La Comtesse de Soissons se chargea d’en faire la proposition, et l’auteur pretend que la D.lle entestrée de Monsieur la refusa d’abord, mais cela dura peu comme on verra plus bas.

(4) Le Roy. (5) le Duc d’Orleans. (6) Cecy est assés plaisant, M.r etoit le Prince du monde le plus tranquille, car il se laissoit facilement gouverner. L’auteur dit que M.lle de Grancey par ses charmes le conserva tel.

(7) ………de Bordeaux Montautour veuve d’Antoine de Bordeaux M.e des Requestes.

(8) Marie Louise Rouxel de Grancey veuve de Joseph Rouxel Comte de Marcy, son cousin.

 
                                                                                                                                                                                                                               [330]  

Et n’est plus du Conseil d’enhaut (9)

Huxelles (10) l’empressée,

Pour plaire d’Esprit, et de corps,

Fait dans cette assemblée

Joüer tous ses ressorts.

 

Depuis la cheute de Guitaut (11),

La Comtesse (12) tombe d’enhaut (13),

Lon lui fait bien plus froid que chaud,

La Gourdon (14) s’esvertue,

 

(9) Par le Conseil d’enhaut l’Auteur entend la confidence de cette Comtesse, dont Henry Jules de Bourbon Duc d’Enguien Prince du sang etoit alors amoureux et bien traité, Mad.e de Bordeaux avant cette passion etoit la confidente de la Comtesse de Marcy et ne l’etoit plus.

(10)………de Bailleul veuve de……….du Blé Marquis d’huxelles femme de beaucoup d’Esprit et qui etoit admise dans la société de la Comtesse de Marcy, et du Duc d’Enguien.

(11) Guillaume de Peichepeyrou de Comenges Sgr de Guitaut Chtr des Ordres du Roy, et 1er Gentilhomme de la Chambre de Louis de Bourbon Prince de Condé 1.er Prince du sang et cydevant son favory, mais le Duc d’Enguien fils unique du Prince de Condé que son pere adoroit et qui etoit fort extraord.re haïssoit Guitaut et fit tant auprés du Prince de Condé qu’il le disgracia.

(12)…………..de Harcourt veuve du comte de Fiesque on l’apelloit partout la Comtesse tout tours.

(13) Elle etoit fort amie de la Comtesse de Marcy, mais comme Elle l’etoit aussi fort de Guitaut, le Duc d’Enguien qui etoit le M. a l’hostel de Grancey, depuis qu’il y etoit amoureux, n’y pouvoit soufrir la Comtesse de Fiesque.

(14) …..de Goudron Ecossoise Dame d’atour de Anne Henriette d’Angleterre Duchesse d’Orleans.

 
                                                                                                                                                                                                                               [331]  

Montrant son bas si bien tire,

Et sa langue pointue (15),

Au Cercle de Maré (16).

A cause de l’antiquité,

D’Alluye (17) est en autorité

Dans cebeau Cercle si vanté

Son epoux l’avoit faire

Sans se mettre en mauvaise humeur

Car c’est son Ministre

Qui l’a fait Gouverneur (18).

 

La Campagnarde Riverin (19)

Par son odeur de Romarin,

 

(15) Elle parloit fort extraordinairement et en sifflant comme font les habitans des Iles Britaniques.

(16) C’est a dire chez la Comtesse de Marcy où tous les soirs il y avoit une espece de Cour et de Cercle, lorsque le Duc d’Enguien y etoit et que Monsieur lors amoureux de Mad.lle de Grancey soeur de la Comtesse de marcy y venoit aussi.

(17)……. De Meaux de Fouilloux femme de Paul d’Escoubleau de Sourdis Marquis d’Alluye Gouverneur d’Orleanois, pair Chartrain et Blesois, Elle alloit aussi souvent chez la Comtesse de Marcy.

(18) Le Marquis d’Alluye avoit epousé sa femme contre le gré de son pere, qui de son vivant le voyant amoureux de cette fille lors appellee M.lle du Fouilloux et fille d’honneur de la Reine mere Anne d’Autriche, ne voulut jamais consenter qu’il eût la survivance de son Gouvernement, ce ne fut qu’aprés la mort de son pere qu’il en fut pourveu. La Reyne l’ayant donné a la Marquise d’Allaye pour sa dot, car Elle n’avoit pas de bien.

(19) La Marquise de Belin.

 
                                                                                                                                                                                                                               [332]  

Pretend entester un blondin (20),

La Belin si massive, (21)

Donne chez Grancey (22), ce dit on,

Des oeillades lascives

Au Chevalier de Beuvron (23).

 

Si l’on sçavoit le Philistin (24),

Qui fait des vers sur la Belin (25)

Scais tu quel seroit son destin?

Beuvron (26) sans Pertuisanne,

Le pouroit faire tuer da (27),

 

(20)……..

(21) d’Averton veuve de……..d’Averton son cousin.

(22) Chez Madale de Marcy et Mad.e de Grancey.

(23) Charles de Harcourt Chtr de Beuvron Capitaine des Gardes du Corps du Duc d’Orleans.

(24) L’auteur rapelle icy un endroit de l’histoire amoureuse de France faite par le Comte de Bussy Rabutin, où il dit que le Prince de Marsillac avoit chassé les amants de la Comtesse d’Olonne heroine de ce Livre, et il y apelle ces amans les Philistins, disant que le Prince de Marsillac fort sot homme les avoit chassez avec la machoire d’un asne qui etoit la sienna, comme Samson defit les Philistins avec une vraye machoire d’asne.

(25) C’est le couplet precedent.

(26) Le Chevalier de Beuuvron.

(27) L’Auteur continue sa comparaison du Chevalier de Beuvron avec le Prince de Marsillac, disant qu’ayant aussi une machoire d’asne, c’est a dire etant fort sot homme il defferoit celuy qui a fait le couplet contre la Comtesse de Belin.

 
                                                                                                                                                                                                                               [333]  

Puisque la machoire d’asne

Au monde il aporta.

 

Philippes (28), ce petit cocu

Quitte le C….et prend le C……(29),

Il veut lui meme être cocu, - Lui même est bien souvent f….tu;

Il aime le derriere

Et par là ce petit villain

Fait bien voir que son pere

Etoit un vray Romain (30).  –Fut un Prelat Romain.

 

(28) Philippes de France Duc d’Orleans que la Duchesse d’Orleans da femme avoit offensé avec Armand de Grammont comte de Guiche fils aîné d’Antoine Duc de Grammont Pair et Marechal de France, le Comte de Guiche alors exile pour cela, mais cette histoire ne sert de rien icy.

(29) Ce Prince estoit…….

(30) La medisance vouloit quoique sans fondement que le feu Roy Louis XIII. Fut impuissant etque Jules Mazarin Cardinal et Italien fut pere de Louis XIV et du Duc d’Orleans son frère unique et sur cela la rage alla si loing que l’on fit une infinite de satires la dessus.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [335]  

Chanson

1670

Sur l’Air: ô Filii & Filiae

 

Sur Marie-Louise Rouxel D.lle de Grancey.

 

Le Roy (1) se voulant diverter,

La Grancey a voulu choisir

Pour lui faire une fois cela (2)

            Alleluïa.

 

Monsieur (3) en est fort courroucé (4)

Meme il a dit a la Grancey

Je ne renounce a ce costé la

            Alleluïa.

 

(1) Louis XIV.

(2) On a dit cy devant que le Roy avoit eu envie de taster de Marie-Anne Rouxel D.lle de Grancey et que Olimpe Mancini Comtesse de Soissons s’etoit charge d’en faire la proposition, l’auteur met icy la chose consommée.

(3) On a veu aussi plus haut que Philipes de France Duc d’Orleans frère unique du Roy etoit lors amoureux de M.lle de Grancey et que cela l’obligea de resister quelquetems aux propositions du Roy.

(4) L’auteur veut que Monsieur ait sceu mauvais gré a Mad.lle de Grancey de son infidelité.

(5) Comme Monsieur n’avoit eu que cette passion, l’auteur lui fait dire qu’il renonce pour jamais, et qu’il s’en tient au q.

 
                                                                                                                                                                                                                               [336]  

Grancey faites nous un aveu

Si le papier beuvoit un peu (6)

Ny paroîtroit il point desja (7)

            Alleluya.

 

(6) C’est a dire si a l’exemple dupapier brouillas, sur lequel l’Ancrepasse d’un costé a l’autre a mesure qu’on escrit M.r lui en faisoit passer.

(7) Ne seriez vous point grosse.

 


                                                                                                                                                                                                                               [337]   

Chanson

1670

Sur l’Air: d’un prescheur insigne.

 

Sur Catherine Henriette d’Angennes Comtesse d’Olonne, et Madelene d’Angennes sa soeur Marechale de la Ferté.

 

D’aucune critique

D’Olonne ne se pique,

D’aucune critique

Elle se soucie peu,

Cette Heroïne

De Messaline (1),

Suit la routine,

Est tout en feu

Presente a tous venans beau jeu.

 

Sa soeur la cadette (2)

N’est pas une mazette,

Sa soeur la cadette

A le movement dru.

 

(1) Messaline etoit femme de l’Empereur Claudius, et etoit debordée a tel point que son mary fut obligé de la faire mourir pour ses debauches.

(2) Madelene d’Angennes femme de Henry de St. Nectaire Duc de la Ferté Pair et Marechal de France Chtr des ordres du Roy etc cette M.lle etoit aussi fort impudique.


                                                                                                                                                                                                                               [338]   

Car Elle baise

Ne vous deplaise

Fort a son aise

Et son cocu (3)

N’a plus ny force ny vertu.

 

(3) Le Marechal Duc de la Ferté, fort vieux et fort cassé.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [339]  

Chanson

1670

Sur l’Air: d’un prescheur insigne.

 

Sur plusieurs personnes de l’un et de l’autre sexe.

 

Ne vous en deplaise (1),

Chez vous je scais qu’on baise

Ne vous en deplaise,

Madame de Rouvroy (2),

Vôtre jeunesse (3)

N’est point tigresse

Et les Lucresses (4)

Sous vôtre Loy

Se poignardent du bout du doigt comme chez moy.*

 

(1-2) ce cy s’adresse a……….. Gouteri, femme de………. De Rouvroy Gouvernante des filles d’honneur de la Reine. Marie Thereze d’Autriche.

(3) Les filles d’honneur de la Reine dont elle etoit Gouvernante.

(4) C’est a dire les femmes et Filles vertueuses compares a Lucresse Dame Romaine qui se poignarda pour ne pas survivre a son honneur que le fils de Tarquin 7.e Roy de Rome lui avoit ravy; cette histoire est assez connue.

 

* L’auteur de ce couplet y fait parler une maquerelle de Paris appellée la Cornu et alors fort fameux et chez laquelle on ne se poignardoit point pour la perte de l’honneur.

 
                                                                                                                                                                                                                               [340]  

La petite Marque (5)

Nous a donné des marques,

La petite Marque

Qu’elle aime les galans,

Elle est bien aise

Quand on la baise,

Et n’en déplaise

A Beringhen (6),

Il est un peu tard pour les gans.

 

Lannoy (7) dans la Flandre

Vous aviez le coeur tendre,

Lannoy dans la Flandre,

Vous sentiez quelque feu,

Helas! J’enrage (8),

 

(5)…………… Eschallard appellée Mad.lle de la Mark fille d’honneur de la Reyne ainsy nommée parcequ’elle êtoit fille de……

(6) Henry de Beringhen receu en survivance de la Charge de 1.er Escuier du Roy et Colonel du Regiment d’Inf.rie de Mgr le Dauphin, lequel etoit amoureux de M.lle de la Mark qui a ceque l’on disoit avoit eu d’autres affaires.

(7)…………..de Lannoy Flamande Fille d’honneur de la Reyne.

(8) C’est Madem.lle de Lannoy qui repond.

 
                                                                                                                                                                                                                               [341]  

Je fais la sage

Pour qu’on s’engage

Dans le saint noeud,

Et puis a tous venans beau jeu.

 

Mascaron s’enflame

Etant prés d’une Dame;

Mascaron s’enflame

La voulant aprocher;

Tout plein de zelle

Dans sa ruelle,

Luy dit ma belle,

Pour bien prescher

Un predicateur doit toucher.

 

Abbé d’Armenie (10)

Ma foy je te renie,

Abbé d’Armenie

Je te reprens en vain.

 

(9) Jules Mascaron Prestre de l’Oratoire fameux Predicat.r

(10)………..le Camus apellé de Pont Carré nommé Abbé d’Armenie parcequ’il êtoit aussi grand Champion en amour que le faux Roy d’Armenie qui vint en France l’an 16…..et dont les prouesses auprés des Dames firent si grand bruit alors, le Cardinal de Rets disoit que l’Abé de Pontcarré ressembloit comme deux goutes d’Eau a l’impenitence finale, tant il etoit vaut rien et en avoit l’air.


                                                                                                                                                                                                                               [342]  

Car ta crapule

Est sans scrupule,

Et tu te brusle

Soir et matin,

Prenant du Tabac et du vin.

 

Un grand Capitaine

Gouverneur de Touraine (11),

Un grand Capitaine

Protecteur du Quadrain (12),

Dans les ruelles

De ses donzelles

Quand on querelle

Fier et hautain

A toujours la pique a la main (13).

 

Montglas (14) teste folle,

De baiser tient Ecolle,

Montglas teste folle,

 

(11) Philippes de Courcillon Marq.s de Dangeau Gouverneur de Touraine, l’auteur l’appelle par ironie grand Capit.e parcequ’il ne passoit pas pour tel.

(12) C’est que le Marq.s de Dangeau faisoit des vers.

(13) C’est parceque ce Marquis tout fat qu’il etoit, n’a pas laissé d’avoir de bonnes fortunes, ce n’est pas le merite que les Dames cherchent.

(14) Elizabeth Hurault veuve de Francois de Paule de Clermont. Marquis de Montglas M.e de ma Garderobe du Roy Chtr de ses Ordres, cette Dame avoit êté autrefois fort coquette.

 
                                                                                                                                                                                                                               [343]  

N’eut tient cercle en sa maison,

Chaque donzelle

Dans sa ruelle

A tire d’Aisle

Va sans façon

Prendre une amoureuse leçon:

 

Plessis (15) d’esprit aigre,

Et de corsage maigre,

Plessis d’Esprit aigre

A Clerembault (16) au coeur

Le pauvre here

Dans sa misère ne se peut plaire,

Car sa maigreur

Nuit a la derniere faveur.

 

Quand on est Nonette

Libertine et Coquette,

Quand on est Nonette

On a bien de l’ennuy,

 

(15) Marie le Loup- de Bellenave, femme d’Alexandre de Choiseul Comte du Plessis Prastin, 1.er Gentilhomme de la Chambre de Philipe de France Duc d’Orleans frère unique du Roy.  

(16)……..Gillier Marquis de Clerembault qui l’a epousé depuis.

(17) Marie-Elisabeth-Aimée Pot femme de Francois Marie de l’Hôpital Duc de Vitry, Elle etoit enfermée dans le couvent de la Conception a Paris par Ordre de son mary pour ses déreglemens: Elle y entretenoit un commerce avec tous les Etrangers, ce qui fit dire à M.r de la Feuillade qu’elle ressembloit aux vieux rubans qui n’etoient plus de mode, et passoient aux Etrangers.

 
                                                                                                                                                                                                                               [344]  

Il faut qu’on baise

Ne vous deplaise

Mal a son aise

Par un treillis,

Cela deplaist fort a Vitry (18).

 

Aimable Marquise (19)

Quand un jour par surprise

Aimable Marquise

Je vous pris le teton

Vous vous fachastes

Vous me grondâtes,

Vous rechignâtes,

Qu’eut-ce êté don.

Si je vous eusse pris le fron.

 

Quiconque vous aime

Se veut mal a soy même,

Quiconque vous aime

Soissons(20), n’a pas bon temps,

 

(18) la même Duchesse de Vitry.

(19)………

(20) Olimpe Mancini femme de Maurice-Eugene de Savoye Comte de Soissons, Colonel general des Suisses et Grisons Gouverneur de Champagne et de Brie.

 
                                                                                                                                                                                                                               [345]  

Vous êtes aigre

Comme vinaigre,

Vous êtes maigre

Et les absens,

Prés de vous sont de sottes gens.

Ne vous en deplaise

Vous n’avez rien qui plaise

Ne vous en deplaise

Madame de Nouveau (21),

Votre peinture

Vous défigure,

Et je vous jure

Qu’un tel museau

N’est propre que pour Tambonneau (22).

 

(21)……Girard de l’Espinay veuve de Hierosme Nouveau Tresorier des Ordres du Roy et Surintendant des Postes de France. Elle etoit fort coquette et n’estant plus jeune se fardoit.

(22) Michel Tambonneau qui aimoit Madame de Nouveau et en etoit aimé.

 


                                                                                                                                                                                                                               [347]   

Fable Allegorique

1670

l’Aigle, le Moineau et le Perroquet

 

Sur le mariage qui se devoit faire de Marie-Louise d’Orleans, petite fille de France, Duchesse de Montpensier, de Chastelleraut, et de St. Fargeau, Comtesse d’Eu, Paire de France, Princesse de la Roche-suryon, et de St. Luc, Marquise de Mezieres, Dauphine d’Auvergne, Comtesse de Bar sur seine, Mortaing, Chastillon les Dombes, Vicomtesse d’Auge, Brosseas et Domfront, Barone de Beaujollois, Combrailles, Montaigu, Argenton, Roacheville, Thiers, Ecole, Montargis S.te Severe Dame de Montigny, de Champigny et autres lieux, souveraine de Dombes etc. avec Antoine Nompar de Caumont Comte de Lauzun Capit.e des Gardes du corps du Roy Louis XIV. Lieutenant gnal de ses armées et son favory.

 

Tout est perdu disoit un Peroquet (1),

Morant les batons de sa Cage,

Tout est perdu disoit il plein de rage,

Mais moy surprise d’entendre un tel caquet

 

(1) L’auteur sous le nom de Perroquet fait parler icy un Prince de la Maison de Lorraine au sujet du mariage de M.lle avec le Comte de Lauzun. Les livrées de la Maison de Lorraine vertes comme la couleur des Perroquets.

 
                                                                                                                                                                                                                               [348]  

Je luy demande; que veux tu

Avec que ton, tout est perdu,

Ah je ne veux dit il autre chose,

Et aprés ce qu’hier certain oiseau m’aprit,

            J’etoufferay si je ne cause

            Voicy donc ceque l’on m’a dit.

Comme vous le scavez l’espece volatile (2)

Reconnoist de tout temps les aigles (3) pour ses Rois

Et bien vous scavez donc que dans cette famille,

            De qui nous recevons les Loix

            Une aiglone genereuse

            Grande, fiere, majestueuse,

Et qui porte si haut la grandeur de son sang

            Que parmy toute nostre espece

Elle ne connoist point d’assez haute noblesse.

Qui puisse lui donner un mary de son rang (5).

            Mille oiseaux pour Elle brûlerent (6),

            Mais parmy tous ceux qui l’aimerent,

            Aucun n’osa se declarer.

            Mais ceque mil oiseaux n’oserent,

 

(2)les oiseaux

(3) Les Aigles sont apelez les Rois des oyseaux, et icy l’auteur par Aigles entend la Maison Royale de France.

(4) Mademoiselle.

(5) Il n’y avoit dans la Maison Royale personne aportée d’épouser Mademoiselle.

(6) Cette Princesse a pensé epouser plusieurs Princes, on a meme parlé autrefois de la marier au Roy regnant.

 
                                                                                                                                                                                                                               [349]  

Qui sembloient mieux le meriter,

            Un oiseau de moindre puissance

Un vil Moineau l’a bien osé tenter,

Et si bien a regné sa chance

A même pensé l’emporter,

Ce Moineau donc suivant la regle

Qui commande aux oiseaux d’accompagner le Roy,

            Etoit a la suitte de l’Aigle.

            Et même avoit prés de lui quelqu’employ (8);

Ce fut l’a que suivant la pente naturelle,

Qui le portoit au plaisir de l’amour, (9)

            Il s’occupoit moins a faire sa Cour

            Qu’a voltiger de belle en belle,

Et s’y prenoit si bien qu’il trouvoit chaque jour

Nouveau sujet de flame, et maitresse nouvelle (10)

            Mais le petit ambitieux

 

(7) C’est le Comte de Lauzun.

(8) Il est l’un des Capitaines des Gardes du Corps du Roy Louis XIV et son favory.

(9) Le Comte de Lauzun avoit toujours êté tres galand et bien traité des Dames quoique petit, laid et tres mal-propre, mais il etoit dit on vigoureux et avoit de grandes parties. (10) Il etoit fort coquet.

(11) Mademoiselle avoit eté belle, mais elle etoit desja vieille, etant née le 29 May 1627 ainsy. Elle etoit fort passéé, d’ailleurs quoiqu’Elle eut beaucoup d’Esprit, Elle avoit un humeur endiablée ainsy l’auteur feroit bien


                                                                                                                                                                                                                               [350]  

mieux de dire que le Comte de Lauzun etoit charmé de la naissance de cette Princesse, car en cela consistoient alors toutes ses charmes, aquoi il faut joinder les grandes terres, et les gds biens qu’Elle avoit. 

Voulut porter si haut son vol audacieux,

  Voyant souvent l'aiglone incomparable

Il l’a trouvoit infiniment aimable, (11)

Enfin il l’aîma tout de bon,

Et sans consulter la raison

Le drôle se mit dans la teste

De lui faire agréer ses feux,

Et d’entreprendre sa Conqueste.

Voyés comme l’amour nous scait fermer les yeux

Et voyez cependant combien il fut heureux

D’une si charmante maniere

Et d’un air si respectueux,

Il sceut faire offer de ses voeux,

Que notre Aiglone noble et fiere

Pour lui mettant bas la fierté

Ne se resouvint pas de l’inegalité,

            Ouy, d’autant qu’il lui paroït brave, (12)

Vigoureux, plein d’amour, gallant au dernier point,

            La belle ne dedaigna point

L’imperieux effort de cet indigne esclave,

 

12) Il est certain que le Comte de Lauzun avoit alors une grande reputation de valeur, pour le reste des Epithetes que l’auteur lui donne, voyez l’article 9.

 
                                                                                                                                                                                                                               [351]  

Bien plus, Elle aprouva son desir indiscret,

      Luy sceut bon gré de sa tendresse,

      Rendit caresse pour caresse,

      Et même n’en fit point secret,

Encor pour un de nous (13), la faute etoit passable,

Notre plumage verd la rendoit exeufable,

Et nôtre qualité la rendoit plus sortable (14),

      Mais pour un sis petit Moineau (15),

C’est un aveuglement qui n’est pas pardonable;

Il est vray que c’estoit un agreeable Oiseau,

Quoiqu’a ce qu’on m’a dit, il ne fût pas fort beau (16)

Si l’on tient que parmi les simples tourterelles (17),

      Il a fait de terribles coups

      Et que son ramage est si doux

      Qu’il a fait bien des infidels

      Et encore plus de jaloux (18),

 

(13) Il faut se souvenir icy de cequi est dit a l’Art.1.er de ce Commentaire, que l’Auteur fait parler un Prince de la Maison de Lorraine sous le nom du Perroquet.

(14) Il est certain qu’il n’y a gueres de meilleures maisons parmy les souveraines que celle de Lorraine. Elle etoit alliée par plusieurs endroits a la Maison de France, et meme Elle y etoit alliée alors plus fort que jamais puis que Isabelle d’orleans soeur de pere de Madem.lle etoit actuellement mariée avec Louis-Joseph de Lorraine Duc de Guise, dont elle avoit un fils et cela du consentement du Royet de la Maison Royalle.

(15) Le Comte de Lauzun simple Gentilhomme, cadet de sa maison.

(16) Il etoit fort laid et ne sentoit nulem.t un homme de qualité.

(17) Les femmes ordinaires.

(18) Voyez l’article 9. de ce commentaire.


                                                                                                                                                                                                                               [352]  

Mais qu’est-ce que cela sinon des bagatelles

      Au prix du dessein surprenant

      Que se proposait le galant,

      Aussi quand l’Aigle chef de toute la famille (19)

      Fut averti de cette indigne ardeur,

      Il previt bien le deshonneur

      Qui resultoit d’aliance si vile (20).

Ayant donc fait venir nos amans êtonez

      Il les reprend de s’être abandonnez

      Aux transports mutuels d’une egale folie,

      A l’Aiglone qu’estant sortie

      De plus illustre oiseau qui vola sous les cieux (21).

      Elle s’abaisse et se ravale,

      Par un choix si peu glorieux;

      Et au Moineau sa faute sans égale

      De de qu’oubliant le respect

      Il oze bien lever le bec

      Jusqu’a l’alliance Royalle (22);

      Pour conclusion leur defend

      De faire jamais nid ensemble.

     

 

(19) Le Roy Louis XIV mais l’auteur est mal informé car bien loin que le Roy eut trouvé a  redire a ce mariage il l’avoit approuvé, et cette fut que la honte qui le fit a la fin changer de resolution et rompre le mariage.

(20) Cela est faux.

(21) Elle etoit petite Fille du Roy Henry IV.

(22) Le Roy ne fit point du tout ces reproches au comte de Lausun au contraire il le soutint tantqu’il pût au grand etonnem.t de ses sujets.

 
                                                                                                                                                                                                                               [353]  

            Malgré l’amour qui les assemble,

Notre couple accablé sous un revers si grand

            A ses Commandemens se rend,

Quoique ce ne fut pas sans traiter de barbare

            D’injurieux et de cruel (23),

            L’Ordre foudroïant qui separe,

Ce qu’animoit un amour mutual (24),

            L’Aiglone fiere et glorieuse

S’eleva dans les airs affligée et honteuse

De voir ouvertement son dessein condamné

            Et le Moineau passionné

De desespoir de voir son esperance en poudre

            Se retira de son côté,

            Et fut contraint de se resoudre

            A rabaisser sa vanité,

Sur des objets de plus d’egalité,

            Voila donc le recit fidelle,

            De ce qui me tient en cervelle

            Est ce que je n’ay pas sujet

De dire que l’amour ne scait plus ce qu’il fait

 

(23) Il est certain que le Comte de Lauzun fut enragé de la rupture de ce mariage, On le seroit a moins, mais il ne chanta point de pouilles au Roy comme dit l’Auteur quoiqu’il fut assez insolent pour cela. Il est vray que l’année suivante il fut disgracié et envoyé a la Citadelle de Pignerol, mais ce fut pour une autre chose.

(24) L’amour de Mademoiselle et du Comte de Lauzun.

 
                                                                                                                                                                                                                               [354]  

            Que la nature se deregle,

Puisque l’on voit par un dessein nouveau

            L’Aigle s’abaisser au Moineau,

Et le Moineau s’elever jusqu’a l’Aigle,

Et n’ai-je pas raison de dire a haute voix,

            Tout est perdu, pour la 3.e fois,

            Icy le Jazeur (25) hors d’haleine

            Et quoiqu’avec beaucoup de peine

            Mit fin a sa narration;

            J’en trouve l’histoire plaisante,

            Mais quand j’y fais reflexion,

Je l’a trouve trop longue et trop piquante

            Mais quoy, c’estoit un Perroquet

            Il faut excuser son caquet.

 

(25) Les Princes de Lorraine qui etoient alors en France, etoient grands bavards et grands Menteurs, en quoi ils ressembloient encore aux Perroquets.

 


                                                                                                                                                                                                                               [355]             

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur les S.rs Florimond et de la Fons fameux

yvrongnes.

 

Quand Florimond les coudes sur la table,

Trouve le vin bon,

Et qu’il a la Fons pour second,

Il dit a sa raison va t’en au Diable.

A suivre Bacchus je mets ma gloire

Il est le 1.er et le plus grand des Dieux,

Et quand je devrois perdre mes deux yeux

Aporte donc laquais aboire, aboire.

 

Cette chanson n’a pas besoin de Commentaire.

 


                                                                                                                                                                                                                               [357]   

Chanson

1670

                                                                                                 Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

                                                                                                       Sur……….de l’Isle Marivault femme de…….

                                                                                                        Louet de Nogaret Comte de Cauvisson.

 

Peu de beauté, et beaucoup de finesse

D’infidelité,

De fausseté, de vanité,

De pretiosité et de rudesse,

L’esprit fort pointu, l’ame hautaine

Fort aigre a son sexe, a l’autre sans aigreur,

En amour d’une tres facile humeur

N’est ce pas le portrait de Celimene.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 


                                                                                                                                                                                                                               [359]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur……. Camus de Pont carré Abbé.

 

Un oeil riant, l’autre fondant en larmes (1),

Un esprit content,

Un visage d’impenitent,

Dont la Perruque augmente encore les charmes (2),

N’avoir ny tendresse ny serupule

Ne songer jamais qu’a ses amis vivans

Vuider un muy de tabac tous les ans

N’est-ce pas nôtre Abbé en ridicule.

 

(1) L’Abbé de Pontcaré avoit un oeil qui pleuroit toujours.

(2) Il portoit des Perrùques affreuses. 

 


                                                                                                                                                                                                                               [361]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur Gillonne d’Harcourt veuve de Charles-Leon Comte de Fiesque.

 

Des yeux charmans un teint sans artifice

Un air merveilleux,

Un esprit qui plaît en tous lieux,

Une humeur qui partout fait les delices

N’estre point capable de tristesse

Disputer par fois assez mal apropos,

N’estre jamais un moment en repos

N’est ce pas le portrait de la Comtesse.

 

Cette chanson n’a pas besoin de Commentaire, cependant la Comtesse de Fiesque a été si celebre qu’on croit devoir ajouter icy que la beauté qu’elle a conserve toute sa vie plaisoit moins que ses manieres jeunes et vives, que son peu de Jugement entretenoit. Elle a toute sa vie vecu dans le grand monde, pensé, parlé, et agy comme si Elle n’eut eu que dix ans, et quelque ridicule qu’il y eut a cela, cela plaisoit en Elle, et Elle a êté recherché toute sa vie comme si effectivement elle n’avoit pas êté sujette aux incommodités de la viellesse.

 


                                                                                                                                                                                                                               [363]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur Françoise de Rabutin veuve de……. Marq. de Sevigné.

 

 

De l’agrément en toute sa personne,

Un esprit charmant

Poly, facile, complaisant,

Et certain enjouement qui l’assaisonne,

L’esprit delicat, noble sincere

De l’honnesteté, de la fidelité,

De la douceur, de la vivacité

C’est de l’aimable Iris le caractere.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

 


                                                                                                                                                                                                                               [365]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur Françoise Marquise de Sevigné femme de Francois Adhemar de Monteil, Comte de Grignan.

 

Avoir partout un charme necessaire,

Parler noblement,

Chanter, danser divinement,

Et faire a tous momens cequi doit plaire,

Effacer la Reine de Cythere

Par le doux éclat de ses divins atraits

Allumer des feux qu’on n’etoient jamais.

N’est ce pas de Grignan le caractere.

 

Cette chanson n’a pas besoin de commentaire.

La Comtesse de Grignan etoit fille de Mad.e de Sevigné.

 
                                                                                                                                                                                                                               [366]  

Autre sur le même air

1670

 

Et sur la meme personne sur ce qu’elle scavoit parfaitement la Philosophie de René desCartes, et sur une partie de ses autres bonnes qualitez.

N. a Que pour bien commenter cette chanson il faudroit expliquer le Sistême de Descartes sur la substance qui pense, les individus etc. ce qui n’est pas possible icy, c’est pourquoy le Lecteur est renvoyé aux ouvrages de ce Philosophe moderne.

 

Connoître bien la substance qui pense,

Les Individus,

Et les atomes etendus,

Les ronds et les crochus par excellence

Joindre au bon sens la delicatesse

A l’habileté la penetration,

Donner partout de l’admiration,

N’est ce pas le portrait de la Comtesse.

 
                                                                                                                                                                                                                               [367]  

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur le Sisteme de Philosophie de René Descartes, addresé a ceux qui soutienent celuy d’Aristote.

N. a comme au precedent couplet.

 

Point de saveur, de son, ny de lumiere,

Point de pesanteur,

Point de chaleur, ny de froideur,

Et point de qualité dans la matiere;

Corrigés Monsieur* vôtre langage

Et defaites vous de vos vieilles erreurs,

Vous nous croyez des sens les destructeurs,

Et nous ne voulons que leurs avantages.

 

* C’est a ceux qui sont pour Aristote et sa Philosophie.

 


                                                                                                                                                                                                                               [369]  

 

Sonnet

1670

Au Roy Louis XIV sur la mort de henriette Anne d’Angleterre 1.re femme de Philippe de France Duc d’Orleans frère unique du Roy morte precipitamment en sa maison, a St. Cloud prés Paris le 29 Juin 1670.

Roy, l’exemple des Rois, mettez vous en repos,

De toute votre force au besoin rassemblée,

Recevez ce grand coup qui vient mal apropos,

Se mesler au Bonheur dont la France est comblée.

 

Le deüil n’est pas pour vous, et lame des heros,

Est une region mal aisement troublée,

Par ces nuages noirs de soupirs et sanglots,

Dont l’on voit icy bas la nature accablée.

 

Cependant il est vray que vous avez pleuré*

A travers le heros l’homme s’est declare

Hauteur n’y fermeté, n’ont pû vous en defendre.

 

Vous êtes magnanime et grand et genereux

Mais l’on ne scauoit pas que vous fussiez si tendre,

Quel tresor n’est ce point pour tous les malheureux?

 

*Il est certain que le Roy pleura amerement


                                                                                                                                                                                                                               [370]  

cette morte et il eut cela de commun avec toute sa Cour, quand les charmes de cette Princesse n’auroit pas eté infinis, sa mort seule l’auroit fait regretter, puisqu’elle fut empoisonnée du consentement du Duc d’Orleans son mary, par l’ordre de Philippes Chtr de Lorraine favory de ce Prince. Elle avoit du mepris pour l’un et pour l’autre et il seroit trop long d’expliquer icy ceque tout cela avoit produit de desordres dans cette petite Cour, et comme quoi peu attachée a……..la chasteté conjugale dont elle ne croyoit pas le Prince son epoux un digne objet. Elle eut quelques galanteries avec Armand de Grammont Comte de Guiche qui etoit alors exilé pour cela. Il suffit de dire icy que le Chtr de Lorraine ayant êté arreté prisonnier par le credit de cette Princesse, etoit aussi chassé du Royaume, et ne s’etoit retiré a Rome que pour se vanger, il se servit d’un Provençal nomé Morel qu’il avoit autrefois veu a Paris Lieutenant dans le Regiment des Gardes, que ce miserable vint en France chargé de la Commission d’empoisonner Madame; Il fit cet execrable coup mais on ne convient pas de la maniere dont il le fit; cequi est de certain, est que Madame  ayant demandé un verre de limonade, elle le trouva si mauvais qu’Elle ne put l’achever de boire, et qu’elle séntit aussitôt des douleurs effroyables dont elle mourut peu d’heures aprés. Comme elle s’etoit trouvée mal quelques jours devant, quelques uns disent qu’Elle avoit êté empoisonnée des ce tems l’a, et que le verre de Limonade par sa fraicheur et la qualité du Limon ne fit que hâter l’operation du venin. D'autres veulent que cette Limonade fut empoisonnée et lui fut presentée par un officier gagné. Quoiqu'il en soit elle fut tres seurement empoisonée par le ministere du perfide Morel qui en fut depuis recompensé par la charge de 1.er M.e d'hostel de Charlotte Elizabeth de Baviere fille

                                                                                                                                                                                                                               [371]  

de l'Electeur Palatin 2.de femme du Duc d'Orleans. Le Chte de Lorraine en fut l'auteur et Monsieur y consentit.  Il n'ya pas deux avis la dessus. Il doit se trouver aille que ce fut le Duc de Montmout qui fit determiner cette detestable entreprise. Il etoit revenu avec Madame d'Ang.re et Monsieur trouva qu'il y avoit trop de liaison entr'eux.   

 


                                                                                                                                                                                                                               [373]   

Sonnet

1670

Sur Nicolas Boileau S.r des Preaux Poëte Satirique.

 

Silvandre (1) monté sur le Parnasse

Avant que personne en sceut rien (2),

Trouva Regnier (3) avec Horace (4),

Et rechercha leur entretien.

 

Sans choix et de mauvaise grace,

Il pilla presque tout leur bien (5),

Il s'en servit avec audace,

Et s'en para comme du sien.

 

Jaloux des plus fameux Poëtes

 

(1) C'est Boileau des Preaux.

(2) Boileau des Preaux etoit de basse naissance fils d'un Greffier du Parlement de Paris, et il y avoit longtemps qu'il rimoit parmy les Bourgeois de son quartier du Palais, sans qu'on le sceut ailleurs.

(3) Regnier est un Poëte qui fit imprimer ses satires qui font fort bonnes, du tems de Louis XIII.

(4) Horace a aussi fait des satires et des Epitres parmy ses autres ouvrages, il vivoit du tems de l'Empereur Auguste.

(5) Il est certain que dans les Satires et les Epitres de Boileau des Preaux, il y a beaucoup de choses prises dans Horace et dans Regnier.


                                                                                                                                                                                                                               [374]  

Dans les Satires indiscretes

Il choque leur gloire aujourd'huy (6).

 

En verité je lui pardonne

S'il n'eut mal parlé de personne

On n'eut jamais parlé de lui (7).

 

(6) Boileau dans ses ouvrages se moque souvent d'autres Poëtes François comme Chapelain, Quinaut, Cotin etc.

 

(7) L'auteur qui a fait ce sonnet contre Boileau des Preaux, veut que tout le merite des Ouvrages de ce Poëte soit en ce qu'il satirise les autres, mais il se trompe. Les ouvrages de Boileau des Preaux feront eternellement honneur a son siecle aussi bien qu'a luy.

 


                                                                                                                                                                                                                               [375]   

Chanson

1670

Sur l’Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Sur le mariage auquel le Roy Louis XIV avoit consentu et qui se devoit faire incessamment malgré les Remontrance de la Maison Royalle à sa Majesté, et la disproportion des parties, entre Marie-Louise d'Orleans petit fille de France et Cousine Germaine du Roy, Souveraine de Dombes Duchesse de Montpensier, de Chastelleraut, et de S. Fargeau, Comtesse d'Eu, Paire de France, Princesse de la Roche suryon, et de St. Luc, Marq.se de Mezieres, Dauphine d'Auvergne, comtesse de Bar-sur seine, Mortaing, Chastillon les Dombes, Vicomtesse d'Auge, Brosseas, et Domfront, Barone de Beaujolois, Combrailles, Montagu, Argenton, Roacheville Thiers, Ecole, Montargis, S.te Severe, D.e de Montigny, de Champigny, et autres lieux, et Antoine-Nompar de Caumont Comte de Lauzun capitaine des Gardes du Corps du Roy, Lieutenant gnal de ses Armées et son favory.

 

Qui là croira cette étrange nouvelle,

            On dit que Lauzun


                                                                                                                                                                                                                               [376]  

Qui n'est qu'un homme du commun (1).

Espouse dans deux jours Mademoiselle (2),

Plûtost que de conclure un tel mariage,

Qui fait a la Cour un murmure si grand (3),

Il valoit mieux garder son Intendant (4),

Et prendre tout au moins de nouveaux Pages (5).

 

(1) Le Comte de Lauzon comme on le vient de voir dans l'argument, etoit de la Maison de Nompar de Caumont en Guienne et tres illustre mais ce Comte jusqu'en l'année 1669 avoit fait petite figure, c'etoit un cadet de Gascogne fort pauvre apellé Peguillain qui n'avoit que la Cape et l'Epée, et que la faveur du Roy eleva tout d'un coup.

(2) On appelloit cette Princesse Mademoiselle tout court.

(3) Il est aisé de juger quel fracas la nouvelle de ce mariage fit a la Cour et comme Elle revolta surtout la maison Royale, mais l'autorité absoluë du Roy convertit les oppositions qui y auroient pû et deu arriver en simple murmure. Il fut neantmoins assez fort pour faire changer de sentiment au Roy, qui fut obligé a la fin de rompre un mariage si honteux a toute la France, et a lui surtout qui en etoit l'auteur.

(4) Je ne scay si l'auteur en cet endroit veut dire que Mademoiselle eut quelque passion pour son Intendant, Ceque je n'ay jamais ouy dire ou s'il veut parler d'un nommé Guilloire Secretaire des Commandemens de cette Princesse homme de bien et d'honneur,qui parla si fortement a sa maitresse sur l'indignité de ce mariage, que Mademoiselle violente, pour ne pas dire emportée et deraisonnable, et d'ailleurs pleine d'honneur, lui donne un soufflet et le chassa. Ce que Guilloire regarda comme une marque d'honneur dans cette occasion.

(5) L'auteur pretend que Mademoiselle auroit mieux fait de coucher avec ses Pages que de faire un pareil mariage.

 


                                                                                                                                                                                                                               [377]   

Chanson

1670

Sur l’Air: O Filii & Filiae.

 

Sur plusieurs personnes de l'un et de l'autre

Sexe de la Cour et de la ville.

 

Pour tous les saints de Paradis

Brissac (1) a beaucoup de mépris,

Mais pour Saint Paul (2) Elle dira,

                       Alleluia.

 

Verdun (3) a fait a la Vitry (4),

Ce qu'on faisoit quand on la fit,

Tout son Clergé s'en écria (5).

                       Alleluia.

 

Quand la Baume(6) de quelqu'amant,

Veut bien soulager le tourment,

 

(1) Marguerite Gabrielle-Louise de St. Simon, femme de Henry-Albert de Cossé Duc de Brissac, Pair de France.

(2) C'est un jeu de mots sur Charles-Paris d'Orleans Comte de St. Paul, qui etoit alors amoureux de cette Duchesse.

(3) Armand de Monchy- d'hoquincourt Evesque et Comte de Verdun etc.

(4) Marie-Louise Aimé Pot, femme de Francois-Marie de l'Hospital Duc de Vitry.

(5) C'est que ce Prelat etoit grand Sodomite.

(6) ......de Bonne femme de.........d'hostun Marq.s de la Baume.

 
                                                                                                                                                                                                                               [378]  

Comme elle il n'en est pas plus gras (7),

                       Alleluia.

Machaut (8) dessus les fleurs de Lys (9),

Vient cuver le vin qu'il a pris (10),

Et songe a celui qu'il prendra,

                       Alleluia.

 

Le Jay (11), Jassault (12) et le Laquais,

Tour a tour baisant la de Nets (13),

Pour tous les trois le Jay payra,

                       Alleluia.

 

La grosse et courte Montmoyen (14),

Quand Elle auroit beaucoup de bien,

N'auroit pas mon coeur pour cela,

                       Alleluia.

 

(7) Elle etoit fort maigre et grande putain.

*(9) C'est a dire quand il estau Palais où les Juges sont assis sur des Tapisseries fleurdelisées.

*(8) Louis Machault Conseiller dans la 3.e Chambre des Enquestes du Parlement de Paris.

(10) Il etoit grand yvrogne et de tres petit merite.

(11) Nicolas le Jay Con. er en la 3.e Chambre des Enquestes du Parlem.t de Paris.

(12) Guillaume de Jassault Con.er en la 4.e Chambre des Enquestes dudit Parlement.

(13)...........

(14)...............

 
                                                                                                                                                                                                                               [379]  

Champmeslé (15) cet heureux mortel

Ne quittera jamais l'hostel (16),

Sa femme a pris Racine (17) l'a,

                       Alleluia.

 

(15) Fameux Comedien.

(16).......

(17) On le vouloit chasser de l'hostel. Racine qui aimoit sa femme l'empescha.

 

 


                                                                                                                                                                                                                               [381]   

Parodie

1670

d'une Chanson faite sur l'Air des folies d'Espagne,

 qui commence par ces mots,

Doux ruisseaux coulés dans violence.

 

Sur Charles de S.te Maure Duc de Montausier, Pair de France Chevalier des Ordres du Roy, Lieutenant gnal de ses Armées, et de la haute et basse Alsace, Gouverneur de Normandie, et des villes de Rouen, Dieppe, Caën et Pont de l'Arche, et aussi Gouverneur et 1.er Gentilhomme de la Chambre de Mgr le Dauphin.

 

Paix, Nogent (1), Perzat, (2), faites silence.

Taisez vous, courtisans ennuyeux,

Vous Charost (3) parlez sans violence,

Montausier vient gronder en ces lieux (4)

 

(1) Armand de Bautru comte de Nogent Capit.e des Gardes de la Porte du Roy. Marechal de ces camps et armées homme vif et grand parleur.

(2) .......... Marquis de Montpezat Lieutenant gnal des armées du Roy et de la Province d'Artois, Gouverneur des ville et citadelle d'Arras, on l'appelloit par plaisanterie de Pezat, il etoit Gascon.

(3) Armand de Bethune Marquis de Charost, Capit.e des Gardes du Corps du Roy, et Gouverneur des villes, et citadelle de Calais en survivance de Louis de Bethune Comte de Charost son pere grandparleur.

(4) Le Duc de Montauzier etoit parleur opiniastre, disputeur et grondeur.

 
                                                                                                                                                                                                                               [382]   

Je l'entens, ma haine qu'il attire,

Le connoist a ses fades/rudes accens,

(au chagrin que sa presence inspire)

A son ton........

Mais bien plus a l'odeur que je sens (5).

 

(5) Il etoit fort puant.

 


                                                                                                                                                                                                                               [383]    

Parodie

1670

D'une Chanson faite sur l'Air des folies d'Espagne,

 qui commence par ces mots,

Doux ruisseaux coulés dans violence.

 

 

Sur Louis de Bechameil Secretaire du Con.el d'Etat du Roy,

 tres ennuyeux personnage.

 

Paix, Salins (1), Lavau (2) faites silence,

Taisez vous vulgaire ennuyeux,

Chasteaufort (3) parlez sans violence,

Bechameil va paroître en ces lieux.

 

Je l'entends ma haine qu'il attire,

Le connoist a ses fades accens (4),

 

(1) ......... Garnier S.r de Salins cydevant Enseigne des Gardes du Corps du Roy, homme tres ennuyeux.

(2) Louis-Irland de Lavau Bibliothecaire du cabinet du Roy Tresorier de St. Hilarie le Grand de Poitiers, autre ennuyeux.

(3) Pierre Fremin sgr de Chateaufort auditeur de la Chambre des Comptes de Paris. Je ne scay pas pourquoi l'Auteur le met au nombre des ennuyeux. Car il ne l'etoit point, au contraire c'etoit un homme d'Esprit et d'Erudition, debauché et de bonne compagnie.

(4-5) Bechameil avoit le parler et le ton le plus fade et le plus desagreable qu'il fut possible d'entendre.

 
                                                                                                                                                                                                                               [384]   

A son ton (5), a son affligeant rire (6),

Mais bien plus a l'ennuy que je sens (7)

 

(5) Voyez le 4.e article.

(6) Le rire de Bechameil etoit pareil a sa maniere de parler, et affligeoit au lieu de rejouir.

(7) On a desja dit dans l'argument qu'il etoit un tres Ennuyeux personnage.

 

 
                                                                                                                                                                                                                               [385]   

Satire

1670

Enforme de Virelay, contre Nicolas Boileau

des Preaux, Poëte Satirique.

Par l'Abbé Perrin.

 

 

Viste un Cotret, une Trique,

Que j'assomme ce Critique

Cet insolent de Boileau,

Viste un Cotret une trique.

Quoi troup scientifique

Noble bande Poëtique,

Ce rimeur de trique nique

Nous fera toujours la nique?

Quoi ce valer de Carreau

Ce petit Clerc de pratique (1),

Cet insolent de Boileau

Tiendra toujours le Barreau (2)?

Qu'elle frayeur Narcotique

Vous rend l'ame létargique

Et le bras paralitique ?

Ah faut il qu'on s'alambique

Pour lui dire mot nouveau!

 

(1)........ Boileau des Preaux fils et frere d'un Greffier du Parlement de Paris.

(2) C'est a dire escrire toujours satiriquem.t  Vauteur faisant allusion des escrits de Boileau avec sa naissance praticienne.


                                                                                                                                                                                                                               [386]    

Faut il qu'un stile heroïque

Beau scavant et methodique

Plein de fleurs de rethorique,

Un galant homme replique

A ce petit Estourneau!

Suffit il pas d'un rondeau

En stile macaronique,

En vieux langage gotique

Pour lui casse le museau!

Mais ô troupe pacifique

Sans doute la peur panique

D'etre mis dans la cronique

Tient votre lame au fourreau!

Tandis que ce Lecantropique

Dans un etat monarchique

Prendra sur la Republique

Un Empire despotique,

Un Rectorat monastique,

Et comme un Caton d'Utique (3)

Censure Chaire et Barreau (4).

 

(3)Caton d'Utique, fameux Romain, qui s'arracha les entrailles , et mourut ainsi l'an 708 de la fondation de Rome, aprés la mort de Pompée dans le party duquel il êtoit. Il etoit partie Stoicien et fort sincere pour lui et pour les autres qu'il reprenoit aigrement. L'auteur lui compare Boileau a cause de ses Satires.

(4) Boileau dans ses Satires, censure tout le monde.

 
                                                                                                                                                                                                                               [387]   

Quand un pauvre pastoureau

Reclus dans son domestique,

Pensera sous un Ormeau

Chanter sur son Chalumeau,

Et d'une Chanson rustique

Ou d'un petit air bachique

Divertira son hameau.

Ce viliain petit noireau (5)

Avec sa figure optique (6)

Et sa mine Judaïque (7),

Ce visage de Blereau (8),

Avec ses yeux de pourceau (9)

Nichez sous un Chapiteau (10),

Son regard diabolique (11),

Son nez rond comme un naveau,

Où pend encore le morveau (12),

Son Epaule de Chameau (13),

Et ses jambes de fuzeau (14)

 

(5) Boileau est fort noir, et a l'air fort sombre.

(6) Il a l'air fort extraordinaire

(7) Il est laid.

(8) Je ne scais ce que l'auteur entend par là.

(9) Il a de fort vilain yeux.

(10) Aparemment l'auteur par Chapiteau entend une teste pointüe.

(11) Il a le regard triste et sombre.

(12) Il est fort salle.

(13) L'auteur le pretend bossu.

(14) Il a les jambes menues.

 
                                                                                                                                                                                                                               [388]   

Plus jaune qu’un efferique (15)

Cet insolent de Boileau

Cassera fluste et pipeau,

Viste un cotret une trique,

Point de remede topique,

La raison veut qu’on aplique

Le bouton et le Costique,

Le rasoir et le Cizeau,

Que l’on ouvre, qu’on lui pique

Basilique et Cephalique (16)

L’Ellebore (17) et noix vomique( 18).

Il faut tout mettre en pratique,

Et Galenique et Chymique (19),

Bain, alambic et sourreau (20).

Viste un baston, une trique.

Il n’entend rien en logique

Phisique et Metaphisique, (21)

La science Astronomique (22)

 

(15) Il a le teint jaunastre.

(16) Ce sont des veines du bras par ou l’on seigne.

(17) C’est avec L’Ellebore qu’on guerrit les foux.

(18) C’est un Poisson.

(19) Il y a 2 sortes de Medecine, La Galenique, et la Methodique qui est celle de Claude Galien Philosophe, et celebre Medecin, natif de Pergame, qui vivoit dans le second siecle de l’Ere Chestienne et la Chimique, les Medecins suivent la 1.re.

(20) Ce sont des Instrumens qui servent a la chimie.

(21) La Philosophie qui est divisée en 4 partie, scavoit, La Logique, La Phisique, La Metaphisique et la Morale. L’auteur n’ozeroit dire que Boileau n’entende pas cette derniere, car c’est son fort.

(22) L’Astronomie est la science des Astres, et de leurs mouvemens.

 
                                                                                                                                                                                                                               [389]   

Passe chez lui pour l’Ethique,

Il prend la Matematique

Dioptique et Cathotique

Pour une terre d’Affrique (23),

Parlés lui de politique,

Et dites lui qu’il explique

Sans Dictionnaire historique

Ce que c’est que Chromatique (24),

Ce docteur de Mirebeau

Est muet comme un Barbeau.

Pour un grand Poesme Epique (25),

Il n’a ni sens ni cerveau;

Mesme dans la Drammatique (26)

Comique ou tragicomique

Il perd Arson et pommeau.

Il n’entend rien au Lyrique (27),

Mais s’attrapant au Creneau

Il s’attache au Satirique (28)

Où tout paroît bon et beau.

Sur une vieille rubrique

 

(23)………..

(24) C’est a dire confus, embarassé.

(25) Poesme heroique.

(26) La Tragedie.

(27) La Poesie galante.

(28) A la Poesie satirique où n’en deplaise a l’Auteur, Boileau reussit admirablement.

 
                                                                                                                                                                                                                               [390]   

Dont il arrache un Lambeau,

Il vous fait et vous fabrique

Des vers à la mosaïque (29)

Qui n’ont ni Ciment ni brique;

Et d’un Jugement inique

De sa teste fantastique

Fait une Loy tirannique.

Il fait d’un panegirique

La promesse chimerique (30).

Mais c’est en vain qu’il s’en pique.

Car ce foible serpenteau,

S’il ne mord, ou s’il ne pique

Rampe comme un vermisseau.

Il cherche dans le troupeau

La Malandre et le Claveau (31),

Pour faire un heros minique (32)

Et confond par politique

L’aigle avec le hobereau

Le Cigne avec le corbeau (33).

 

(29) L’auteur compart les pieces de Boileau a ces ouvrages de Mosaique, qui sont de pieces raportées parcequ’il a bien pillé chés les anciens.

(30) L’auteur veut parler des Epitres que Boileau a adressées au Roy Louis XIV don't le commencement semble etre celui de quelq. Poesme heroique, et sont satiriques en beaucoup d’endroits.

(31) Maladies de teste.

(32) C’est a dire un sujet dont il sepuisse moquer.

(33) C’est comme qui diroit le blanc et le noir.


                                                                                                                                                                                                                               [391]    

Cependant il communiqué

Son venin Epidemique (34),

Et vend son vin sofistique (35)

Plein de souffre et de sureau, (36)

Et passé sur le Copeau

Pour un bon de Creneau (37)

Le plus friand du hameau

Pour un prix juste et modique

Le Despreau se trafique,

Et l'on donne le Boileau

En feste et dans un Cadeau

Comme une piece comique

Pour le Chappon au poireau, (38)

Pour la tarte et le gasteau.

Le jeune godelureau

Sortant de la scholastique

Vient donner dans le panneau

Et meme droit aux Carneaux (39)

Paimorin (40) et Despreaux.

 

(34) C'est a dire contagieux.

(35) Vin frelaté.

(36) Ce sont drogues avec lesquels on frelate le vin.

(37) Je ne scay si l'auteur veut dire vin du cabaret des creneaux, ou du vin de chés Crenet fameux Marchant de Vin de Paris demeurant a la Pomme de Pin au bout du Pont N.e D.e

(38) C'est a dire les menages Bourgeois.

(39) Cabaret fameux de Paris.

(40) Boileau S.r de Paimorin frere de Despreaux.

 
                                                                                                                                                                                                                               [392]   

Là ce valet d'empirique (41)

Son impertinent Jumeau

Affoùrché sur un Treteau

s'emplit comme une barique

Et vomit dans le Caveau.

Pour plaire au Damoiseau,

Montant sur un Escabeau

Et ceint du grand devanteau,

Et d'un torchon en fronteau

Il fait l'orgue du Nazeau (42)

D'une posture lubrique

Dit la Chanson impudique.

Enfin d'un ton energique

Il lit les vers de Boileau.

Lors le jeune Jouvenceau

En devient tout extatique,

Se pasme au ton magnifique

De son stile hiperbolique

Et prosne en langue de veau

Que depuis le Pole Artique

Jusques au Pole antartique,

 

(41) C'est a dire fripon.

(42) Boileau Puimorin contrefaisoit a merveille les orgues avec le nez.

 

                                                                                                                                                                                                                                [393]  

Il est le grand et l'unique,

Qu'il a tiré le rideau,

Porté partout le flambeau

Et remis tout au niveau;

Qu'il fut scavant au Berceau,

Qu'au premier coup de pinceau

Il sceut faire un grand Tableau;

Que dans sa main le marteau

Taille comme le Cizeau.

Tout ce qu'il dit est mistique

Moral et Philosophique,

Juridique et canonique,

Et qui ne tient sa critique

Pour une regle autentique,

Pour Loy 1.re et salique, (43)

Pour la sainte pragmatique (44),

Pour sentence apostolique,

Et pour mot Evangelique.

Dans l'Eglise catholique,

Peut passer pour heretique

Qu'il ne fait point de distique

 

(43) La loy Salique est la Loy fondamentale du Royaume qui le substitué aux masles a perpetuité et en exclut les femelles.

(44) Il ya deux Pragmatiques faites pour la discipline de l'Eglise Gallicane par le Clergé de France et l'autorité des Rois. La 1.re sous St. Louis l'an 1269. La 2.de sous Charles VII. l'an 1438.

                                                                                                                                                                                                                                [394]  

Qui ne merite le sceau.

Que son esprit est magique,

Angelique et Seraphique,

Qu'il fera comme Godeau (45)

L'histoire Ecclesiastique;

Qu'on gardera sa relique,

Et qu'on lui fera suplique

Sous le nom de St. Boileau!

Mais ma Muse prophetique

Qui connoist dans l'Eccliptique

Son heure periodique,

Et son an Climaterique

Lui dit et lui pronostique

Que sa fin sera tragique,

Qu'il mourra d'un coup de Fleau,

Et trouvera son tombeau

Dans la fange du Ruisseau.

Viste un cotret une trique

Que j'assomme ce critique.

Ainsi d'un ton amphatique

Dit en troussant son Chapeau

Et la main sur le Cousteau

 

(45) Antoine Godeau Evesque de Grasse puis de Valence, mort l'an 1672. c'etoit un homme alors tres fameux et qui avoit fait sa fortune par son savoir et ses belles Poesies.

                                                                                                                                                                                                                                [395]  

Le Chevalier Mirebeau (46)

Que l'on dit être le fleau

De cet infame Boileau.

Aussitost le porteur d'eau

Quittant la sangle et le sceau

Reprit d'un air Colerique;

Et moy garçon de boutique

Jeanne Perrette, Isabeau,

N'importe Chesne, ou Fuzeau.

Viste un cotret, une trique,

Breton, Picard ou manceau,

Gascond, Normand, Tourangeau

Dirent tous en leur cantique,

Viste un cotret, une trique.

Le grand le petit oiseau,

Le Sansonnet, le Moineau,

Chanterent sur le Rameau,

Viste un cotret, une trique.

Le mont au double coupeau (47)

Entendit cette Musique

Et redit dans son carreau

 

(46) Capitaine au Regiment des Gardes Françoises homme de beaucoup d'esprit et fort medisant qui n'approuvoit par les Poesies de Despreaux.

(47) Le Parnasse.

                                                                                                                                                                                                                               [396]  

Viste un cotret, une trique,

Que j'assomme ce critique

Cet insolent de Boileau.

Viste un cotret, une trique.

 

                                                                                                                                                                                                                                [397]  

Fable Allegorique

1671

Le Lion, le Chat & le Chien.

Sur Claire-Clemence de Maillé-Brezé, femme de Louis de Bourbon II.e du nom, Prince de Condé, 1.er Prince du sang, duc de Bourbonnois, de Chasteauroux, de Montmorancy, et de Bellegarde, 1.er Pair & Grand Maître de France, Gouverneur de Bourgogne et Bresse, Comte de Clermont, Stenay, Dun, & Jamets, Chtr des Ordres du Roy etc. L'un des plus valeureux Princes de son siecle; Laquelle solitaire & retirée dans sa Maison, faisoit l'amour avec un page nommé Rabutin et un valet de pied, ou Laquais qui se battirent par jalousie, dans son appartement où Elle fut elle même blessée d'un coup d'Epée en les voulant separer, cequi fit un si grand éclat, que cette honteuse intrigue fut découverte, et obligea le Prince de Condé son mary a l'enfermer dans le Château de Châteauroux en Berry, où Elle a finy ses jours.

 

         Un grand Lion (1) dont le courage

S'etoit rendu fameux dedans tout L'Univers (2)

 

(1) C'estoit le Prince de Condé.

(2) Les Actions heroiques de ce grand Prince, etoient celebreés partout le monde.

                                                                                                                                                                                                                               [398]  

Voyoit au tour de lui des animaux divers

         Dans les liens du mariage,

         Il les regardoit fierement,

         Et puis le disoit a lui même.

Que ces Boucs, ces Beliers, ces Cerfs, et ces Taureaux,

Ces Chevreüils, et ces Daims sont de laids animaux,

         Que ma douleur seroit extrême

Si je voyais un jour des Cornes sur mon front,

         Mais mon courage et ma naissance,

Me mettront a l'abry de ce cruel affront,

         Et si l'on en croit l'apparence

         Ce font est plutôt destiné

                  A être couronné; (4)

Cependant le Lion a l'himen se dispose,

Plusieurs grands partis l'on propose (5)

Il choisit entre tous une jeune beauté (6)

 

(3)L'auteur parle icy de tous les animaux qui ont des cornes, pour dire que M.r le Prince se mocquoit volontiers des Cocus, dont lui meme avoit fait grand nombre.

(4) Il est certain que le front de M.r le Prince êtoit digne de porter une Couronne.

(5) M. le Prince n'etoit encor que Duc d'Enguyen etoit l'objet de tous les grands partis de l'Europe avant qu'il fut marié.

(6) Claire-Clemence de Maillé qu'il epousa et qui etoit fort belle. Mais M.r le Prince ne la choisit point et ce fut Armand, Jean du Plessis de Richelieu Card.l qui par son authorité, forca henry de Bourbon Prince de Condé, pere de celuy cy à donner son fils en mariage a cette Dem.lle qui etoit sa niece etant fille de la Marechale de Breze sa soeur. Elle s'appelloit

                                                                                                                                                                                                                               [399]  

Nicolle du Plessis de Richelieu et son mary urbain de Maillé, Marquis de Brezé, Maal de France.

 

         Dont la douceur et la simplicité,

         Furent capables de lui plaire,

Afin que son Lion ne pût être jaloux,

         Elle choisit une vie solitaire (7)

Le plus discret Berger la plus sage bergere

Disoit, ne scauroit on l'attirer parmy nous (8)

De nos plus beaux troupeaux Elle iroit a la teste,

Souvent ils la prioient de venir a leur feste;

Mais Elle qui fuyoit et le monde, et le bruit

Ne vouloit point sortir de son petit reduit

         Dans ce reduit, helas que faisoit elle

Rarement son Lion se trouvoit auprés d'Elle (10),

         Elle avoit un chat et un chien (11),

         Qui faisoient tout son entretien (12),

Ils caressoient souvent cette bonne maîtresse

Qui leur rendoit souvent caresse pour caresse;

         Mais enfin le Chat et le Chien

         Ne pouvant longtemps être bien

 

(7) Mad.e la Princesse etoit fort retirée.

(8) Elle craignoit le grand monde et alloit rarement à la Cour.

(9) Elle etoit presque toujours dans son appartement sans en sortir que fort peu.

(10) M.r le Prince aimoit peu sa femme et n'en faisoit pas grand cas.

(11) Le chat est le Page, et le chien le Laquais.

(12) Elle vivoit famillierement avec ses gens et trop, comme l'on vit par la Suite.

                                                                                                                                                                                                                               [400]   

L'un voulant chasser l'autre, il se fait du desordre (14)

En vain Elle defend degratigner, de mordre, (15)

Ces mechans animaux deviennent furieux

         Elle se jette entre les deux;

Mais bien loin d'arrester cette fureur brutale,

         Elle même en reçoit les coups (16),

Allez, s'ecria t'elle, allez, retirez vous.

Vous m'avez dechiré de vos pates fatales (17),

A ces cris aussitost ils conoissent leur tort,

Et fuyent promptement pour eviter la mort (18),

Mais le grand bruit s'etend (19). On court a la poursuite

         De ces animaux insolens (20)

Le Lion veut scavoir le sujet de leur fuite,

         Et du caquet des medisans,

         Et cependant il se gratte la teste

         Il trouve cequ'il craint si fort (21)

Ah me voila, dit il, au rang des autres bestes (22),

 

(14) Voyez dans l'argument comme ce page et ce Laquais se batirent dans l'antichambre de leur maitresse par jalousie qu'ils avoient l'un de l'autre.

(15) C'est a dire, de se battre, car l'allegorie roule toujours sur le chat et le chien.

(16) Mad.e la Princesse fut blessée d'un coup d'Epée, en voulant separer ses Amans.

(17) L'allegorie continue toujours sur le chat, et le chien.

(18) Ils s'enfuirent aussitost, le Page alla en Allemagne au service de l'Empereur où il a fait une grosse fortune et s'est distingué a la Guerre. Le laquais fut pris, jugé en plein Parlem.t chose qu'on trouva fort imprudents. Il fut condamné aux Galeres. Mais il mourut en chemin et l'on croit qu'il fut empoisonné.

(19) Il est aisé de juger du bruit que cela fit partout et surtout a la Cour.

(20) On poursuivit les criminels, et on ne pût prendre que le Laquais voyez article 18 ce qu'ils devinrent.

(21) C'est le Lion, c'est a dire Mr. le Prince qui se trouva cocu par cette aventure qu'il ne pût ignorer.

(22) Au rang des autres bestes cornues dont il se moquait, voyez l'article 2. de ce commentaire.

                                                                                                                                                                                                                                [401]  

         J'ay même un plus malheureux sort (23).

         C'est en vain, grandeur et prudence

Que vous pensez changer les Arrets du destin,

         D'un foible chat, d'un indigne Mastin

Le Grand Lion reçoit tout l'outrage qu'il craint

Malgré tout son esprit, et toute sa puissance.

 

(23) Il faut ajouter. Etant fait cocu par un de mes Laquais et un de mes Pages.

 

 

Epigramme

 

Sur le même sujet que la Fable precedente.

 

S'il est vray ceque l'on nous dit

Dieux! que nôtre attente est trompée,

Quoi Condé (1) meurt dedans son lit (2)?

Et sa femme (3) d'un coup d'Epée (4).

 

(1) Louis de Bourbon Prince de Condé etc.

(2) Le Prince etoit malade, lorsque l'histoire dont il est parlé dans la Fable precedente, arriva.

(3) Claire-Clemence de Maillé-Brezé.

(4) Voyez l'argument de la Fable precedente.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                [403]  

Chanson

1671

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Sur les Filles d'honneur de la Reyne de France,

 Marie-Thereze d'Autriche.

 

Ce n'est plus la mode à la Cour

De se marier chez la Reyne (1),

On prend un Chemin bien plus court,

Et qui donne moins de peine;

Car pour cent pistolles l'on rend

La Motte (2) plus souple qu'un gand.

 

La Motte, (3) n'a point de dessein,

Elle vit au jour la journée

Quand l'amour lui perce le sein,

Sans qu'Elle pense a l'himenée.

Ses beaux yeux, et son tein de Lys,

Lui fournissent bien des amis.

 

Il ne manque a la Coetlogon (4)

 

(1) C'est a dire d'Epouser des Filles d'honneur de la Reyne.

(2-3) Anne-Lucie de la Motte-Houdancourt appellée M.lle de la Motte, belle et aimable.

(4) .........de Coetlogon.

                                                                                                                                                                                                                                [405]  

Qu'un Cavoye (5) d'une humeur plus tendre

Qui prouvast par d'autres raisons

L'amour, dont il a sceu la prendre (6)

La pauvrerette meurt de langueur,

Pour tant de charme et de rigueur.

 

La Marck avec son nez troussé (7)

A juré la mort de Comenge (8),

Il en etoit fort entesté,

Avant l'avoir veu sous le linge,

Mais sitost qu'il en eut tasté.

Ce pauvre amant fut rebuté.

 

N'avés vous point veu Theobon (9)

Faire l'oeil de Merlan a Termes (10),

(5) Louis Oger Marquis de Cavoye.

(6) Il y avoit desja longtems que M.lle de Coetlogon aimoit le Marquis de Cavoye, et comme Elle avoit beaucoup de vertu et que ces voeux alloient au mariage, Elle ne s'en cachoit point jusques l'a que Cavoye ayant êté plusieurs années en prison pour s'etre battu en duel; M.lle Coetlogon pendant tout ce tems là ne porta ni mouches n'y rubans, ny habit de couleur, ny frifure. Cavoye de son côté l'avoit fort aimée, mais sa passion n'etoit plus si vive, et il attendoit pour l'epouser que le Roy leur fit du bien a tous les deux.

(7) Marie Francoise Eschallard de la Marck appellée M.lle de la Mark, elle avoit effectivement le nez retroussé.

(8) Louis comte de Comenge Gouverneur de Saumur qui aimoit M.lle de la Mark et en etoit aimé.

(9)....... de la Motte Theobon apellée M.lle de Theobon.

(10)......de Gondrin et de Pardaillant Marquis de Terme.

 

Qui lui voudroit faire un poupon,

Elle y repondroit fort et ferme,

Mais on dit que le bruit d'un large conduit,

Lui fera tort dans le deduit.

 

Lannoy (11) avec son air prudent

Voudroit attraper la Vieuville (12),

C'est a peu prés avec les dents,

Vouloir dassaut prendre une ville,

Car il ne se sent pas de fond

Pour un merite si profond.

 

Dampierre (13) a fait un tres bon choix,

Mais du Plessis (14) n'est pas de même,

J'entends dire tout d'une voix,

Dieux! se peut il faire qu'on l'aime (15),

Il n'y a que la Maugiron (16).

 

(11) de Lannoy, fille d'honneur de la Reine.

(12) René Francois Marq.s de la Vieuville fils de Charles Duc de la Vieuville Chevalier d'honneur de la Reyne.

(13).........de Dampiere, fille fort vertueuse.

(14) Mad. lle de Dampierre avoit êté fille d'honneur de Anne-Henriette d'Angleterre Duchesse d'Orleans jusques a la mort de cette Princesse arrivée l'an 1670. La Reine l'a prit ensuite pend.t q.lle etoit chez Mad.e il se fit une amitié entre Elle et Alexandre de Choiseuil Comte du Plessis, receu en survivance de la Charge de 1.er Gentilhomme de la Chambre de Philippes Duc d'Orleans etc. que possedoit Cezar Duc de Choiseuil son pere Pair et Maal de Fr.ce les medisans du nombre desquels est l'auteur.  Gloserent sur cette passion qui n'estoit que bonne amitié.

(15) Elle n'etoit pas belle, mais en recompense Elle etoit fort raisonnable et ne deplaisoit point.

(16) Francoise Madelene de Choiseuil soeur du comte du Plessis femme de Gaston de Maugiron.

                                                                                                                                                                                                                                [406]  

Qui fait dire qu'il a raison (17).

 

Si la Ludre (18), avoit moins d'appas,

Elle auroit êté mariée;

Mais un mari n'aimeroit pas

A la voir d'amans entourée,

Son coeur quoiqu'il pense des mieux

Ne peut asseurer de ses yeux.

 

La jeune Infante de Rouvroy (19),

Tient bien saint Vallier (20), en haleine;

Mais sans faire, parler le Roy,

A l'epouser il aura peine (21),

Car il veut avoir des Ecus

Pour être au nombre des Cocus (22).

 

(17) C'est qu'Elle etoit beaucoup plus laide que M.lle de Dampierre

(18)........du Ludre Chanoinesse de Poussay en Lorraine, l'une des plus belles filles du monde; Elle avoit eté aussi fille d'honneur de Madame, avec Mad.lle de Dampierre, et vint avec Elle chez la Reine lan 1670. voyez l'article 14.

(19) Jeanne de Rouvroy fille de la Couvernante des filles d'honneur de la Reine.

(20) Pierre-Felix de la Croix de Chevriere, Comte de S.t Vallier Capit.e des Gardes de la porte du Roy, qui etoit amoureux de M.lle de Rouvroy, et qu'elle vouloit epouser, parcequ'il etoit fort riche.

(21) Le President de Chevrieres pere du comte de St. Vallier, et President du Parlement de Grenoble, etoit fort opposé a ce mariage parceque M.lle de Rouvroy n'avoit pas de bien celui cy eut bien voulu de son coté aussi bien que son pere que la D.lle eut êté plus riche, et que le Roy lui eut fait du bien en faveur de ce mariage.

(22) Elle etoit jolie et coquette.

                                                                                                                                                                                                                                [407]  

Si l'on portoit le deuil au c..........

Cela ruineroit la Chassagne (23)

Elle l'a si large, et si long

que deux aunes de drap d'Espagne,

Ne pourroient pas, quelle pitié,

En couvrir plus de la moitié.

 

(23) Ce couple cy est fait sur la Sousgouvernante des filles d'honneur de la Reine appelléé M.lle de la Chassagne*, vielle affreuse. * Chazal

 

                                                                                                                                                                                                                                [409]  

Vers sur Hardouin de Perefixe de

 Beaumont Archevesque de Paris,

fait Chancelier des Ordres l'an 1661,

mort le 1.er Janvier 1671.

1671

 

La Noire Parque apeine avoit tranché les jours,

De notre grand Prelat, que tout le monde admire,

Que par force dans le Ciel, il voulut l'introduire,

Mais les Saints l'arrêtant, lui tinrent ce discours,

         Allez Prelat, allez dans le Royaume sombre,

         Vers le sejour des saints, ne portez point vos pas,

                  Vous avez retranché leur nombre

                  Et vous ne l'augmenterez pas.

 

                                                                                                                                                                                                                                [411]  

Chanson

1671

Sur l'Air: il fait tout cequ'il defend.

 

Sur Jean-Baptiste Colbert Ministre et Secret.re d'Etat Controlleur gnal des Finances, Surintendant des Bastimens, Arts et Manufacture de France, Tresorier de l'Ordre du St. Esprit.

 

Colbert avoit un grand pere,

Qui n'etoit pas si puissant, / Lui n'étoit pas si savant

Ni si riche que son pere, / Lui n'étoit pas si severe.

Mais il êtoit plus content, / Ni si rude aux pauvres gens:

Des doux fredons de la vielle / Il portoit sous son aisselle

Il remplissoit son Ecuelle / Une tant jolie vielle

Et donnait de l'Embonpoint / Dont les doux et divins accords

Aux replis de son pourpoint. / Lui remettoient l'ame au corps.

                                                                                                   Il n'avoit pour tout potage

Il etoit dans la Champagne                                        Que celui qu'on lui donnoit;

De l'ordre de St. François                                             Mais il avoit l'avantage

Sa vieille etoit sa Compagne                                         De voir son bien clair et net.

Et son Ecuelle de bois                                                  Quelques nottes de village

Et du fredon de sa vieille                                            Faisoient tout son appanage;

Il remplissoit son ecuelle                                            Et maintenoient l'embonpoint

Et remettoit en bon point                                            Du moule de son pourpoint.

Le moule de son pourpoint.                           

                                                         

L'auteur veut dire icy que le grand pere de M.r Colbert jouoit de

 

                                                                                                                                                                                                                               [412]  

la vielle. Je ne scais pas s'il avoit pris cet instrument en affection; Mais il est seur que ce n'estoit pas sa profession , il êtoit Marchand a Rheims, et êtoit de famille Bourgeoise de cette ville. Son fils pere de Mr. Colbert fut Con.er au Presidial de Rheims, puis payeur des Rentes de l'hostel de ville de Paris; Il s'apelloit Vendieres du nom d'une petite Maison qui est au dessus et joignant villeneuve St. George prés Paris. 

 

                                                                                                                                                                                                                               [413]   

Chanson

1671

Sur l'Air: des Pelerins de St. Jacques

 

 

Nous sommes de l'amour sans bornes. 

            Des Pellerins                                            (M.lle des Jardins, dans les Annalles

Qui nous en allans plantans                          Galantes J.I  23)

            Cornes par tous chemins,

D'accorder tout a ses desirs,

            Preschant l'usage,

Nous allons au Dieu des plaisirs

            Faire un Pellerinage.

 

Dames qu'une servile crainte,

            Des sots discours,

Fait passer en rude contrainte

            Tant de beaux jours,

Contre les critiques Esprits,

            L'ame aguerrie,

Venés des credules maris

            Fonder la confrairie.

 

Enseignez nous gens charitables

            Dans nos besoins,

Quelques retraites favorables,

            Loin des temoins,

                                                                                                                                                                                                                                [414]  

Et nous prirons ce même amour,

            Dieu de nos ames,

Que nous puissions le rendre un jour

            A vos filles et femmes.

 

 

                                                                                                                                                                                                                               [415]   

Chanson

1671

Sur le chant: ô Filii & Filiae

 

Sur la distribution des Archeveschés et Evêchés que le Roy Louis XIV fit la veile des Rois 1671.

 

Le soir de la veille des Rois,

Sa Majesté ayant fait choix,

Les Eveches distribua(1),

            Alleluia.

 

Dans l'Archvesché de Paris,

Les Jeux, les Amours et les ris,

Chanteront sans qu'on dise hola(2)

            Alleluia.

 

La Sorbonne vouloit Bouillon(3)

 

(1) La distribution des Benefices qui se fit la veille du jour des Rois 1671 fut fort ample, parcequ'il y en avoit beaucoup de vaccans. L'auteur de ces chansons qui est la meme personne a scav.r....... Mallet de Graville Abé de Drubec n'a parlé que des Archvêchez et Eveschés.

(2) Le Roy dans cette Promotion donna l'archevesché de Paris a François de Harlay de Chanvallon Archevesque de Rouen, Commendeur de ses Ordres etc. Prelat de beaucoup d'Esprit et fort galant comme on peut voir en plusieurs endroits de ce recueil.

(3) La Maison de Sorbonne qui prevoyoit que celui qui feroit Archeves que de Paris seroit infailliblement Proviseur de sorbonne, comme il arriva. Eux mieux aimé qu'Emanuel de la Tour

                                                                                                                                                                                                                               [416]  

d'Auvergne de Bouillon Cardinal, Grand Aumosnier de Fr.ce eut eu cet Archvesché de croyant plus traitable, en quoy je ne scay si elle auroit trouvé son compte.

Mais le Roy voulut Chanvalon, (4)

Le pauvre Enfant rouge en pleura, (5)

              Alleluia.

 

Trois fois le bonhomme Grancey (6)

A manqué net un Evêché,

A la fin Normand il sera (7)

             Alleluia.

 

L'esprit n'a pas fait ce dit on,

Devenir Evesque Chaumont (8)

On n'atrape plus rien par la,

            Alleluia.

 

Pour moy je ne suis pas fasché

 

(4) François de Harlay de Chanvallon etc.

(5) Le Cardinal de Bouillon, elevé a la pourpre par le Pape Clement X. l'an 1669. et etoit fort jeune, on l'apelloit pour cela par raillerie l'Enfant rouge. Il esperoit avoir l'archvesché de Paris, et fut au desespoir de se voir trompé, l'auteur veut qu'il eut pleuré de douleur.

(6) François Rouxel de Medavy de Grancey Evesque de Sées.

(7) Il avoit plusieurs fois demandé un autre Evêché que celui de sées qui etoit fort petit.

(8) Il eut l'archevesché de Rouen vaccant par la Promotion de Francois de Harlay a celui de Paris.

(9) Paul-Philippes de Chaumont fait Evesque de Dacqs a cette promotion.

                                                                                                                                                                                                                               [417]  

Que Chaumont ait un Evesché,

J'espere qu'il residera (9),

            Alleluia.

 

Gordes plus scavant dans le Jeu (10),

Que dans la science de Dieu (11),

Violet pourtant portera (12)

            Alleluia.

 

Amelot (13) etoit un Abbé.

Qui ne sçavoit ny A ny B (14),

Pourtant la Mitre il portera (15),

            Alleluia.

 

(9) Le commencement de cette note est a la page precedente.

Promotion et qui etoit de l'Accademie Françoise et homme de Lettres.

(10) C'est que ce Prelat etoit fort ennuyeux.

(11) Louis-Marie-Arnaud de Simiane de Gordes 1.er Aumosnier de la Reine Marie-Thereze, Joueur enorme.

(12) Il etoit fort ignorant surtout dans les choses qui regardent le devoir d'un Evesque, d'ailleurs homme d'honneur et bon Gentilhomme.

(13) Il fut fait Evesque Duc de Langres.

(14) Michel Amelot Aumosnier du Roy.

(15) L'Abé Amelot etoit aussi fort ignorant dans la Theologie et meme fort libertin.

                                                                                                                                                                                                                                [418]  

Heureux cochons du Dauphiné,

Votre salut est asseuré,

Le Camus (16) vous baptisera (16),

            Alleluia.

 

Quoique le Roy n'ait avancé,

Qu'un seul Camus (17) a l'Evesché,

Plus de six il s'en trouvera (18)

            Alleluia.

 

Quoique tout Evesché soit bon,

Tulles est trop peu pour Mascaron (19),

Il n'en demeurera pas là,

            Alleluia.

 

(16) Il fut fait Evesque de Lavaur.

(16) Estienne le Camus Aumosnier du Roy eut l'Evesché de Grenoble, mais pour l'intelligence de ce couplet, il faut scavoir qu'il avoit eté autrefois fort libertin, debauché, et qu'il fut d'une partie que plusieurs gens de la cour firent l'an 166....d'aller passer la semaine S.te a Roissy prés paris, cette partie fut fameuse par les impietez qui s'y commirent, on y mangea un cochon de lait le vendredy saint qu'ils batiserent et nonunerent carpe, on dit meme que ce fut labé le Camus qui fut le Ministre de cette ceremonie. Il etoit desja Prestre et c'est pour cela que l'auteur dit qu'il batisera les cochons du Dauphiné lorsqu'il sera Evesque de Grenoble. Il faut pourtant ajouter icy que depuis longtemps l'abbé le Camus vivoit regulierm.t et s'embloit faire penitence de ses dereglemens passés.

(17) Estienne le Camus.

(18) C'est un jeu de mots où l'auteur dit qu'il y aura bien des gens Camus de n'etre pas Evesques a cette promotion.

(19) Jules Mascaron Prestre de L'oratoire et fameuse Predicateur fut fait Evesq. de Tulles.

                                                                                                                                                                                                                                [419]  

Dom Cosme (20) étant plus vieux qu'aucun,

Tout le monde dit que quelqu'un,

Avec luy sa Croix portera (21),

            Alleluia.

 

L'on ne connoît pas Dieu mercy,

Monsieur l'Abé Gaillard icy (22),

Mais dans Apt on le connoitra (23),

            Alleluia.

 

Dans l'espoir d'etre un jour Prelat,

Chavigny faisoit le Beat (24),

Sa poudre aux Moineaux il tira (25).

            Alleluia.

 

Fromentieres (26) tout d'une voix

Meritoit de porter la Croix (27).

 

(20) Dom cosme Roger General des Feuillans, eut l'Evesché de Lombes.

(21) C'est qu'il etoit Sodomite.

(22) Jean Gaillard homme obscur, inconnu a la Cour et dans le beau monde.

(23) Il fut fait Eveque d'Apt.

(24) François le Bouthillier de Chavigny Aumosnïer du Roy, qui s'ennuyant de n'etre point Evesque, s'etoit avisé depuis quelque tems de faire le devot.

(25) Il n'eut point d'Evêché dans cette Promotion.

(26) Jean Louis de Fromentieres homme tres scavant; tres vertueux et grand Predicateur.

(27) Il meritoit de porter la Croix pectorale, c'est a dire d'etre Evesque.

                                                                                                                                                                                                                                [420]  

Le Roy, par malheur l'oublia (28),

            Alleluia.

 

Entre la Grecque et l'Evesché,

Laissain a longtemps balancé (29),

Mais l'amour enfin l'emporta (30),

            Alleluia.      

 

Entre de Suze (31) et Chambonas (32),

Lodeve (33) branle encor, helas,

On dit que le fripon l'aura (34),

            Alleluia.

 

Chambonas (35) devant son Cousin (36)

 

(28) Le Roy ne lui donna point d'Evesché dans cette Promotion.

(29).......de Laissain Agent general du Clergé, et parent de Hugues de Lionne Ministre et Secretaire d'Etat. Il entretenoit une Greque et le Roy ayant sceu cette attache lui avoit fait dire plusieurs fois que s'il ne l'a quittoit, il ne feroit rien pour lui.

(30) Il aima mieux n'etre point Evesque que de quitter sa Grecque.

(31) Anne-Tristan dela Baume de Suze, Abé d'un merite singuilier.

(32) Charles-Antoine de la Garde de Chambonas.

(33) l'Evesché de Lodeve qui vacquoit, et auquel ces deux Abbez aspiroient, et qui ne fut pas donné.

(34) L'Abbé de Chambonas qui l'eut effectivement par la suitte. Il n'etoit pas trop honneste homme.

(35) Charles-Antoine de la Garde de Chambonas devant Anne Tristan de la Baume de Suze.

(36) Ils etoient Cousins Germains.  

                                                                                                                                                                                                                                [421]  

Paroîtra la Crosse à la main,

Certaine Comtesse (37) en rira,

            Alleluia.

 

Tout de même de l'Evesché

Que de l'Agence du Clergé,

L'Abbé Drubec ne tastera (38),

            Alleluia.

De par Monseigneur de Paris (39),

On fait scavoir a tous maris,

Que leurs femmes l'on baisera (40)

            Alleluia.

 

(37).........de Moustiers de Merinville Comtesse de Suze belle soeur de celui cy qui aimoit l'Abé de Chambonas et haissoit l'Abbé de Suze qui l'avoit dedaignée dans un tems où Elle le trouvoit a son gré; aussi estoit il un des hommes du monde le mieux fait et le plus aimable pour le corps et l'Esprit.

(38).......de Malet de Graville Abbé de Drubec auteur de ces chansons a qui henry de Pardaillan de Gondrin Archevesque de Sens avoit voulu donner l'agence generale du clergé, et que le Roy ne voulut agréer pour cet employ, a cause de l'aigreur de son esprit, de son humeur dangereuse et medisante de sa bizarerie, de son mauvais coeur et de ses liaisons avec les Jansenistes.

(39) François de Harlay de Chamvallon nommé Archevesque de Paris.

(40) Ce Prelat avoit toujours êté fort galant et on ne doutoit pas qu'il continuast de l'estre a Paris comme il avoit êté du tems qu'il êtoit Archevesque de Rouen.

                                                                                                                                                                                                                                [422]  

L'enfant rouge paroît content (41),

Car il espere qu'en chantant,

Aux Enterremens il ira (42),

            Alleluia.

 

(41) Emanuel Theodore de la Tour d'Auvergne de Bouillon, Cardinal Grand Aumosnier de France, duquel il est parlé dans le commentaire des chansons precedentes Article 5 où l'on verra pourquoy on l'appelloit l'Enfant rouge, et pourquoy il avoit êté affligé l'auteur dit icy qu'il commence a se consoler mais la raison qu'il en donne est ironique car il est certain que le cardinal etoit desesperé de n'estre pas Archevesque de Paris.

(42) A Paris aux Enterremens on y fait venir les Enfans rouges, et comme le Cardinal de Bouillon etoit vetu de rouge comme le sont les Cardinaux et qu'il etoit fort jeune l'auteur par une plaisanterie assez plate dit que le voila mis au niveau des Enfans rouges par le refus de l'Archevesché de Paris, et qu'il ira aux Enterremens comme Eux.

 

                                                                                                                                                                                                                                [423]  

Chanson

1671

Sur l'Air: Un prescheur insigne.

Sur plusieurs femmes et filles de la Cour du Roy Louis XIV.

 

 

L'on scait par le monde

L'histoire de Joconde,

L'on scait par le monde

La fortune du nain,

Mademoiselle (1)

Tout de plus belle

La renouvelle

Et pour certain

Le plus heureux est Peguillain (2)

 

(1) Anne-Marie-Louise d'Orleans petite fille de France souveraine de Dombes etc appellée Mademoiselle.

(2) Antonin de Caumont Comte de Lauzun Marquis de Puiguillem, Capitaine des Gardes du Corps du Roy Louis XIV et son favory, fut assés heureux pour plaire a Mademoiselle au point que cette Princesse resolut de l'epouser, il etoit petit, malfait, menteur plein de vanité, faux en tout, mais il avoit beaucoup d'esprit, d'Eloquence de Valeur, et Mademoiselle n'etoit pas la seule personne de son sexe qui en eut eté eperdument amoureuse, le Roy qui l'aimoit aussi beaucoup, consentit a ce mariage disproportionné malgré les oppositions et les tres humbles Remonstrances que lui firent tout sa Famille et tous les Princes de son sang, le jour de la Ceremonie fut meme designé, mais enfin le Roy pressé partoute la Maison Royale et par sa propre raison que sa tendresse pour le Comte de..... Lauzun avoit meme offusquée, rompit ce mariage, depuis, cepend.t beaucoup de gens croyent que Mademoiselle l'epousa en secret,

                                                                                                                                                                                                                                [424]  

 et c'est ceque l'auteur de la chanson entend quand il dit que Puiguilhem est le plus heureux quprés de Mademoislle oposés les deux pieces precedentes.

 

 

D'Orval la bossue (3),

Croit le monde bien grue;

D'Orval la bossue

voudroit faire juger

Qu'Elle est bien sage,

Dans son menage

Pour moy je gage

Que l'Escuyer (4)

Prend soin de la desennuyer.

 

La vieille Armentiere (5)

Voudroit passer pour fiere,

La prude Armentieres

Fait lécher son museau,

L'Abé l'embarasse (6)

Et l'entrelasse,

 

(3) Anne d'Harville de Palaiseau 2.de femme de Francois de Bethune Duc d'Orval Chevalier des Ordres du Roy, 1er Escuier de la seule Reine mere Anne d'Autriche.

(4) C'estoit un Escuier qu'Elle avoit et qui eotit assez bien fait.

(5) Constans d'Armentieres vieille fille, elle demeuroit avec la Duchesse d'Orval dont il vient d'etre parlé de qui Elle êtoit amie.

(6).........de Foix abbé.

                                                                                                                                                                                                                                [425]  

Puis il fait place,

A Palaiseau (7),

Et puis au bourgeois Tamboneau (8),

 

De Crussol (9) l'haleine

Fait au nez tant de peine,

De Crussol l'haleine

Infecte son époux,

Il lui fait grace,

Quand il l'embrasse,

Et en sa place,

Qui d'entre nous,

Voudroit l'avoit f....... 2 coups (10).

 

L'Abbé (11) à sa niece (12),

Disoit plein de tendresse,

L'Abbé à sa niece,

 

(7) Francois de Harville Marquis de Palaiseau Gouverneur de Charleville, frere de la Ducheese d'Orval.

(8) Michel Tambonneau Bourgeois de Paris, il en est parlé plus haut et cy aprés,

(9) Julie-Marie de S.te Maure femme de Emanuel de Crussol depuis Duc d'Usez Pair de France.

(10) Jamais il ny a eu femme si laide et si degoutante et si choquante par le corps, l'esprit et l'humeur.

(11)......... Laisné Abbé de la Victoire prés

(12)......... Laisné femme de......de.....Marquis de viteaux.

 

                                                                                                                                                                                                                                [426]  

 

Disoit d'un ton fort doux,

Viteaux je t'aime

D'amour extreme,

Fais tout de meme,

Embrassons nous,

Si c'est peché, je t'en absous.

 

Comme une Relique

La Choiseuil (13) est publique,

Comme une Relique

Elle se fait baiser,

Toute chandelle,

Luy semble belle,

Et tout fidelle,

En peut user

Qui ne craint point de séchauder.

 

L'on dit par la ville

De la large Gouville (14),

L'on dit par la ville

 

(13) Catherine-Alphonsine de Renty femme de Claude de Choiseuil de Francieres Gouverneur de Langres.

(14)........de Costentin veuve de............ S.r de Gouville.

 

                                                                                                                                                                                                                                [427]   

Que Monsieur de Maisons (15)

Baise la belle,

Dans sa ruelle,

Couche avec Elle,

Par la raison,

Qu'il a de l'argent a foison.

 

Quand Vaillac (16) soupire,

La Gordes (17) lui peut dire,

Quand Vaillac soupire,

Pourquoy soupirez vous,

Suis-je cruelle,

Suis-je infidelle,

Suis-je si belle,

Et pouvons nous

Estre l'un de l'autre jaloux?

 

 

(15) Jean de Longueil de Maisons President au Mortier du Parlement de Paris.

(16) Jean Paul de Gourdon de Genouillac comte de vaillac 1.er Escuier de Philippes de France Duc d'Orleans etc. Chtr des ordres du Roy.

(17) Anne d'Escoubleau de Sourdis- la Chapelle femme de Francois de Simiane de Pontevés Marquis de Gordes Chtr des ordres du Roy, Chtr d'honneur de la Reine Marie-Thereze d'Autriche.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [429]  

 

Chanson

1671

Sur l'Air: Quand Florimon les Coudes Sur la table.

 

Sur le 1.er des Opera qui alloit paroître en France, apellé Vertumne et Pomone mise en Musique par Lambert

 

Quand L'Opera tant vanté par la Grille (1),

Aujour paroîtra

Toute la cour l'admirera,

 

(1) La Grille etoit un Musicien du Roy qui avoit quelque interrest dans les Opera qu'on alloit representer a Paris pour la 1.re fois l'an 1671. Celui qu'on repetoit alors s'apelloit Vertumne et Pomone. La Musique etoit faite par un nommé Lambert, les Machines et les Decorations se faisoient par les soins d'Alexanfre de Rieux Marquie de Sourdeac qui par amour pour les Mathematiques en avoit preferé l'etude aux autres emplois que sa haute naissance lui pouvoit donner, il s'etoit particulierement attaché aux Mechaniques et aux Machines, et s'y etoit ruiné, en telle sorte qu'il regardoit les Opera comme une ressource pour retablirses affaires. La, Grille vantait partout la beauté de ces spectacles qui alloient paroître, ce que le Roy par la suitte donna en privileges a B. Lully surintendant de sa Musique. C'estoit a l'exemple des opera d'Italie qu'on imagina d'en faire en France.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                [430]  

 

Baptiste (2) rentrera dans sa coquille,

Ceque les Ballets ont d'admirable,

Les Concerts, les Airs, les voix, les Instrumens,

Et tout ceque la Fable a d'agremens,

On le verra paroître en cejour veritable.

 

(2)Jean Baptiste Lully Surintendant de la Musique du Roy et le plus grand Musicien de son siecle.

Les Opera etoient des Tragedies dont le sujet etoit ordinairement tiré de la Fable. Ils etoitent mis en musique accompagnez d'instrumens, Concerts, Balets etc.

 

                                                                                                                                                                                                                                [431]   

Chanson

1671

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur.......de........femme de.................

S.r de S.t Martin Surintendant de la Maison de la Reine

Marie-Thereze d'Autriche.

 

Or écoutez pauvres Amans,

Qui soupirez pour la Grondeuse (1),

De quoi redoubler vos tourmens,

Et votre langueur amoureuse,

Dans son coeur un venitien

Prend tout et ne vous laisse rien.

 

Quand le Comte de Chiverny (2)

Scaura cette triste/grande nouvelle,

 

(1) Mad.e de St. Martin etoit une maniere de pretieuse ridicule par ses manieres Bourgeoises, qu'elle vouloit convertir en manieres de femme de la cour où son mary avoit une charge. Elle etoit tout a fait impertinente, et Elle fut appellée la Grondeuse parcequ'estant à Beziers, la mer qui en est voisine et qui fut agitée d'une tempeste la nuit, l'empescha de dormir, et que le lendemain Elle disoit a tout le monde qu'Elle n'avoit pû fermer la paupiere a a cause de cette Grondeuse, c'est ainsi qu'elle nommoit la mer, comme on n'aimoit pas mieux que de la tourner en ridicule on l'apella depuis ce temps là la Grondeuse.

(2) Louis de Clermont Comte de Chiverny, Pere de la M.ise de Montglas.

                                                                                                                                                                                                                                 [432]  

 

Et Matignon (3), et Thorigny (4)

Pour qui la belle est si cruelle,

Je croy qu'ils prendront le Turban

Pour guerroyer ce pauvre amant.

 

Pour le Marquis de St. Germain (5)

Et le bon Duc de Roquelaure (6),

Je les connois et dés demain

L'un et l'autre se feront mores

Pour encherir sur le Turban,

Et guerroyer ce pauvre amant.

 

Parlons aussi de Pierrepont (7)

Du beau Senai, (8) et d'Aubeterre (9),

Ils en escriront a Clermont (10),

Encor qu'il soit cent pieds sous terre,

Pour moy je crois qu'ils se pendront

Du déplaisir qu'ils en auront.

 

 

(3) Jacques de Matignon dit le Chevalier de Matignon.

(4) Cezar-Auguste de Matignon son frere, dit le Chevalier de Torigny.

(5) Louis Foucaut Marquis de St. Germain Beaupré Enseigne des Gardes du Corps du Roy.

(6) Gaston Jean-Baptiste, Duc de Roquelaure Chevalier des Ordres du Roy.

(7)........de.......... S.r de Pierrepont Lieutenant des Gardes du corps du Roy.

(8)........

(9) Pierre d'Esparbés de Lussan Marquis d'Aubeterre.

(10)..............

                                                                                                                                                                                                                                 [433]  

Je ne parle point d'Apremont (11),

D'Allegre (12) ny des trois Renelles (13),

Chacun connoist leur passion

Pour cette adorable immortelle,

Leur Epitaphe le dira

Et qui scaura lire, lira.

 

Le beau Prince de Courtenay (14)

Encor qu'il soit de haut lignage

N'a pas êté plus fortuné

Qu'in certain Duc a triple étage (15)

Aussi bien que Monsieur le Grand (16)

Et quelque chose de plus grand (17).

 

(11)..........de.............S.r d'Aspremont Capitaine au Regiment des Gardes Francoise, Gouverneur de la Citadelle d'Arras.

(12)............ Marquis d'Alegre.

(13) Il faut dire Renel. C'estoit trois freres scavoir.......de Clermont d'Amboise Marquis de Resnel Mestre de Camp d'un Regiment de Cavalerie, Gouverneur de Chaumont en Bassigny......... de Clermont d'Amboise.

(14) Louis-Charles Prince de Courtenay.

(15) Jules-Henry de Bourbon Duc d'Anguyen etc.

(16) Louis de Lorraine Comte d'Armagnac Grand Escuier de France Gouverneur d'Anjou etc.

(17) L'Auteur veut parler du Roy Louis XIV que Madame de St. Martin etoit assés folle pour croire amoureux d'Elle.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [434]  

 

Le divin et tendre Segrais (18)

Abandonné de l'infidelle,

Fait d'aussi lugubres regrets

Que la pudique tourterelle

Quand veuve de son tourtereau

Elle va pleurer sous l'Ormeau.

 

(18) Jean-Renaud de Segrais de l'Academie Francoise.

                                                                                                                                                                                                                                [435]  

 

Chanson

1671

 

Sur la meme Madame de St. Martin dite la Grondeuse dont il est parlé dans la Chanson precedente, et sur le meme Air.

 

 

Le Chevalier de Matignon (1),

Voulant attendrir la Grondeuse (2),

Dans sa manche porte un ognon,

Pour rendre sa face pleureuse;

Quand on veut pleurer sans amour

Un ognon est d'un grand secours.

 

Le triste et malheureuse d'Albret (3),

Dit un soir a cette inhumaine

Eh que Diable vous ai-je fait

Pour vous aller plaindre a la Reine (4)

 

(1) Jacques de Matignon dit le Chevalier de Matignon.

(2) Voyez l'Article 1.er de la chanson precedente, il y est dit pourquoy Madame de St. Martin etoit apellée la Grondeuse.

(3) Charles-Amanieu d'Albret.

(4) Mad. e de St. Martin se plaignit a la Reine que M. d'Albret lui avoit fait quelqu'indecence, il est appelé triste et malheureux par contreverité, car c'estoit l'homme du monde le plus gaillard, et le plus heureux.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [436]  

Vous me mettez en desarroy;

Au moins n'en dites rien au Roy(5).

 

(5) L'auteur veut parler icy de cequi est dit dans l'Article 17 du Commentaire de la chanson precedente, que cette femme croit assez folle pour croir le Roy amoureux d'Elle.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [437]  

                                                                                                                                                                                                                                   

Chanson

1671

 

Sur l'Air: des Ennuyeux etc.

Dans laquelle l'auteur introduit Mad.e de S.t Martin due la Grondeuse, parlant a tous les gens dont il est parlé dans les 2. chansons precedentes.

 

N'a que cette femme etoit assez folle pour croire que le Roy etoit amoureux d'Elle.

 

Il ne me faut point tant d'amans,

Je n'en veux qu'un tendre et fidele,

Qui ait beaucoup d'empressement,

Qui ne trouve que moi de belle,

Et je rendray le plus heureux.

Celuy qui sera le plus amoureux.

 

Mesdames vous pouvés choisir

De tous les amans qui me restent,

Vous me ferez fort grand plaisir,

Ils sont galands, ils sont fort lestes,

Et je rendray leur sort fort doux,

Si je les fais aimer de vous.

 

Cette chanson n'a pas besoin de Commentaire aprés cequi est dit dans les deux precedentes.

 

                                                                                                                                                                                                                                [439]   

 

Chanson

1671

Sur l'Air: des Ennuyeux

Sur la naissance de........d'Estrées 1.er Enfant de Francois-

Annibal d'Estrées Marq.s de Coeuvres etc; et de Madelene de Lionne sa 1.re femme.

 

Ce n'est point au Bourgeois Michaut (1)

L'Enfant que Coeuvres a mis au monde,

Encore moins au comte de Sault (2),

Puisqu'on dit qu'elle n'est pas blonde,

A qui donc la donnerons nous

Ne pouvans être a son époux (3).

 

(1) Antoine de Tambonneau Bourgeois de Paris, et apellé par plaisanterie le Bourgeois Michaut.

(2) Francois-Emanuel de Bonnne de Crequy, d'Agout, de Vese, Montlaur, et de Montauban Comte de Sault, fils aîné du Duc de Lesdiguieres.

(3) La Marquise de Coeuvres etoit alors si coquette et son mary un si pauvre homme que l'Auteur ne peut s'imaginer que l'Enfant dont Elle venoit d'accoucher fut a Elle, c'est pourquoi il nomme dans cette chanson tous ceux qu'on soubçonnoit d'avoir eu des faveurs de cette Marq.se pour examiner lequel peut etre le pere de cet enfant, doutant toujours qu'il n'est asseurement pas au Marq.s de Coeuvres.

 

                                                                                                                                                                                                                                [440]  

 

Sera-ce a son frere l'Abbé (4)

Au vieux Plessis (5), au Grand Bethune (6),

Sur eux le sort n'est point tombé,

Car on dit qu'elle n'est pas brune

Aqui donc la donnerons nous

Ne pouvant être à son époux.

 

Le Clergé et le tiers Etat,

Accompagné de la Noblesse,

Ne l'ont pas mis en cet etat,

Il faut donc que ce soit l'altesse (7),     Longueville

Aqui donc la donnerons nous,

Ne pouvant être a son époux.

 

(4) Jean d'Estrées Abé de Conches, Enfant d'honneur de Mgr le Dauphin, frere du Marquis de Coeuvres, ou bien Jules-Paul de Lionne Aumônier du Roy, abbé de Cercamp de Marmoutier, et de S.te Melaine, Prieur de St. Martin des Champs, frere de la Marquise de Coeuvres, voila une grande medisance.

(5) Cezar de Choiseuil du Plessis Praslain Duc de Choiseuil Pair et Marêchal de France, appellé le Maal du Plessis. Chtr des Ordres du Roy, 1.er Gentilhomme de la Chambre et cydevant Gouverneur de Philippes fils de France Duc d'Orleans etc. frere unique du Roy.

(6) Francois Marquiq de Bethune.

(7) Charles-Paris d'Orleans Duc de Longueville, et d'Estouteville, Prince Souverain de Neufchastel, et de Vallengin en suisse, Comte de St. Paul etc.

                                                                                                                                                                                                                                 [441]  

L'Evesque (8) a t'il fait bien ou mal

En deshonorant sa famille (9),

S'il en peut être Cardinal (10),

C'est un scelerat fort habile,

Mais s'il en revient noir vêtu (11),

Il n'aura fait qu'un cocu.

 

(8) Cesar d'Estrées Evesque Duc de Laon, Pair de France, Oncle paternel du Marquis de Coeuvres.

(9) C'etoit l'Evesque Duc de Laon qui avoit fait le mariage du Marquis de Coeuvres son  neveu, avec Madelene de Lionne, et comme cette Dem.lle etant fille etoit desja fort coquette et de mediocre naissance, l'auteur pretend que ce Prelat avoit deshonnoré sa famille par ce mariage.

(10) l'auteur, comme tout le monde, pretendoit que l'Evesque Duc de Laon n'avoit fait ce mariage que parceque la Marquise de Coeuvres etant fille de Hugues de Lionne Ministre de Coeuvres etant fille de Hugues de Lionne Ministre et Secretaire d'Etat au Departement des Affaires Estrangeres, et que ce Ministre le pouvoit servir infiniment à Rome pour obtenir le Chapeau de Cardinal auquel il etoit nommé par la Couronne de Portugal, il êtoit même alors a Rome pour le solliciter.

(11) C'est a dire, s'il ne revient pas Cardinal de Rome et qu'il soit toujours vetu de noir comme les Evesques sont a la Cour, et non vetu de rouge comme les Cardinaux.

(12) En mariant le Marquis de Coeuvres son neveu avec Mad.lle de Lionne.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [443]  

 

Chanson

1671

Sur l'Air: Où estes vous allé mes belles amourettes.

 

Sur Jeanne de Rouveray, fille d'honneur de la Reine Marie-Thereze d'Autriche.

 

La nature a fait ses efforts

Pour vous rendre accomplie

Et de l'ame et du corps,

Vous prodigua tous les tresors,

Mais ne s'en pas servir pendant qu'on est jolie,

C'est se preparer mille remords.

 

Cette chanson n'a pas besoin de commentaire.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [445]  

 

Chanson

1671

Sur l'Air: du pont mon amy.

 

Sur plusieurs personnes.

 

Si la Saint Martin

J'entens la Grondeuse

Sonne le Tocsin

Chez les Ravaudeuses,

La Chetardie aura besoin

De faire Gille à quelque coin.

 

On dit qu'un matin

Sortant de la Messe,

La mere Germain,

Leur grande maitresse,

Leur fit jurer sur son chaperon

Une inviolable union.

 

Quoi! Seroit il vray

Que Dame Fleurie

Jusqu'au mois de May

N'est qu'une prairie

Ne descende pas d'un Baron

Et qu'elle sorte d'un Chaperon.

 

                                                                                                                                                                                                                                [446]  

 

Tu ne scais donc pas

Que Gaudin son pere

Ravaudoit des bas,

Ainsi que sa mere,

Et qu'elle fut la soeur de lait

Du Chevalier de Nantouillet.

 

Pour tenir un Chien

De taille jolie,

Un remede certain

C'est de l'eau de vie,

La petite de St. Martin

En avalle soir et matin.

 

Dans un galetas

Elle en a deux autres

Qui poussent des helas

Et des patinotres,

Elles sont grandes comme moy,

Et dit on, de l'âge du Roy.

                                                                                                                                                                                                                                [447]  

 

Chanson

1671

Sur l'Air: d'un pauvre coeur soulagés le matire.

 

Sur Antoine Tambonneau et.....le Lievre S.r de la Grange tous deux de la ville de Paris qui avoient pris l'Epée quoique leurs peres fussent de Robbe.

 

Pauvre Michaut (1)

Ton destin est estrange,

Pauvre Michaut,

Tu tombes en defaut

Devoir la Grange

Petit grimaut,

Menacer Vrangle (2)

D'un ton si haut

Ah! quitte ta sangle (3)

Reprens ton Manteau.

 

(1) Tout le monde appelloit Tambonneau le Bourgeois Michaut et il etoit plus connu sous ce nom là que sous le veritable.

(2) Vrangle, ou plustost Vrangel êtoit Connestable de Suced et un des grands capitaines du siecle.

(3) On a veu dans une des chansons precedentes comme quoi Tambonneau avoit quitté le Manteau, et pris une epée avec une sangle, et comme quoi cela avoit donné matiere a faire une chanson sur lui, a laquelle celle cy a raport, puisque dans l'autre on disoit aussi qu'il menaçoit le Connestable vrangel avec Epée.

 

                                                                                                                                                                                                                                [448]  

 

Croy moi donc, quitte cette chimere

Ne te tourmente plus le cerveau,

C'estoit une trop grande affaire,

D'entreprendre toy seul de défaire

Un Capitan (4), qui le porte si haut,

Souffre que ce valeureux guidon (5),

Partage avec toy cette conqueste,

Et qu'il en eternise son nom

Pour abattre une si belle teste

Est-ce trop de deux potirons (6).

 

(4) C'est Vrangel.

(5) Le S.r de la Grange le Lievre avoit acheté le Guidon de la Compagnie des Gens d'Armes.

(6) L'un et l'autre etoient de la ville et pour les ravaler encor l'auteur les compare a des potirons qui s'elevent en une nuit.

 

                                                                                                                                                                                                                                [449]  

Chanson

1671

Sur l'Air: du Traquenard

 

Faite par les Soldats du Regiment des Gardes Françoises l'an 1671 lorsque le Roy Louis XIV alla en Flandres et y fit fortifier Dunkerke, Ath etc avec un corps de troupes que commandoit sous lui Charles-henry de Durfort Duc de Duras, Lieutenant general des Armées de sa M.té et capitaine des Gardes se son Corps.

 

N.a Que les soldats appellerent ce voyage la Campagne des Brouettes a cause qu'ils ne firent autre chose que de rouler des Brouettes pour les travaux des places qu'on fortifioit.

 

Au premier coup de canon (1),

Le Diable emporte Maumont (2),

Saint Sandoux (3), les outils (4), la hoguette (5),

 

(1) On tiroit le Canon pour signal du travail, afin que les soldates s'y rangeassent.

(2) C'estoit un aide Major du Regiment des Gardes Françoises fort cruel aux soldats qu'il batoit rudement.

(3) C'estoit le Major de ce Regiment.

(4) Les Pesles, Louchets, Hoyaux, et autres outils dont se servoient les soldats pour travailler.

(5) C'estoit in aide Major de ce meme Regiment.

 

                                                                                                                                                                                                                                [450]  

 

La Brouette(6)

Saint Sandouc, les outils

Et ce gros b....d'Ortis (7).

 

(6) La Brouette avec laquelle les soldats portoient la terre.

(7) C'etoit le Capitaine qui commondoit alors le Regiment des Gardes Françoises.

 

                                                                                                                                                                                                                                [451]  

Chanson

1671

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Sur M.lle Favier du Boulay lorsquelle epousa l'an 1671. Denis Talon Avocat general du Parlement de Paris.

 

Les Marquis ne vous plaisent pas,

Pour eux seuls vous êtes cruelle,

La Robbe a pour vous des appas

Vous en voulez taster la belle,

Pour moi j'aime mieux un Baron  / J'aime mieux le dernier Baron,

Que Monsieur l'Avocat Talon.

 

Il vous parle comme Cujas,

Il raisonne comme Bartole,

Il compte pour peu vos appas,

Mais compte bien mieux vos pistolles

C'est ce qu'on dit avec raison,

De Monsieur l'Avocat Talon.

 

Cette chanson n'a pas besoin de Commentaire il suffit d'y adjouter que M. Talon etoit peut etre l'homme du monde le plus desagreable, il etoit salle, crasseux, avoit la mine basse, nourry et elevé dans le Palais, il ne connoissoit que la Chicane et point du tout le monde ce qui lui faisoit faire tous les jours mil fautes contre la politesse et la civilité, en un mot c'etoit un pedant tres [237] degoutant,

                                                                                                                                                                                                                                [452]  

mais tres habile en son metier, cepedant M.lle du Boulay Favier le prefera a beaucoup de gens aimables et de qualité dont Elle etoit recherchée pour ses grands biens.

 

                                                                                                                                                                                                                                [453]   

Chanson

1671

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Servant de reponse a la precedente.

N.a Que c'est icy........Favier du Boulay qui parle.

 

Je fais peu de cas de l'eclat,

J'aime la douceur de la vie,

En prenant un grand Magistrat,

Je contenterai mon envie,

J'aime les clochers de Paris

Et pour les voir cela point de Marquis (1);

Si l'on me reproche Cujas (2),

Si l'on me reproche Bartole,

Et s'ils n'ont pour moy d'appas,

Je trouveray qui m'en console (3)

Et men feray faire raison

Aux depens de Monsieur Talon (4).

 

(1) Les Marquis, ou pour parler plus intelligiblement les gens d'Epée ont d'ordinaire leurs terres et leurs etablissemens dans les Provinces et Madame Talon les refusa tous, de peur d'etre obligée de les y suivre et de quitter Paris dont Elle ne vouloit point sortir.

(2) Lisés le dernier couplet de la chanson precedente.

(3) C'est a dire un amant.

(4) C'est a dire en faisant M.r Talon cocu, ce qui arriva.

 

                                                                                                                                                                                                                                [454]  

 

S'il me parle comme Cujas,

S'il raisonne comme Bartole,

Je veux qu'il compte mes appas.

Du moins autant que mes pistolles,

Ou bien je mettray sur le front,

Quelque chose à Monsieur Talon (5).

 

(5) C'est la meme chose que l'article precedent.

 

                                                                                                                                                                                                                                [455]   

Chanson

1671

Sur l'Air: depeschés, preparés ces lieux.

 

Sur Charles-Paris d'Orleans Duc de Longueville et d'Estouteville Prince Souverain de Neufchastel, et de Valengin en suisse, Comte de St. Paul, Gouverneur de Normandie.

 

Qui l'eût crû qu'a vingt et deux ans (1)

Le plus vigoureux des amants (2),

Fut tombé au prés d'une fille (3),

Sans vigueur et sans mouvement (4),

Foin du Polville (5)

Quand on s'en poudre le devant,

L'amour ne veut point qu'on differe

Lui disoit la belle en colere;

 

(1) Le Duc de Longueville etoit né le 29 Janvier 1649.

(2) Les Dames se louoient de sa vigueur.

(3) C'etoit.......de Fienne cy devant fille d'honneur d'Anne Henriette d'Angleterre Duchesse d'Orleans, de laquelle le Duc de Longueville etoit amoureux. Elle etoit Dem.lle de fort bonne volonté.

(4) C'est qu'un jour etant couché auprés de cette fille il ne pût jamais rien faire.

(5) Pour s'excuser de ce manque de vigueur, il dit a Mad.lle de Fienne que c'estoit l'odeur de la poudre de Polville qui lui avoit monté a la teste, effectivement Elle en etoit toute parfumée jusques partout.

 

                                                                                                                                                                                                                                [456]  

 

Depêchés, hatés vous, hatés vous

Pressés, redoublés vos coups,

Je ne vous puis rien faire (6)

Pourquoi vous polvillés vous?

Que ne baisés vous (7)

Mon cher, que ne baisés vous!

Mon cher, que ne baisez vous!

Que ne baisez vous?

Je ne vous puis rien faire (8).

 

(6) C'est le Duc de Longueville qui repond.

(7) C'est Madem.lle de Fienne qui replique.

(8) C'est le Duc de Longueville qui repart.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [457]  

Chanson

1671

Sur l'Air: Despechés preparés ces lieux.

 

                                                                  Sur Paule Payen femme de Hugues de Lionne Ministre et Secretaire d'Etat.

 

Un jour la Lionne dit on,

Trouva saint Paul (1) en Caleçon,

Qui portant son sac et ses quilles (2),

Venoit sans crainte du holà,

Car du poleville,

Il n'en avoit point ce jour là (3),

D'abord il voulut faire gille (4), Bis

Mais la Lionne lui dit en couroux;

Pourquoy vous en fuyez vous,

Si vous cherchez ma fille (5),

 

(1) Charles-Paris d'Orleans Duc de Longueville, il s'appelloit peu de tems auparavant le Comte de St. Paul.

(2) C'est a dire prest a bien faire.

(3) Lisés la chanson precedente

(4) C'est a dire il voulut s'en aller.

(5) Madame de Lionne soubçonna que le Duc de Longueville cherchoit la Marquise de Coeuvres sa Fille qui etoit jeune et jolie et Elle avoit raison mais Elle voulut profiter en cette occasion du plaisir de jouir d'un des aimables Princes du monde.

 

                                                                                                                                                                                                                                [458]  

 

Profités du rendés vous;

Mais accordons nous,

Faisons cocu mon Epoux, Bis

Et puis je la laisse a vous,

Je suis mere facile (6),  Bis

Profitez du rendez vous.

 

(6) Nonseulement Mad.e de Lionne êtoit debauchée, mais Elle pratiquoit des plaisirs a sa fille.

M. de Lionne, Ministre, quelques années avant sa mort se plaignit du debordement de sa femme, et par ordre du Roy, la fit enlever, et enfermer aux filles de S.te Marie, où elle resta jusqu'à sa mort.

 

                                                                                                                                                                                                                                [459]   

Parodie

1671

du 1.er couplet du 2.e intermede de la Tragedie de Psiché; sur Paule Payen felle de Hugues de Lionne Ministre et Secret.re d'Etat sur le même air que la precedente.

 

Depeschez, preparez vos V.....,

Il n'importe grands, ou petits,

N'en aportez point qui ne dresse,

Et qui ne bande comme il faut,

Quand Lionne presse,

On ne f....... jamais assez tost.

Elle veut qu'on passe plus outre,

Travaillés, hâtez vous, hâtez vous,

Poussez redoublez vos coups,

que l'ardeur de la F........

Fasse vos soins les plus doux,

Redoublez vos coups,

Poussez redoublés vos coups,

Poussez redoublés vos coups, redoublez vos coups,

Que l'ardeur de la F.....

Fasse vos soins les plus doux.

 

                                                                                                                                                                                                                                [460]  

 

Reponse

a la Chanson precedente

sur le même Air.

 

Depeschez preparés vos C........

Vous verrés comme nous f........

N'en presentés point qui soit large,

Et surtout pas trop bas persé,

            Quand on decharge

Le V..... n'est jamais trop pressé,

Le C..... veut qu'on passe tout outre,

Travaillés, hatez vous, hatez vous,

            Poussés redoublés vos coups,

Quel ardeur de bien f.....

Fasse vos soins les plus doux.

 

                                                                                                                                                                                                                                [461]   

Parodie

1671

du 1.er Air du 3.e intermede de la Tragedie Ballet de Psiché, faite par le Roy Louis XIV.

 

Sur...........de Fienne femme de........des Chapelles Capit.e des Gardes du corps de Henriette-Marie de France, veuve de Charles 1. Roy d'Angleterre, laquelle s'apelloit toujours Mad.e de Fienne nonobstant son mariage, ainsi qu'il se pratique en Angleterre quand la femme est de meilleure Maison que son mary.

 

Hideuse vieillesse*

Fuyez la jeunesse,

Car vos vilains jours

Font peur a leurs amours,

La mort pour vous prendre

Se lasse d'attendre,

Quittez, quittez les plaisirs

Qui font tous vos desirs,

Hastez vous de rendre

Les derniers soupirs.

 

* Ce couplet a eté fait par le Roy Louis 14. dans le tems qu'il etoit amoureux.

 

                                                                                                                                                                                                                                [463]  

 

Chanson

1671

Sur l'Air: des Feuillantines.

Sur Paule Payen femme de Hugues de Lionne Ministre et Secretaire d'Etat, que son mary fut à la fin obligé de faire enfermer pour sa mauvaise conduite, et sur Madelene

 de Lionne leur fille.

 

Les intrigues de l'amour

A la Cour,

Sont la cause de sejour

Que fait la pauvre Lionne

Dans une maison de Nonnes (1).

 

Son mary depuis trente ans

Patient

Lui permettoit ses galans,

Mais les amours de sa fille (2)

Ont echaufé sa Famille.

 

(1) Madame de Lionne fut enfermée dans le Couvent de filles de l'Abaye du Port Royal a Paris.

(2) Madelene de Lionne femme de Francois-Anibal d'Estrées Marquis de Coeuvres.

 

                                                                                                                                                                                                                                [464]  

 

Il est vray qu'on est surpris

A Paris

Qu'une mere ait entrepris

D'etre sans profit pour Elle.

De sa fille masuerelle (3).

 

Sans profit je me repens

Car je mens,

Ce n'est pas profit d'argent,

Mais le tribut d'une viande (4)

Dont Elle etoit fort friande.

 

Elle fut au grand Praslin (5)

Ce vilain

O Dieux qu'elle avoit grand faim

Mais peut être il lui fit comme

Auroit fait un plus bel homme.

 

Quand a la fille (6) on alloit,

 

(3) Madame de Lionne etoit maquerelle de sa fille, mais n'en deplaise a l'auteur, ce n'etoit pas sans profit pour Elle, comme on peut voir dans la chanson precedente.

(4) Ce cy justifie ce qui est dans l'Article precedent.

(5) Francois de Choiseul Marquis de Praslin, Lieutenant gnal en Champagne et Gouverneur de Troyes il etoit fort desagreable.

(6) La Marquise de Coeuvres.

 

                                                                                                                                                                                                                                [465]  

Il falloit,

Que la mere (7) prit son droit,

Puis Elle disoit mamie,

Je t'en repons sur ma vie.

 

Pour aiguiser l'apetit

Le deduit

Se passoit en meme lit

Entre Bethune (8) et la mere (9),

Sault (10), et la jeune Commere (11).

 

Marier il va fallut,

Pour salut,

De crainte qu'il ny parût,

Mais bientost aprés la nopce

Elle revient au negoce.

 

Longueville (13) commença

L'engrossa (14)

 

(7) Mad.e de Lionne ne souffroit point qu'on eut des faveurs de la Marq.se de Coeuvres sa fille que les amans n'eussent auparavant couché avec Elle, voila ceque l'auteur appelle son droit.

(8) Francois Marquis de Bethune.

(9) Madame de Lionne

(10) Francois Emanuel de Bonne de Creguy de Blanchefort d'Agoust de Vesc Montlaur, et de Montauban Comte de Sault.

(11) La Marquise de Coeuvres.

(12) Elle epousa le X Fevrier 1670. Francois-Anibal d'Estrées Marq.s de Coeuvres.

(13) Charles Paris d'Orleans Duc de Longueville.

(14) L'auteur pretend que le 1.er Enfants qu'eut la Marquise de Coeuvres etoit

                                                                                                                                                                                                                                [466]  

 de la façon du Duc de Longueville, il y a sur cette couche une chanson plus haut de cette même année 1671 laquelle il faut voir.

 

Puis aprés il s'en lassa,

Mais Elle en fut consolée,

Par un badaut sans epée (15).

 

Il falloit l'avoir plus chaud,

Qu'un rechaut,

Pour le donner a Michaut (16),

Mais la petite bourgeoise (17),

Le mesuroit a la toise (18),

 

Etant couchée au grand lit, (19)

Le grand V......

De Bethune (20) la f...tit/couvrit

Ce n'estoit pas une affaire

Il avoit f...tu/connu (21) la mere.

 

(15) Antoine Tambonneau.

(16) Tambonneau estoit appellé par raillerie le Bourgeois Michaut comme il est marqué cydevant.

(17) La Marquise de Coeuvres que l'Auteur apelle Bourgeoise, parceque Hugues de Lionne son pere etoit de mediocre naissance et d'une proffession, etant Secret.re d'Etat, dans laquelle il ny a jamais eu que des Bourgeois.

(18) L'Auteur pretend que Tambonneau etoit fort long

(19) C'est a dire depuis qu'Elle fut mariée.

(20) Francois Marquis de Bethune.

(21) Il est dit plus haut que le Marquis de Bethune avoit couché avec Madame de Lionne.

                                                                                                                                                                                                                                 [467]  

Enfin son frere l'Abbé (22)

Eschaufé,

Un matin s'est presenté. (23)

Ne lui voulant rien permettre

Il se saisit de ses Lettres.

 

Son pere (24) il en regala

En parla,

De ce cy et de cela,

Là finit la patience (25),

D'un des grands cocus de France.

 

(22). Jules-Paul de Lionne Aumosnier du Roy Abbé de Cercamp de Marmoutier et de S.te Melaine Prieur de St. Martin des champs etc.

(23) Cet Abé voulut aussy coucher avec sa soeur la Marquise de Coeuvres, et comme Elle ne luy voulut pas permettre, la jalousie lui fit prendre les Lettres que sa soeur recevoit de ses amans.

(24) L'Abbé de Lionne porta toutes les Lettres a Mr de Lionne son pere, et lui conta la conduitte de sa femme et de sa fille qu'il ignoroit, ou faisoit semblant d'ignorer.

(25) Mr. de Lionne outre de toutes les Galanteries qui se faisoient dans sa famille, suplia le Roy de lui donner une Lettre de cachet pour faire enfermer sa fille, le Roy fit cequ'il pût pour l'en detourner, cet eclat ne pouvant tourner qu'a sa honte, M.r de Lionne persista toujours, le Roy consentit a ce qu'il voulut, et Madame de Lionne fut arrestée, et enfermée dans un couvent, mais Mr. de Lionne ne put resister a sa douleur, et en mourut peu aprés a Paris le 1.er Septembre 1671 agé de 60 ans.

 

                                                                                                                                                                                                                                [469]  

 

Chanson

1671

Sur l'Air: depeschés, preparés ces lieux.

 

Sur le même sujet que la precedente.

 

Qui l'eut crû qu'aprés quarante ans (1),

Un grand Ministre a cheveux blancs (2),

S'aperceût qu'une vieille rosse (3)

Tâchoit a le faire cocu (4),

Foin du negoce

Il s'en est trop tard aperceu

Elle est pourtant claquemurée (5)

Croyez moy filés doux, filez doux,

Coeuvres (6) prenez garde a vous,

Vous serés enfermée

Mais si c'est dans quarante ans

Consolez vous en

En vous donnant du bontemps

En vous donnant du bon temps,

 

(1) C'est qu'il y avoit 40 ans que Mons.r et Mad.e de Lionne etoient mariés.

(2) Mr. de Lionne avoit les cheveux blancs.

(3) Mr. ce Lionne.

(4) Cela est dans la chanson et les Com.res cydevant.

(5) Elle êtoit enfermée par ordre du Roy dans l'Abaye du Port Royal a Paris.

(6) Madelene de Lionne Marq.se de Coeuvres fille de M.r et Mad.e de Lionne fort coquette comme on a veu dans la chanson precedente a laq.lle le lecteur est renvoyé.

 

                                                                                                                                                                                                                                [470]  

 

Consolés vous en

Si vous êtes enfermée

Ce ne sera de longtems.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [471]  

Epigrame

1671

Sur la charge de Secretaire d'Etat, donnée a Simon Arnauld S.r de Pomponne l'an 1671 par Jean le Laboureur Bailly de Montmorency.

 

Elevé dans la vertu,

Et malheureux avec Elle,

Je disois, a quoi sers tu ?

Pauvre et sterile vertu,

Ta droiture, et ton zele,

Tout compté tout rabatu

N'aportent pas un festu;

Mais voyant qu'elle couronne

Aujourd'huy le grand Pomponne,*

Aussistost je me sui teu,

Aquelque chose Elle est bonne.

 

* Simon Arnauld S.r de Pomponne fils de Robert Anauld S.r D'andilly, si celebre par ses belles traductions, et neveu de henry Arnauld Evesque d'Angers, Prelat d'une pieté, et d'une vertu insigne; et d'Antoine Arnauld Docteur de Sorbonne, si distingué par ses ouvrages, et ses disgraces, fut fait secretaire d'Etat au Departement des affaires Estrangeres aprés la mort de hugues de Lionne. Il s'étoit attaché aux Negociations toute sa vie. Avoit êté  Ambassadeur en hollande, et l'etoit en Suede au mois de Septembre 1671, lorsqu'il receut la nouvelle de cette dignité, il etoit en reputation d'esprit et de vertu.

 

                                                                                                                                                                                                                                [473]  

 

 

Chanson

1671

Sur l'Air: des Ennuyeux

Sur Philippes de Courcillon, Marquis de Dangeau, Gouverneur de Touraine, nommé Ambassadeur en suede, et où il ne fut pourtant

pair.

N.a Que ceux qui sont nommez dans le 2 et 3.e couples, n'estoient pas destinés a le suivre en suede, et que c'est une imagination de l'auteur qui trouva plaisant de composer, de plusieurs ennuyeux, le train du Marquis de Dangeau qui êtoit lui meme tres ennuyeux.

 

Or escoutez petits et grands,

Le malheur de nôtre Royaume (1),

Dangeau la perle des vaillans (2)

Devoit s'en aller a Stokolme (3)

Mais il demeure dans Paris

Pour ennuyer grands et petits.

 

Mais pour comble de tous nos maux

Dans le dessein de cette affaire

 

(1) Il est aisé de voir par ce debut que toute cette chanson est ironique.

(2) Le Marquis de Dangeau ne passoit pas pour brave, cecy est une contreverité.

(3) Il faut dire Stokolm, ville capitale de Suede, et le sejour des Rois.

 

                                                                                                                                                                                                                                [474]  

 

Il avoit fait choix de Lavau (4),

Pour lui servir de Secretaire;

Mais ils resteront dans Paris

Pour ennuyer grands et petis.

 

Salins (5) êtoit son Escuier,

Son Intendant êtoit St. Gilles (6),

Chaumont (7) êtoit son Aumosnier

Et iles devoient tous faire gille,

Mais ils demeurent dans Paris

Pour ennuyer grands et petits.

 

Scauroit êté grande douleur

De voir partir Monsieur son frere (8),

C'est bien le plus fâcheux lecteur (9)

qui jamais eut Brevet d'affaire (10),

Mais il demeure dans Paris

Pour ennuyer grands et petits.

 

(4) Louis Irland de Lavau Tresorier de St. hilaire le grand de Poitiers, homme tres ennuyeux.

(5) ......... Garnier St. de Salins cydevant enseigne des Gardes du Corps du Roy, autre Ennuyeux.

(6)......de......... S.r de St. Gilles nouvelliste et ennuyeux.

(7) Paul Philippes de Clermont Evesque de Dax de l'Academie Françoise, autre Ennuyeux.

(8) Louis de Courcillon de Dangeau Abé, lecteur de la Chambre et du Cabinet du Roy, frere du Marq.s de Dangeau pedant tres ennuyeux.

(9) C'est le même Abé Dangeau Lecteur.

(10) Ces Lecteurs qui sont deux a present, ont le Brevet d'Affaires chez le Roy.

                                                                                                                                                                                                                                 [475]  

Boulay ce terrible menteur,

N'ayant personne en concurrence,

Etoit sans nul competiteur,

Le plus ennuyeux de la France,

Mais Dangeau (1) revient aujourd'huy  (1) Alias Douzy

Encore plus ennuyeux que luy.

 

                                                                                                                                                                                                                                [477]  

 

Parodie

1671

D'une Chanson du 2.d Intermede de la Tragedie du Ballet de Psiché, qui commence par ces mots; Depeschés preparés ces lieux.

 

Sur Françoise Marq.e de Sevigny 2.e femme de Francois Adhemar de Monteil, Comte de Grignan, Lieutenant gnal en Provence, où Elle etoit allée avec son mary.

 

Provençaux vous êtes heureux

D'avoir ce Chefdoeuvre des cieux,

Grignan (1) que tout le monde admire,

Et dont l'esprit rare et charmant,

Fait qu'on soupire

Icy (2) de son eloignement;

Provençaux voulez vous nous plaire,

Provençaux voulez vous nous plaire,

Depeschez, rendez nous,

Rendez nous,

Rendez cet objet si doux,

Nous en avons affaire,

 

(1) La Comtesse de Grignan

(2) Paris.

 

                                                                                                                                                                                                                                [478]  

 

Gardez Monsieur son epoux (3),

Et rendez la nous;

Gardez Monsieur son epoux,

Gardés Monsieur son epoux

Monsieur son epoux,

Nous en avons affaire,

Provençaux rendez la nous.

 

(3) Le Comte de Grignan.

 

                                                                                                                                                                                                                                [479]   

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur la mort de Pierre Seguier, Chancelier de France, mort à St. Germain en Laye, le 28 Janvier 1672.

 

Les Maquerelles (1) sont en deüil,

Elles perdent toute assistance,

Le Chancelier est au Cercueil,

Le plus grand ribaut de la France

Les putains en pleurent bien fort

Tout est perdu, Pierrot (2) est mort.

 

(1) Le Chancelier Seguier êtoit fort Paillard, ainsy c'estoit une perte pour les Maquerelles, et les Putains.

(2) Le Sobriquet de Pierrot fut donné au Chancelier Seguier, parcequ'on sceut qu'estant un jour enfermé avec une Garce, qui l'appelloit toujours Monseigneur; Il lui dit dans l'emportement du plaisir, de le nommer plustost Pierrot.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                [480]  

 

Autre

Sur le même Air, et la même personne

 que la precedente.

 

Mesdames quittés votre deuil,

Et reprenez vôtre esperance,

St. Pierrot (1) est dans le cerceuil,

Carouge (2), et Soyecourt (3) sont en France,

Et l'un des deux/chacun d'eux  dans ce metier,

Vaut pour le moins un Chancelier.

 

(1) Le Chancelier Pierre Seguier. Lisés le commentaire de la chanson precedente. Il est fort court.

(2) Francois le Veneur comte de carouge qui passoit pour Vigoureux dans le deduit.

(3) Maximilien de Belleforiere Marquis de Soyecourt, Chtr des Ordres du Roy, et Grand Veneur de France. Autre grand Arblestrier en amour.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [481]  

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur.....du Housset, Chancelier de Philippes fils de France Duc d'Orleans etc. et sur.........d'Aguesseau, sa femme, qui donnerent un bal a ce Prince, et a la Duchesses d'Orleans sa femme,

l'hiver de l'an 1672.

 

Chés les vieux financiers Housset (1),

Et chez la Bourgeoise sa femme,

Le Masque (2) fut mal satisfait

A ce que nous a dit Madame (3),

Mais ceque l'on vit de plus laid,

Ce fut la Bourgeoise Housset.

 

Dessous quatre Lustres éclatans,

Au milieu de trente Mignones (4)

 

(1) Mr. du Housset êtoit homme de neant et s'etoit elevé par la Maltôte et les Finances où il avoit fait une grosse fortune.

(2) Les Masques qui furent au Bal.

(3) Charlotte-Elizabeth de Baviere 2.de femme de Philippes de France Duc d'Orleans frere unique du Roy etc. qu'Elle venoit d'epouser à Châlons le 21 Decembre de l'année precedente 1671. Ce Bal donné par M.r du Housset etoit une suitte des rejouissances de la Noce.

(4) Ce cy est mis par plaisanterie, c'est a dire de Laides femmes et des Bourgeoises.

 

                                                                                                                                                                                                                                [482]  

 

Avec un air fier, et galand (5),

On vit paroitre la Moutone (6),

Tout le monde la regardoit

Et chacun s'en divertissoit.

 

(5) Cela est ironique.

(6) Madame du Housset que l'auteur appelle Moutonne a cause d'une fausse Coïffure mal frisée qu'Elle avoit.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [483]  

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur la Promotion au Cardinalat de Pierre de Bonzy Archevesque de Thoulouze.

 

Le Saint Pere (1) s'est declaré (2)

Pour l'Archevesque de Toulouze,

Monsieur de Laon (3) est reculé (4)

Et quasi poussé dans la blouse (5)

Mais pourquoi s'est il fait fournier (6)

En voulant passer le premier (7).

 

(1) Le Pape Clement X.

(2) Le Pape fut assez longtemps a prononcer sur la Promotions qu'il devoit faire pour les Couronnes; Il se declara a la fin pour le card.l de Bonzi qui avoit la nomination de Pologne où il avoit été ambassad.r pour la France. Il fut revetu de la Poupre le 22. Fevrier.

(3) Cezar d'Estrées Evesque Duc de Laon, Pair de France qui avoit la Nomination de Portugal pour être Cardinal, comme parent de la Reyne de ce Royaume, et qui etoit alors a Rome pour solliciter le Chapeau.

(4) Le Cardinal de Bonzi fut nommé devant le cardinal d'Estrée, qui en fut outré de douleur; mais le Pape ayant reservé  celui cy in petto il passa devant Bonzi lorsqu'il fut nommé quelque tems aprés.

(5) Le Cardinal d'Estrées pensa manquer le chapeau a cette Promotion, et l'auteur compare le malheur qu'il auroit eu a celui d'un joueur de Billard qui mettant dans le blouse perd le coup.

(6) L'auteur continue sa comparaison sur le jeu de Billard. Fournier est celui qui ayant passé du 1.er coup de Bille est obligé de depasser et de repasser ensuitte. Ainsi il veut dire que si le cardinal d'Estrées n'avoit pas eu le Chapeau a cette Promotion il auroit êté obligé

                                                                                                                                                                                                                                [484]  

de revenir en France, pour retourner ensuitte a Rome et y faire valoir sa nomination dans un autre tems et gagner la partie.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [485]  

Parodie

1672

De la Chanson precedente sur la Promotion au Cardinalat de Cezar d'Estrées, Evesque et Duc de Laon, Pair de France etc.

 

Nota Que cette Parodie sert de reponse a la chanson precedente,

et que l'Auteur y fait parler le Cardinal d'Estrées.

 

Le Saint Pere (1) s'est déclaré

Pour l'Archevesque de Toulouze (2),

Et je suis devenu Livet (3);

Mais non pas poussé dans la blouse (4),

Mais qu'importe d'etre premier (5)

Pourveu que je gagne au dernier (6).

 

(1) Le Pape Clement X.

(2) Pierre Bonzi Archevesque de Toulouze fait Cardinal le 22. Fevrier de cette année.

(3) Livet aujeu de Billard veut dire dernier, et l'auteur dans cette chanson y continue les termes de ce jeu qui sont dans la precedente, et qu'il aplique aux deux cardinaux d'Estrées et de Bonzi. Icy l'auteur fait dire au 1er que celui cy ayant êté fait cardinal avant, il êtoit resté le dernier.

(4) C'est a dire qu'il n'a pas perdu. Voyés l'article 5.e du comment.re de la chanson precedente.

(5) C'est a dire qu'importe que le cardinal de Bonzi ait êté fait cardinal avant moy.

(6) Le cardinal d'Estrées ayant eté nommé par le Pape in petto se trouva a sa nomination avant le cardinal de Bonzi, et c'est pour cela que l'auteur lui fait dire qu'il ne luy importe pair 

                                                                                                                                                                                                                                [486]  

d'avoir êté nommé le dernier, puisquue par la suite il a eu le meme rang au dessusde son Confrere que s'il avoit eté nommé avant lui, comme l'esperoit.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [487]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

A Elizabeth de Montmorency, femme de Christian Louis Duc de Mecklembourg, etc.

 

Fait il beau dans vôtre pais, (1)

Est il doux d'etre Souveraine,

Y pensés vous a vos amis,

Sentés vous pour eux quelque peine;

Regner est un plaisir si grand

Que tout devient indifferent.

 

Les Princesses qui dans Paris, 

Font l'objet de vôtre tendresse

M'ordonnent de donner avis

A votre glaciale Altesse,

Qu'elles se plaignent du devoir

Qui les empêchent de vous voir

                                                                      (Les Princesses de Conty, leur mère, et la  Duchesse de Longueville)

 

Le Docte et celebre Voisin

qui n'ecoutepoint de sornettes,

Dit qu'il ne voit riend de plus fin

Que les jolies vers que vous faites

 

(1) Elle etoit alors dans les Etats du Prince son mary en allemagne qu'Elle gouvernoit.

 

                                                                                                                                                                                                                                [488]   

Il croit vôtre aimable Chanson,

Le Chef d'Oeuvre de Pelisson.

 

Ces deux aimables rejettons

Du noble sang de Charlemagne,

Plus braves que les Scipions,

Veulent conquerir l'Allemagne,

Et la raison la scavez vous

C'est pour la mettre à vos genoux.

 

Jugeant que ce n'est pas assez

Que le Vandale vous admire,

Ils vont a vos Etats glacez,

Ajouter un nouvel Empire,

Vous n'avez qu'a leur temoigner

En quel lieu vous voulez regner.

 

Comme on ressemble à ses parens,

Et qu'on tient de leur origine,

Ils ont desja des conquerans,

L'esprit, le courage, et la mine

Par ses neveux, le Grand Condé,

Bientost se verra secondé.

 

                                                                                                                                                                                                                                [489]  

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Sur.......de............femme de S?

D'amoresan Intendant de Charleroy.

 

Amoresan à ce qu'on dit,

Est une terrible pratique,

En deux jours Elle rend un V.......

De vigoureux, paralitique,

Elle fait baiser la Fresnoy,

Sur la moustache de Louvois.

 

Louvois, comment peux tu souffrir,

Que chacun cajolle ta belle (3),

Bonzi a sêu la radoucir,

Il chevauche cette infidelle

Et pour attraper de l'employ

Caderousse (5) f...... la du Fresnoy.

 

(1) Mad.e du Fresnoy etoit soeur de Mad.e d'Amoresan et femme du Fresnoy l'un des commis de Francois-Michel le Tellier Marq.s de Louvois Secret.re d'Etat. Celui cy en etoit amour.x depuis longtems, l'entretenoit et l'elevoit de toute sa faveur. Cela n'empeschoit pas qu'Elle ne lui fut infidelle, et sa soeur etoit sa confidente.

(2) Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois etc.

(3) Madame du Fresnoy.

(4) Pierre de Bonzi Cardinal Archevesque de Toulouze Grand Aumosnier de la Reine Marie Thereze d'Autriche.

(5)............d'Ancezune Duc de Caderousse, mais ce n'etoit pas

                                                                                                                                                                                                                                [490]  

 pour attraper de l'employ, qu'il s'étoit attaché a Mad.e du Fresnoy. Cent êté un mauvais moyen puisque Mr. de Louvois donnoit les Emplois Militaires. Ce fut Jean Baptiste Colbert Marquis de Seignelay, secretaire d'Etat en survivance de Jean Baptiste Colbert son pere, qui pour faire depit a Mr. de Louvois dont il etoit ennemy obligea Caderousse qui etoit bien fait et eloquent, a faire l'amour a Mad.e du Fresnoy. Ce qui reussit.

 

Aprés le valeureux exploit,

Du trop valeureux Caderousse (6),

Si l'on vouloit rendre à Louvois,

Justice sur son humeur douce (7),

Sa femme (8) le feroit, ma foy,

Cocu comme la du Fresnoy.

 

 

(6) Lisez l'Article precedent.

(7) On dit ce cy par raillerie, Mr. de Louvois etoit un brutal achevé.

(8) Anne de Souvré Marquise de Louvois. Elle etoit bien faite, et assés aimable mais Elle avoit peu d'Esprit.

 

                                                                                                                                                                                                                                [491]   

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Sur Marie-Charlotte de Castelnau, femme d'Antoine-Charles de Grammont, Comte de Louvigny, Colonel d'un Regiment d'Infanterie, Gouverneur en Survivance d'Antoine Duc de Grammont, Pair et Maal de France son pere, de la ville et Château de Bayonne, sur son mari, et ses amants.

 

La Quille (1) disoit à Marsan (2),

Mon cher enfant, que faut il faire,

Pour satisfaire Manicamp (3),

Il a découvert le mistere,

Helas, que dira Louvigny (4),

Il sera mari tres marry.

 

(1) L'auteur appelle la Comtesse de Louvigny la Quille, parcequ'Elle etoit fort grande et la taille assez d'une veuve.

(2) Charles de Lorraie Comte de Marsan Enseigne de la 2.de Compagnie des Mousquetaires du Roy, que la Comtesse de Louvigny aimoit alors eperdument.

(3) .......de Longueval Marquis de Manicamp, qui avoit aussi de l'amour pour Madame de Louvigny, qui avoit decouvert celuy qu'Elle avoit pour le comte de Marsan.

(4) Antoine-Charles de Grammont Comte de Louvignu etc. mary de cette Dame.

 

                                                                                                                                                                                                                                [492]  

 

Or écoutés de Louvigny (5)

Une histoire fort pitoyable,

Elle avoit Marsan (6) pour amy,

Et c'etoit chose delectable (7),

Elle n'a plus que Maniamp (8),

Qui meprise fort le devant (9).

 

Manicamp fait baiser ta soeur (10),

Manicamp chevauche ta femme (11),

Tu lui fais part de la faveur,

Que te fais une belle dame (12)

Ô! le trop heureux favory (13)

Ô! le ridicule mary. (14)

 

(5) La meme Comtesse de Louvigny.

(6) Charles de Lorraine Comte de Marsan etc.

(7) Il etoit aimable et vigoureux.

(8)..........de Longueval, Marquis de Manicamp qui debusqua ala fin le Comte de Marsan.

(9) Il etoit grand Sodomite.

(10) Ce couplet s'adresse au Comte de Louvigny et sa soeur etoit Charlotte-Catherine de Grammont, femme de Louis de Grimaldi Prince Souverain de Monac Duc de Valentinois, Pair de France etc. delaquelle Manicamp etoit le confident, car Elle etoit fort coquette.

(11) Manicamp aprés avoir debusqué le Comte de Marsan etoit alors fort bien avec la Comtesse de Louvigny.

(12) Le Comte de Louvigny êtoit alors amoureux et bien traité de Marie-Anne Mancini femme de Godefroy Maurice de la Tour-d'Auvergne, Duc de Bouillon, Grand Chambellan de France etc. et Manicamp etoit son confident, de maniere qu'il etoit bien occupé de toute la Famille du comte de Louvigny.

 

                                                                                                                                                                                                                                [493]  

(13) Cecy s'adresse à Manicamp qui jouoit un plaisant personnage dans cette Maison. Comme il etoit un des hommes du monde qui avoit le plus d'esprit, il voyoit aisement que son honneur ne s'accordoit guerre avec tout ce que l'amour et l'amitié lui faisoient faire. Mais les passions etoient alors les plus fortes.

(14) Cecy s'adresse au Comte de Louvigny que l'auteur insulte sur cequ'il fait son favory et son confident de Manicamp amant de sa femme.

 

                                                                                                                                                                                                                                [495]  

 

 

 Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Sur differentes personnes de l'un, et de

l'autre sexe.

 

Longueville (1) consolez vous,

Gillot (2), Langlade (3), et l'Angleterre (4),

Brissac (5) revient vous l'aurez tous,

Car ainsi l'entend son bon pere (6),

Qu'elle revienne dans Paris,

Pour minauder (8) grands et petits.

 

Puisque dessus vôtre vertu

Luynes (9) vôtre mary se fonde

Raillant du bruit qu'on a tenu (10)

 

(1) Charles-Paris d'Orleans Duc de Longueville.

(2) Francois Gillot Con.er en la 3.e Chambre des Enquestes du Parlement de Paris.

(3).......... St. de l'Anglade.

(4) Milord Montagu Ambassadeur d'Angleterre en France.

(5) Marguerite-Gabrielle-Louise de St. Simon, femme de henry-Albert de Cossé Duc de Brissac, Pair de France, dont ces 4 personnes, scavoir le Duc de Longueville, Gillot, l'Anglade, et Montagu etoient amoureux.

(6) Claude Duc de St. Simon Pair de France, Chtr des Ordres du Roy etc.

(7) Elle etoit a la campagne avec le Duc de St. Simon son pere et Elle en revenoit.

(8) Elle etoit grande minaudiere.

(9) Anne de Rohan de Montbazon 2.de femme de Louis Charles d'Albert Duc de Luynes Pair de France, Chtr des Ordres du Roy etc.

(10) On disoit qu'un nommé la Lance cy devant Lieutenant au Regime des

                                                                                                                                                                                                                                [496]  

 Gardes Françoises etoit amoureux et aimé d'Elle. M.r le Duc de Luines se moquait de ce bruit.

 

 

Poursuivez malgé tout le monde,

Quand un mari ne vous dit rien

C'est un signe qu'il le veut bien.

 

Richelieu (11) prens bien grarde atoy,

Car Testu (12) n'est qu'un infidelle (13),

Coulanges (14) l'a mis sous sa Loy,

Le beau la Trousse (15) en a dans l'aisle,

Il n'est pas assez vigoureux

Pour en pouvoir bien servir deux (16).

 

La Soisson (17) passe bien son temps,

Par le bon ordre qu'elle y donne (18),

Dés que son mari (19) la descend

Aussitost le Marquis (20) l'encone,

 

 

(11) Anne Poussart du Fors, du Vigean, femme d'Armand Jean du Plessis de Richelieu, Duc de Richelieu Pair de France etc.

(12) Jacques Testu Prestre Bourgeois de Paris Abbé de Belleval.

(13) Il etoit extrememt des amis de la Duchesse de Richelieu et le medisant, du nombre desquels est l'auteur, vouloient qu'ils s'amassent, et que l'Abbé Testu lui fut alors infidelle.

(14).......du Gué femme de Philippes de Coulanges M.e des Reg. tes et tres aimable de corps et d'Esprit.

(15) Philippes le hardy  Marq.s de la Trousse, Capit.e Lieu.t des Gensdarmes de Mgr le Dauphin, lequel aimoit depuis longtems Mad.e de Coulanges, et en etoit aimé.

(16) C'est a dire que si l'Abé Testu s'adonne a aller chez Mad.e de Coulanges; il faut qu'il quitte la Duchesse de Richelieu, ne pouvant vaquer au service de 2. Dames a la fois.

(17) Olimpe Mancini femme de Maurice Eugene de Savoye de Soissons Colonel gnal des Suisses et Grisons, Gouverneur de Champagne et Brie.

(18) Elle etoit fort coquette. (19) Eugene Maurice de Savoye Comte de Soissons dont il vient d'entreparlé.

(20) Francois de neuville Marquis de Villeroy.

                                                                                                                                                                                                                                 [497]  

Caderousse (21) a le pardessus,

Et jouit des momens perdus.

 

Michaut (22) veut être Cavalier,

Car il porte desja la sangle,

S'il parvient jusqu'au Baudrier,

Adieu le pauvre Monsieur Vrangle (23),

Condé (24) même en devient jaloux,

Marquis Michaut filez plus doux.

 

Gloire soit au brave d'Alluye (25),

Et au triste Monluc son frere (26),

Tous deux sont grands donneur d'ennuy

Sicut erat Monsieur leur pere (27)

Ils le sont, et ils le seront,

In sœcula sœulorum.

(21)..........d'Ancezune Duc de Caderousse.

(22) Antoine Tambonneau Bourgeois de Paris, appellé par plaisanterie le Bourgeois Michaut, il portoit une petite Epée depuis quelque tems, ayant quitté le manteau noir et c'est la dessus que ce couplet cy a êté fait.

(23) Wrangel vulgairement Wrangle Conn.ble du Roy. mes de suede et Grand Capitaine.

(24) Louis de Bourbon Prince de Condé, 1.er Prince du sang, le plus grand Capitaine de son siecle.

(25) Paul d'Escoubleau de Sourdis, Marquis d'Alluye, Gouv.r d'Orleanois, païs Chartrain et Blesois.

(26) Henry d'Escoubleau de Sourdis, Comte de Montluc.

(27) Charles d'Escoubleau de Sourdis du Roy, Gouvr d'Orleanois païs Chartrain et Blesois.

 

                                                                                                                                                                                                                                [498]  

 

Poussé plus belle que le jour,

Demeurant chez une devote (29),

Tous les hommes lui font la Cour,

Et tous venans troussent sa cotte (30),

Quand on est, niece du Pasteur (31)

On n'offense point le Seigneur.

 

Berny (32) veut être cavalier,

Il a quitté la plume et l'Encre (33),

Il arbore un grand baudrier,

Et se declare pour la Chambre (34),

D'Estrées (35) a beau dire en couroux

Helas Berry, que faites vous?

 

Chaque jour chez la Monaco (36),

Bon feu pour la Grancey (37) s'alume

Le Chevalier (38) est a gogo.

 

(28) Claire-Clemence de Raguier de Poussé, fille et des plus belles.

(29) La Marquise de Poussé sa mere.

(30) Cette expression est trop forte.

(31)...... Raguier de Poussé son oncle Curé de S.t Sulplice a Paris.

(32) Louis Lugues de Lionne Marquis de Berny.

(33) Il avoit quitté la charge de secret.re d'Etat au Departemt. des Affaires Estrangeres de hugues de Lionne son pere, dont il avoit la survivance.

(34) Le Roy lui donna en recompense la Charge de M.e de sa Garderobe. Il etoit absolument incapable d'exercer l'autre.

(35) Cezar d'Estrées Card.l dont le neveu, comme on a veu plus haut avoit epousé la soeur du Mqs de Berny et qui etant dans les Negociations perdoit considerablem.t a avoir affaire a un secret.re d'Etat au Departement des Affaires Estrangeres, qui n'etoit plus son allié.

(36) Charlotte-Catherine de Grammont femme de Louis de Grimaldi, Prince Souverain de Monaco et de Mourgues, Duc de Valentinois Pair de France etc.

(37) Marie-Louise Rouxel appellée Madem.lle de Grancey.

(38) Philippes de Lorraine, appellé le Chevalier de Lorraine favory

                                                                                                                                                                                                                                [499]  

de Monsieur revenu depuis peu d'Italie, où il avoit êté exilé- comme on a veu plus haut l'an 1670.

 

Lorsque le confident (39) s'enrume,

La mere (40) joue beaucoup d'Argent,

La fille rien qu'un jeu d'Enfant (41).

 

La Louvigny (42) dit a Marsan (43),

Mon cher enfant que dois je faire,

Pour satisfaire Manicamp (44),

Helas il scait tout le mistere (45)

Bon Dieu, que dira Louvigny (46),

Il sera mari tres marry.

 

La Duchesse de St. Simon (47),

Est fort belle, et fort agreable,

Elle a epousé un barbon (48),

 

(39) Je crois que c'est Antoine Ruzé Marq.s d'Effiat 1.er Ee.er de Monsieur.

(40) Charlotte de Mornay de Villarceaux, 2.de femme de Jacques Rouxel de Grancey, Maal de Frence. Chtr des Ordres du Roy, Gouv.r de Thionville, mere de Mad.lle de Grancey, Maal de France. Chtr des Ordres du Roy, Gouv.r de Thionville, mere de Mad.lle de Grancey, laqu'elle jouoit beaucoup et a laqu'elle le Chevalier de Lorraine prestoit de l'Argent pour qu'Elle s'amusat au jeu pendant qu'il faisoit l'amour a sa fille.

(41) Cela est aisé a entendre aprés cequi vient d'etre dit dans le commentaire precedent.

(42) Marie-Charlotte de Castelnau, femme d'Antoine-Charles de Grammont Comte de Louvigny etc.

(43) Charles de Lorraine comte de Marsan Cornette de la 2.de Comp.ie des Mousquetaires du Roy.

(44).........de Longueval Marquis de Manicamp.

(45) Manicamp avoit decouvert que la Comtesse de Louvigny aimoit le Comte de Marsan et lui accordoit les dernieres favieres.

(46) Antoine Charles de Grammont Comte de Louvigny son mari.

(47) Charles de l'Aubespine 2.de femme de Claude Duc de St. Simon, Pair de France, Chtr des Ordres du Roy, Gouverneur des ville, Chateau et Comté de Blaye qu'Elle venoit d'epouser le 12 Octobre de cette même année.

(48) Le Duc de St. Simon.

 

                                                                                                                                                                                                                                [500]  

 

 

Et l'on dit qu'il est redoutable, (49)

La Duchesse en a du dépit,

Parcequ'il a le V..... petit.

 

On ne peut baiser Menardeau (50),

En seureté de conscience,

Car on pourroit bien faire un veau,

Si l'on en avoit la puissance,

Je la crois vache asseurement,

Et par derriere, et pardevant.

 

Si c'est la crainte d'un epoux,

Qui vous fait combatre un Monarque,

Soubise (51), que ne parlez vous,

On lui fera passer la Barque (52),

Et si vous vouliez aujourd'huy,

On l'envoiroit demain chez luy (53).

 

(49) Il etoit de mauvais humeur.

(50) .......de.........veuve de ......... Menardeau Doyen du Parlement de Paris.

(51) Anne Chabot de Rohan, femme de François de Rohan, Prince de Soubise etc. qu'on disoit que le Roy aimoit et qui resistoit a sa M.té par la crainte de son mary. Cequi n'est pas vraisemblable.

(52) La Barque a Caron, c'est a dire on le fera mourir.

(53) C'est a dire on l'exileroit.

                                                                                                                                                                                                                                 [501]  

Recommençeons belle Coetquen (54),

J'aporte indulgence pleniere (55),

Votre coeur est il moins humain,

Que celui de nôtre Saint Pere (56),

Qui en partant me pardonna,

D'avoir baisé la Colonna (57).

 

Du May (58), ce gentil Ecuyer,

Etant amoureux de sa Dame (59),

La Courmoulin (60), l'ayant prié,

De vouloir eteindre sa flamme,

Il la baisa de si bon gré,

Qu'il en a connu Dalence (61).

 

(54) L'auteur dans ce couplet fait parler Philippes Chtr de Lorraine au retour d'Italie, où il avoit eté exilé l'an 1670.

Voyés plus haut en cette année. Il parle a Marguerite Louise Chabot Rohan Marq.se de Coetquen de qui il etoit amoureux et aimé avant son depart, ou pour mieux dire son emprisonnement a Pierre en Scize. Les pieces de 1670.

(55) C'est une plaisanterie sur ceque le Chtr de Lorraine revenoit de Rome où est le sejour du Pape, qui donne des Indulgences pour la remission des peschés passés.

(56) C'estoit alors Clement X.

(57) Marie Mancini, femme de Laurent Colonna, Connestable hereditaire du Royaume de Naples que le Chte de Lorraine avoit fort veue a Rome et aparamment f.......car la chose n'etoit pas bien difficile.

(58) C'est l'Escuier de Francois de Neuville Marquis de Villeroy.

(59) Marie-Marg.te de Cossé, Marquise de Villeroy, et par consequent femme de son M.e et sa Dame.

(60) C'estoit une putain de Paris, dont le nom n'est pas digne d'etre recherché.

(61) Fameux Chirugien de Paris. C'est a dire que Madame de Cour lui donna du mal.

 

                                                                                                                                                                                                                                [502]  

 

Or ecoutés de la Vitry (62),

Une histoire fort pitoyable,

Elle avoit cinq, ou six amis,

Et c'estoit chose delectable,

Mais Elle n'en a pas un bon

Elle n'a plus que le Noyon (63).

 

Grignan (64), vous avez de l'esprit,

D'avoir choisi vôtre beaufrere (65),

Il vous fera l'amour sans bruit,

Il sçaura cacher le mistere,

Matou (66), n'en soyez pas jaloux,

Il est Grignan tout comme vous.

 

Marêchale de Clerembault (66),

Vous tranchez bien de la Divine

 

(62) Marie-Elisabeth-Louise-Aimée Pot de Rhodes, femme de François-Marie de l'Hospital, Duc de Vitry.

(63) Francois de Clermont-Tonnerre, Evesque et Comte de Noyon, Pair de France etc.

(64) Françoise de Sevigné, femme de François Adhemar de Monteil, Comte de Grignan etc.

(65) Jean Baptiste Adhemar de Monteil de Grignan, Archevesq. titulaire de Claudiopolis, Coadjuteur de l'arche vesché d'Arles.

(66) François Adhemar de Monteil de Grignan, frere du Coadjuteur, etoit apellé par plaisanterie le Matou, parceque son visage ressembloit a celuy d'un chat.

(66) Louise-Françoise le Bouthillier de Chavigny, femme de Philippes de Clerembaut Marechal de France etc.

                                                                                                                                                                                                                                 [503]  

Mais vous avez le C......plus chaud

Que froide vous n'avez la mine,

Vous coquetés à tous venans

Malgré la laideur et les ans.

 

On est tout a fait malheureux

Quand tout a fait (67), nous rend visite,

Il est tout a fait ennuyeux,

Et tout a fait plein de redite.

On est tout a fait satisfait

De l'absence de tout a fait.

 

D'Alluy (68) s'en va dans Orleans,

Au moindre petit bruit de guerre,

C'est un fort beau Gouvernement,

Car il n'est pas sur la frontiere,

Si par malheur il y croit

Au Diable si l'on l'y verroit.

 

(67) Ce couplet, est fait sur Louis Bechameil, Secretaire du Conseil d'Estat du Roy, tres fade et tres ennuyeux, personnage qui disoit toujours tout a fait.

(68) Paul d'Escoubleau de Sourdis Marquis d'Alluy Gouverneur d'Orleannois, pais Chartrain, et Blesois qui passoit pour peu vaillant.

 

                                                                                                                                                                                                                                [504]  

 

Bordeaux (69) dispute a la Cornu (70),

Le glorieux, et bel avantage

De faire les Maris Cocus,

De toute espece, et de tout âge,

Et tout d'une voix à Paris

On donne a la Bordeaux le prix.

 

Ma pauvre soeur (71) qu'il est aisé

De vous faire au ventre une bosse,

Pauvre Comtesse de Sauzay,

Tous les neufs mois vous etes grosse,

Quand vôtre epoux sera venu

Envoyez le chez la Cornu (72).

 

Admirez le malheur des gens

Que le cocuage tourmente

 

(69)............de Bordeaux de Montcontour, veuve de..... Bordeaux, son cousin, M.e des Requestes fort coquette.

(70) Fameuse Maqurelle de Paris.

(71) Ce Couplet a eté fait par Philippes-Emanuel de Coulanges M.e des Requestes, et adressé a...........de Coulanges sa soeur, femme de.......... Turpin-Crissé Colonel d'un Regiment de Cavallerie, laquelle etoit fort souvent grosse.

(72) Fameuse Maquerelle à Paris.

                                                                                                                                                                                                                                 [505]  

Un bonhomme de soixante ans (73),

A fait in cocu de quarante (74),

Cela fait voir evidemment,

Qu'un mari vaut moins qu'un amant.

 

Enfin Iris (75), n'est plus Iris,

Cette beauté n'est plus legere,

Ce n'est plus comme au temps jadis

Qu'Elle alloit d'affaire en affaire,

Personne n'en voulant taster

Elle n'a personne a grater.

 

Grand Roy (76) veux tu que tes Edits

Soient receus au Palais sans fronde,

Reçois bien ce fidelle avis

Et ne crains pas qu'aucun en gronde

 

(73) Ce couplet est sur Michel le Tellier Ministre et secretaire d'Etat, lequel etant fort vieux etoit amoureux et bien traité de Madeleine de Laval de Boisdauphin, femme de Louis d'Allongny Marquis de Rochefort, Capit.e des Gardes du Corps du Roy etc.

(74) Le Marquis de Rochefort.

(75) Je n'ay jamais pû scavoit sur qui ce couplet a esté fait.

(76) Ce couplet cy est adressé au Roy Louis XIV.

 

                                                                                                                                                                                                                                [506]  

 

Fais les ecrire et publier,

Sur la peau du Sergent Berryer (77);

 

Pour plaire ala Nimphe Boüillon (78),

Louvigny (79) a de puissans Charmes,

Avoir le V.......d'un pied de long,

Vaut mieux que soupirs et que larmes,

Il est plus brave que Nogent (80),

Et de plus donne de l'argent.

 

Si j'estois parent de Louvois (81),

Ou du moins celuy de Saint Pouange (82),

Je ne manquerois point d'employ,

Je serois heureux comme un Ange

 

(77) Louis Berrier Secretaire du Con.el d'Etat du Roy. Insigne fripon, qui de simple Sergent s'etoit elevé par les Maltotes, les Avis etc.

(78) Marie-Anne Mancini, femme de Godefroy-Maurice de la Tour-d'Auvergne, Duc de Bouillon etc. Grand Chambellan de France.

(79) Antoine-Charles de Grammont, Comte de Louvigny.

(80) L'auteur parle icy d'Armand de Bautru, Comte de Nogent, Capitaine des Gardes de la Porte du Roy, tué au passage du Rhin.

(81) François Michel le Tellier, Marquis de Louvois, Secretaire d'Etat, au Departement de la Guerre.

(82) Gilbert Colbert S.r de St. Pouanges, Cousin Germain de Mr. de Louvois, et l'un de ses commis.

                                                                                                                                                                                                                                 [507]  

Ne suis-je pas bien malheureux

De n'estre rien a tous les deux.

 

J'ay (83) passé le Marquis Michaut (84),

Il n'en est encor qu'a la sangle (85),

Je suis monté d'un pied plus haut

Pour vaincre ce maraut de Wrangle (86)

S'il est general Suedois,

Je suis Guidon des Ecossois (87).

 

Enfin, Terat (88), si tu m'en crois,

Tu ne baiseras plus la Fresne (89),

Je tiens que son cas n'est pas net,

Et tout Paris en dit/est tout de même,

Elle n'est bonne desormais

Que pour les Pages et les Laquais.

 

(83) L'auteur fait icy parler........le Lievre S.r de la Grange. Grange Guidon des Gensdarmes Ecossois. Ce couplet devroit être immediatement aprés celui qui est commenté plus haut aux Articles 22. 23. et 24 qu'il faut relire pour bien entendre celui cy.

(84) Voyez l'article 22 de ce commentaire.

(85) Voyés le meme article 22.

(86) Voyés l'article 23. de ce commentaire.

(87) Voyés l'article 83. de ce commentaire.

(88) Gaston Jean Batiste. Terat Bourgeois de Paris.

(89)...........du Tillet, femme de.........Hennequin S.r du Fresne.

 

                                                                                                                                                                                                                                [508]  

 

La Maîtresse a l'Abé Fouquet (90)

A les yeux deplaisans et louches,

Elle sent bien fort le gousset,

Et ne put pas moins de la bouche;

Enfin il n'est rien de si laid

Que l'Iris de l'Abbé Fouquet.

 

Turenne (91) l'Epée au côté

Disoit avec sa barbe grise

Pour moy le vice m'a quitté,

Sans le secours des gens d'Eglise (92),

Mais mon neveu le Cardinal (93),

Est encor fort enclin au mal.

 

(90) Madame de la Boulaye, autrefois maitresse de Basile Fouquet Abbé.

(91) Henry de la Tour d'Auvergne, Vicomte de Turenne, Maal de France, Colonel gnal de la Cavalerie Legere. Gouv.r de Limousin, l'un des grands Capitaines de son siecle.

(92) C'est qu'il etoit desja vieux, et n'avoit pas de Religion.

(93) Emanuel-Theodose de la Tour d'Auvergne, de Bouillon, Cardinal et Grand Aumosnier de France, dont il venoit de prester le serment, le 12 Decembre 1671.

 

                                                                                                                                                                                                                                [509]   

Chanson

1672

Sur l’Air: lerelanlere

 

Sur Gabrielle-Marguerite-Louise de St. Simon. 1.re femme de Henry-Albert de Cossé Duc de Brissac Pair de France.

 

La pauvre Brissac meurt d'amour,

Pour un amant (1), qui nuit et jour,

N'a pas de quoi la satisfaire (2),

Lere la, lere lanlere,

Lere la, lere lanla.

 

Il scait bien comme il faut aimer,

Languir pleurer, et souprier;

Mais c'est l'a tout ce qu'il scait faire

Lere etc.

 

Dans l'emportement de l'amour,

Si cet amant demeure court,

L'amante pisse une Riviere (3)

Lere etc.

 

(1) Armand de Grammont Comte de Guiche Gouvern.r en survivance de Navarre et Bearn.

(2) Il passoit pour etre peut vigoureux.

(3) On a veu plusieurs pieces dans ce livre precedent, où il est

                                                                                                                                                                                                                                [510]  

question de cette imperfection de la Duchesse de Brissac, qu'on disoit pisser sous Elle faute de pouvoir retenir son Eau.

 

Mais belle Brissac si l'amour

De Guiche faisoit un Soyecour (4),

Ce seroit bien mieux votre affaire,

Lere etc.

 

Le miracle seroit parfait,

Mais jamais l'amour n'en a fait

Qui fut si difficile a faire.

Lere etc.

 

Pour plaire a cet objet divin(5),

Il ne faut ny grec ny latin (6),

Il faut seulement scavoir faire,

Lere etc.

 

(4) Le Marquis de Soyecourt; c'estoit Maximilien de Belleforiere; mais icy de Guiche fein en Soyecourt, c'est a dire de Guiche peu vigoureux, faire un homme vigoureux et grand fouteur, comme le Marquis de Soyecourt.

(5) Ce couplet cy est une reflexion sur la Duchesse de Brissac qu'il faut entendre pour objet divin.

(6) La Duchesse de Brissac aimoit les beaux Esprit et les gens scavans, l'auteur pretend neantmoins que pour etre heureux avec Elle il ne faut que de la vigueur.

                                                                                                                                                                                                                                 [511]  

Brissac, a vous parler sans fart,

Sans la faculté/Famille du Canard (7),

Dans l'eau l'on ne scauroir rien faire,

Lere etc.

 

Heureux amans, estimés vous (9),

Faites vous toujours les yeux doux,

Et retranchés la grande affaire (10).

Lere etc.

 

(7) Les Canards ont la vertu de f....... dans l'Eau.

(8) Il faut repeter icy ce qui vient d'etre dit article 3

qu'on disoit que la Duchesse de Brissac ne pouvoit retenir son Eau pissoit sous Elle; c'est cequi fait que l'auteur lui dit qu'il faut pouvoir f......... dans l'Eau comme un Canard pour la chercher, puisque pissant toujours son C...... est une vraye Riviere.

(9) Ce couplet cy s'adresse au Comte de Guiche, et a la Duchesse de Brissac qu'on disoit qu'ils s'aimoient.

(10) Parceque l'un etoit a demy impuissant, et l'autre pissoit sous Elle, ainsy le deduit etoit difficile apratiquer entre deux pareils amans.

 

                                                                                                                                                                                                                                [512]  

 

Autre

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur la même personne que la precedente.

 

Or écoutés petits et grands,

De Brissac la triste aventure,

Elle avoit choisi quatre amans (1),

Pour fournier a sa nourriture;

Mais par un malheur peu commun,

Les quatre n'en valent pas un.

 

Pour contenter cette beauté,

L'Ambassadeur (2) a l'air trop fade,

L'Archeves que (3) peu de santé

Et le visage trop malade,

Guiche (4) ne fait que patroüiller,

Longueville (5), que farfoüiller.

 

(1) Les noms de ces 4 Amans sont dans le couplet suivant.

(2) Milord Montagu Ambassadeur d'Angleterre en France.

(3) François de Harlay de Chanvallon Archesque de Paris.

(4) Armand de Grammont Comte de Guiche etc.

(5) Charles-Paris d'Orleans, Duc de Longueville etc.

 

                                                                                                                                                                                                                                 [513]  

Chanson

1672

Sur l'Air: il fait tout ce qu'il defend.

 

Sur Armand de Grammont, Comte de Guiche, Lieutenant general des Armées du Roy, Gouverneur de Navarre et Bearn, en survivance d'Antoine Duc de Grammont, Pair etc. Marechal de France; lequel etoit amoureux de Gabrielle-Marguerite-Louise de St. Simon, Duchesse de Brissac, et passoit pour etre impuissant.

 

Le pauvre comte de Guiche,

Trousse ses quilles, et son sac,

Il faudra bien qu'il deniche,

De chez la Nimphe Brissac,

Il a gâté son affaire

Pour n'avoir jamais sceu faire

Ce que fait, et que defend,

L'ancien Prelat de Rouen.*

 

*François Harlay de Chanvallon Archevesque de Paris, et auparavant Archevesque de Rouen.

 

 


                                                                                                                                                                                                                                 [515]   

Chanson

1672

Sur l’Air: lerelanlere

 

Sur Marie-Antoinette de Servien, femme de Maximilien-Pierre François de Bethune, Duc de Sully, Pair de France, Gouverneur de Mante, Meulan, Pointoise, et pais Vexin-François etc. et sur Emanuel-Theodose de la Tour-d'Auvergne, Cardinal de Bouillon etc.

 

Belle Duchesse de Sully,

Le Cardinal est fort joly (1),

De Guiche (2), il n'a pas la misere (3),

Lere la, lere lan lere

Lere la, lere lan la.

 

(1) Le Cardinal de Bouillon etoit en effet fort aimable.

(2-3) Armand de Grammont Comte de Guiche, dont il est parlé dans la Chanson precedente passoit pour un homme sans vigueur.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [517]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: Quand Florimond les coudes sur la Table.

 

Aux Ecclesiastiques du Dioceze de Grenoble lorsque Estienne le Camus leur Evesque ayant pris possession y voulut introduire la Reforme.

 

Que je vous plains pauvres gens a Breviaire,

Le nouveau Pasteur*,

Est importun Reformateur,

Vous interdit a tous la bonne chere.

Cette Loy me semble bien severe,

Pour des gens nourris dedans loisiveté

Et quand on a tout le matin chanté

Si l'on ne boit le soir, que peut on faire.

 

*Estienne le Camus Evesque de Grenoble.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [519]  

 

 

Sonnet

1672

Au Roy Louis XIV lorsqu'il se preparoit l'an 1672 a faire la guerre en personne aux Estats Generaux des Provinces-Unies.

 

 

C'est trop peu des Lauriers qui couronnent la teste,

Et d'avoir mis l'Escaut et le Rhin sous tes Loix (1),

Louis, le Ciel t'appelle a de nouveaux Exploits.

Et va guider tes pas de conqueste en conqueste.

 

Tout l'Univers s'emeut quand ta foudre s'apreste,

Ou la crainte, ou l'amour partagent tous les Rois,

Et le Batave (3) Ingrat (3), et si fier autrefois (4),

N'observe qu'en tremblant ou fondra la tempeste.

 

(1) l'an 1667 entre autres Conquestes que le Roy fit dans les pais bas, il prit Tournay et Audenarde sur l'Escaut, comme on peut voir dans les pieces de cette année. Sa M.te avoit aussi sur le Rhin les places importantes de Brisac, et de Philisbourg qui lui furent cedées l'an 1648 par le Traité de la paix de Westphalie, et par celui des Pirenées- L'an 1659.

(2) Par le mot de Batave, l'auteur entend les Etats Generaux des Provinces Unies, que le Roy alloit attaquer, et qui s'apeloient anciennement Batavi.

(3) C'est qu'ils etoient peu reconnoissans des obligations qu'ils avoient a la France. Car ces peuples s'etant revoltés contre Philippes II Roy d'Espagne leur legitimé Souverain, la France les assista toujours jusques a la Treve conclue le  


                                                                                                                                                                                                                                 [520]  

9 Avril 1609 où ils furent reconnus pour un etat libre et independant par Philippes III. Roy d'Espagne et Albert d'Autriche son beau frere et souverain des pais bas. La guerre ayant recommencé 12 ans aprés, la France assista toujours les Etats contre les Espagnols jusqu'a la paix de Munster, qui fut le sceau de leur liberté. Ces peuples furent toujours inviolablement attachés a la France leur alliée, ou pour mieux dire leur protectrice jusqu'a l'an 1669 qu'ayant fait alliance aprés le Traité d'Aix la Chapelle avec les Rois d'Angleterre et de Suede. Ils sen donnerent une garantie au Roy d'Espagne pour s'oposer a la grandeur a la puissance et a l'Ambition du Roy Louis XIV. ce Prince ne pût leur pardonner leur ingratitude toute fondée qu'Elle etoit sur la politique, et sa M.te pour les en punir et pour abaisser aussi leur insolence qui augmentoit tous le jours et qui paroissoit dans leurs libelles, leurs Devises, leurs Alliances, leurs discours de leurs Ministres chez les Estrangers etc. leur declara la guerre le 6 Avril 1672. La Declaration porte ces mots. Le peu de satisfaction que sa M.té a de la mauvaise conduitte que les Etats Generaux des Provinces Unies des pais bas tiennent depuis quelques années a son esgard, etant parvenue jusques a un tel point que sa M.té ne peut plus qu'aux depens de sa gloire dissimuler l'indignation que lui cause une maniere d'agir si peu conforme aux grandes obligations dont sa M.té et les Rois ses predecesseurs les ont si liberalem.t comblez sa M.té a declaré et declare etc.

 

De son frivole Orgueil, de sa temerité,

Tu dois un grand exempte a la posterité,

Et son abaissement importe pour ta gloire.

 

Tu le vaux, il suffit, son sort est dans ta main

De ces Republicains tu vas finir l'histoire, 

Trop heureux mille fois s'ils t'ont pour Souverain.

 

(4) Ce peuple est nommé fier a justes raisons puisqu'il s'est soulevé contre son souverain, fondé sa liberté et etabli une Republique independante.

(5) C'est a dire en les subjugant, tu aneantiras cette Republique et la joindras a la monarchie.

 

 
                                                                                                                                                                                                                                 [521]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur la Guerre que Louis XIV. Roy de France preparoit aux Etats Generaux des Provinces Unies l'an 1672.

 

 

Hollondois vôtre cas vas mal,

Louis deviant inexorable,

Le Grand Colbert (1) est admiral,

Le gros Louvois (2) est Connestable,

Tous deux experts (3) dans leur métier,

Et qui ne font point de quartier.

 

(1) Jean Batiste Colbert Ministre et Secretaire d’Etat; il a la Marine dans son department et se mesle de tout cequi la regarde.

(2) Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois Secretaire d’Etat. Il a la Guerre dans son Departement, et se mesle de tout cequi la concerne.

(3) Cela est mis ironiquement, car l’auteur n’est pas persuade de leur capacité.

Nota que le Roy ayant fait publier a Paris le 7 Avril 1672 une Declaration de Guerre contre les Hollondois, partit de St. Germain en Laye le 2. May. Il entra dans leur païs a la teste de son armée le 17 du meme mois, et depuis de jours jusqu’au 25 Juine suivant il prit les villes de Veist, Tongres, Maseich, Sittard, Wesel, Rées, Emerik, le Fort de Lippe, Loken, Botkelo, Grool, Doetkam, Vultz, Breuvolt, Hasselt, Ommen, Campen, Zurol Deventer, Zutphen, Doesbourg, le Fort de Sken, Utrecht Muyden, Naerden, Elbourg, Hardevick, Hattem, Amersfoort, Woerden, Nimegue Wageninghem, Rhenem Uftede Wick,


                                                                                                                                                                                                                                 [522]  

 Knotembourg, Worn, St. André, Till, Bommel etc. Ce fut aussi le 21 Juin de la meme Année que les troupes du Roy passerent le Rhin a la nage, et deferent les troupes hollandoises de l’autre côté. Louis de Bourbon Prince de Condé y fut blesse au bras et le Duc de Longueville tué.

 

 


                                                                                                                                                                                                                                 [523]   

 

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois, Secretaire d’Etat de la Guerre etc.

 

Turenne(1) et Condé sous le Roy (3)

Generaux de quelque esperance (4),

Sans l’assistance de Louvois,

Pourront bien defender la France (5);

Mais s’ils lui scavent obeir (6):

Que ne pourront ils envahir?

 

(1) Henry de la Tour d’Auvergne, Vicomte de Turenne, Mareschal de France etc servit de General dans l’armée que le Roy commandoit en personne.

(2) Louis de Bourbon Prince de Condé 1.er Prince du sand; commandoit en chef une 2.de Armée, mais ayant êté blessé au bras par une decharge que quelques ennemis retrenchés dans les hayes, firent aprés le fameux passage du Rhin vis avis la Barriere de Tolhuys le 21 Juin, où Charles-Paris d'Orleans Duc de Longueville et plusieurs autres Sgrs furent tuez, Mr. de Turenne se mit a la test de l'Armée que commandoit le Prince de Condé.

(3) Le Roy Louis XIV.

(4) Le Prince de Condé et le Vicomte de Turenne ont êté sans contredit les deux plus grands Capitaines de leur siecle.

(5) Cela est aisé a croire, et le Marquis de Louvois qui Gouvernoit deslors absolument les affaires de la guerre et duquel il falloit que ces deux grands capitaines dependissent en quelq. façon leur etoit aussi inferieur en capacité qu'en naissance.

(6) Il est aisé de voir que ces deux derniers vers sont ironiques.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [525]   

 

Chanson

1672

Sur l'Air: des Triolets

 

Sur quelques gens fort ennuyeux qui suivirent le Roy Louis XIV en Hollande

l'an 1672.

 

Veux tu scavoir d'où vient l'ennuy,

Que l'on a dedans cette Guerre,

A chaque pas trouver Silly (1);

Veux tu scavoir d'où vient l'ennuy

A chaque alte trouver Milly (2),

A chaque table Montataire (3):

Veux tu scavoir d'où vient l'ennuy

Que l'on a dedans cette guerre.

 

(1)..........de Silly appellé le Chtr de Sully Chambellan de Philippes de France Duc d'Orleans.

(2)........ de la Palu Marquis de Milly, frere du Marquis de Bouligneux.

(3)............de Madaillan Marquis de Montataire.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [527]   

 

Imitation

1672

Des Centuries de Michel Nostrdamus;  Envoyée sur la fin de l'année 1672 à Louis de Bourbon Prince de Condé, 1.er Prince du sang, etc. et a Henry-Jules de Bourbon Duc d'Enguien son fils, par Philippes de Coursillon. Marquis de Dangeau, lors Envoyé par le Roy Louis XIV à Heidelberg vers Charles-Louis Electeur Palatin.

 

Nota, que cette Imitation comprend cequi se passoit lors de plus considerable dans l'Empire.

Les Commentaires sont ensuitte de l'Imitation.

 

I

En peu de temps temps vicaires (1) s'armeront,

En contre Cil (2) dont ils sont les vicaires.

Avec les Cocqs (3) aussitôt se joindront,

Et devant Cocqs Aigles (4) ne tiennent gueres.

 

II

Du Mont Noric (5) titulé Chastelain,

Du Goth fameux le Bourg (6) relevera,

De Brizeis (7) feu partira soudain,

Pont Argentin (8) tout subit en ardra (9).

 

III

Du Soltwedel le lointain Successeur (10)

Auprés du fils d'Adula (11) s'en viendra,


                                                                                                                                                                                                                                 [528]  

Son Siege saint (12) il met en grand douleur,

Le rouge et blanc unis (13) repassera.

 

IV

Du Nord viendra l'heritier de la Gerbe (14),

Pour reunir les Griffons (15) separés,

Sceptre (16) par lui sera mis plus bas qu'herbe,

Malgré d'Incam (17) Bastions remparés.

 

V

Du blanc cheval (18) les deux puissantes mitres,

Sept (19) demembrez, demembreront encores,

Mitre triple (20) s'en voudra rendre arbitre;

Mais huy ne croit l'Olive (21) fors qu'au Nord (22).

 

VI

Le Dominant d'Orientale Griffe (23),

D'Uzubulca (24) fidele Sectateur,

Traisnant partout epouse, (25) er successeur,

Par Bois unis deviendra grand Pontife (26).

 

VII

Quand le Coucoul du Mont (27), et l'Aigle en blanche (28),

Reuniront leur discordantes voix,

Cimbrique Ortie (29) lors verra de sa hanche,

Sortir (30) in fruit, seul fruit de leurs Exploits.

 

VIII

Quand le heros (32) qui vainquit au Bourg (33) libre,

Campera l'Oft (34) au Fleuve au Sonien (35)


                                                                                                                                                                                                                                 [529]  

Rouge et noire Aigle (36) emploiront nerfs et fibres

Pour passer l'Eau (37), et puis n'en feront rien (38).

 

IX

Le fils du saccageur de la triple cité (39),

A laissé ses metaux (40) contre les bonnes regles,

Et fait voir qu'en hiver aussi bien qu'en Esté,

Les Aiglons d'aujourd'huy (41) valent mieux que les aigles (42).

 

 

Adresse

Serpent (43) cinq mil quatre cens trente deux (44)

Nombre connu de la Gent passagere (45),

Jules(46) verra des Carmes tenebreux,

Mais de tous noeuds l'Alexandre est son pere (47).

 

(1)(2) Ferdinand -Marie Duc de Baviere et Charles-Louis Elect.r Palatin. Ils se disent tous deux Vicaires de l'Empire, et le Marquiq de Dangeau esperoit les faire declarer pour la France contre l'Empereur Ignace-Leopold, que les Conquestes de Louis XIV, sur les Hollandois en 1672 allarmoient desja aupoint que peu aprés il se declara en leur faveur.

(3) Le Cocq selon le latin signifie François.

(4) Par les Aigles on a toujours entendu l'Empire, car il y a un aigle se sable en champ d'or pour armes.

(5) L'Electeur de Brandebourg vient des Burgraves de Nuremberg, apellé en latin Mons Norieus. Ils s'apelloit lors Frederic-Guillaume.

(6) Gustave Bourg haly par le Grand Gustave Roy de Suede vis avis Mayence, que l'Electeur de Brandebourg faisoit relever.

(7) Brisack en Alsace.

(8) Le Pont Strasbourg apellé en latin Argentinum

(9) Louis de Bourbon Prince de Condé, le fit bruler une nuit de peur que les troupes de l'Empire et de Brandebourg ne passassent dessus pour entrer en Alsace.


                                                                                                                                                                                                                                 [530]  

(10) Frideric-Guillaume Marquis de Brandebourg successeur de la Maison de Soltwedel.

(11) Le Rhin qui prend sa source du Mont Adule, et que ces Electeur vouloit passer.

(12) Mayence.

(13) Le Mein qui a 2 sources appellé le Rouge et le Blanc mein, et que l'Electeur de Brandebourg fut obligé derepasser pour s'en retourner en ses Etats ne pouvant passer le Rhin.

(14) Charles IV. Roy de Suede heritier de la Maison de Varza, qui a une Gerbe d'or pour Armes; ce Prince dans les interests de la France se preparoit a venir en Allemagne faire la guerre a l'Electeur de Brandebourg.

(15) Les 2 Pomeranies qui portent des Griffons pour armoiries que le Roy de Suede pretendoit reunir en conquerant ce qu'en possedoit l'Electeur de Brandebourg.

(16) L'Electeur de Brandebourg qui dans ses armes ports un sceptre d'or surletout.

(17) Camin entourant les Lettres, c'est une Forteresse apartenante a l'Electeur de Brandebourg.

(18) Ferdinand-Guillaume de Baviere Archevesque de Cologne et Bernard Gallen Evesque de Munster, l'un et l'autre en Vestphalie dont les armes sont un Cheval Blanc.

(19) Les 7 Provinces Unies des pais bas que Louis XIV avoit demembrés par ses conquestes de l'année 1672 et que l'Archevesque de Cologne et l'Evesque de Munster attaquoient chacun de leur costé avec succés.

(20) Frederic Lothaire de Metervick Archevesque de Mayence et Evesque de Wormes et de Spire. C'est pour cela qu'il est nommé triple Mitre. Il offroit sa mediation pour terminer tous ces differens.

(21) La Paix.

(22) Le Roy de France ne vouloit d'autre mediateur que le Roy de Suede.

(23) L'Electeur de Brandebourg Sgr de la Pomeranie orientalle qui a pour armes un Griffon.

(24) Calvin apellé Uzirudea dans le Roman d'Argenis, et dont l'Electeur de Brandebourg professe la Doctrine.

(25) Il menoit toujours avec lui sa femme et son fils.

(26)Pontifex en latin veut dire Pontif, mais il veut dire aussi faiseur de Ponts, et l'Electeur de Brandebourg, tachoit a en faire partout pour passer le Rhin.

(27)Monteçuculli General des Troupes de l'Empereur.


                                                                                                                                                                                                                                 [531]  

(28)L'Electeur de Brandebourg qui a pour Armes un Aigle Rouge en Champ d'Argent.

(29) L'Electrice de Brandebourg de la Maison d'Holstein dont les armes sont d'or a 3 feuilles d'Ortie.

(30) C'est a dire que cette Princesse accouchera; ce qu'Elle fit.

(31) Ce fut tout cequi arriva a l'Electeur de Brandebourg car il s'en retourna dans ses Etats sans avoir rien fait.

(32) Louis de Bourbon Prince de Condé.

(33) Fribourg ou le Prince de Condé gagna une fameuse Bataille l'an 164.

(34) C'est a dire armée en vieux langage.

(35) La Mozelle celebre par le Poëte Auson qui a pris naissance sur ses bords et ou le Prince de Condé etoit pour lors.

(36) L'Aigle Rouge, veut dire l'Electeur de Brandebourg, et l'Aigle Noire l'Empereur ou l'Empire.

(37) Les troupes de l'Empereur et de l'Electeur, firent ce qu'Elles purent pour passer le Rhin et n'en purent venir a bout.

(38) L'Article precedent l'explique.

(39) Le Comte de Konigsmarck Gnal des hollandois, fils de celui qui saccagent l'an 1648. La ville de Prague, où il a 3 Villes la haute, la basse et la Moyenne Prague.

(40) C'est a dire ses Canons, mais pour comprendre ceque veut dire ce quadrain il faut scavoir que Henry de Montmorency Luxembourg Duc de Piney, Pair de France, Lieutenant general des armées du Roy resta a Utrecht l'an 1672 aprés la conqueste que sa M.té en avoit faite. Ce Duc qui commandoit dans tout le pais conquis du costé de hollande, resolut de surprendre la haye. Il assembla un Corps d'Infanterie considerable, et par une forte gelée marcha jusqu'a Bouden Graff où le degel etant venu il fut obligé de s'arrester et de se contenter du Butin que cette expedition valut a ses troupes. Le comte de Konigsmarck qui commandoit pour les Etats Generaux des Provinces Unies dans ce pais là qu'il croyoit impraticable, fut si surpris de la marche de Mr. de Luxembourg, qu'il se retira avec grande precipitation, et abandonna son Canon.

(41) L'auteur entend par là le Duc de Luxembourg, qui etant de la Maison de Montmorency a 16 Alerions, ou Aiglons dans ses armes.

(42) Les Generaux de l'Empire.

(43) C'est a dire l'Année que les Egiptiens marquoient par un serpent.

(44) Selon le calcul des hebreux l'an 1672 est pour eux l'an 5432.

(45) Ce sont les hebreux.


                                                                                                                                                                                                                                 [532]  

(46) Henry Jules de Bourbon Duc d'Enguien a qui ces vers sont adressés aussi bien qu'au Prince de Condé son pere.

(47) L'auteur pretend que comme Alexandre le Grand coupa autrefois le Noeud Gordien, de meme le Prince de Condé qui est un autre Alexandre developera aisement l'obscurité de ces vers.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [533]   

Imitation

1672

Des Centuries de Michel Nostrdamus, envoyé pour reponse de la precedente a Philippes de Coursillon Marquis de Dangeau Envoyé du Roy Louis XIV vers Charles Louis Electeur Palatin, par Louis de Bourbon Prince de Condé 1.er Prince du Sang etc. et Henry-Jules de Bourbon, Duc d'Enguien son fils.

 

Nota. Que c'est sur la levée du Siege de Charleroy l'an 1672 au mois de Decembre.

 

I

Quand quarante onces (1) et le Roy Charles (2)

De grandes disputes auront (3),

Qu'a l'Oranger (4) qui dira, parle (5),

Ceux du Cyclope (6) repondront,

C'est Pierre creuse (7) qui vivront,

Charles (8) ne sera pas a Charles (9).

 

II

Quand Cil qui porte en teste beste (10),

Pis au talon que mule (11) aura,

Celui qui voit la meme beste (12),

Tost vers les Tours (13) cheminera,

Et grande joye lui sera,

De n'estre pris pour une beste.

 

(1) Le Comte de Marcin Mestre de Camp General des pais bas Espagnols.


                                                                                                                                                                                                                                 [534]  

 Marcin renversé fait cinq Mares et 5 Mares font 40 Onces.

(2) C'est la forte place de Charleroy sur la Sambre.

(3) C'est que le Comte de Marcin investit Charleroy a la teste de 16000 hommes des Troupes Espagnoles, le 15 Decemb. 1672 où Guillaule-Henry de Nassau Prince d'Orange capitaine general des Estats Generaux des Provinces Unies se vint joindre avec son armée dans l'intention dans faire le siege au nom des Etats, contre qui seuls la France avoit guerre pour lors.

(4) C'est a dire un soldat de l'armée du Prince d'Orange; pour entendre ce vers et les trois suivans, Il faut scavoir que nos Ennemis pour assieger Charleroy ayant pris le tems que le Gouverneur Charles de Montfaunin Comte de Montal Lieut.t gnal des Armées du Roy et fameux pour bien defendre des places etoit a Tongres prés Mastrick où il commandoit in corps de troupes pour blocquer cette dernière ville que le Roy prit l'année suivante le 30 May. Montal ayant pris que Charleroy etoit assiegé ne balança pas a quitter Tongres pour se venir jetter dedans. Il prit peu de Cavaliers avec lui et etant arrivé aux Gardes de l'Armée du Prince d'Orange, il fut arresté par une vedette qui lui demanda qui vive, il repondit, vive holstein, la Garde croyant que ce fussent des cavaliers du Regiment d'holstein, qui etoient dans leur armée, laisserent ainsi passer Montal qui entra ensuitte dans Charleroy. L'arrivée de Montal et les preparatifs du Roy qui s'avança jusques a Compiegne pour marcher au secours de la Place, obligerent le Prince d'Orange et le Comte de Marcin a lever le siege, et a se retirer chacun chez Eux.

(5) Qui dira qui vive.

(6) Les Gens de Montal que l'auteur apele Cyclope, parcequ'il etoit Borgne.

(7) C'est holstein, car holstein en Allemand veut dire pierre creuse en Francois.

(8) Charleroy.

(9) Charles II. Roy d'Espagne avec qui les hollandois se seroient asseurement accommodez de cette place si le Prince


                                                                                                                                                                                                                                 [535]  

d'Orange l'eut prise, et c'estoit par cette raison seule que les Espagnols avoient presté leurs troupes, et le comte de Marcin a ce Prince.

(10) Louvignies Commandant la Cavalerie Espagnole au siege de Charleroy. Il a une beste en teste, parceque son nom commence par Lou.

(11) Il fut blessé d'un coup de canon au talon a ce siege

(12) François-Michel le Tellier Marquis de Louvois Secretaire d'Etat, il voit la meme beste que Louvignies a en teste, qui est un Lou Louvois.

(13) Les Tours c'est la ville de Tournay, où Mr. de Louvois alla sur la nouvelle du Siege de Charleroy, pour faire marcher de là toutes les choses necessaires pour le secours de la Place.

(14) Il fut d'autant plus aise de la levée du siege de Charleroi, qu'estant Secretaire d'Etat au Departement de la Guerre, dont il se mesle seul, les bons et mauvais succés des armes le regardent de plus prés qu'un autre.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [537]  

 

 

Chanson

Sur l’Air: lerelanlere.

 

Sur Anthoine-Charles de Grammont comte de Louvigny Colonel d'un Regiment d'Infanterie, Gouverneur de Bayonne en survivance d'Antoine Duc de Grammont son pere.

 

Louvigny sur le bord du Rhin (1),

Entenant sa Pique a la main,

A dit f....... soit de la guerre (2)

Lere la, lere lan lere.

Lerela,

Lere lan la.

 

(1) Le Roy etant revenu en France aprés ses conquestes de l'an 1672 laissa une armée au vicomte de Turenne pour faller opposer a l'Electeur de Brandebourg qui en avoit assemblé une pour le secours des hollandois non seulement ce General empescha les Ennemis de passer le Rhin; mais pirt des quartiers d'hiver dans la Vestphalie et autres pais appartenant a cet Electeur. Le Comte de Louvignies servoit avec son Regiment dans cette Armée, qui demeura longtemps sur le bord du Rhin a Andernak où Mr. de Turenne avoit fait faire un Pont pour marcher aux Ennemis si le cas y écheoit.

(2) Il faisoit un tres grand froid pendant que l'armée que commandoit Mr. de Turenne etoit a Andernack, où cette Chanson fut faite, et où le comte de Louvigny tres parasseux maudissoit son metier qui le retenoit là.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [539]   

Chanson

1672

Sur l’Air: lerelanlere.

 

Sur Roger Brussard Marquis de Puisieux,

Lieutenant Colonel du Regiment de Turenne,

et sur Claude-Jean-Baptiste-Hyacinthe

Rouault Comte de Cayeux.

 

Quand Larsée prend a Puysieux

Il s'ecrie à moy Cayeux,

*Et Cayeux fait cequ'il faut faire,

Lere la,

Lere lan lere

Lere la

Lere lanla.

 

*alias. Et Cayeux tourne le derriere.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [541]  

 

 

Chanson

1672

Sur l'Air: Frere Frapart

 

Sur Claude-Jean-Baptiste-Hyancithe

Rouault Comte de Cayeux.

 

Cayeux lassé de ses souffrances (1)

Disoit a Fiesque (2), l'autre jour;

Enfin je perdray patience,

Si Puisieux (3) me f........tous les jours;

Reprenez votre Brevet Turenne (4),

Je ne scaurois plus subir cette Loy,

Plûtost que de sentir son haleine,

J'aime bien mieux n'avoir jamais d'employ.

 

Quoi! si je manque à l'Ordonnance

Aussitot l'on me met tout nud.

 

(1) C'est a dire de la peine qu'il souffroit a être f........si souvent

(2) Jehan-Louis-Marie Comte de Fiesque qui servoit cette compagne d'Aide de camp, a henry de la Tour-d'Auvergne, vicomte de Turenne, Marêchal de France etc.

(3) Roger Brussard de Sillery Marquis de Puisieux Lieutenant Colonel du Regiment du vicomte de Turenne.

(4) Cayeux êtoit Officier Subalterne dans le meme Regiment de Turenne, et l'auteur dans ces quatre derniers vers lui fait adresser la parolle a ce general, auquel il dit, qu'il aime mieux lui rendre le Brevet de la Charge qu'en la conservant, etre obligé d'etre aussi


                                                                                                                                                                                                                                 [542]  

 souvent par le Marquis de Puisieux son Lieutenant Colonel, qui d'ailleurs avoit l'haleine tres mauvaise.

 

Et Beauveze pour Penitence

Me foure un gros v....... dans le cu,

Reprenés votre Brevet Turenne,

Je ne mets plus mon corps a l'abandon,

Plustôt que de souffrir cette peine,

J'aime bien mieux navoir point de pardon.

 
                                                                                                                                                                                                                                 [543]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux.

 

Sur Jean-Baptiste Colbert, et Françoise Michel le Tellier Marquis de Louvoix Ministres, et Secretaires d'Etat, etc.

 

A l'exemple des Hollandois,

Savez vous cequ'il faudroit faire,

Faire de Colbert et Louvois,

Cequ'ils ont fait du Pensionnaire,*     *Wis

Tout le monde nous en louera,

Et la fortune changera.

 
                                                                                                                                                                                                                                 [545]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: d'un pauve coeur soulagés le Matire.

 

Sur Louis de Bourbon Prince de Condé, 1.er Prince du sang etc. que le Roy Louis XIV envoya sur la fin de l'année 1672 visiter les places d'Alsace pendant qu'Henru de la Tour Vicomte de Turenne Mareschal de Fr.ce etc. commandoit une Armée sur le Rhin et en Westphalie.

 

N. a Que dans le 1.er Couplet Mr. le Prince parle, et que c'est l'auteur qui parle dans le 2.d

 

Retirez moy

Des Places de l'Alsace;

Delivrez moy

De mon petit Employ,

Quoique je fasse

Pour plaire au Roy (1),

Le Roy se passe

Fort bien de moy

Ah Turenne m'efface

Au secours Louvois (2).

 

(1) Mr. le Prince etoit plus soumis aux Ordres du Roy, et plus assidu coutisan qu'un simple particulier.

(2) Francois-Michel le Tellier Marquis de Louvois, Secretaire


                                                                                                                                                                                                                                 [546]  

d'Etat au Departement de la Guerre en survivance de Michel le Tellier son pere. Il n'aimoit pas Mr. de Turenne pour des raisons que j'ay deduittes plus bas, et il etoit beaucoup plus dans les Interrests de Mr. le Prince.

 

Si le Roy te prefere Turenne,

Grand Condé, ne t'en etonne plus,

Il est sage et bon Capitaine,

Et jamais un autre ne l'entraîne,

Comme ton fils (3) t'entraînoit a Tolhus (4),

Qu'elle honte au milieu des combats,

Que le fils fasse suivre le pere,

Trop heureux de marcher sur ses pas

C'est bien tout cequ'il pourra faire,

Et je crois qu'il ne le fera pas (5).

 

(3) Henry-Jules de Bourbon Duc d'Enguien Prince du sang etc. fils unique du Prince de Condé.

(4) Le 21 Juin 1672 Le Roy Louis XIV ayant fait passer le Rhin a la nage vis avis un petit Fort apellé Tolhuys ou Tollius pour attaquer les troupes des hollandois qui etoitent de l'autre coté et qui abandonnerent le passage. Mr. le Prince de Condé passa lui meme dans un Bateau avec son fils, le Duc de Longueville son neveu, et plusieurs autres Sgrs. Ce Prince s'etant mis a la teste des troupes qui avoient passé, trouva celles des Ennemis retirées dans des hayes, où elles demanderent quartier. Mais l'ardeur du Duc d'Enguien, du Duc de Longueville, et de quelque autres jeunes gens les ayant fait pousser imprudemment a ces troupes les obligerent a faire une decharge qui tua plus.rs personnes de consideration, et entre autres le Duc de Longueville; le Prince de Condé de son costé ne pouvant resister a l'amour paternel suivit son fils assés mal apropos pour un General aussi consommé que lui; Il eut le bras gauche percé d'un coup de Mousquet qui l'empecha de servir la Campagne,


                                                                                                                                                                                                                                 [547]  

et il avoit encore ce bras en echarpe, quand il alla visiter les Places de l'Alsace.

(5) Le Duc d'Anguien a beaucoup d'esprit et de valeur, mais il ne parviendra jamais au point de reputation de Mr. le Prince son pere.

 

 

Autre

1672

Sur l'Air: du petit Brissac

 

Sur la même personne que la precedente, Et sur Henry-Jules de Bournon Duc d'Enguien son fils unique.

 

Le Grand Condé et le petit d'Enguien (1)

Sont revenus tous les deux sans faire rien (2)

De tous les deux le malheur est egal,

L'un est perclus (3)

Et l'autre trop confus (4)

Pour être general.

 

(1) Le Duc d'Enguien etoit petit.

(2) On a veu plus haut comme Mr. Le Prince et le Duc d'Enguien son fils, furent envoyés en Alsace, sous pretexte de visiter les Places de cette Province, pendant que Mr. de Turenne commandoit une Armée, ils revinrent effectivement de cette Commission sans rien faire mais aussi qui auroient ils fait?

(3) Non seulement Mr. le Prince avoit eté blessé au passage du Rhin comme on a veu plus haut, mais il etoit encore mangé de goutte.

(4) le Duc d'Enguien n'etoit qu'un broüillon et un Etourdy.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [549]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: depuis Janvier jusqu'en

Avril.

Sur le Marquis de Sourdis.

 

Il est parmy nous des guerriers,

Qui se perdent dans les lauriers,

Bien souvent un trait d'imprudence,

Ternit la plus grande valeur,

Et l'on ne passe point en France

Une faite pour un malheur.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [551]  

 

Epigramme

1672

Sur Anne Demoiselle de Lenclos vulgairement

apellée Ninon.

 

On ne reverra de cent Lustres

Ceque de notre temps nous a fait voir Ninon

         Qui s'est mise en depit du C........

         Au nombre des hommes Illustres.*

 

* Cette louange renferme toutes les autres, et definit parfaitement le caractere de l'Illustre D.lle de Lenclos; Quoique fille, sa probité, la fermeté de son Esprit, et ses autres bonnes qualités l'avoient infiniment eslevé au dessus des foiblesses de son sexe, et meme des hommes ordinaires, et tant d'autres vertus, recompensoient le mepris qu'Elle faisoit de la Chasteté, qu'on ne faisoit pas attention a son incontinence. Elle n'eut pas un amant qui ne devint par la suitte son amy solide, et tout cequ'il y avoit a la Cour et a Paris de plus grand, et plus spirituel se faisoit honneur d'etre receu chez Elle.

 
                                                                                                                                                                                                                                 [553]  

 

Chanson

1672

Sur l'Air: des Ennuyeux

 

Sur Jean-Daenis d'Oleide S.r de l'Estonac 1.er Pesident du Parlement de Guyenne.

 

Chez lui Monsieur de l'Estonac,

Se plaît a faire bonne chere;

Mais le tout pour son estomach (1),

Des autres, il ne se chaut gueres,

A gros morceaux precipitez,

Il affame les invitez.

 

Le procedé n'est pas trop beau

Les railleries en sont fausses,

Faut il que l'Ecuyer Grenaut (2),

Pour vous seul fasse tant de sauces

Et que vos pauvres invitez

Meurent de faim a vos cotez.

 

(1) Ce 1.er President de Bourdeaux etoit des Grands mangeurs, qui ayent jamais eté. Il tenoir une fort grand table, mais il mangeoir une grande partie du repas, et c'est sur cela que cette chanson a eté faite.

(2) Grenaut êtoit l'Escuyer de Cuisine de ce 1.er President.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [554]  

 

Mais si vous en voulés user

D'une maniere plus civile,

Quand vous donnerés a diner,

Vous irez disner a la ville,

Et ne reviendrez point chez vous,

Que vous et nous ne soyons saouls.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [555]   

Chanson

1672

Sur l'Air: Gueris toy si tu peux j'aprouve ta colere.

 

Gueris toy, si tu peux (1)

Prens tous les jours un Bole (2),

La Belin (3) n'est pas folle

Elle en prendra deux

C'est par un Mercure heureux

Qu'il faut guerir la verole.

 

(1) Cette chanson s'adresse a quelqu'un qui avoit la verole.

(2) Remede dont se sert pour la guerison de la verole.

(3) .......de Faudoas veuve de......... Faudoas Comte de Belin son Cousin.

 

Bussi-Rabutin fit cette chanson sur la Marquise de Belin fille de Mad.e D'Ablon.

 

 


                                                                                                                                                                                                                                 [557]  

 

 

Chanson

1672

Sur l'Air: il fait toutcequ'il defend.

 

Sur François de Harlay Archevesque de Paris, Commandeur des Ordres du Roy etc.

 

Le Pasteur (1), qui nous gouverne

Fait l'amour toute la nuit,

Et traite de baliverne,

La defense du deduit

Il n'en dit pas moins la Messe,

Jamais il ne s'en confesse,

Et fait tout cequ'il defend

A Paris, comme à Rouen.

 

Nonobstant la reprimande

Que le Roy lui fit un jour (3),

Ne croyez pas qu'il s'amande

Il n'obeit qu'a l'amour.

 

(1) L'Archevesque de Paris.

(2) Cette chanson cy est une Parodie d'une autre Chanson qui fut faite sur le meme Prelat, du temps qu'il etoit Archevesque de Rouen, et qui finissoit par ce refrain.

            Il fait tout cequ'il defend

            L'Archevesque de Rouen.

(3) On disoit que le Roy instruit des Galanteries de ce Prelat lui en avoit parlé.

 


                                                                                                                                                                                                                                 [558]  

 

Il nous envoyera tous paître,

Suivant l'exemple du maître (4)

Il fait etc.

 

Prenez bien garde, Mesdames,

A vôtre Predicateur,

Il en veut moins à vos ames,

Qu'il en veut a vôtre coeur,

Que vôtre air rude et severe

Ne luy permette de faire

Cequ'il fait et qu'il defend

A Paris comme a Rouen.

 

Le Prelat d'un Dioceze

Ne peut pas vaquer a tous,

Il est fort mal a son aise,

N'en pouvant venir a bout,

Le nôtre, dit on, s'en raille,

Dans le sien toujours travaille

Et tant y travaillera

Que l'on croit qu'il en mourra/suera.

 

(4) Le Roy Louis XIV qui avoit des maitresses, cequi autorisoit l'Archevesque de Paris a en avoir de son costé.

(5) Ce couplet s'adresse aux Dames de Paris.


                                                                                                                                                                                                                                 [559]   

Quand il vous presche en apostre

Si vous croyez ce qu'il dit,

Vous le prenez pour un autre

Et vous damnez a credit;

Quoiqu'il fasse, et quoi qu'il gronde,

Vit-on jamais dans le monde,

De Directeur plus humain

Ni d'Apostre plus blondin.

 

Pour mieux vendre ses coquilles,

Quand il est dans ce Saint lieu,

Il exhorte femmes et filles,

A n'aimer que le bon Dieu;

Mais au sortir de l'Eglise

Il rit et les galantise

Et fait tout cequ'il defend

L'Archevesque de Rouen.

 

 

 

 

Upcoming events

Placard Theatre

Oct 26, 2017

Upcoming events